Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Comité de pilotage relatif à la réouverture de la ligne ferroviaire Digne-Saint-Auban...

9 Février 2013, 08:35am

Publié par jeanyvespetit

De ce comité de pilotage, il en ressort les points essentiels suivant :

-          Une volonté partagée de faire aboutir la réouverture de la ligne Digne / Val de Durance

-          Poursuivre des études pour trouver la meilleure solution, au meilleur coût et avec toutes les garanties de sécurité à propos de la traversée du site Arkéma;

-          Un souhait de voir confirmer toutes les contraintes qui déterminent, actuellement, le coût présenté pour rénover l’infrastructure

-          La nécessité de prendre en compte le développement économique et l’évolution démographique de ce territoire afin d’affiner les besoins en matière de déplacement.

« A l’issue du comité de pilotage, l’Etat, le Conseil régional et le Conseil général ont réaffirmé leur souhait de faire aboutir le projet de réouverture de la ligne ferroviaire Digne-Saint-Auban dont les études d’avant-projet pourraient relever du CPER 2014-2020. »

Un comité de pilotage positif !

Merci à tous les éluEs et collectivités ainsi qu'au réseau associatif qui soutiennent ce projet important pour l'égalité des territoires et pour le droit d'accès à toutes et à tous au service public ferroviaire.

Lire le communiqué de presse officiel ci-dessous :

 

Un comité de pilotage relatif à la réouverture de la ligne ferroviaire Digne-Saint-Auban s’est tenu lundi 4 février à 15h en préfecture en présence de Michel PAPAUD, Préfet des Alpes-de-Haute-Provence, Gilbert SAUVAN, Député, Président du Conseil général et Jean Yves PETIT, Vice-président du Conseil régional. Ce comité de pilotage a été suivi par une réunion d’information et de concertation avec les maires concernés par le projet de ligne ferroviaire.

Le comité de pilotage a permis d’analyser les suites à donner au projet de réactivation de la ligne ferroviaire Digne-Saint-Auban au regard des résultats de différentes études menées sur la ligne. Les études relatives à la traversée d’Arkéma, qui ont été présentées par Réseau Ferré de France, font apparaître un coût des travaux compris entre 28 et 63 M€ selon l’option retenue, à ajouter au coût des investissements ferroviaires qui pourraient, en première analyse, approcher les 70 M€. Une expertise juridique et technique sera conduite afin d’optimiser, autant que faire se peut, ce coût dans le respect des enjeux de sécurité.

Une étude sera par ailleurs nécessaire pour approfondir la définition des besoins des usagers. Enfin le comité de pilotage a souhaité qu’une réflexion soit conduite pour confirmer les contraintes des mesures adoptées pour le chiffrage du coût des infrastructures.

Ce projet est complémentaire du projet de réaménagement de la RN 85 entre Digne et Les Mées dont l’itinéraire préférentiel a été arrêté à la suite au comité de pilotage du 6 juillet 2012. Ces deux projets ne s’inscrivent toutefois pas dans le même calendrier eu égard à la complexité des analyses techniques et juridiques à conduire et des procédures à mener.

Par ailleurs, les membres du comité de pilotage ont décidé d’engager sans attendre  une réflexion sur les solutions d’optimisation et de renforcement des transports en commun existants. Le comité souhaite que ces solutions puissent être mises en œuvre au plus vite afin d’obtenir rapidement un niveau de service de transport en commun répondant aux besoins des actifs et résidents bas-alpins, y compris occasionnels.

 

L’Etat, le Conseil régional et le Conseil général

réaffirment leur souhait de faire aboutir le projet de réouverture de la ligne ferroviaire Digne-Saint-Auban

 

Voir les commentaires

Sureté dans les gares et à bord des trains, ma rencontre avec le Préfet de police …

9 Février 2013, 08:08am

Publié par jeanyvespetit

La demande de rencontre faite par moi-même, au nom de la Région, auprès du Préfet de Police fait suite aux différentes agressions sur des personnels de la SNCF, qui, d'ailleurs, avait provoqué un droit de retrait des contrôleurs courant janvier.

sans-titre-copie-1

Un constat:

Le département des Bouches-du-Rhône représente 48,79 % de la totalité des faits relevés sur la région Provence Alpes Côte d’Azur en 2012 (6944 actes).

