Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Journée Nationale des Voies vertes et inauguration de la piste cyclable entre Arles et Mas Thibert ...

23 Septembre 2013, 06:40am

Publié par jeanyvespetit

069.JPGLe 21 septembre, une manifestation fut organisée par l’APROVEL (Salon de Provence), délégation pour les Bouches du Rhône de l'AF3V (Association Française pour le développement des véloroutes et voies vertes) 

La manifestation avait prévue des balades à pied et à vélo en famille, de nombreuses animations et l’inauguration de la voie verte Arles - Mas Thibert, section de 16 km de la véloroute ViaRhôna réalisée par le Conseil général des Bouches du Rhône avec le concours financier de la Région et de la Compagnie Nationale du Rhône.

077.JPG

Ce fut l’occasion pour moi de rappeler au nom de la Région nos actions et nos engagements en faveur du développement des déplacements à vélo :

-       La mise en place d’un cadre de financement des projets d’aménagements cyclables, en accompagnement des collectivités locales :

o    Au titre du schéma régional des véloroutes et voies vertes, auquel appartient la Via Rhôna,

o    Au titre de l’intermodalité TER-Vélo, en participant d’une part, au développement de liaisons cyclables structurantes visant à améliorer la desserte des pôles d’échanges TER et d’autre part, en participant au développement de parcs vélos en gares.

-       Le soutien au développement de services vélo en gare : stationnement des vélos, atelier de réparation, information, etc.  Exemple d’un espace entièrement dédié au vélo en cours de réalisation en gare centre d’Aix : espace Relais Vélo, dont l’ouverture est programmée début 2014 (phase de démarrage : stationnement des vélos).

Le soutien particulier à la réalisation de la ViaRhôna, dans le cadre du programme interrégional « Plan Rhône », a été souligné, en précisant qu’il s’agit d’un axe structurant, avec le tourisme fluvial, du développement touristique des territoires traversés par l’itinéraire cyclable.

Vive le vélo !

068.JPGDossier-3-1394.JPG

Voir les commentaires

Le Pass Zou ! Alternatif ... le premier pas vers une tarification unique ...

21 Septembre 2013, 06:27am

Publié par jeanyvespetit

2.png

Enfin un premier pas vers une tarification unique avec ce Pass Alternatif  entre Marseille / Aix ou Aubagne.

Le mercredi 18 septembre, ce fut donc le lancement officiel avec le CG13, MPM, la SNCF et la Région. Ce fut possible grâce à la volonté politique de mon collègue André Guinde, vice président transports du CG13.

3.png

Bien entendu, il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin, les attentes dont fortes de la part des usagers et les enjeux importants et urgents (métropolitains, sociaux, environnementaux, …). La prochaine étape, en 2014, je l’espère, ce sera le même Pass Zou ! Alternatif entre Marseille et la gare de Vitrolles Aéroport Marseille Provence.

Mais, je souhaite et je ferai en sorte que le travail se poursuivre sur une tarification unique sur les différentes aires métropolitaines mais aussi sur les différents axes multimodaux de notre région.

Merci beaucoup à Gilbert Soulet pour les photos.4.png5.png6.png

Voir les commentaires

Lettre au Préfet de région à propos de la ligne Nice/Breil/Tende/Cunéo...

21 Septembre 2013, 06:19am

Publié par jeanyvespetit

logo paca
Le Vice-président,
Délégué aux Transports et à l’éco-mobilité
 

 

 

Monsieur Michel CADOT

Préfet de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Place Félix Baret0

13282 MARSEILLE CEDEX 6

 

Marseille, le 19/09/2013

 

