Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Articles avec #energie

En France, les transporteurs routiers font la politique des transports ...

18 Novembre 2016, 19:28pm

Publié par jeanyvespetit

Voir les commentaires

L'humanité va vivre à crédit à partir de lundi...

8 Août 2016, 07:09am

Publié par jeanyvespetit

L'humanité va vivre à crédit à partir de lundi...

Nous aurons consommé toutes les ressources que la Terre peut offrir...

Voir les commentaires

Transition énergétique: EÉLV salue une loi qui prépare l'avenir ...

24 Juillet 2015, 07:00am

Publié par jeanyvespetit

Transition énergétique: EÉLV salue une loi qui prépare l'avenir ...

L'adoption définitive de la loi sur la transition énergétique concrétise un long combat pour les écologistes. Ouvrant une brèche historique dans le pays le plus nucléarisé au monde en actant la réduction de la part de l'atome de 75% à 50% d'ici 2025, la transition énergétique constitue un véritable projet de société tourné vers les solutions d'avenir avec le déploiement des énergies renouvelables et la création d'emplois durables dans des secteurs-clés comme le bâtiment ou les transports.

Surtout, ce projet de loi doit impulser un renouveau dans la définition des politiques publiques en matière climatique, alors que la France accueille la COP21 en décembre. Après ce coup d'envoi déterminant, les écologistes veilleront à la mise en œuvre de ces engagements et à leurs traductions concrètes dans les faits.

> Loi sur la transition énergétique : réaction d’EÉLV
Communiqué du mouveme
nt

> Intervention de Denis Baupin, rapporteur du projet de loi
[Vidéo de l'interventio
n]

> Intervention de Cécile Duflot dans la discussion générale
[Cliquez sur Mme Cécile Duflot - colonne de droite rassemblant tous les intervenant
s]

> “Fiscalité carbone progressive : une nouvelle avancée majeure de la loi“
Communiqué des députés écologist
es

> “La transition énergétique pour les nuls“
Le petit guide pratique d'EÉ
LV

Transition énergétique: EÉLV salue une loi qui prépare l'avenir ...

Voir les commentaires

Eva SAS, députée «Investir dans la transition énergétique» ...

28 Mars 2014, 07:57am

Publié par jeanyvespetit

Publié le 27 mars 2014 dans Libération  Actualités Actualités Dans les médias Presse écrite

 

 

LibéINTERVIEW – Eva Sas Députée Europe Ecologie-Les Verts:


«Il faut une réorientation rapide de la politique économique, après la défaite du PS dimanche. Ce qui est mortifère, c’est le cumul du pacte de responsabilité et la réduction du déficit à 3% en 2015. Accorder une baisse de charges de 30 milliards aux entreprises implique nécessairement une baisse des dépenses publiques et une augmentation de l’imposition des ménages.


«Au lieu d’une baisse de 50 milliards des dépenses publiques, nous écologistes proposons un plan d’investissement massif, notamment dans la transition énergétique. L’Etat vient de reporter sine die le troisième appel à projets sur les transports collectifs. Les deux premiers avaient été souscrits en 2009 et 2011 en pleine crise, il serait aujourd’hui incapable de trouver 450 millions pour financer des tramways et des métros ?


«Sur la politique énergétique, une récente étude OFCE-Ademe montre qu’on peut créer 330 000 emplois dans les énergies renouvelables et la rénovation thermique. Un mégawatt, c’est 9 emplois lorsqu’il est produit par le solaire, 3,3 par l’éolien et 1 par le nucléaire. Un plan de rénovation énergétique créerait à lui seul 70 000 emplois d’ici 2030. Lors des questions au gouvernement, Michel Sapin m’a répondu qu’il était d’accord. Mais pourquoi ne le fait-il pas ? Pourquoi ne se lance-t-on pas dans cette politique d’investissement ? Parce que depuis le début du quinquennat, on a donné la priorité absolue à la réduction du déficit. Sauf que 5 points en moins, c’est 3 points de plus de chômage.»