Un zoom sur la ligne d’Aix-en-Provence met en évidence la tendance à la hausse pour toutes les catégories (+45,7% au total) alors même que cet axe fait l’objet d’un dispositif spécifique.

J'ai donc pu, à l'occasion de la rencontre du 05/02, précisé au Préfet de police qu'il était nécessaire que l'Etat "prenne la main" et coordonne l'ensemble des acteurs concernés afin de:

- de créer un comité local de sureté sur l'aire métropolitaine afin qu'un dispositif de sureté soit réactif et agisse sur l'ensemble des axes ferroviaires qui desservent ce territoires (Marseille vers Aix; vers Aubagne / La Ciotat; vers la Côte Bleue; vers Vitrolles aéroport / Miramas);

- de créer un pôle de sureté en gare de Marseille St Charles qui intègre et mette en synergie commune les moyens de l'Etat, de la SNCF et de la RTM

- de prendre l'initiative de réunir les collectivités, autorités organisatrices de transports, afin de permettre une meilleure intégration des gares dans l'espace urbain, de favoriser leur humanisation et d'agir en faveur de l'égalité des territoires.

Ce fut l'occasion pour préciser que la Région est impliquée dans l'action contre l'insécurité avec un financement supplémentaire (8 M€ au total) d'équipes de médiations et de gardiennages présentes sur certaines gares et haltes, d'éducateurs à bord des trains et pour augmenter les effectifs de la police ferroviaire mais aussi pour installer la vidéo surveillance à bord des trains.

Le Préfet de police, qui a très bien compris la situation, a apprécié les propositions faites par la Région et a indiqué qu'il allait agir dans ce sens là !

A suivre donc !

Voir les commentaires

Métropole, un demi-échec de la méthode gouvernementale ? + article "Marsactu" ...

8 Février 2013, 17:29pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadri

 

La Ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, est venue, ce jour, à Marseille.

Il est regrettable que le collectif des Maires qui n’a pas accepté la Métropole ait refusé de venir discuter avec la Ministre.

La situation devient « pagnolesque ». Cette « guerre de tranchées » décrédibilise notre territoire alors que les attentes et les besoins de nos concitoyens et du monde économique n’ont jamais été aussi forts. D’ailleurs, la société civile s’est impliquée dès le départ pour ce projet de métropole.

 

Un même constat est partagé : notre territoire est en retard sur les principaux sujets (emploi, éducation, logement, transports, environnement, foncier agricole, …) face à d’autres, à l’image du Grand Lyon.

Marilyse Lebranchu a évoqué la création d’une métropole non plus en 2014 mais en 2016.

 

Pour les élu-e-s écologistes, les orientations prises par le Gouvernement vont vers un nouvel « habillage » mais sans réel changement. Ce projet ne répond pas à nos attentes.

 

Cependant, nous continuerons à nous positionner comme une force de proposition dans la période d’installation de la métropole.

 

Aussi, nous demandons :

-        la mise en place d’un véritable débat public afin de permettre à tous nos concitoyens de s’approprier le fait métropolitain

-        la mise en place d’un scrutin universel et direct pour élire les futurs conseillers métropolitain au côté des Maires

-        l’élaboration collective d’un véritable projet ambitieux

-        des assurances de la part de l’Etat d’un engagement financier conséquent en faveur de notre territoire, qui doit être considéré comme une priorité nationale.

 

 

François-Michel Lambert, député EELV

Jean-Yves Petit, vice-président (EELV) au Conseil Régional, en charge des transports et de l’éco-mobilité

Sophie Camard, co-présidente du groupe EELV/Poc au Conseil Régional, présidente de la commission emploi, dvpt économique régional, enseignement supérieur et innovation

Pierre Semeriva, vice-président EELV à la CUM-MPM, délégué au  «Développement durable, Plan climat, maîtrise de l'énergie, Haute Qualité Environnementale »

 

lebranchu323 

Voir les commentaires

Banques : une avancée historique vers la transparence ...

7 Février 2013, 18:50pm

Publié par jeanyvespetit

Groue ANLa commission des Finances de l’Assemblée examinait ce soir le projet de loi sur la séparation et la régulation des banques qui vise à mieux encadrer les activités bancaires. A l’occasion d’un débat riche et dense, l’amendement porté par les députés écologistes Eric Alauzet et Eva Sas imposant aux banques la transparence de leurs activités à l’étranger, notamment dans les paradis fiscaux, a été adopté.