Monsieur le Préfet de Région,
Par le présent courrier je souhaite attirer votre attention sur l’urgence d’un positionnement de l’Etat en ce qui concerne la rénovation de l’infrastructure de la ligne NICE- BREIL-TENDE.
Cette ligne est aujourd’hui, pour sa partie française  BREIL – TENDE – frontière italienne, sous la menace d’une mesure de ralentissement généralisée en Décembre 2013.  RFF nous a confirmé par lettre du 18 juin que, SNCF Infra préconisant de créer de nouvelles zones de ralentissement sur ce tronçon, le gestionnaire d’infrastructure avait décidé d’un ralentissement à 40 kms /h sur l’ensemble de la section BREIL-TENDE, soit 47 kms au total,  applicable au changement de service SA2014.
Je me permets de vous rappeler le statut de cette ligne, gérée au titre de la convention franco – italienne du 24 juin 1970 et faisant reposer, au nom des dommages de guerre, les charges sur l’Etat italien. S’il est vrai que la ligne est principalement parcourue par des trains italiens reliant Cuneo à Vintimille, ceux–ci servent aussi aux usagers français de la Roya. D’autre part les TER de la région PACA assurant la liaison NICE-TENDE circulent aussi sur ce tronçon de ligne.
J’attire votre attention également sur la dimension internationale de cette ligne qui permet de relier deux  métropoles de dimension européenne : TURIN et NICE et la mobilisation des élus et acteurs économiques de ces deux métropoles, pour assurer, au-delà de la préservation de la ligne, la reprise de liaisons directes TURIN–NICE.
De plus l’intérêt touristique de la ligne n’est plus à démontrer, et l’on peut citer l’exemple du Train des Merveilles, qui attire chaque saison plus de 30 000 voyageurs venus du monde entier. Une proposition d’inscrire la ligne et les sites au patrimoine mondial de l’humanité auprès de l’UNESCO est d’ailleurs actuellement à l’étude.
Depuis 2012, le principe d’une renégociation de la convention intergouvernementale de 1970 a été validé et des discussions se sont  engagées entre les représentants des deux ministères. Ces discussions semblent bloquer actuellement sur les questions de répartition financière des coûts.
Les trois régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Piémont et Ligurie ont écrit aux deux Etats pour manifester leur volonté de préserver cette ligne, demander à être associés aux discussions sur la convention de 1970 et insister sur l’urgence d’une réponse pour ce qui concerne l’infrastructure.
L’étude RFF produite en 2011 a déterminé les travaux qui seraient nécessaires pour la mise en sécurité de la ligne et pour éviter le ralentissement prévu. Le coût de ces travaux était estimé à 27 millions d’€. L’étude indiquait par ailleurs qu’un investissement de 100 M€ serait nécessaire à moyen terme pour, au-delà de la sécurisation, assurer la pérennité de cette ligne.
Suite aux contacts que notre région a établi avec les régions transalpines, et grâce également, il convient de le reconnaître, à la mobilisation des acteurs socio–économiques, associations et élus locaux, le service a été maintenu, côté italien, jusqu’en décembre. Nous avons pu également, en lien avec la SNCF, continuer d’assurer une desserte des gares et haltes de la haute Roya pour 2013.
Mais nous savons avec certitude que, si la mesure de ralentissement était mise en œuvre en décembre 2013, elle entrainerait immédiatement une réduction drastique du service par la région Piémont, passant de 16 circulations quotidiennes à 4 ou 5 ce qui signifierait, à terme,  la fermeture de la ligne.
C’est pourquoi il me semble indispensable qu’un signal positif soit envoyé avant décembre par l’Etat français concernant sa contribution au financement des investissements d’urgence sur la ligne, auquel cas nous pourrons obtenir de RFF une suspension de la mesure de ralentissement.
Pour ce qui la concerne, la Région PACA, malgré des contraintes budgétaires fortes, pourrait aussi contribuer au financement des investissements de modernisation de cet axe, ce point pouvant être abordé dans le cadre de l’élaboration du futur Contrat de Plan Etat Région.
Je vous prie croire, Monsieur le Préfet de Région, en l’assurance de mes respectueuses salutations.
 
 
Jean-Yves PETIT

Voir les commentaires

Matériel ferroviaire: les Régions se donnent les moyens de leurs ambitions...

20 Septembre 2013, 20:06pm

Publié par jeanyvespetit

ARF-1.png

A l’occasion du 9e Congrès de l’ARF, les Présidents de Région ont annoncé le 19 septembre 2013 la création d’une structure commune pour l’acquisition du matériel ferroviaire.