Recueilli par Matthieu Ecoiffier

Voir les commentaires

Plus d’impulsion à la transition énergétique de la région ! ...

21 Janvier 2014, 14:14pm

Publié par jeanyvespetit

EELVPaca bandeau site OKOK 2011Une Conférence régionale pour la transition énergétique (CRTE) pour soutenir la dynamique.

Ce lundi 20 janvier s’est tenue la première Conférence régionale pour la transition énergétique, avec de nombreux représentants de l’Etat, des collectivités locales, de partenaires sociaux, du monde de l’entreprise et associatif.

Cette transition énergétique, impérative pour faire face aux défis climatiques et énergétique, est également un facteur fort de croissance et de développement économique pour les territoires.

 

Des objectifs clairs…

Le Schéma régional climat Air Energie, élaboré conjointement par la Région et l’Etat et adopté en juin 2013, fixe des objectifs ambitieux pour lutter contre le changement climatique et maîtriser efficacement notre facture et notre consommation énergétique. Il prévoit d’ici 2050 de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre, de diviser par 2 les consommations d’énergie et de produire de manière renouvelables les deux-tiers des besoins énergétiques restants.

 

…mais des consommations d’énergie qui continuent d’augmenter !

Les données de l’observatoire régional de l’énergie (ore.regionpaca.fr) montrent cependant que nous ne sommes pas sur la bonne trajectoire : les consommations d’énergie continuent d’augmenter.

 

Pour des engagements chiffrés de réduction des consommations d’énergie et de développement des énergies renouvelables.

Pour résolument changer d’échelle, la Région et l’Etat ont décidé de rassembler le 20 janvier 2014 cette première conférence régionale pour la transition énergétique (CRTE). S’appuyant sur l’importante mobilisation du 1er semestre 2013 à l’occasion du Débat national sur la transition énergétique, la CRTE – qui se réunira tous les six mois –vise à inciter les entreprises et les territoires à prendre des engagements chiffrés de réduction des consommations d’énergie et de développement des énergies renouvelables. Pour les collectivités locales, des Contrats territoriaux de transition énergétiques et écologiques pourront être formalisés afin de bénéficier de financements dans le cadre du Contrat de plan Etat-Région 2014-2020, en cours d’élaboration.

 

Les élu-e-s écologistes sur tous les fronts de la transition

Le groupe initie et porte très volontairement de nombreuses politiques en faveur de la transition énergétique, comme le soutien aux transports collectifs, à la réhabilitation thermique des bâtiments, à une agriculture biologique de proximité et à la préservation des terres agricoles, à la réduction de l’étalement urbain, à la préservation des espaces naturels, à la recherche et l’innovation en matière d’efficacité énergétique et de production d’énergies renouvelables.

 

Tout dernièrement, en matière énergétique, l’assemblée régionale a voté de nouveaux dispositifs et subventions (entre autres…) :

le principe de la création d’une agence qui apportera un soutien technique et financier aux opérations de réhabilitation énergétique des bâtiments publics et des copropriétés, ainsi qu’un soutien au montage des projets locaux d’énergies renouvelables ; elle verra le jour en juin 2014.

Une subvention de 1 M€ (sur un coût total de 30 M€) au réseau de chaleur et de froid à partir de l’eau de mer (thalassothermie) qui desservira des bureaux, commerces et logements sur le périmètre d’Euroméditerranée à Marseille ;

Une subvention de 100 000 € à une installation solaire de 300 kW sur une coopérative fruitière à Laragne ;

Une subvention de 30 000 pour la création d’une plateforme de bois-énergie à Veynes ;

Une subvention de 36 000 € pour un poste d’éco-diagnostiqueur afin d’aider les ménages à sortir de la précarité énergétique dans le Vaucluse ;

Une subvention de 66 800 € pour l’association Energie Partagée, qui aide au montage de projets citoyens d’énergies renouvelables et d’économies d’énergie…

 

 

Mais il faut plus d’efforts et d’actions concrètes de la part de tous (collectivités, entreprises, associations et citoyen-ne-s) pour atteindre des objectifs en matière de transition énergétique, non pas ambitieux mais absolument nécessaires.

