Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Articles avec #ligne nouvelle provence cote d'azur

Ligne Nouvelle Provence Côte-d’Azur (LNPCA): Avis complémentaire de France Nature Environnement PACA ...

11 Janvier 2017, 16:24pm

Publié par jeanyvespetit

Ligne Nouvelle Provence Côte-d’Azur (LNPCA)

Concertation organisée par SNCF Réseau du 4 octobre au 21 décembre 2016 (prolongée jusqu’au 9 janvier 2017)

 

Avis complémentaire de France Nature Environnement PACA

09 janvier 2017

 

FNE PACA est favorable au principe d’une ligne ferroviaire nouvelle pour autant que soient prises en compte les remarques et objections suivantes.

 

1 - Variantes de gare souterraine St-Charles / Conditions de l'intermodalité à terme et pendant les travaux

La gare la moins profonde a la préférence de FNE, pour autant que soient minimisées les distances et optimisées les conditions de l'intermodalité avec les différents modes de transport (plans inclinés, escalators, ascenseurs, signalétique ...).

FNE s'oppose à ce que ces conditions soient notoirement dégradées durant la longue phase de travaux de la traversée souterraine. En particulier, la gare routière doit être préservée à son emplacement actuel (rue Honnorat) durant toute cette période.

2 – Amélioration des dessertes de proximité / Capacité de la traversée souterraine de Marseille

Bien que validées en 2011 par le comité de pilotage du projet, les hypothèses de desserte ont notoirement sous-estimé les avantages à tirer de liaisons diamétrales de proximité fortement cadencées traversant Marseille (cf. toutes les métropoles du monde), tant en termes de fiabilisation du service que de réponse aux besoins de déplacement. Toute la croissance des fréquences planifiées sur les différentes branches de l'étoile marseillaise est à envisager en transversalité (passe-Marseille), notamment en heures de pointe où tout mouvement technique est à proscrire dans la gare de surface.

Soit une fréquence minimale de 8 RER par heure et par sens en pointe (1 train toutes les 7 à 8 minutes).

Ceci implique d'y consacrer 1 voie à quai par sens, et d'exclure d'y pratiquer des dépassements de TGV, fonction qui reste possible à Aix-TGV.

Par ailleurs, afin d’améliorer la qualité des dessertes de proximité au plus vite, FNE PACA demande que la réalisation de la gare souterraine de St Charles soit engagée sans attendre.

3 - Desserte par les trains diamétraux (RER) des quartiers nord de Marseille / halte de St-Louis-les-Aygalades

Les hypothèses initiales prévoyaient, à juste titre, une desserte par les RER susvisés de St-Louis-les-Aygalades, à l'articulation entre les différents quartiers nord de Marseille et au coeur d'un secteur en pleine mutation urbanistique et économique.

Le fait que le comité de pilotage, sans doute mal informé, ait, à un moment donné, exclu cette hypothèse ne suffit pas à en désapprouver demain son utilité publique.

La desserte d'une éventuelle nouvelle halte à St-André par les seuls trains empruntant les voies littorales, même si très utile, n'est pas susceptible de répondre aux mêmes enjeux.

4 - Variantes Est / Desserte d'un véritable pôle d'échange à l'Est de Marseille/ réduction des nuisances dans la vallée de l’Huveaune.

Pour les mêmes raisons qu’au nord de Marseille, les relations (RER) transversales de proximité offertes par la gare souterraine Saint Charles pourront rendre plus accessible l'Est de Marseille.

Il importe donc de faire le choix dans ce secteur d'une plateforme intermodale qui puisse desservir une zone de chalandise la plus large possible, prenant en compte les zones urbanisées existantes, les sites d'entreprises, les pôles de développement programmés, et les interconnections avec les réseaux structurants de transport collectif présents ou en projet,

Les sites ferroviaires de La Pomme, de La Barasse ou d'Aubagne conjuguent notamment la desserte ferroviaire, la proximité de possibles connections autoroutières, d'aires potentielles d'aménagement et de parkings avec un potentiel de développement multimodal intéressant.

Il appartient au maître d'ouvrage de réaliser les études comparatives des avantages et inconvénients des différents sites envisageables en lien avec le projet de ligne nouvelle et d'en faire connaître les résultats.

