Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Articles avec #ler

Cars Macron : est-ce bien la solution au dérèglement climatique ? Ma réaction suite au plan de transport de Transdev ...

6 Juin 2015, 07:03am

Publié par jeanyvespetit

Cars Macron : est-ce bien la solution au dérèglement climatique ? Ma réaction suite au plan de transport de Transdev ...

La société Transdev a annoncé hier le lancement de son offre isilines à partir du 10 juillet. Sur la région Provence Alpes Côte d’Azur, cela se traduit par des cars qui doublonneront l’offre publique régionale et inter-régionale de trains et de cars entre Lyon et Marseille et entre Nice, Aix, Nîmes et au-delà.

Aux Régions le soin de continuer, malgré toutes les contraintes budgétaires, d’assurer une desserte équilibrée des territoires. Aux sociétés privées le soin de fragiliser le transport public et le rail, là où circulent déjà des cars et trains régionaux, des TGV et même des trains Thello, cette société elle-même filiale de Trenitalia et de Transdev …

L’abandon annoncé par l’Etat, au travers du rapport Duron, de la circulation des trains Corail InterCités entre Marseille et Nice était donc là pour faire de la place à des cars qui mettront 4 heures de trajet là où le train n’en met que 2,5. Avec une question latente : qui prend en charge l’aménagement des nouvelles et actuelles gares routières ? La puissance publique aussi ? Celle qui vient de rénover les voies ferrées, les gares ferroviaires en les transformant en pôles d’échanges mulimodaux, d’investir dans de nouveaux trains régionaux ?

Soyons sérieux et rationnels : jouons la carte de l'intermodalité et celle de l'égalité des territoires !

A noter que la Région PACA est l’une des régions qui, en France, dispose d’un important réseau de lignes routières avec 22 lignes LER (lignes express régionales) complémentaires avec le réseau TER et irriguant notre territoire régional avec des cars offrant un confort haut de gamme. Chaque année, ce sont plus d’un million d’usagers qui empruntent les LER.

Cars Macron : est-ce bien la solution au dérèglement climatique ? Ma réaction suite au plan de transport de Transdev ...

Voir les commentaires

Réorganisation de l’offre des lignes régionales de transports routiers de voyageurs...

17 Octobre 2014, 17:05pm

Publié par jeanyvespetit

Principes de réorganisation de l’offre des lignes régionales de transports routiers de voyageurs « Lignes Express Régionales »

un LER

Mon intervention lors de l’assemblée plénière du 17 octobre 2014

Le réseau des Lignes Express Régionales (LER) comporte 22 lignes routières parcourant l’ensemble du territoire régional. Adapté en 2007 suite à l'intégration des anciennes lignes TER sur route sous l'autorité directe de la Région, ce réseau s’est construit progressivement par des lignes très hétérogènes.

Les LER répondent à plusieurs fonctions :

- maillage entre les pôles urbains régionaux ;

- compléments de desserte à certaines heures sur des axes TER ou les Chemins de fer de Provence (CP) ;

- compléments de parcours de maillage régional à partir de certains axes TER (exemple : Digne – Val de Durance) :

- désenclavement et desserte du territoire par cabotage.

 

En 2013, les Lignes Express Régionales ont accueilli 1 074 941 passagers, ce qui représente une augmentation de 2,63 % par rapport à 2012. Les LER proposent un service de qualité, en effet, et enregistrent des résultats qualité très satisfaisants :

- un taux de conformité de 86,89 % lors des contrôles qualité,

- un taux de satisfaction de 81,7 % lors des enquêtes de satisfaction,

- un taux de suppression de 0,13 %,

- un taux de ponctualité de 82,8 %.

Toutefois, la qualité et l'efficacité de l'offre régionale peuvent encore être améliorées. Les LER doivent prendre en compte l'évolution des réseaux départementaux, qui se sont largement ouverts aux publics autres que les scolaires. Cette volonté d’amélioration conduit aujourd'hui à proposer une réorganisation du réseau LER avec les objectifs suivants :

- mieux coordonner les offres régionales TER, Chemin de fer de Provence et LER ;

- mieux coordonner avec les services routiers départementaux en spécialisant chacun des services,

- améliorer la qualité de l’offre (vitesse, lisibilité, fréquences) ;

- améliorer la fréquentation et les recettes pour ne pas accroître le déséquilibre d'exploitation.

