Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Agenda, Mobilité, Transports de la Métropole Aix Marseille Provence : L'Association Se Déplacer En Liberté du pays d'Aubagne vous invite à un débat ...

11 Janvier 2017, 15:39pm

Publié par jeanyvespetit

  

AGENDA MOBILITÉ, TRANSPORTS DE LA MÉTROPOLE

après 25 ans de retard d'investissement

Les Territoires Ont Besoin De Plus !

Rendez-Vous

21 janvier 2017 de 14h00 à 18h00

« l'Espace de l'Huveaune »

Chemin Noël-Robion

13821 La Penne sur Huveaune

Après le vote favorable du conseil de la Métropole Aix –Marseille le 15 décembre sur l’agenda de la Mobilité Métropolitaine il faut aller plus loin !

Si l'Agenda a le mérite de poser les bonnes questions :

6,5 Millions de déplacements pour 29 Millions de km. 60% des habitants ne se déplacent qu'en voiture et seulement 15% en modes doux + Transports en commun.

Les réponses ne sont pas adaptées aux urgences des déplacements du quotidien et s’inscrivent dans un calendrier élastique.

Objectif de l'Agenda : d'ici 2025 « doubler l’usage des transports en commun d’échelle métropolitaine, et augmenter de 50% celui des transports locaux. »

Il en est de même sur les financements et les tarifications.

Les organisateurs vous proposent d’échanger le samedi 21 janvier autour de trois tables rondes pour formaliser les attentes citoyennes sur:

 Les infrastructures et les réseaux ?

 De quel service public a-t-on besoin ?

 Quels choix pour le financement des politiques de mobilité ?

Nos propositions doivent prendre en compte l'aspect local, métropolitain et régional de la mobilité. Ne laissons pas aux seuls spécialistes et élus ces questions. Réfléchissons ensemble à la question des mobilisations citoyennes pour porter ces solutions en matière de mobilité et de transport public.

Comment passer du tout routier aux transports collectifs, doux et alternatifs ?

Nous proposerons de porter sur l’ensemble des territoires de la métropole les fruits de nos réflexions !

Voir les commentaires

L'association métropolitaine RAMDAM vous souhaite une excellente année 2017 ...

26 Décembre 2016, 10:16am

Publié par jeanyvespetit

Le conseil d'administration de RAMDAM (Rassemblement d’Associations pour les Modes de Déplacements Alternatifs dans la Métropole Aix-Marseille-Provence) vous souhaite une excellente année 2017, année à enjeux pour les modes de déplacements alternatifs !

Voir les commentaires

Lettre à la Région et à la SNCF sur les désagréments occasionnés par le changement d’horaires TER au 11/12/16

21 Décembre 2016, 19:02pm

Publié par jeanyvespetit

Monsieur Christian Estrosi

Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Hôtel de Région

27 place Jules Guesde

13002 MARSEILLE

 

Monsieur Jean-Aimé Mougenot

Directeur Régional de la SNCF

Rue Léon Gozlan

13003 MARSEILLE

 

Marseille, le 15 décembre 2016

 

Objet : Désagréments occasionnés par le changement d’horaires TER au 11/12/16

 

 

Monsieur le Président, Monsieur le Directeur,

 

 

Depuis la mise en ligne des nouveaux horaires des trains régionaux du service annuel 2017, nous sommes saisis par des usagers du TER via notre application nos ter paca et par courriels, en effet, ces nouveaux horaires occasionnent de réelles difficultés de déplacements.

 

Nous tenons à vous en faire part pour que, dans la mesure du possible, certains de ces horaires puissent être réajustés au plus tôt, ou fassent l’objet d’une concertation, même tardive, avec les autres organisateurs de transport, aux fins d’une meilleure coordination, entre eux, des services.