Le choix d’une variante de tracé permettant de faire émerger à l'Est de Marseille les RER empruntant la traversée souterraine de St -Charles a clairement la préférence de FNE PACA.

Par ailleurs, toutes les dispositions devront être prise, dans ce secteur, pour réduire au maximum les nuisances sonores générées par le passage des trains.

5- Nombre et positionnement des voies dans la vallée de l'Huveaune / Echéance de réalisation

L’actuelle 3ème voie Marseille – Aubagne, sous réserve d’optimisation de la signalisation et du choix du matériel roulant, permettrait de faire circuler 4 trains par heure et par sens toute la journée. Tous les autres trains sont directs entre La Blancarde et Aubagne (ou au-delà). Circulant à vitesse homogène d’environ 140 km/h sur les voies directes, leur nombre peut être porté au moins à 8 par heure et par sens (cf. configuration similaire entre Genève et Lausanne). Ce chiffre n’étant pas atteint, loin s’en faut, en priorité 1, voire en priorité 2, la nécessité d’une 4ème voie ferrée dans la Vallée de l’Huveaune n’est pas clairement démontrée. Par ailleurs, le projet présenté, avec une desserte des haltes intermédiaires par les voies centrales, se traduirait par la refonte complète des aménagements récemment réalisées, entrainant de nouvelles interruptions prolongées de service ferroviaire et de nouveaux traumatismes dans une vallée éprouvée il y a peu. Une telle perspective à 15 ans n’est pas acceptable.

En outre, des craintes sérieuses sont émises sur le risque de graves conséquences du passage en tunnel de la LN PCA dans la cuvette d'Aubagne, secteur reconnu comme extrêmement sensible et vulnérable du point de vue hydrogéologique et pour le risque inondation. Le maître d'ouvrage doit démontrer que toutes les études ont été faites et les précautions prises pour les éviter et qu'en cas de difficultés majeures qui se révèleraient une solution alternative de passage souterrain pourrait être mise en place offrant toutes les garanties de protection de l'environnement et de la population.

FNE PACA demande explicitement que soit réétudiée avant l'enquête publique préalable à la Déclaration d’Utilité Publique :

- la justification de la 4ème voie de desserte locale jusqu'à Aubagne.

- la possibilité d'aménager une halte « tous services » sur la section Marseille-Aubagne pour optimiser les possibilités de desserte intégrant les fonctionnalités de la ligne nouvelle tout en évitant la création d'une 4ème voie en surface,

- la vérification de la faisabilité d'une solution alternative souterraine pour tenir compte du risque majeur hydrogéologique et inondation qui se révèlerait pour la réalisation d’un tunnel dans la cuvette d'Aubagne. Une solution, déjà envisagée durant la première phase de concertation et qui s'insère dans les limites du fuseau initial - consisterait, en cas de nécessité, à déporter vers le sud de la commune, le tunnel actuellement prévu sous la gare Aubagne en le faisant passer en souterrain dans le flanc du massif de Carpiagne depuis le secteur de La Barasse. Cette solution permet de respecter le passage en tunnel acté qui préserve les communes du Pays d'Aubagne de toute nuisance sonore et d'atteinte environnementale.

- L’ensemble de ces nouvelles approches devront être conduites en tenant compte des préconisations du schéma directeur d’aménagement des eaux (SDAGE) et de la loi sur la protection de la biodiversité.

6 - Capacité de la ligne existante entre Aubagne et Toulon avant 2050 / Voies d'évitement de St-Cyr-sur-Mer

Le dossier du maître d’ouvrage, y compris les réponses apportées aux questions déjà posées par les associations, n’évoque la question de l’utilisation des actuelles voies littorales que pour rappeler qu’elles ne peuvent constituer une alternative, à terme, à la réalisation d’une infrastructure nouvelle, plus directe et plus rapide entre Aubagne et Toulon. De même, l’utilisation des voies d’évitement de St-Cyr est rejetée car présentée comme liée au déplacement de la gare, lequel l’éloignerait de l’urbanisation et se heurterait à l’opposition des propriétaires viticoles.