Voir les commentaires

Vers la création d’un opérateur énergétique régional, pour amplifier les économies d’énergie ...

13 Décembre 2013, 16:28pm

Publié par jeanyvespetit

EELVPaca bandeau site OKOK 2011Structure Régionale de Maîtrise de l'Energie sous impulsion et maîtrise Publique

 

Un outil pour baisser la consommation d’énergie, pour augmenter la production des énergies renouvelables et pour favoriser l’emploi en PACA

L’outil que la Région prévoit de créer vise à apporter un soutien aux collectivités et aux opérateurs de logement publics et privés pour monter leurs opérations. Un appui technique sera complété d’une ingénierie financière, voire du financement en tiers-investissement pour les travaux de réhabilitation. Pour les installations d’énergie renouvelables, l’outil régional pourra compléter les fonds propres de l’opération.

 

Qu’est-ce ?

Un instrument technique financier régional sous impulsion et maîtrise publique pour le développement des énergies renouvelables et la rénovation énergétique, donc nécessaire pour amplifier la transition énergétique, en cohérence avec les engagements régionaux, nationaux et internationaux de la France (SRCAE, Plan climat, Grenelle, Orientations FEDER, orientations BPI, orientations ARF…)

 

La Région pourra se positionner ainsi comme un acteur moteur dans le secteur de la rénovation des bâtiments et dans celui de projets d’énergies renouvelables et être garant de l’équilibre territorial dans le développement de ces projets.

 

Sommes-nous les premiers ?

Non ! : Régions Rhône-Alpes, Île-de-France et Picardie déjà engagées dans la création d’un instrument financier ad hoc

 

Que va-t-il faire concrètement ?

prestations de conseil technique et juridique, suivi des opérations, et à plus long terme tiers financement.

 

Pour qui cet outil ?

action en direction des collectivités locales, leurs établissements et les acteurs du logement public et privé très demandeurs d’un tel outil !

 

un levier important pour contribuer aussi à la formation des acteurs économiques régionaux de la construction ;

           

Pourquoi la création d’1 nouvel outil alors qu’on a déjà des politiques régionales dans le sens de la transition énergétique ? (AGIR+, RHEA…)

-  les interventions en subventions directes ou appels à projets présentent certaines limites;

 

-  le développement des projets se heurte aux problèmes de liquidités du secteur bancaire ;

 

 il est nécessaire de massifier le recours aux énergies renouvelables et la rénovation énergétique des bâtiments pour atteindre les objectifs régionaux, nationaux et internationaux en matière de lutte contre le réchauffement climatique ;

 

Quel type de structure ?

 

- Ce dispositif est susceptible d’articuler une Société Publique Locale (SPL) et une Société d'Economie Mixte (SEM) ou une Société de Capital Risque (SCR) mutualisées par un Groupement d’Intérêt Economique (GIE)

Voir les commentaires

Tarifs de l’électricité : les énergies renouvelables ont bon dos ! ...

20 Février 2013, 17:45pm

Publié par jeanyvespetit

eolienne DanemarkLa Commission de régulation de l’énergie (CRE) prévoit une augmentation de 30 % des tarifs réglementés de l’électricité entre 2012 et 2017. Les écologistes dénoncent l’interprétation erronée qui désigne de manière trompeuse le développement des énergies renouvelables comme cause principale de cette augmentation.

Il convient donc de reprendre précisément les raisons de cette hausse de 30%. Pour commencer, 10,4% sont imputables à la seule inflation.

De plus, la CRE indique que cette augmentation est due :

- pour un tiers à l’augmentation de la part « énergie » de la facture (production d’énergie et approvisionnement sur les marchés de gros de l’électricité),
- pour un tiers aux investissements sur le réseau électrique,
- et pour un tiers seulement à l’augmentation de la CSPE, contribution finançant la péréquation tarifaire (égalité de tarif en France métropolitaine, Corse et DOM-TOM), le tarifs d’achat des énergies renouvelables, la cogénération et les aides sociales pour l’énergie (tarif de première nécessité).