 

Axe Marseille – Aubagne – Toulon – Hyères

 

- Les utilisateurs déplorent la suppression d’un certain nombre de navettes Marseille – Aubagne et retour , portant une atteinte supplémentaire à la crédibilité de ce service, alors même que les travaux de construction de la 3ème voie ont coûté plus de 250 M€ ; nous nous permettons ici de rappeler que la desserte des gares urbaines concernées n’a de sens que si la fréquence est régulière tout au long de la journée, ce que permet normalement l’indépendance de ce service vis-à-vis des autres circulations TER, y compris en gare St-Charles. A l’opposé, ce sont les gares de La Penne sur Huveaune, La Barasse, St Marcel et de La Pomme qui sont de moins en moins desservies. Vu l’augmentation surprenante et importante de la congestion routière après de la mise en service de la L2, il faudrait augmenter le nombre de TER sur cet axe pour des raisons de santé publique.

    • La suppression de ces navettes fait que certains TER Marseille / Toulon / Hyères doivent desservir les gares de la Penne sur Huveaune et Saint Marcel, entre Marseille et Aubagne. Ce qui provoque de nouveaux désagréments pour les usagers dont une sur-fréquentation et un allongement du temps de parcours.

 

  • Les utilisateurs déplorent également que, plus encore qu’au service précédent, les navettes Aubagne – Marseille et retour, quand elles circulent réellement, partent d’Aubagne ou de Marseille à la même heure (1mn de différence) que les trains en provenance ou au départ de Toulon ou Hyères, ce qui diminue d’autant leur attrait pour les usagers de la gare d’Aubagne et n’offre pas un meilleur cadencement au quart d’heure.
    • Sur cet axe, les navettes devraient donc, également, pour être "plus attractives" toujours partir avant les circulations directes dans les deux sens. Dans le même sens, ces navettes devraient partir quai A afin d’être directement accessible par tous les usagers y compris les personnes à mobilité réduite contrairement au quai de la voie 3 qui est éloigné et non accessible aux PMR. Par ailleurs il convient de noter une limitation à 80 km/h qui est imposée entre Aubagne - La Barasse et retour alors que la circulation des navettes de la 3ème vois devraient avoir un temps de parcours plus réduit

 

Axe Marseille - Toulon - Nice

  • Les utilisateurs déplorent également un allongement de temps de parcours, lié à la desserte d’un nombre plus important de gares entre Les Arcs et Nice.

 

  • Parallèlement, les utilisateurs de la gare de Carnoules, qui subissent la suppression de 6 arrêts de trains Intervilles, se trouvent désormais empêchés d’aller travailler ou étudier en direction de Nice ou de Marseille en train.

 

Axe Grasse – Cannes – Nice - Vintimille

  • Les utilisateurs déplorent l’absence de trains entre St-Laurent-du-Var et Nice entre 13h38 et 14h42 (suppression du train de 14h08 aux précédents services).

 

Axe Marseille – Miramas - Avignon

- Les utilisateurs déplorent que l’horaire de plusieurs trains ait été avancé, rendant délicates voire impossibles les correspondances avec les transports locaux : exemple du 17724 avancé à 17h21 au départ de Vitrolles, alors que la navette Airbus arrive au mieux à 17h23 ;

- Sur cet axe, les utilisateurs continuent à déplorer :

o les très nombreux retards ou suppressions de train

o le fait que de nombreux TER sont en sous-capacité, ou trop rafraîchis même en hiver

o la suppression de bancs (à Miramas) ou le peu de protection offert par les abris au vent et à la pluie (Miramas, Vitrolles).