FNE rappelle qu’il ne propose pas le déplacement de la gare, ni donc d’emprise foncière nouvelle au droit des voies d’évitement. FNE propose la simple utilisation de ces voies comme terminus technique intermédiaire (10’ d’arrêt) de nouveaux trains omnibus Marseille – La Ciotat puis St-Cyr – Carnoules, cadencés à la demi-heure. Ceci permettrait de doubler la desserte des gares du littoral varois tout en permettant le développement de trains directs (qui dépasseraient ces TER omnibus à St-Cyr-évitement. Le peu de trains de fret utilisant actuellement cette possibilité (les statistiques sont les bienvenues) reporteraient, hors pointe, leur halte sur les autres gares de l’axe le permettant.

7 - Tronçon Le Muy - Cannes / Echéance de réalisation

FNE PACA réitère son souhait que le tronçon Le Muy – Cannes, le plus bénéfique en termes de temps de parcours, voit l’échéance de ses études et de sa réalisation avancée dans le temps.

8 - Desserte de l'ouest 06 / Gare de Cannes-la-Bocca

Les présentations faites par SNCF Réseau des nouvelles alternatives (à la demande des élus locaux, mais aussi des associations) laissent entrevoir la nette préférence qui continue d’être accordée par le maitre d’ouvrage à la solution d’une gare ex-urbanisée à Mougins, en dépit de tous les défauts désormais bien connus de ce type de gare, dont l’afflux massif de véhicules particuliers, alors même que l’objectif premier du projet est au contraire de diminuer les flux automobiles.

FNE PACA réitère sa nette préférence au choix d’une gare à Cannes, mieux située au cœur de l’urbanisation, et mieux desservie par les transports collectifs urbains. Pour éviter les dommages d'une gare ex-urbanisée à Mougins, d'une longue trémie à St-Laurent-du-Var, d'un faisceau ferroviaire surdimensionné à St-Augustin et d'une détérioration des embranchements fret, FNE soutient la proposition d'un tunnel plus direct reliant la gare de Cannes-la-Bocca à celle de Nice-Thiers.

9 - Capacité de la ligne entre Cannes et Nice avant 2050 / 4ème voie à quai à Antibes et Cannes

Les prévisions de desserte à l’issue de la priorité 1, voire de la priorité 2, laissent entrevoir un nombre de trains sensiblement égal au nombre actuel sur la ligne littorale, dont une mixité des trains directs, semi-directs et omnibus. Ceci est même inévitable si Cannes n’est pas desservie par la Ligne Nouvelle.

Comment un projet qui se dit accorder la priorité aux trains du quotidien peut-il démontrer son apport sur la qualité de service ou la densité d’offre sur la ligne littorale dans ses conditions ?

Parmi les projets déjà étudiés susceptibles d’apporter un ballon d’oxygène, figure l’aménagement d’une 4ème voie à quai dans les gares d’Antibes et de Cannes. Ces projets doivent être intégrés au projet LN PCA, ou être réalisés d’ici là ?

10 - Plaine du Var / Desserte voyageurs et fret

Les éléments de réponse donnés par le maître d’ouvrage n’apportent pas la démonstration de l’utilité d’arrêts de TGV à proximité d’un aéroport tel que celui de Nice. Nonobstant, l’arrêt systématique de tous les trains, TGV ou TER, en gare de Nice-Aéroport, permettra de réguler (domestiquer) le passage de tous les trains dans l’étroit couloir (une voie ferrée par sens) reliant Nice-Aéroport à Nice-Ville, en espérant que cette régulation ne se fasse pas au détriment du TER.

Le dimensionnement de cette gare (6 voies, voire 8 à terme) interroge, à l’inverse, celui de la gare souterraine de Marseille-St-Charles (4 voies), soumis demain à un faisceau de contraintes au moins aussi élevé que celui de Nice-Aéroport (deux voies en tunnel de part et d’autre).

Par ailleurs, le repositionnement de cette gare et sa connexion à la Ligne Nouvelle ne doivent pas obérer la possibilité de maintenir un accès ferré, notamment pour les trains de fret, à la Plaine du Var, laquelle accueille la plupart des activités utilisant de grandes quantités de marchandises transportables par rail (granulats pour centrale à béton, entrepôts logistiques, marché d’intérêt national …). FNE PACA s’opposera à la restriction de telles fonctionnalités.