Depuis qu’elles ont la responsabilité des trains de proximité, les régions françaises ont considérablement accru l’offre de service public, procédé à l’acquisition de nouveaux trains modernes et performants, contribué à une qualité des dessertes qui répond aux besoins et aux attentes d’une part croissante de la population française.

Chaque jour circulent en France 800 TGV et 340 trains « intercités » ; mais chaque jour circulent aussi et surtout 5 700 TER et 6 200 Transiliens! Les trains régionaux transportent au quotidien 3,9 millions de voyageurs. La fréquentation des TER a cru de 53% en 10 ans.

1500 trains acquis depuis 2002

Depuis la décentralisation de 2002, les régions ont acquis 1 500 trains, pour plus de 5,8 milliards d’euros. Les commandes en cours représentent 2,5 milliards d’euros.

L’organisation administrative, juridique et financière du système ferroviaire français est complexe, et laisse parfois les observateurs perplexes. Il en est ainsi des dispositions qui régissent l’acquisition du matériel roulant, qui conduisent les régions françaises à financer des trains qui sont ensuite commandés par d’autres, et dont elles n’ont, au final, pas la propriété.

Dans la mise en œuvre du processus d’acquisition, les autorités organisatrices régionales sont confrontées à un certain nombre de problématiques communes:

- définition du cahier des charges du point de vue « voyageur »,

- suivi des procédures d’achat,

- expertise des coûts de maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre,

- gestion de l’après vente en cas d’avenant avec le constructeur …

Huit Régions en première ligne

Dans ce contexte, à l’heure où se prépare la réforme ferroviaire, une initiative nouvelle est prise par les régions Pays de la Loire, Rhône-Alpes, Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Picardie, Ile de France, Bourgogne et Auvergne, ainsi que le STIF et l’Association des Régions de France. Dans un souci de contrôle renforcé des coûts des achats, de maîtrise des délais de fabrication et de livraison, et dans une volonté d’assumer pleinement la responsabilité qui est la leur, ces régions ont engagé une réflexion sur la rénovation de la commande des matériels roulants ferroviaires avec la volonté de contribuer au développement d’une politique industrielle innovante. Elles ont décidé de renforcer leur coopération et de créer une structure mutualisée dans un contexte qui impose une performance toujours plus grande de l’action publique.

Dans le prolongement d’autres chantiers innovants à l’échelle nationale portés par des collectivités locales, par exemple la création de l’Agence France Locale, les régions françaises pensent qu’une mutualisation sous une forme novatrice, sera de nature à renforcer leur capacité à agir. Elles prendront part ainsi au redressement productif du pays par une politique d’investissements ambitieuse, et le déclenchement de nouvelles commandes de matériels ferroviaires, nécessaires aux carnets de commande de la filière de production française.

La possibilité d’acheter directement les matériels

Une telle structure permettra d’élaborer une stratégie coordonnée d’achat des matériels, d’accélérer le partage des informations (retours d’expérience, suivi des conventions avec l’exploitant…), de mutualiser les moyens d’expertise et de suivi des procédures d’achat/d’après vente, d’optimiser les frais de maîtrise d’ouvrage/maîtrise d’œuvre et le cas échéant de porter directement l’acquisition des matériels… Au-delà des économies d’échelle attendues, cette structure confortera le rôle des régions dans leur qualité d’autorité organisatrice des transports. Car c’est aussi à ce titre, qu’elles entendent renforcer leur maîtrise de la gouvernance des opérations d’acquisition et de renouvellement des matériels. Enfin, cette structure pourrait à terme intéresser l’Etat, pour le portage de ses propres acquisitions de matériels TET.

Une association d’étude créée avant fin 2013

Pour confirmer l’opportunité et la faisabilité de leur projet, ces collectivités ont donc décidé de créer une association d’étude pour la rénovation des modalités d’acquisition du matériel ferroviaire roulant, à laquelle seront associées les régions volontaires.

Les statuts de l’association d’étude seront déposés fin 2013. Elle sera notamment chargée de proposer le cadre juridique de la structure, sa gouvernance, ses relations avec les parties prenantes, et la modélisation d’un business plan sur longue période.

Voir les commentaires

A Embrun, puis à Veynes sous le signe de l'égalité des territoires et de l'intermodalité ...