Axe Marseille – Aix – Manosque – Veynes – Gap – Briançon

  • La ligne domicile-travail Gap-Briançon : plus de train à 18h30 pour rentrer à Briançon
    • Depuis la mise en place par la SNCF avec l’accord de la Région d’un plan de transport allégé (faute de conducteurs en nombre suffisant), les services domicile-travail Gap-Briançon mis en place lors de la précédente mandature sont à la peine. Concrètement, le service était constitué de 2 trains partant à 6h00 et 6h52 de Briançon pour Gap à l’aller, 2 trains au retour à 17h31 et 18h37 au départ de Gap. le service 2017 supprime le Gap (18h37)- Briançon (19h48) et le remplace par un car qui arrivera à 20h20 à Briançon (30 mn plus tard… quand il ne neige pas !).
  • Ligne Briançon Valence : des trains plus lents, avec des temps de parcours majorés pour 2 d’entre eux de près d’une heure !
    • La mise en place de ralentissements sur la portion Rhône alpine de la ligne Valence- Gap-Briançon devait imposer quelques minutes de temps de parcours supplémentaires pour tous les trains. Mais c’était sans compter sur le fait que le matin et le soir, la SNCF ne dispose pas d’agent en gare de Luc en Diois (Drôme) pour effectuer les croisements. La solution aurait pu être de détacher un agent en gare de la gare de Die à cette fin mais la SNCF a fait un autre choix, celui d’un report de croisement dans une autre gare. Ainsi le train partant de Briançon à 6h00 pour Valence (qui permettait une bonne liaison vers Paris 12h16) est avancé à 5h20 ! Et le soir le TER Valence (16h36) Briançon (20h19) relevant le TGV parti de Paris à 14h07 arrivera à 21h02 à Briançon.
  • Suppression des trains supplémentaires qui offraient une offre complémentaire les week-ends au départ de Marseille 6h45 / Briançon 11h28 et au départ de Valence TGV 14h26 / Briançon 18h 17 : un coup dur pour le tourisme !
  • Le service le long du val de Durance se dégrade
    • le nouveau TER 17413 (8H25) a une heure d’arrivée qui convient mieux pour les correspondances. La grosse critique des usagers alpins à propos de ce train est qu’il sert d’omnibus entre Aix et Marseille. Il rend le parcours un peu plus pénible au quotidien pour les alpins sans apporter la pertinence et la performance nécessaire à l’équilibre du territoire. Il faut rapidement améliorer l’offre pour les Alpins et retrouver une attractivité qui est entrain de s’effriter. Le nombre de places sur ce bus pour Marseille est souvent insuffisant, notamment le lundi et les lendemains de fêtes.
    • Pour le train du samedi matin de Marseille vers les Alpes (17410) et le train des neiges il semble nécessaire que la composition soit suffisante pour que ce train puisse, en plus du billet combiné existant pour les stations de ski, accueillir les autres voyageurs.

 

Vous remerciant par avance pour vos réponses, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, Monsieur le Directeur, en l’expression de nos sentiments distingués.

Pour le bureau de Noster PACA

Gilles Marcel

 

Voir les commentaires

Véloroutes et voies vertes - La subvention du Ministère de l’Environnement à l’AF3V mise en suspend !!

20 Décembre 2016, 11:47am

Publié par jeanyvespetit

Décision inacceptable !

La subvention du Ministère de l’Environnement à l’AF3V mise en suspend !!

Suite au courrier adressé le 8 décembre à Ségolène ROYAL, Ministre de l’Environnement, sur les subventions aux associations "vélo", un arbitrage aurait été rendu en excluant l’AF3V de leur bénéfice … considérant qu’elle intervenient dans le domaine du tourisme à vélo, au même titre que l’association des Départements et Régions Cyclables et France Vélo Tourisme.

L’AF3V a réagi en adressant une lettre à la Ministre que vous trouverez via le lien

Nous vous invitons à soutenir l’AF3V dans cette difficile démarche, et dans une situation encore plus difficile si cette arbitrage venait à nous être notifié.

Voir les commentaires

Rassemblons-nous en gare de CARNOULES - Mercredi 21 décembre à 16h30

19 Décembre 2016, 15:48pm

Publié par jeanyvespetit

« Pour donner suite à notre action, je vous informe que nous serons en gare ce mercredi 21 décembre 2016 à 16h30. Il n'est pas question d'arrêter notre mouvement.
Nous demandons le rétablissement des arrêts et une rencontre avec M. Estrosi pour commencer une concertation qui devra prendre en compte les besoins des usagers. » Christian DAVID – Marie de Carnoules

La municipalité se mobilise, soutenez là dans sa démarche !

MERCREDI 21DECEMBRE 2016 à 16h30 Rassemblons-nous en gare de CARNOULES

Depuis le 12 Décembre 2016, la SNCF a supprimé six arrêts TER intervilles en gare de Carnoules, deux dans le sens Nice/ Toulon et quatre dans le sens Marseille/ Nice.