 

Voir les commentaires

Lignes à Grande Vitesse : mon point de vue suite au rapport de la Cour des comptes…

26 Octobre 2014, 16:41pm

Publié par jeanyvespetit

2f71aafb38Dans son rapport sur la grande vitesse ferroviaire publié le 23 octobre, la Cour des comptes met en cause le processus de décision qui mène "parfois en dépit de tout bon sens" à la réalisation de nouvelles lignes. Elle alerte sur l'engrenage risqué des cofinancements avec les collectivités  …

 

Bien entendu, cela nous interpelle sur le projet de la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LN PCA) qui concerne notre territoire régional.

 

Le rapport de la Cour des comptes confirme un constat, le modèle économique de la Grande Vitesse Ferroviaire est arrivée en bout de souffle tout comme la méthode pour déterminer le bien fondée d’une nouvelle infrastructure qu’elle soit ferroviaire, routière, portuaire, …

 

De même, le risque d’un manque de fiabilité des cofinancements avec les collectivités est une réalité qu’il convient de prendre en compte pour déterminer nos priorités et nos choix.

En cela, la méthode mise en place par la Suisse pour proposer, choisir, financer et réaliser dans la plus grande transparence une infrastructure de transport est un exemple que la France devrait suivre.

Il me semble évident que l’on ne peut mettre la seule rentabilité pour déterminer si une infrastructure est digne d’intérêt ou pas. L’égalité des territoires au sein de notre République est un élément essentiel pour contribuer à l’aménagement de notre territoire.

Dans ce sens, la LGV PACA, projet uniquement basé sur la grande vitesse n’était pas adapté aux besoins de la région Provence-Alpes Côte d’Azur.  La LGV a muté en  LN PCA, grâce, en partie, aux associations et au groupe écologiste du conseil régional. Ce projet prend mieux en compte la nécessité de doubler l’infrastructure ferroviaire entre Marseille et Nice, voire Vintimille mais il est encore trop dédié aux seuls trains à grande vitesse.

Dans les faits, pour ce qui concerne la LN PCA, la Cour des comptes donne raison à celles et ceux, dont moi, qui demandent depuis le début que la priorité ne soit pas la grande vitesse mais la mixité des circulations ferroviaires (TGV, TER, Fret, …) afin de répondre véritablement à la congestion ferroviaire et routière de notre territoire régional.

Notre région qui compte 5 millions d’habitants plus l’équivalent de 2 millions de touristes dont 80% vivent sur une bande littorale de 30km de large a besoin d’une nouvelle infrastructure ferroviaire.

Axe de transit avec des milliers de camions qui, chaque jour, empruntent l’autoroute A8 mais aussi l’A7, notre région subit une pollution de l’air qui dépasse largement les seuils européens, contribuant ainsi à dégrader les conditions de santé.

La première réponse de la LN PCA qui vise à supprimer le nœud ferroviaire de Marseille et celui de la Côte d’Azur va dans le bon sens.

A ce jour, il manque une garantie pour que ce projet assure une réelle mixité des circulations ferroviaires. Il est nécessaire que RFF et l’Etat l’apportent.

Voir les commentaires

Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur...Priorités aux TER-le Communiqué de la Préfecture...

26 Septembre 2013, 11:32am

Publié par jeanyvespetit

Sans-titre1.jpg

Voir les commentaires

Plan « Investir pour la France »: un signal positif mais qui doit être précisé sur le plan national et régional …

9 Juillet 2013, 21:00pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadriEurope Ecologie Les Verts se félicite des annonces de principe du Premier Ministre sur le plan « Investir pour la France », dont plusieurs rejoignent les analyses et les propositions des écologistes.

En insistant sur la nécessité de bâtir un nouveau modèle de développement et en introduisant pour la première fois un critère d’éco-conditionnalité dans les investissements publics, le Premier ministre oriente clairement l’action de son gouvernement et les politiques publiques vers la transition écologique.