Malgré cette claire explication, certains commentaires ne se focalisent que sur la part du coût imputable aux énergies renouvelables, qui représente une partie seulement de ce dernier tiers (40% de la CSPE concerne les autres postes de cette contribution). De plus, d’après la CRE cette proportion restera stable d’ici 2017. Est-il alors légitime de leur imputer une « grande partie » de cette augmentation, comme cela a pu être écrit ?

Plutôt que de chercher la polémique et de pointer systématiquement les énergies renouvelables, les analystes auraient avantage à informer sur d’autres coûts : investissements en sûreté sur les réacteurs nucléaires nécessaires après Fukushima, dérapage des coûts de l’EPR de Flamanville, augmentation des prix des combustibles fossiles ou encore le blocage artificiel des tarifs régulés qu’il faut rattraper.

De même, il faudrait objectivement rappeler que les tarifs d’achat des énergies renouvelables ne dureront pas. Les coûts ont déjà considérablement baissé au contraire de ceux du nucléaire et des énergies fossiles qui n’ont cessé d’augmenter, et continueront d’augmenter à l’avenir.

En cette période de débat national sur la transition énergétique, l’heure devrait être à la pédagogie sur les réalités du coût de l’énergie, pas aux fausses vérités faciles.

LOGO EELV fondblanc quadri

Voir les commentaires

Filière photovoltaïque: une relance bienvenue...

7 Janvier 2013, 21:15pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadri

Le gouvernement a présenté ce lundi 7 janvier un nouveau et attendu dispositif d'urgence pour relancer la filière photovoltaïque en France.

À travers ces annonces de la ministre de l'Écologie, Delphine Batho, le gouvernement affirme sa volonté de travailler en urgence et concrètement à la transition énergétique. Ces mesures favorables à l'énergie solaire vont, pour l'essentiel, dans le bon sens : doublement de l'objectif de mégawatts supplémentaires pour 2013, lancement d'un appel d'offres complémentaire de 400 MW, augmentation des tarifs de rachat pour certaines installations…

De même, EELV approuve le principe de nouvelles mesures destinées à favoriser le développement d'une véritable filière industrielle du photovoltaïque en Europe. Cette filière, basée sur une production localisée et de circuit-court, sera créatrice d'emplois durables qui, à l'instar de l'éolien, constitueront une opportunité pour la nécessaire reconversion de l'industrie française. Ce sont près de 80 000 emplois qui pourraient être créés à échéance 2020 rien que sur le solaire et plus du double pour l’ensemble des énergies renouvelables.


Un signal fort du gouvernement était attendu et il est bienvenu. Il était indispensable de débloquer la situation qui était celle depuis 2 ans de la filière française du photovoltaïque, et de lancer une dynamique nouvelle. L’impulsion est désormais donnée, mais l’accélération reste indispensable pour rattraper le retard pris en comparaison à d’autres pays comme l’Allemagne où 7000 MW ont été mis en service 2011 et encore en 2012. 


Plus largement, les mesures aujourd’hui annoncées doivent s’inscrire dans une stratégie d’ensemble. Il faut d’une part nécessairement associer la multiplicité des acteurs et équipements concernés (développeurs de projets, main d'œuvre dédiée à l'installation et l'entretien, convecteurs électriques…) et d’autre part imaginer une véritable politique industrielle européenne des énergies renouvelables, qui reste encore à construire. Par ailleurs, EELV restera très attentif à ce que le débat sur la transition énergétique et celui sur les nouvelles mesures de fiscalité écologique soient en cohérence avec ces premières avancées et rappelle l'impératif de mettre également en oeuvre une véritable politique de sobriété énergétique.

Voir les commentaires

Un vent d’air frais pour l’éolien à Assemblée Nationale...

5 Octobre 2012, 07:10am

Publié par jeanyvespetit

eolienne-savonius.jpgL’examen de la proposition de loi visant à préparer la transition vers un système énergétique sobre a permis, sous l’impulsion des députés écologistes à l’Assemblée Nationale, d’obtenir des avancées significatives pour le développement de l’éolien ainsi que sur d’autres dispositions importantes en faveur de la sobriété énergétique.