Après les crises de 2008 qui avaient mis en évidence les abus et les dérives de certains établissements financiers, la mise en place de mesures de contrôle et de régulation étaient indispensables. C’est la raison pour laquelle les députés écologistes ont fait en sorte que le projet de loi porté par Pierre Moscovici soit renforcé par un volet « transparence » et « lutte contre les paradis fiscaux » : l’amendement prévoit, dès l’exercice 2013, la publication par les banques d’une liste de leurs activités pays par pays comprenant notamment le nom et la nature d’activité, le produit net bancaire et les effectifs en personnel.

Pour Eric Alauzet, député EELV et membre de la commission des Finances, "grâce à cet amendement de transparence bancaire, notre pays aura désormais les moyens de dissuader les implantations de filiales bancaires dans des pays où la réglementation est peu contraignante et peu risquée. C'est également un premier pas important en matière de lutte contre l'évasion fiscale. »

Eva Sas, députée EELV et Vice-Présidente de la commission des Finances, considère également que « la France est le premier pays à mettre en place une telle mesure de transparence et de lutte contre les paradis fiscaux. Nous aurions pu ajouter le bénéfice net comme critère supplémentaire, cela aurait donné des informations sur la stratégie d’optimisation fiscale des banques elles-mêmes. Mais les deux premiers critères sont déjà un pas historique dans la lutte contre les paradis fiscaux. »

Voir les commentaires

Donnons-nous les moyens d'une Europe politique ...

7 Février 2013, 18:46pm

Publié par jeanyvespetit

drapeau européen

 

Par des EURODÉPUTÉS EUROPE ECOLOGIE-LES VERTS dont José Bové, Yves Cochet, Daniel Cohn-Bendit, Hélène Flautre, Michèle Rivasi, Yannick Jadot, Eva Joly, François Alfonsi, Sandrine Bélier, Malika Benarab-Attou, Jean-Paul Besset, Jean-Jacob Bicep, Karima Delli, Catherine Grèze, Nicole Kiil-Nielsen et Karim Zeribi.

7 February 2013

Libération

Après l'échec du sommet de novembre 2012, les chefs d'Etat et de gouvernement se retrouvent à Bruxelles en cette fin de cette semaine pour aboutir à un compromis sur le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020 : en fixant le plafond des grandes catégories de dépenses du budget européen pour les sept prochaines années, l'Union doit décider de se donner ou non les moyens de sortir de la crise qui frappe ses citoyens et préparer l'avenir.

Malheureusement, le compromis mis aujourd'hui sur la table par le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, n'est pas à la hauteur. Conservateur en volume, en priorités et en contenus, totalement inadapté à la situation économique et politique actuelle, il opère des coupes drastiques par rapport à la proposition initiale de la Commission, elle-même déjà en retrait par rapport aux positions du Parlement européen. S'il devait être adopté, ce compromis se traduirait par une baisse, dès 2014, de près de 8 % du budget annuel de l'Union européenne (UE).

En clair, le Conseil prépare pour l'Europe un plan d'austérité sans égal : aucun Etat membre ne serait en mesure de s'infliger une telle cure. Alors que les compétences d'une UE élargie s'accroissent, avec notamment la mise en place de la supervision bancaire, nécessitant des moyens humains et financiers pour être efficace et protectrice, le budget de l'Union serait renvoyé, en volume, au niveau qui était le sien au milieu des années 90 !

Fruit du marchandage d'Etats-membres que le président du Conseil européen est allé «acheter» les uns après les autres, le compromis Van Rompuy ne prépare en rien l'avenir des Européens. Ainsi, le premier poste de dépense reste destiné à une politique agricole commune productiviste et dépassée qui tourne le dos à un nouveau modèle agricole socialement juste et écologiquement soutenable. Dans le même temps, les dépenses d'avenir - la recherche, l'investissement, la jeunesse - et de solidarité internationale - aide au développement et humanitaire - passent systématiquement à la trappe.