Sur les transports, EELV approuve que le Premier ministre ait repris les priorités établies par la commission Mobilité 21, en concentrant l’effort sur l’amélioration des lignes existantes, le soutien au fret ferroviaire et la mobilité du quotidien. Il rompt ainsi avec le culte des grands projets pharaoniques et inutiles.

Sur la région Provence Alpes Côte d’Azur, les deux nœuds ferroviaires, la traversée et la gare souterraine de Marseille et Cannes / Nice seront traités en même temps d’ici 2023. Cela permettra la circulation d’un plus grand nombre de trains et une meilleure qualité et fiabilité des TER.

Mais il faut aller encore plus loin pour faire face à la nécessaire modernisation du réseau ferré régional.  Le futur contrat de plan Etat / région, 2014/2020, devra prendre en compte nos projets tels que Marseille / Aix phase 2 ou bien l’augmentation de capacités de la gare de Toulon.

En revanche, EELV regrette la contradiction entre l’ambition affichée et le choix de privilégier le scénario 2 du rapport Duron, dans lequel la part laissée aux investissements routiers (25%) reste bien trop élevée. Ce que nous constatons également sur notre région.

Engager la transition écologique et énergétique implique des choix clairs et assumés.

Les annonces sur le logement, la réduction des consommations d’énergie et la lutte contre la précarité énergétique, pour positives qu’elles soient, mériteront d’être précisées.

Sur les grandes orientations du nouveau Programme d’investissements d’avenir (PIA), les annonces du Premier Ministre amorcent les transitions attendues par les écologistes, indispensables pour la France.

Nous resterons attentifs à ce que ce premier pas soit le déclencheur des grandes transitions qui devront être complétées et clarifiées, à la rentrée, avec l’adoption du budget, y compris du Ministère de l’Ecologie, et la grande loi sur la transition énergétique.

Voir les commentaires

Rapport de la commission Mobilité 21 : Pour PACA, de justes priorités, mais des applications discutables …

27 Juin 2013, 14:58pm

Publié par jeanyvespetit

011La commission Mobilité 21 vient de remettre au Ministre chargé des Transports de la Mer et de la Pêche son rapport sur les futures infrastructures de transport en France. Les écologistes saluent l’esprit qui a animé cette commission : priorité donnée à la modernisation des réseaux existants, soutien aux transports collectifs et surtout vision globale des projets à financer. La participation active de la députée écologiste Eva Sas n’y est certainement pas étrangère.

Eva Sas

Un changement de perspective salutaire car le SNIT (Schéma national des infrastructures de transport), élaboré sous le gouvernement Sarkozy / Fillon, n’était plus qu’une liste incohérente de projets démesurés, misant sur la compétition entre territoires et l’orgueil des barons locaux où les questions de financements et d’impacts sur l’environnement étaient bien secondaires.

Le scénario 1 de ce rapport remet enfin de l’ordre dans les priorités et se fonde sur les besoins essentiels des territoires. L’accent est également mis sur le train, un choix cohérent avec les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixés par le Grenelle de l’environnement et par les engagements internationaux de la France.

Pour ce qui concerne la région Provence Alpes Côte d’Azur, 2 projets figurent parmi les 9 priorités nationales :

La résolution du nœud ferroviaire de Marseille avec la traversée et la gare souterraines de St Charles qui permettra, dans les 10 ans à venir, d’augmenter d’une façon significative le nombre de TER ainsi que des trains directs de Toulon / Aubagne vers l’aéroport de Marseille Provence.

L’amélioration d’accès routier du grand port de Marseille / Fos avec la réalisation de l’A56 entre Fos et Salon avec le contournement de Fos.

 

Les écologistes défendront donc le premier scénario, sensé et pertinent, par rapport à un scénario 2 plus coûteux avec de nombreux projets controversés, anti-écologiques et inutiles.


Nous regrettons que le traitement du nœud ferroviaire de la Côte d’Azur ne soit pas parmi les priorités du scénario 1.

 

Lors des élections régionales de mars 2010, les écologistes étions les seuls à dire « Non à la grande vitesse, priorité aux TER ». Après 3 années de présence intense dans les institutions et sur le terrain auprès des associations et des élus, nous ne pouvons qu’apprécier ce premier résultat.