15 Septembre 2013, 07:51am

Publié par jeanyvespetit

A quelques jours d’intervalles, je suis allé à Embrun dans le cadre de la grande et impressionnante foire Bio pour participer à un débat sur la mobilité dont le vélo. Puis, je suis allé à Veynes où le président du Conseil régional a inauguré la  rénovation / modernisation de la gare qui devient un pole de l’intermodalité. Dans ces deux lieux, on y retrouve cette même volonté de se battre pour l’égalité des territoires et, par exemple, d’agir pour la pérennité de la ligne ferroviaire des Alpes, pour le maintien mais aussi la création d’emplois locaux, non délocalisables. J’ai pu y constater, au travers de cette 15ème foire Bio, une maturité de l’écologie qui, au quotidien, se décline en projets, réalisations, en actions, en emplois et en protections du massif alpin qui pourvoit en ressources naturelles toutes espaces urbains de notre région. Ce fut également l’occasion de rencontrer le syndicat CGT des cheminots de la Ligne des Alpes.

Dossier-3-1368.JPGDossier-3-1376.JPGEmbrun_intervenants.jpg

A Embrun avec Francine Daerden, adjointe au maire de Briançon, Bernard Leterrier, Maire de Guillestre024%20(4)051%20(2)

Rencontre avec les représentants du syndicat des cheminots CGT000%20(2)

033-20-2-.jpg

Merci à Gilbert Soulet pour les photos de Veynes

 

Voir les commentaires

Agir contre la crise du logement ... projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) ...

15 Septembre 2013, 06:47am

Publié par jeanyvespetit

 Loi Alur 1

 

loi Alur 2

 

Voir les commentaires

invitation, le 18 septembre, au lancement du PASS ALTERNATIF des réseaux TER, CARTREIZE et RTM ...

11 Septembre 2013, 10:23am

Publié par jeanyvespetit

... et encore une nouvelle étape de la Région vers l'harmonisation des tarifications, pour faciliter l'accès aux transports collectifs et augmenter le volume de l'offre de transports ...

Pass-Alterntatif-1-copie-1.JPG
4.JPG1.JPG2.JPG

Voir les commentaires

Lancement de la centrale de mobilité "Pacamobilité.fr" ...

10 Septembre 2013, 16:08pm

Publié par jeanyvespetit

Un belle réussite de toutes les autorités organisatrices de transports ( + de 30 sur notre région) dans le cadre d'une coordination assurée par la Région ... un système d'information multimodale PACAmobilité.fr ... une nouvelle marche vers une horminisation des offres de transports afin d'en facilité leur accès pour les usagers !

Centrale-de-mobilite-2.jpg

Voir les commentaires

Retraites : des mesures de justice sociale mais une absence de réforme de fond...

9 Septembre 2013, 06:00am

Publié par jeanyvespetit

    tract-retraites-300x128-copie-1Les mesures annoncées hier par le Premier Ministre pour le financement des retraites, même si plusieurs d’entre elles doivent être saluées, ne suffisent pas à constituer la réforme plus globale attendue.

EELV salue pour autant la décision d’ouvrir enfin les chantiers nécessaires à un système de retraites plus juste : prise en compte des années d’apprentissage, des temps partiels et de la pénibilité, égalité homme/femme.

Mais pour EELV, le système des retraites doit se penser en lien avec la question du financement du chômage, de la perte d’autonomie et de la politique familiale. Nous appelons de nos voeux à une réforme structurelle et d’envergure sur notre modèle de protection sociale dans son ensemble, condition indispensable à une réforme durable de notre système de retraites.

Concernant le système des retraites, nous avons quatre objectifs principaux : assurer une plus grande justice sociale, garantir une pérennité du système dans une perspective de croissance nulle ou très faible, penser la retraite en repensant le travail et notamment sa durée tout au long de la vie et son partage, enfin, articuler tout cela à l’instauration progressive d’un revenu universel. Dans cette optique, les propositions du gouvernement nous semblent en dessous des enjeux.