Plus précisément, la mise en œuvre de cette réorganisation de l’offre régionale de transport routier pourrait obéir aux  principes suivants :

- identifier clairement les fonctions de chaque ligne ;

- renforcer les liaisons de maillage entre les pôles régionaux ;

- mieux coordonner les compléments horaires des services ferroviaires en supprimant ou déplaçant les LER qui ont un trajet et un horaire équivalent aux TER ou aux CP ;

- renforcer les services LER de rabattement rapide vers les TER depuis les principaux pôles ;

- retirer progressivement les LER sur la fonction de desserte fine intra-départementale, en coordination avec les Départements ;

- limiter les arrêts en dehors des principaux pôles d'échanges et supprimer les arrêts les moins fréquentés pour accélérer les LER et les différencier des lignes départementales.

En matière de coûts, le kilométrage parcouru en appliquant le projet de réorganisation montre qu'une économie de l'ordre d'un million d’euros/an sur la charge d’exploitation (de 15 M€/an à 14 M€/an) pourrait être en théorie obtenue à terme, d’autres effets pouvant être escomptés, liés à l’accélération des services et à l’amélioration des recettes. Cette économie permettra de financer des services nouveaux, ainsi, une intensification de l’offre sera proposée à coût constant.

L’évaluation des recettes (7,2 M€ actuellement) est toujours difficile à appréhender en raison de la difficulté d’anticiper finement les comportements des usagers.

 

Par ailleurs, cette réorganisation nécessitant une coordination avec les Départements, une démarche de concertation avec les conseils généraux concernés a été menée, notamment sur le secteur alpin.

Voir les commentaires

Libéralisation du transport par autocars : ne pas faire n’importe quoi … !

16 Octobre 2014, 15:04pm

Publié par jeanyvespetit

EELVPaca bandeau site OKOK 2011Aujourd’hui très réglementé, le transport de passagers par autocar n’est autorisé que dans le cadre d’un trajet international, afin, notamment, de ne pas concurrencer les liaisons en train et en car, financées majoritairement sur fonds publics par le contribuable.

 

Le Ministre de l’économie a décidé de libéraliser, dans le cadre de l’avant-projet de loi «pour l'activité et l'égalité des chances économiques», l’ouverture de liaisons par autocar et de confier leur exploitation à des opérateurs privés.

 

La Région Provence-Alpes-Côte d'Azur a mis en service une offre de transports multimodale (Trains Express Régionaux, Lignes Express Régionales et Chemins de fer de Provence) afin d’irriguer au mieux notre territoire régional.

 

De même, notre Région avec la Région Rhône Alpes offre une desserte TER, le long de la vallée du Rhône, entre Lyon et Marseille.

La Région assure le développement des pôles d’échanges multimodaux (gares routières et ferroviaires) et a harmonisé la tarification entre les TER, les LER et les Chemins de fer de Provence.

Pour compléter cela, une centrale de mobilité www.pacamobilite.fr offrant une information multimodale a été mise en place par la Région avec l’ensemble des autorités organisatrices de transports (voir sur notre site web la page à ce sujet)

 

L’objectif de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur est de faciliter l’accès par nos concitoyen-ne-s à tous les choix de mobilité possibles, en dehors de la voiture individuelle. Et ce, à des tarifs attractifs et accessibles, pour répondre à leur demande croissante de déplacements, tout en contribuant à l’aménagement et l’égalité des territoires, le respect de l’environnement et les enjeux de changement climatique.

 

L’organisation des services de mobilité devrait être largement simplifiée grâce au projet de loi de clarification des compétences des Collectivités territoriales. Celui-ci prévoit de transférer aux Régions l’organisation des services de transports routiers interurbains, qui relèvent aujourd’hui des Départements.