Néanmoins, le second scénario inclut de nombreux projets routiers qui n’ont strictement rien à faire dans un schéma dit « de mobilité durable », aux premiers rangs desquels le contournement Est de Rouen et l’A45.

 

Les enjeux écologiques doivent demeurer au cœur de notre politique de transports, pour un aménagement du territoire durable et solidaire. C’est notre environnement, notre santé, la qualité de vie du monde de demain que nous choisissons aujourd’hui.

Voir les commentaires

Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur ... le Var exclu ...les TER pris en compte ...

14 Juin 2013, 09:50am

Publié par jeanyvespetit

Var Matin - C21

Voir les commentaires

LN PCA … rencontre avec les associations …

5 Mai 2013, 07:05am

Publié par jeanyvespetit

Jeudi 2 mai, nouvelle rencontre, à Toulon, avec les associations favorables ou défavorables au projet de la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LN PCA).

Ce fut l’occasion de faire un point d’information sur ce projet suite à la venue de la Commission mobilités 21 (C21),

Projet qui a gagné en crédibilité et légitimité auprès des membres de la C21 mesurant mieux le retard de notre territoire régional en matière d’infrastructures et les conséquences négatives que cela suscite (voir l'article sur le retour de la C21) .

Mais projet coûteux suite à la traversée de zones urbaines ou contraintes qui nécessitent beaucoup d’ouvrages d’art, cela dans une période budgétaire pour le moins difficile pour l’Etat et les collectivités qui oblige, de fait, à trouver de nouvelles ressources financières.

Dans l’attente du choix de la C21, puis du Gouvernement, nous subissons une période qui est gênante pour disposer d’une vision plus précise de la LN PCA et ainsi permette une meilleure information. Elle est peu appréciée, à juste raison, par les associations mais elle devrait être de courte durée, la C21 devant rendre son rapport mi-juin.

Ce projet a beaucoup évolué / muté vers les besoins et les attentes des habitants de notre région grâce à l’apport de tous mais il suscite encore des craintes. Cette rencontre a de nouveau permis à chaque association de faire valoir son point de vue et de poser de nombreuses questions … sans disposer de toutes les réponses.

A l’issue de cette réunion, Il a été convenu de faire une réunion d’informations et d’échanges sur la situation socio-économique et environnementale de notre région.

ob_e99a14_vue-generale-salle-2-mai-2013.jpg

Photo de Gilles Marcel

 

Voir les commentaires

Ligne nouvelle Provence Côte d'Azur : communiqué des partenaires et rencontre avec les associations et collectifs ...

16 Janvier 2013, 07:06am

Publié par jeanyvespetit

Vous trouverez, ci-dessous, le communiqué de presse des partenaires du projet de « ligne nouvelle Provence Côte d’Azur »  après  à la tenue d’un  COPIL (comité de pilotage) le 9 janvier 2013.

 

Suite à ce comité de pilotage, je rencontrerais  les associations et collectifs pour faire le point sur le dossier de la ligne nouvelle, faire un compte rendu du COPIL  ainsi que de la suite des études en cours pour l’amélioration du réseau ferroviaire régional.

 

Trois dates sont prévues pour cela :

 

- A Marseille le mercredi 16 janvier à 14 h : hôtel de région, 27, place Jules Guesde, salle 300 A

- A Nice le mercredi 23 janvier à 14 h :antenne régionale au 33 rue Notre Dame

- A Toulon le mercredi 6 février à 14 h :antenne régionale du Var, Place de la Liberté.

 

« PROJET DE LIGNE NOUVELLE PROVENCE CÔTE D’AZUR : consensus entre tous les partenaires pour faire de ce projet un acte fort au profit de la mobilité régionale

Le comité de pilotage du projet de ligne nouvelle Provence Côte d’Azur s’est réuni mercredi 9 janvier 2013 à la préfecture de région Provence-Alpes-Côte d'Azur sous la présidence d’Hugues PARANT, préfet de région, en présence des représentants élus des différents co-financeurs. Le président de la Région Provence-Alpes Côte d'Azur, Michel VAUZELLE, ainsi que celui de la Métropole Nice Côte d’Azur, Christian ESTROSI, participaient à cette rencontre.