Ainsi l’allongement de la durée de cotisations répond à une logique datée. C’est pourquoi les écologistes y sont clairement opposés. Elle ne résout pas le problème du financement et s’inscrit encore dans une logique du « travailler toujours plus » dans un contexte où les seniors sont frappés massivement par le chômage. C’est donc une mesure injuste et inefficace.

Par ailleurs, à ce stade les mesures portent essentiellement sur les cotisations salariales, deux dimensions manquent au financement des retraites : la taxation nécessaire du capital et la participation des entreprises à l’effort de financement. Or sur ces deux points, la réforme annoncée n’avance pas de propositions suffisantes.

Si nous nous réjouissons de la prise en compte de la pénibilité, le dispositif proposé est encore insuffisant. 1 an de départ anticipé pour 30 ans d’exposition est largement en dessous des attentes : nous demandons au minimum 3 ans.

Concernant l’égalité femme- homme, nous prenons acte de la volonté du gouvernement de réduire les inégalités (baisse de niveau du smic pour le calcul des trimestres, fin de la bonification « trois enfants ») mais nous voulons aller plus loin pour rectifier les inégalités (par exemple par une bonification dès le premier enfant), ce qui implique de revoir aussi notre politique familiale. Pour ce qui concerne les jeunes, nous demandons que les stages soient pris en compte dans le calcul de la retraite.

Enfin, le projet gouvernemental présente des manques importants : Rien sur le réhaussement des retraites pour les plus pauvres des seniors, rien sur la solidarité entre les seniors, par une taxation des plus riches (augmentation CSG pour les plus riches par exemple), rien sur une meilleure prise en compte des carrières non linéaires.
A ce stade, pour EELV, les mesures proposées sont donc insuffisantes et ne sont pas à la hauteur d’une réforme des retraites ambitieuse et impérative pour notre pays.

Voir les commentaires

Les parlementaires EELV Ronan Dantec et François-Michel Lambert déplorent le nouveau report de l’entrée en vigueur de l’écotaxe poids lourds...

6 Septembre 2013, 14:33pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadriLe sénateur Ronan Dantec,vice-président de la commission du développement durable du Sénat, et rapporteur du budget du transport routier dans le cadre de la loi de finances, et le député François-Michel Lambert, vice-président de la commission du développement durable de l’Assemblée nationale, déplorent le nouveau report de l’écotaxe poids lourds au 1er janvier 2014.

Cette taxe doit créer de l’emploi et de l’activité économique en finançant la modernisation ou la création de nouvelles infrastructures de transport : dégager de nouvelles capacités d’investissement est une urgence, malheureusement soulignée par le récent accident qui s’est produit à Brétigny sur Orge, dont l’origine est probablement liée à la vétusté d’une partie du réseau ferroviaire français.

Outre l’enjeu de lutte contre le changement climatique qui avait justifié la création de l’écotaxe lors du Grenelle en 2007, dans une optique de transfert modal de la route vers le rail, c’est plus largement la modernisation économique de notre pays qui est en jeu.

Au-delà des arguments invoqués par le ministre des Transports pour justifier le report de l’écotaxe, le peu d’empressement des transporteurs à faire enregistrer leurs poids lourds peut faire craindre que certains milieux patronaux veuillent empêcher sa mise en place.

Les transporteurs ont pourtant eu toute garantie que cette taxe sera répercutée sur les clients des transporteurs, avec le nouveau mécanisme de répercussion de la taxe mis en place par la loi du 29 mai 2013. De plus, en s’appliquant à tous les transporteurs utilisant le réseau national, elle réduit la concurrence déloyale dont souffrent les transporteurs français.

Le conservatisme patronal qui s’exprime aujourd’hui autour de la mise en place de l’écotaxe poids lourds – et plus largement sur la fiscalité écologique – est fondamentalement anti productif, et contraire à la modernisation économique du pays. Loin d’être un handicap, elle représente un atout pour renforcer nos capacités en investissements d’avenir et permettre demain à l’ensemble de l’appareil productif français de s’appuyer sur une offre de transports modernisée. L’écotaxe a en effet montré, dans les pays où elle a été mise en place, notamment en Allemagne, l’amélioration de la chaine logistique au bénéfice des entreprises de production.

Voir les commentaires