 

Alors le projet de libéralisation du transport par autocars  qui se traduira par une concurrence sans aucun cadre, sera lourd de conséquences structurelles, à la fois pour le secteur ferroviaire mais aussi pour le service public routier voyageur déjà mis en place les collectivités. En effet, cela réinterroge fondamentalement le modèle économique du transport public régional, déjà fragile à cause du manque d’une ressource financière pérenne et dynamique.

 

Le risque est fort de voir une concurrence destructrice sur quelques  lignes réputées  les plus « rentables » et l’abandon de 80 % du territoire français, qui devra continuer à être desservi par un service public aux recettes amputées. Pas sûr que les usagers soient les vrais bénéficiaires de cette réforme aussi douteuse que la gratuité des autoroutes le dimanche.

 

Il convient de se demander ce qu’en pense le Ministre des transports alors que la loi ferroviaire prévoit l’élaboration d’un schéma national des dessertes…

 

En tant que Vice-Président, délégué aux transports, je serai donc vigilant à ce que les choix du Gouvernement en faveur de la libéralisation des liaisons par autocar ne puissent se faire au détriment de l’action menée en faveur du transport public régional depuis de longues années.

En tant que future Autorité organisatrice de la mobilité au niveau du territoire régional, la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur doit pouvoir décider elle-même d’autoriser ou non les dessertes par autocar impactant directement les TER, les LER ou les CP.

 

 

 

Jean Yves Petit

Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

Président de la Régie Régionale des Transports

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

27 place Jules Guesde

13481 Marseille cedex 20

 

Téléphone: 04 91 57 55 63

 

Mobile: 07 86 14 61 55

Voir les commentaires

Inauguration de la gare routière d’Avignon, les principaux éléments de mon intervention …

13 Septembre 2014, 10:59am

Publié par jeanyvespetit

un LERCette gare routière d’Avignon est entrée en fonction le 1° juillet dernier.

La Région ne peut que se féliciter d’une telle réalisation et surtout des conditions de sécurité et sureté qui sont mises en application au sein de ce site qui reçoit en moyenne  380 circulations quotidiennes.

Bravo à tous, entreprises, transporteurs et exploitants de la gare.

Avignon est un véritable lieu de connexions entre :

les lignes routières urbaines, interurbaines en provenance du Vaucluse, de l’Ardèche, du Gard et des Bouches du Rhône mais les lignes régionales  (LER) et internationales ;

les lignes ferroviaires régionales, nationales et internationales

Avignon, ce sont plus d’un million de voyageurs par an au sein de la gare routière mais aussi 2 millions au sein de la gare d’Avignon Centre et plus de 3 millions au sein d’Avignon TGV.

Avignon Centre, gare ferroviaire qui se trouvait à « l’ombre » d’Avignon TGV prend un nouvel essor avec la mise en service de la desserte ferroviaire entre ces deux gares et va continuer d’avoir un rôle important avec l’ouverture de Carpentras / Avignon à la fin de cette année.

Le département du Vaucluse disposera donc d’une véritable irrigation de lignes routières et ferroviaire desservant tout son territoire à la hauteur de son ambition.

Les accès à l’emploi, aux études, à la culture mais aussi au logement s’en trouve ainsi facilités.

La Région contribue à faire de cette terre de festivals une des portes d’entrée de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

 

La Région ne peut que se féliciter de l’engagement de tous les partenaires, les acteurs locaux, l’Etat et l’Europe pour que ces différentes opérations soient une réussite.