 

Les TER « intervilles » suivants sont concernés par cette suppression d’arrêt :

Sens NICE – MARSEILLE : 17470 (Carnoules 7h22/24) - 17474 (Carnoules 8h24) - 17488 (Carnoules 16h54/55)

Sens MARSEILLE – NICE : 17475 (Carnoules 8h34/36) - 17491 (18h34/36) - 17495 (19h34/36) - 17499 (21h34/36)

 

Suite à la suppression du train 17470 de 7h22/24, nous sommes satisfaits de son remplacement par le train 881200 de 7h26.

 

Cette suppression est liée à de nouveaux arrêts en gare de Fréjus et Mandelieu, au détriment de vos besoins.

Cette perspective nuira à l'usage des transports en commun et de fait aux démarches de développement durable.

Les conséquences de ces suppressions d’arrêts pour les usagers qui, chaque jour, vont travailler ou étudier vers Nice ou Toulon / Marseille sont dramatiques, les alternatives n'existent pas ou peu.

 

Des solutions existent pour favoriser l’utilisation du train, en développant le covoiturage et les autocars pour ramener les usagers du train en gare. C’est un choix de politique d’aménagement du territoire que nous devons obtenir de la SNCF, de la Région et de son Président.

Ensemble agissons, pour le maintien des 6 arrêts de trains TER en gare de CARNOULES et en demandant le renforcement de son attractivité.

 

SIGNEZ LA PETITION ET PARTAGEZ !

Sur en ligne sur le site change.org : http://urlz.fr/4uaB

Plus de 2 128 signatures !!!!

Voir les commentaires

Agenda de la Mobilité - lettre des associations à JP Serrus, Vice-président de la Métropole AMP ...

14 Décembre 2016, 16:28pm

Publié par jeanyvespetit

Les associations :

RAMDAM (Modes de transports alternatifs Métropole)

AF3V PACA (Vélo-routes, voies vertes)

Eco-Relais (Usagers de la Côte Bleue)

APROVEL (Vélos pays de Salon)

ASDEL (Usagers - transports collectifs pays d’Aubagne)

Noster PACA (Usagers - transports collectifs)

Les Vélos des Etangs (Pays de Martigues / Istres)

ADAVA (Vélos - usagers - transports collectifs pays d’Aix)

Action Vélo (Pays d’Aubagne)

Collectif Climat (Pays d’Aix)

Vive les Services Publics (Bouches du Rhône)

Pays d’Aix Ecologie (environnement)

Collectif Vélos en Ville (Marseille)

Vélos Sapiens (Marseille)

 

 

A l’attention de Monsieur Jean Pierre Serrus

Vice Président

Métropole Aix Marseille Provence
 

 

Marseille le 13 décembre 2016

 

Objet : l’agenda de la mobilité métropolitaine

 

 

Monsieur  le Vice-président,

 

Les associations signataires ont pris connaissance de l’Agenda de la Mobilité Métropolitaine  qui sera soumis au vote du Conseil métropolitain du 15 décembre 2016.

 

Les associations se félicitent du travail accompli et constatent une dynamique qui semble se dessiner pour qu'émerge, enfin, une gouvernance efficace de la mobilité et des déplacements sur le territoire métropolitain.

 

Elles saluent, également, l'écoute et l'ouverture qui ont permis la sortie de cet Agenda.

 

Une concertation plus importante vu les enjeux !

 

Pour autant, il ne s'agit toutefois que d'un premier pas vers une collaboration plus étroite, que nous appelons de nos vœux, avec les associations d'usagers, de consommateurs, à vocation environnementale et sociale mais aussi économique, avec le futur conseil de développement métropolitain et dans le cadre du « focus group ».