Basé sur les contributions nationales des Etats-membres, le fonctionnement budgétaire de l'UE est à bout de souffle. Chacun d'entre eux cherche durant la négociation à récupérer sa mise via les politiques européennes : cette recherche du meilleur «taux de retour» est mortifère pour l'intérêt européen. C'est pour mettre fin à ce système que les écologistes soutiennent la mise en place de ressources propres. En affectant au budget européen une partie du produit de la taxe sur les transactions financières qui doit être bientôt lancée entre onze Etats membres, l'Union serait dotée d'une recette autonome permettant aux Etats participants de diminuer leur contribution nationale.

C'est donc dans un contexte tendu que le sommet s'ouvre aujourd'hui à Bruxelles. En s'accordant sur un plan d'austérité peut-être encore plus dur que celui déjà évoqué, les gouvernements européens refuseraient à l'UE les moyens de sortir de la crise. Tout aussi grave, ils videraient de son sens politique les prochaines élections européennes. Comment imaginer faire campagne et porter des propositions pour réorienter l'Europe en 2014 si les volumes budgétaires disponibles sont tellement insuffisants qu'ils l'interdisent ?

Le pire n'est jamais certain mais si le sommet devait déboucher sur un tel accord, il sera alors de notre responsabilité, de fédérer une majorité parlementaire pour le rejeter. Les écologistes et leurs alliés seraient peut-être accusés d'ouvrir une crise politique. Mais face aux marchandages d'arrière-boutique, n'est-il pas plus sage de redonner la parole aux citoyens ? Les futures élections européennes, prévues dans moins de dix-huit mois, doivent permettre à toutes les forces politiques de se positionner enfin clairement. Le Parlement européen nouvellement élu et doté d'une légitimité démocratique sans pareil pourrait alors relancer la négociation sur de nouvelles bases. A tout prendre, en 2013, l'absence d'accord est préférable à un accord antieuropéen que nul ne pourrait plus remettre en cause avant 2020.

Voir les commentaires

Article dans Aquo d''Aqui: « lo pièger seriá de ren faire dins lei transpòrts regionaus »

7 Février 2013, 16:17pm

Publié par jeanyvespetit

titre_4669701.png

5191366-7746016.jpgJoan Ives Petit : « lo pièger seriá de ren faire dins lei transpòrts regionaus »

Les budgets sont en baisse, les futurs contrats de plan indécis, et les perspectives démographiques alarmantes. Dans un contexte difficile, Paca peaufine cependant plusieurs études pour lancer ou pour booster des lignes ferroviaires. Le vice président de Paca délégué aux Transports, écologiste, n’est pas favorable à la LGV, par contre tous les projets intrarégionaux trouvent grâce à ses yeux s’ils résolvent un problème territorial.

Son restrenchs e subretot desconeissuts, lei budgets « transpòrt » de Provença. Pasmens lançatz mai d’un projècte. Vos sembla rasonable ?

 

Cliquez ici pour continuer de lire cet article ...

 

Lundi 4 Février 2013

Michel Neumuller

Voir les commentaires

Pour un accès des usagers sur les TGV et TET durant la période de travaux sur Montpellier / Nîmes /Arles / Marseille / Nice …

3 Février 2013, 13:03pm

Publié par jeanyvespetit

bandeau LGVCe n’est pas un sujet nouveau, mais depuis l’augmentation des chantiers sur l’infrastructure ferroviaire sur la transversale Sud, entre Bordeaux / Toulouse / Montpellier / Marseille et Nice les conséquences sont importantes sur la régularité et  sur le nombre de trains mis à la disposition des usagers.

 

C’est bien le cas pour l’offre de transport entre :

Montpellier / Nîmes / Tarascon / Arles / Marseille

et entre Marseille / Toulon / Les Arcs / Nice

 

A plusieurs reprises la SNCF a indiqué à la Région qu’elle ne serait pas en mesure de faire circuler tous les trains (TGV, TET, TER et Fret) dans de bonnes conditions.

 

J’ai toujours répondu à la SNCF, notamment à Guillaume Pépy lors de sa venue à Marseille le 7 décembre voir ici , qu’une adaptation de l’offre, avec un nombre de trains inférieur, était possible tout autant que le nombre de place offerte aux usagers reste le même. Pour cela, il convient de permettre l’accès à certains TGV et TET aux usagers avec la tarification régionale.