Il faut aller plus loin, il faut continuer d’améliorer l’attractivité d’Avignon et du département dans son ensemble.Dossier-3 1070

Il convient d’engager d’élaborer un projet global permettant de rénover la gare d’Avignon Centre, d’en faciliter son accessibilité, notamment pour les personnes à mobilité réduite, de créer une maison du vélo, de favoriser son intégration urbaine et ses connexions avec la gare routière et la gare de transports urbains. Travail à réaliser avec la ville d’Avignon, avec la communauté d’agglomération, le département, la Région mais aussi avec SNCF/RFF …

 

4Enfin, il faut continuer de faciliter l’accès aux transports publics, l’harmonisation des tarifications est essentielle. Une proposition visant à mettre en place un ZOU !ALTERNATIF permettant d’utiliser, par les détenteurs de ce futur abonnement, indistinctement les cars ou les TER sur les lignes Avignon- Carpentras, Avignon- Cavaillon, Orange- Bollène, Avignon- Orange et Avignon- l’Isle sur Sorgues est en cours de discussion avec le CG84 et le Grand Avignon. Une commercialisation pourrait être envisagée le 1er janvier 2015.

Voir les commentaires

Mon intervention lors de l’Assemblée Générale de la FNTV PACA …

16 Avril 2014, 20:34pm

Publié par jeanyvespetit

un LERLes principaux éléments de mon intervention sur le rôle des régions dans le nouvel acte de décentralisation et SRI lors de l'assemblée générale de la Fédération Nationale des Transporteurs routiers de Voyageurs PACA du 16 avril.

 

La loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles dite loi Mapam confie le rôle de chef de file de l’intermodalité et de la complémentarité des modes de transports aux régions et prévoit, en complémentarité du schéma régional des infrastructures de transports (SRIT), l’élaboration de schémas régionaux de l'intermodalité (chapitre III, article 6 de la loi) en l’absence d’autorité organisatrice de transport unique. Mais cette loi doit encore être précisée par des décrets d’application.

 

Le volet 2 de la décentralisation, évoqué par le 1er Ministre, pourra apporter des précisions quant au rôle des régions. Un transfert de la compétence transport des conseils généraux vers les régions est possible. Pour les régions, il est nécessaire d’accompagner la répartition des compétences entre  chaque niveau territorial d’un financement clair, dynamique et pérenne.

 

Le SRI a pour objectif la coordination à l’échelle régionale des politiques conduites en matière de mobilité par les collectivités publiques et notamment en ce qui concerne :

l’offre de services (rabattement, complémentarité des modes, coordination des horaires, modernisation des pôles d'échange intermodaux et leur mise en accessibilité),

l’information des usagers (développement de systèmes d’information multimodaux et recours aux TIC pour favoriser une information en temps réel et fiable),

la tarification (mise en place de titres multimodaux),

la billettique (billettiques intermodales, interopérabilité des systèmes billettiques).

 

Dossier-3 1064Le SRI est élaboré par la Région en collaboration avec les départements et les autorités organisatrices de transport de la mobilité situées sur le territoire régional. Il fait ensuite l’objet d’une concertation avec l’Etat et avec les syndicats mixtes de transport. Puis il est soumis à la concertation publique.

 

Le projet de SRI est arrêté par le conseil régional après avis favorable des Conseils généraux représentant au moins 50 % de la population et de la majorité des AOMD représentant au moins 50 % de la population des PTU concernés et approbation par le Préfet de Région.

 

Important : le nouveau document stratégique sera opposable et entretiendra donc un lien de compatibilité avec les plans de déplacements urbains (PDU).

 

Il devra faire l’objet d’une évaluation à 5 ans, et le cas échéant être mis en révision.

4 

Le Schéma Régional de l’Intermodalité est l’outil opérationnel de mise en œuvre du rôle de chef de file de l’intermodalité et de la complémentarité des modes de transports confiée aux régions par la loi Mapam. Bien que les modalités de réalisation d’un SRI ne soient pas encore arrêtées et validées par décret, la 12ème réunion de travail avec les autres AOT est programmée le 5  mai 2014 afin d’échanger sur la méthodologie d’élaboration du SRI.

 

Le travail en cours dans le cadre de la mise en place de la Métropole Aix/Marseille/Provence doit être l’occasion d’un travail suivi entre les différentes communautés d’agglomérations concernées, la communauté urbaine, le département et la Région.

 

 

Un comité de pilotage des exploitants des lignes LER aura au mois de juin.4

Voir les commentaires