Le comité de pilotage a pris acte des avancées de l’année 2012, marquée par un important travail de remise en ordre du projet à partir de la prise en compte  des résultats de la concertation publique de 2011, et des enseignements issus des rencontres avec les élus et les associations, conduites depuis juillet 2012,sous l’égide des préfets des Bouches-du-Rhône, du Var et des Alpes Maritimes.

Les membres du comité ont également pris connaissance du sondage IFOP mené en septembre 2012 dans les trois départements concernés, qui indique que 82 % des habitants  de la Région soutiennent un projet de ligne nouvelle qui satisferait à leur besoin de mobilité quotidienne.

Les cofinanceurs ont unanimement réaffirmé leur volonté conjointe de réaliser un grand projet ferroviaire national pour être à la hauteur des enjeux de mobilité des trois métropoles littorales de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et ont unanimement décidé d'une organisation permettant d'éclairer le travail de la Commission  "mobilité 21 " chargée par le gouvernement d'apprécier  les projets inscrits au SNIT.

Le projet de ligne nouvelle doit répondre à plusieurs objectifs :

·         satisfaire les besoins de déplacements du quotidien (capacité, fiabilité),

·         offrir des liaisons rapides entre les métropoles de l’arc méditerranéen et du grand sud-est de la France,

·         désenclaver l’Est de la région.

Les participants ont rappelé que le projet devait prendre en considération le développement de l’intermodalité des gares de la ligne nouvelle avec les autres réseaux de transports (TER, tramways, parkings relais, …) ainsi que transport de marchandises.

Le comité de pilotage a adopté le principe d’un phasage de la réalisation de la ligne nouvelle en différentes tranches fonctionnelles, à dimensionner en cohérence avec les capacités contributives des cofinanceurs.

Les premières analyses concernant ce phasage ont été livrées aux membres du COPIL. Elles ont été élaborées à partir de 4 critères :

- "Déverrouiller" les transports du quotidien dans les secteurs où le réseau ferroviaire est le plus saturé ;

- Accélérer les connexions avec les  réseaux ferroviaires qui progressent rapidement tant en Italie qu’en Espagne.

- Permettre une liaison rapide entre les grandes agglomérations de la Région ;

- Réduire les coûts et les étaler dans le temps selon l'urgence des phases.

Le COPIL a pris acte des conclusions de cette analyse qui conduisent à privilégier le démarrage de cette ligne simultanément à partir des 2 agglomérations niçoise et marseillaise

Le comité de pilotage a mandaté réseau ferré de France (RFF) pour étudier différentes possibilités et formuler, dans les prochaines semaines, des propositions consensuelles à l’attention des cofinanceurs.

Elles devront notamment prendre en compte :

·         l’indispensable augmentation de la capacité du réseau ferré de Marseille, Toulon et Nice afin de dé-saturer ces nœuds ferroviaires

·         l’amélioration des temps de parcours sur l’ensemble des trajets.

·         la poursuite des études pour la mise au gabarit du tracé Nice Aéroport – Vintimille pour un raccordement à la LGV italienne »

Voir les commentaires

Des propositions alternatives contre la LGV-Paca …

23 Septembre 2012, 12:38pm

Publié par jeanyvespetit

DSC04174.JPGC’est le titre de l’article du journal La Provence (édition d’Aubagne) daté du 22 septembre 2012.
http://www.laprovence.com/article/actualites/des-propositions-alternatives-contre-la-lgv-paca


Cet article fait suite à la conférence de presse organisée par Daniel Fontaine, Maire d’Aubagne, et à mon communiqué de presse qui a été publié le jeudi 20 septembre http://jeanyvespetit.over-blog.com/article-que-faut-il-faire-a-la-place-de-la-lgv-paca-110324707.html .


De toute évidence, après la rencontre entre les maires et le préfet de région, le fait de parler, à la place de « feu le projet LGV PACA », de nouvelles infrastructures ferroviaires ne suscite plus un rejet immédiat.


Il va de soi qu’il ne serait pas acceptable de faire une sorte de « copier/coller » en changeant unique le nom d’un projet.


Par contre, la situation sanitaire et sociale de notre région interpelle et ne laisse personne indifférent.