 

A titre d’exemple, nous demandons à la SNCF, l’accès des trains suivant :

 

le TGV de 17h30 au départ de Marseille, en direction de Montpellier

le TET de 18h35 au départ de Nîmes, en direction d’Arles et Marseille

le TET de 17 h 01 au départ de Marseille, en direction de Nice (correspondance à Toulon pour desservir les gares entre Toulon et Les Arcs et correspondance aux Arcs pour desservir les gares vers Nice)

l’accès à tous les trains existants entre Marseille et Nice après 18 h 30 du lundi au jeudi et après 20 h 30 les vendredis, samedis et dimanches

l’accès à tous les trains réguliers entre Toulon et St Raphael et Toulon et les Alpes Maritime

 

Nous attendons une réponse rapide de la part de la SNCF, que nous espérons positive, afin d’améliorer la fiabilité de l’offre de transport et permettre aux usagers de continuer à se déplacer dans les meilleures conditions possibles.  

 

A suivre donc !

Voir les commentaires

Sur demande de la Région, les actions de la SNCF pour fiabiliser l’offre TER entre Marseille – Aubagne -Toulon – Les Arcs...

3 Février 2013, 11:28am

Publié par jeanyvespetit

Lors de l’assemblée générale de l’association des usagers de la gare des Arcs / Draguignan, j’ai indiqué que, lors de mes vœux pour l’année 2013, j’avais deux axes qui étaient, pour moi, prioritaires en matière de qualité et de fiabilité de l’offre TER :

 

dossier-2-0692.JPG 

 

- Marseille / Arles / Tarascon / Nîmes / Montpellier

- Marseille / Aubagne / Toulon / Les Arcs

 

Cela suite à une dégradation des conditions de déplacement, continue et importante, pour les usagers.

 

Pour ce qui concerne l’axe « Marseille / Aubagne / Toulon / Les Arcs », j’avais donc demandé à la SNCF un suivi hebdomadaire et des actions fortes pour remédier à cette situation du, en grande partie, au matériel roulant et aux multiples travaux sur la voie ferrée.

 

En fin de semaine dernière, le directeur régional de la SNCF, Philippe Bru, a reconnu les difficultés quotidiennes vécues par les usagers et a pris les décisions suivantes :

 

- le retour des TER supprimés pour cause de production entre le 9 décembre 2012 et le 4 février 2013 après avoir résorber le retard des opérations de maintenance sur le matériel roulant.

A noter que demeurent, sur cet axe, des locomotives dont la fiabilité est très fragile vu leur ancienneté. La Région a commandé 16 locomotives plus récentes qui seront mises en service avant l’été ;

- une adaptation d’une trentaine de sillons horaires de trains afin de tenir compte des effets des travaux sur le temps de parcours des trains et leurs conséquences sur la régularité des trains ;

- un suivi hebdomadaire de cet axe avec la désignation d’un responsable pour l’ensemble des activités de la SNCF ;

 

D’autre part, un plan d’actions détaillé, ci-dessous, est mis en place avec l’objectif :

- 0 suppression de trains

- Départ à l’heure des gares origines Toulon et Marseille St Charles

 actions TLN-MSC 1

actions-TLN-MSC-2.JPG

A noter que la Région a renouvelé sa demande pour que tous les TER Intervilles  (Marseille / Toulon / Nice) aient une composition augmentée de 2 voitures corail.

 

On peut constater que ce plan d'actions devrait permettre une meilleure réactivité en cas d'aléas, d'éviter des suppressions de TER et d'agir en vue d'une meilleure, espérons le vivement, information en direction des usagers.

 

Le suivi hebdomadaire nous permettra de voir très rapidement les impacts sur la qualité et la fiabilité des TER.

 

Un grand merci aux associations et aux collectifs d’usagers pour votre veille dossier-2-0696.JPGquotidienne  et pour votre contribution active à l’amélioration de l’offre de transport.

Voir les commentaires

Echanges avec Laurent Théry, préfet délégué au "projet de l’agglomération Marseille-Provence" ...

1 Février 2013, 14:54pm

Publié par jeanyvespetit

Jeudi 31 janvier, j’ai eu l’occasion de rencontrer, avec le Président et les groupes de la majorité du conseil régional, le Préfet Théry en charge du projet relatif au fait métropolitain.