Sur proposition du groupe Écologiste, a ainsi été supprimée la fameuse règle des 5 mats qui obligeait jusque-là tout projet d’implantation d’éoliennes (ou d’extension) à prévoir au moins 5 éoliennes. "Cette règle freinait inutilement le développement des parcs éoliens : ainsi plus de 640 MW de projets ont été stoppées à cause de cette règle dans l’ouest de la France" a indiqué Denis Baupin, député EELV.


De même, comme le demandaient les écologistes, les règles permettant à un projet éolien de bénéficier du tarif d’achat de l’énergie produite ont été assouplies. Jusqu’alors, seuls les projets implantés dans le périmètre d’une zone de développement de l’éolien (ZDE) pouvaient en bénéficier. Dorénavant, les parcs qui seront construits dans les « territoires favorables au développement de l’éolien », tels que les schémas régionaux les ont définis, seront également « éligibles ».


Autre avancée : la libération des communes littorales des Dom-Tom de la situation intenable liée aux contraintes contradictoires de la loi Grenelle 2 et de la loi littoral. Cette règle était un véritable frein au développement de l'éolien dans les Dom-Tom où la plupart des communes sont des communes littorales. Les écologistes auraient souhaité que cette exception au code de l'urbanisme soit également de droit pour les communes littorales de la métropole, elles aussi impactées par ce frein. Mais ils se félicitent d'avoir posé ce débat et qu'il ait pu déboucher sur cette avancée qui donnera un grand bol d'air aux renouvelables dans les DOM TOM.


Les députés du groupe Écologiste regrettent néanmoins que leur amendement visant à une révision du cadre réglementaire pour les éoliennes n'ait pas été adopté. En les enfermant dans la nomenclature des installations classées pour la protection de l’Environnement (ICPE), la loi de 2010 avait fait le choix d’imposer aux éoliennes de relever du régime de l’autorisation, c’est-à-dire du régime le plus contraignant. "Nous proposions que les éoliennes relèvent dorénavant du régime de « déclaration ». Cela aurait allégé la procédure pour les porteurs de projets et les services instructeurs de l’Etat.
Aujourd’hui, les procédures en France sont si lourdes qu’il faut 8 ans pour construire une éolienne en France alors qu'il n'en faut que 4 dans le reste de l'UE, a regretté Denis Baupin. En conséquence nous reviendrons à la charge pour convaincre que la procédure actuelle constitue un handicap majeur au développement d’une filière éolienne en France.


Par ailleurs, lors du débat à l'Assemblée nationale, un certain nombre d'autres avancées ont été obtenues grâce aux amendements du groupe écologiste :

- l'inscription dans le droit de l’énergie de la lutte contre la précarité énergétique comme un objectif majeur (article 1)

- la reconnaissance par la loi des méfaits écologiques et économiques de la pointe de consommation électrique (article 2)
- l’engagement du gouvernement sur la progressivité des bonus et des malus dans le temps, afin de rendre le dispositif incitatif à la rénovation énergétique (article 1)

- l'inscription de la maîtrise de la consommation énergétique et de la lutte contre la précarité énergétique dans les objectifs de la Commission de Régulation de l'Energie qui pilote la fixation des tarifs (article 5)

- un rapport du gouvernement sur la nécessaire progressivité de la part fixe de l’abonnement énergétique, afin de rendre réellement progressifs les tarifs payés par les usagers (article 2).


Selon Denis Baupin, "Cette proposition de loi adoptée par l’Assemblée Nationale inscrit des avancées conséquentes vers la sobriété énergétique et pour les énergies renouvelables. En ce qui concerne les tarifs, elle constitue une première étape vers les tarifs progressifs.


Elle accroît significativement l'aide aux précaires. L'effort devra être poursuivi pour que l'engagement numéro 42 du candidat Hollande soit totalement tenu".eolienne_Danemark.jpg

Voir les commentaires