 

Méthode de concertation d’autant plus importante vu les enjeux auxquels doit répondre cet Agenda:

  • l’accès à l’emploi est essentiel alors que le déplacement est un facteur qui explique 20 à 30% du chômage ;
  • le volet social doit être l’un des vecteurs d’actions dès lors que l’on sait que la principale cause de la précarité énergétique est due aux coûts des déplacements en voiture sur le budget des ménages;
  • les enjeux environnementaux et sanitaires doivent renforcer l’action politique et réduire les délais dès lors que l’on sait que les émissions de particules fines dépassent, sur notre territoire, les seuils de tolérance européens.

 

Pour aller dans ce sens, le lien transports / déplacements/urbanisme est essentiel.

 

L'Agenda constitue une bonne base de départ pour l'élaboration du futur Plan de Déplacements Urbains (PDU) métropolitain. Les associations demandent à être associées à l'élaboration de ce document réglementaire et opposable.

 

Des associations qui proposent !

 

Les associations souhaitent vous faire part de quelques remarques, questions et propositions relatives au contenu de cet Agenda :

  1. le délai pour la mise en place d’une gamme tarifaire simplifiée et unique pour tous est beaucoup trop long ; des propositions existent, qui n'entament pas le budget des collectivités et sont ré-ajustables à souhait en fonction du constaté ; cela dépend essentiellement d'une volonté politique, qu'il semble important d'affirmer dès que possible : cette gamme tarifaire sera le plus lisible et le plus pratique pour l’ensemble  de nos concitoyens ;

 

  1. Le caractère métropolitain de certains projets des anciens EPCI pourrait être plus affirmé avec des propositions sur les tracés et les connexions que nous sommes prêts à vous soumettre  (Le BHNS Plan d'Aillane / ZA des Milles / Luynes, le tramway Nord de Marseille, Le BHNS actuel Gèze / St Antoine / Hôpital Nord, l’éventuel prolongement du métro à La Valentine, la voie de Valdonne, réouverture de la ligne ferroviaire Aix / Etang de Berre, …). Il serait souhaitable de raccourcir les délais de réalisation et de trouver des sources de financements pérennes ;

 

  1. le schéma d'organisation futur de la gare St-Charles ne mentionne pas le métro, ni les cars et ni les modes de déplacements actifs que sont le vélo ou la marche, ce qui est bien dommage pour un tel pôle d'échange multimodal. Cela donnerait une meilleure vision de ce que les utilisateurs peuvent attendre de ce nouvel équipement ;

 

  1. les deux lignes ferrées diamétrales qui sont envisagées à une fréquence de la demi-heure et qui utiliseraient la gare souterraine mériteraient d'être précisées :

 

  1. pour la première, s'agit-il bien de compléter l'offre TGV par des TER régionaux ou interrégionaux dotés d’un matériel roulant apte à circuler sur la ligne nouvelle ?
  2. Pour la seconde, ne faut-il envisager, en sus de relations cadencées et rapides Nîmes-Toulon, des relations fréquentes de parcours plus court (Aubagne - Miramas ou au-delà) et à des arrêts plus rapprochés (notion de RER), dont en entrée/sortie de tunnel St-Charles?

 

  1. la création d’un réseau de transport ferroviaire à l’échelle de la Métropole doit prévoir des dessertes « diamétralisées » au niveau de Marseille, permettant ainsi de relier l’Est, le Nord et l’Ouest du territoire métropolitain. Il est évident que la gare souterraine de Marseille St Charles favorisera la création de telles dessertes. Mais il faut que ce processus soit engagé dès 2018/2020, et que la desserte actuelle (2 trains Toulon / Miramas et un train Miramas /Toulon via la gare de Marseille Blancarde) soit renforcée et que soit crée une desserte diamétralisée vers Aix / Pertuis à une fréquence de l’heure. 

 

  1. si l'hypothèse d'une 3ème ligne de métro mérite d'être mentionnée, celle d'une amélioration, à beaucoup plus court terme, de la desserte du quartier densément peuplé de la Belle-de-Mai, vaut d'être étudiée et mise en œuvre ;

 

  1. la Métropole doit disposer d’un réseau de voies express vélo permettant de relier les différentes villes de la métropole et les pôles générateurs de trafic (zone d'activités, zone commerciale, université, loisirs, culture, ...). La carte « MOBILITÉ ACTIVE ET ACCESSIBILITÉ AUX PÔLES D’ÉCHANGES » figurant dans l’Agenda, prémices d’un réseau cyclable ne fait l’objet d’aucune planification contrairement aux autres modes de déplacements.