 

Sa biographie / son parcours : http://www.marsactu.fr/politique/thery-un-prefet-pour-batir-la-metropole-a-marseille-28814.html

 

 wrp-img_0024_gregory_mahieu__lille_metropole--1-.jpg

Le Préfet Théry  a mis l’accent sur la question primordiale de l’articulation profonde Métropole/Région, emboitement des échelles mais pas de concurrence

Les compétences de deux institutions vont se recouper mais les compétences de la Région devront être respectées

 

Le projet de loi devrait être présenté à la mi-mars au Conseil des Ministres puis un débat parlementaire qui débutera avant l’été puis se terminera par un vote final à l’automne.

 

Métropole : l’état du dossier (descriptif par le Préfet) :

- Les 6 intercommunalités seront fusionnées, soit 1.8 million d’habitants

- Arles n’en fera pas partie (40% du territoire, 8% de la population)

- maintien des compétences actuelles de la Communauté urbaine de Marseille + quelques autres : Environnement, Habitat (de l’Etat vers la métropole), éventuellement la Recherche et l’enseignement supérieur.

 

Modes de gouvernance :

Un Conseil métropolitain composé d’un peu plus de 200 personnes (les communes, le plus souvent qui seront essentiellement représentées par le Maire et la ville de Marseille qui sera représentée par 80 conseillers environ et serait donc minoritaire)

                              

Intercommunalités : création de sous-ensembles, « Conseils de territoires », ce sont les élus du Conseil métropolitain (donc les maires pour l’essentiel) qui seront les conseillers du territoire, pour assurer la gestion opérationnelle de proximité des compétences.

Il n’y aura pas de scrutin direct pour élire les conseillers métropolitains mais un fléchage lors des élections municipales.

Pas de création d’une couche supplémentaire, mais la substitution des communautés d’agglomérations actuelles par la Métropole.

 

La relation entre la Région et la métropole sera contractuelle

 

La Région sera chef de file en matière économique, c’est logique, naturel mais la métropole aura une compétence économique avec un angle d’attaque plus opérationnel.

Elle en débattra avec la Région dans un cadre général où la Région est chef de file

 

La fiscalité sera située au niveau central.

 

-          Tout ce ceci fait débat, voir la manifestation des Maires (refus des élus toujours aussi mobilisés) ;

-          Période transitoire avec une application de la loi au 1er janvier 2015 pour la métropole Aix / Marseille / Provence

-          un Conseil des Maires est évoqué par la ministre : il est probable que cela soit dans la Loi.

 

La Suite :

- passage bientôt en mission interministérielle : pour poursuivre la réflexion et entamer - la transition jusqu’au 1er janvier 2015

- Mise en place d’un Comité politique où la Région sera associée avec le Conseil Général, la Ville Marseille, et les autres collectivités qui le souhaiteront, …

- Mise en place d’un autre comité dit d’orientation avec la société civile.

 

 

Les remarques faites au Préfet par les éluEs Europe Ecologie :

 

Le Citoyen, aujourd’hui, est perdu entre les différentes collectivités. Il ne faut pas que la métropole soit une couche supplémentaire. Vu le périmètre géographique de la métropole, faut-il maintenir le département ?

 

L’absence d’une élection au suffrage universel  des conseillers métropolitain est regrettable, l’attente de nos concitoyens est forte comme on a pu le constater lors de la conférence métropolitaine du 21/12/12.

 

Sans une ressource dédiée au transport public régional (TER), on ne fera pas grand-chose pour disposer d’un véritable réseau de transport métropolitain. Il est essentiel que la Région soit le chef de file Transport avec une réelle capacité de coordination et que le Gouvernement mettre les moyens financiers nécessaires vu les retards constatés sur notre territoire.

 

 

Conclusion temporaire ! Il faut donc une grande Région avec grande Métropole, un couple Région / Métropole dans un partenariat équitable


infog-gr2013.jpg

Voir les commentaires

Article de La Provence: La métropole au coeur des enjeux 2013 des éluEs EELV 13-Est ...

28 Janvier 2013, 14:16pm

Publié par jeanyvespetit

LP-éluEs13-Est



Voir les commentaires