Le fait de proposer également de travailler ensemble sur ce dossier essentiel pour l’avenir de notre région et de ses habitants conforte ma suggestion d’une rencontre des élus et du monde associatif quelque fut leur position sur la LGV PACA.


De même, un certain nombre de propositions ou axes de travail rejoignent totalement la politique entreprise depuis 2010 par le conseil régional :
- Mettre en place un réseau urbain sur notre aire métropolitaine qui s’appuiera sur le réseau ferroviaire avec une sorte de RER adapté à nos besoins avec une tarification harmonisée qui existe déjà en partie et qu’il conviendra d’étendre ;
- En 2013, la Région mettra en service une centrale de mobilité régionale avec l’ensemble des autorités organisatrices de transports qui offrira une information de qualité en vue de facilité l’accès aux transports collectifs et aux aux modes actifs (vélos, covoiturage, auto-partage, …) ;
- Comme je l’indique souvent sur mon blog, la Région, dans le cadre des contrats de projet Etat/région, œuvre en faveur de la modernisation du réseau ferré existant et pour la réouverture au service des voyageurs de plusieurs voies ferrées.


Je proposerais donc rapidement, sur le bassin de vie du Pays d’Aubagne, une rencontre très large afin de faire un point sur la situation actuelle et contribuer à l’élaboration d’un projet correspondant aux enjeux et attentes de nos concitoyens d’aujourd’hui et de demain.

 

Etre uni et soutenir un même projet, c'est ainsi que nous parviendrons à convaincre le Gouvernement et l'Etat de considérer notre région d'intérêt national et débloquer ainsi les moyens financiers nécessaires.

Voir les commentaires

Que faut-il faire à la place de la LGV PACA ?

20 Septembre 2012, 06:26am

Publié par jeanyvespetit

DSC04173Le comité de pilotage du 12 juillet 2012 a acté le principe de transformer le projet « LGV PACA » en un projet de nouvelle infrastructure prenant en compte la situation sanitaire et sociale de notre région.

 

Cette situation ne permet pas de rester sans solutions au niveau de la mobilité. 4 millions d’habitants vivent à moins de 20 kilomètres de la mer entre Marseille et Menton. Le nombre d’habitants va augmenter de 700 000 à 1 million d’ici à 2040.

Actuellement ce sont 35 000 heures perdues chaque jour et cela malgré les projets de transports collectifs en site propre qui seront réalisés dans les années à venir, dont celui d’Aubagne.

 

Chaque jour, ce sont plus de 75 000 déplacements  entre Aubagne et Marseille dont seulement 2% par le ferroviaire.

Marseille figure parmi les villes les plus embouteillées et les plus polluées d’Europe. Les conséquences sur la durée de vie et la santé sont très inquiétantes.

 

Le coût de la voiture est de plus en plus important sur le budget des ménages en raison de l’augmentation régulière du prix des carburants et des péages autoroutiers. Cela a pour effet de contribuer à l’augmentation du nombre d’usagers sur les trains régionaux.

 

L’axe ferroviaire entre Marseille, Aubagne, Toulon, Nice et Menton est saturé. Le nombre de passagers par an attendu d’ici 2023 est de 80 millions (40 millions en 2009).

 

Il est clair et évident que nous ne pouvons pas rester sans rien faire !

 

Le projet « ex LGV PACA » est en train de prendre une nouvelle dimension qui doit tenir compte de la situation alarmante sur notre région. C’est donc le moment pour celles et ceux qui ont combattu ou soutenu la LGV PACA de participer à l’élaboration du futur projet d’infrastructure ferroviaire.

 

Je propose donc, sur le bassin de vie du Pays d’Aubagne, la tenue d’une rencontre avec l’ensemble des collectivités et associations afin d’échanger sur cette nouvelle perspective.

 

Il est de notre responsabilité collective d’offrir aux générations à venir un réseau de transports et de déplacements à la hauteur des enjeux et de besoins.


Gémenos, le 19 septembre 2012 


Jean Yves Petit
Vice président du Conseil régional
Conseiller municipal de Gémenos
Portable : 07 86 14 61 55LOGO EELV fondblanc quadri

Voir les commentaires

1 2 > >>