 

  1. Le stationnement des vélos est prévu dans les pôles d'échanges multimodaux, ce qui permet de développer l’usage du vélo. Il convient d’impliquer les associations pratiquantes dans le choix de ces parcs de stationnement sécurisés (typologie, localisation, mode et conditions d’accès à combiner avec la gamme tarifaire) ;
  2. S’agissant des liaisons interurbaines qui sont envisagées avec le souci d’assurer la continuité des itinéraires cyclables, il est indispensable qu’il y ait une cohérence des infrastructures et des projets entre les différentes échelles territoriales. Un schéma élaboré avec les autres collectivités, les acteurs économiques, les associations  ainsi que la mise en place d’une gouvernance chargée de piloter pourrait définir un plan d’actions pluriannuel et fixer un cadre indispensable à la mise en œuvre (mutualisation des moyens, guide de réalisation, charte de signalisation, ...)
  3. Plusieurs liaisons entre pôles d’échanges semblent pouvoir être assemblées pour réaliser, en complément du réseau cyclable départemental, les véloroutes inscrites dans le schéma national des véloroutes et voies vertes, axes à vocation utilitaire, touristique et de loisirs ;

 

  1. la création de couloirs bus, accessibles aux vélos, est une condition de l'attractivité des transports publics et donc du report modal et d'augmenter la fréquentation ;

 

  1. le stationnement des voitures est un élément clé d'une politique de transport. Il faut le limiter en centre ville en rendant les résidents prioritaires.

 

  1. La mise en œuvre d’une réflexion pour déterminer l’opportunité et la faisabilité de péages urbains dont les recettes permettraient de financer une partie du développement du réseau de transports Collectifs et cyclables ;

 

  1. le développement important du réseau de cars implique une réflexion sur l’évolution des capacités et le positionnement des gares routières ;

 

  1. le  transport des vélos dans les cars interurbains doit être pris en compte ;

 

  1. la continuité multimodale doit être assurée pour les personnes à mobilité réduite ;

 

  1. l'autopartage mentionné comme ne relevant pas de l'autorité organisatrice métropolitaine ; vu son intérêt pour crédibiliser la démotorisation des ménages, il conviendrait d'affirmer le rôle de la Métropole pour soutenir le développement du service (renforcement du capital) et, en lien avec les communes, pour faciliter les conditions de stationnement (voire de recharge) des véhicules ;

 

  1. les enjeux du covoiturage sont évoqués, mais il conviendrait d'approfondir le modèle économique du covoiturage de proximité, et le rôle que pourraient jouer la collectivité et les opérateurs de transport (intégration virtuelle au réseau de transport public par exemple) ;

 

  1. l'encadrement, vis-à-vis du développement des bornes de recharges électriques, privées et publiques : pour des raisons évidentes de dimensionnement des réseaux et d'équilibrage production / consommation, les bornes à recharge rapide doivent absolument relever de l'exception, et les bornes de recharge lente doivent être programmées à distance pour permettre de stocker l'électricité (de source renouvelable) lorsque celle-ci est produite en surabondance.

 

  1. la création d'une agence de l'éco-mobilité, sur le modèle de celle de Chambéry: http://www.agence-ecomobilite.fr/, associant les services de la métropole et les associations de promotion des modes actifs serait judicieuse ;

 

Notre réseau d’associations vous confirme qu’il est à la disposition de la Métropole pour contribuer à la concrétisation des gestes forts permettant une rupture progressive mais réelle avec le passé.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Vice-président, l’expression de notre considération.

 

Les associations 

RAMDAM

Président : Jean Yves Petit

AF3V PACA

Délégué régional : Alain Michel

Action Vélo

Présidente : Annie Basset

Eco-Relais

Président : Christophe Glorian

APROVEL

Président : Gil Doat

ASDEL

Président : Maurice Marsiglia

Noster PACA

Président : Gilbert Soulet

Les Vélos des Etangs

Président : Jean Luc Hanrard

ADAVA

Président : François Kermac

Collectif Climat

Présidente : Sophie Noël

Vive les Services Publics

Président : Jean Pugens

Pays d’Aix Ecologie

Présidente : Françoise Colard

Collectif Vélos en Ville

Président : Patrick Ibba

Vélos Sapiens

Présidente : Julie Belkacem

 

Pour nous contacter : Jean Yves PETIT

06 14 89 96 28 - associationramdam@gmail.com

Voir les commentaires

Région PACA: POUR le maintien des 6 arrêts de trains TER Intervilles en gare de CARNOULES

9 Décembre 2016, 07:06am

Publié par jeanyvespetit

Voir les commentaires

Trains de nuit : la FNAUT dénonce des suppressions injustifiées ...

1 Décembre 2016, 08:11am

Publié par jeanyvespetit

"La FNAUT regrette que les Régions ne se soient pas mobilisées pour le maintien du Luxembourg/Strasbourg-Nice/Port-Bou, ou trop tardivement pour celui du Paris – Saint-Gervais/Bourg-Saint-Maurice."

"Les trains Paris-Nice et Paris-Hendaye/Tarbes disparaîtront en 2017"

- Contrairement à l’avion, le train de nuit peut desservir des villes moyennes et des territoires excentrés. Les besoins de déplacement ne se limitent pas aux seules relations entre les métropoles régionales et Paris.

Et il est très apprécié des cyclistes, qui peuvent facilement l’emprunter avec leur vélo, et des skieurs.

Voir les commentaires

Inscrivez-vous: Plans de mobilité, les clés de la réussite - Choisir ses outils, connaître les freins et leviers …

29 Novembre 2016, 17:35pm

Publié par jeanyvespetit

Quels enjeux de mobilité sur le territoire métropolitain, quels sont les enjeux de déplacements pour les acteurs économiques et comment sont-ils pris en compte dans les orientations/schémas métropolitains ? - voir le programme via le lien.

INVITATION

Avec la loi sur la transition énergétique pour une croissance verte, de nouveaux acteurs sont concernés par les plans de mobilité (PDE et PDIE).

Dès le 1er janvier 2018, les entreprises regroupant plus de 100 salariés sur un même site et situées sur un territoire couvert par un plan de déplacements urbains devront élaborer leur propre plan de mobilité.

C’est pourquoi France Nature Environnement (FNE), sa fédération régionale FNE PACA et la Maison de l’Emploi de Marseille vous invitent à une demi-journée d’information et de sensibilisation à destination des acteurs locaux de la mobilité :

Plans de mobilité : les clés de la réussite

Choisir ses outils, connaître les freins et leviers, s’inspirer des bonnes pratiques…

Le vendredi 16 décembre 2016 à Marseille – de 08h30 à 14h00

(Amphithéâtre de la Cité des Métiers de Marseille et de PACA – 4-10 rue des Consuls 13002 Marseille)

Information, retours d’expériences et tables rondes rythmeront ainsi cette demi-journée.

Cet événement est organisé en partenariat avec le  Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM), l’ADEME, le CEREMA et la Fédération des Acteurs des Plans de Mobilité.

INSCRIVEZ-VOUS

TELECHARGER LE PROGRAMME

Voir les commentaires

La "Voix ferrée des Alpes" ...

29 Novembre 2016, 08:51am

Publié par jeanyvespetit

Le petit journal "La voix ferrée des Alpes" ....

Cet automne, la Région Auvergne / Rhône Alpes a annoncé la « fermeture » en 2018 de la ligne ferroviaire Grenoble-Veynes en l'absence de travaux, avant de jurer vouloir la  « sauver ». Pourtant quelques mois plus tôt, les experts concluaient que  les trains pourraient encore rouler jusqu'en 2025. Mais qui est donc si pressé de voir cette ligne menacée ?

Pour le savoir, l'enquête parue dans le premier numéro de la
Voix ferrée des Alpes, petit journal de décryptage ferroviaire, est à lire ici, en pièce jointe.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>