Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Mon propos lors de la réunion, à Tende, concernant les travaux du tunnel routier ...

16 Novembre 2014, 16:40pm

Publié par jeanyvespetit

10805779_1500236403565653_2270601963681050446_n.jpg

10409249_1501160773473216_8573140145677130935_n.jpg

 

Merci au comite de défense franco-italien de la ligne Nice-Coni qui a effectué cet enregistrement et les phtos ci-dessous.

Ma collègue  Annabelle Jaeger, conseillère régionale EELV, assistait également à cette rencontre organisée par la Préfecture du 06


Voir les commentaires

Cécile Duflot à Marseille dénonce le système GG ... Gaudin - Guérini qui fait mal à la politique ...

14 Novembre 2014, 21:20pm

Publié par jeanyvespetit

Voir les commentaires

Nice-Breil-Tende-Coni: Lettre du Secrétaire d'Etat aux transports à la Région ...

14 Novembre 2014, 06:33am

Publié par jeanyvespetit

lettre-Vidalies-1.jpg

lettre Vidalies 2

Voir les commentaires

Retour sur une rencontre Région PACA / SNCF à propos de l’offre ferroviaire sur la transversale Sud et Briançon…

11 Novembre 2014, 16:52pm

Publié par jeanyvespetit

Dossier-3 1465L’objet était une présentation par SNCF d’un plan de relance de l’activité TET (trains d’équilibre du territoire) applicable à partir de juillet 2017  (lié à la mise en service du TGV Atlantique)

 

Le constat :

 

-           un déficit d’exploitation de la partie TET cette année (hors contribution Etat) qui est pris en charge sur le budget SNCF.  

 

-          L’Etat, absent, qui ne joue pas son rôle d’AOT (autorité organisatrice de transport) et, de fait, laisse la SNCF gérer seule.

 

Concernant la transversale Sud, pour 2015 il ne devrait y avoir aucun changement concernant la desserte TET. Il sera signé une  nouvelle convention avec l’Etat portant sur 2015 uniquement.  Sur 2016, pas d’engagement à ce jour … Par contre il n’y aura pas de commande de nouveau matériel sur la transversale Sud, comme ailleurs mais on repart pour une rénovation des rames Corail  (travaux en 2016 – 2017 et prolongations des rames jusqu’en 2023 au moins).

 

Concernant Paris – Briançon, sans changement non plus pour 2015 mais il est à craindre que la vétusté du matériel oblige à réduire l’offre …. Les trains de nuit sortiront ils du périmètre TET ? Voire même, est-il envisagé dans le plan de transport 2017, l’arrêt des trains de nuit ?

 

Projet SNCF 2017 pour la Transversale Sud. Amélioration du temps de parcours (5 h 45 entre Bordeaux et Marseille) Le plan prévoit au total plus de kilomètres trains mais des économies portant sur la suppression d’arrêts et des limitations de parcours. Il y aura 1 à 2 AR supplémentaire sur les parties les + fréquentées soit entre Toulouse et Marseille d’une part, entre Bordeaux et Montpellier d’autre part. En nombre il y aurait 6 arrêts / retours entre Bordeaux et Marseille  + 1 A/R Toulouse – Marseille et 1 A/R Bordeaux – Montpellier. Un cadencement à 2 h serait obtenu entre Toulouse et Marseille.

 

Conséquences pour notre région :

 

-           suppression envisagée de tous les arrêts en gare d’Arles (3 A/R aujourd’hui), le choix  serait, sur cet axe, de renforcer, par contre, Nîmes. La fréquentation serait trop insuffisante sur Arles.

 

-          Suppression de l’A/R restant jusqu’à NICE : tous les TET s’arrêteront à Marseille. La desserte actuelle fait cependant 400 000 voyageurs / an. Les conséquences seraient donc importantes pour la desserte des gares situées entre Marseille et Nice.

 

 

En positif, nous aurions donc un A/R de plus sur Toulouse et des liaisons en plus entre Marseille et Nîmes mais sans desservir Arles (alors qu’on avait perdu la liaison du Cévenol … train dont la desserte entre Marseille et Clermont Ferrand n’est pas évoqué)

 

Les questions se posent sur le coût attendu pour la Région PACA si nous devons compenser par des TER ou Inter-villes sur Marseille – Nice et sur Arles vu les trous de desserte que cela va produire  (plus aucun  train entre 9 h et 12 h 30 et entre 12 h 30 et 17 h. 

 

On peut se demander si l’éventuel retrait de la SNCF ne profitera pas à d’autres opérateurs ferroviaires.

 

 

En conclusion temporaire :

  •  

    En conclusion temporaire :

    •  Je serai présent à Carcassonne, le 14/11, à la réunion organisée par RFF/SNCF à propos/ de l’évolution de la desserte sur la transversale Sud pour défendre cet axe essentiel à l’aménagement et à l’égalité des territoires ; pour une liaison directe entre l’Atlantique et la Méditerranée, entre les régions du Sud de l’Europe, de l’Espagne à l’Italie via la France ;

    • Ce doit être de l’occasion pour revoir la possibilité de disposer d’une liaison directe entre Marseille et Clermont Ferrand via Nîmes ;

    • je crois qu’il faudra se battre contre la suppression des arrêts d’Arles et obtenir à un partage des arrêts entre Nîmes et Arles comme cela semble possible ailleurs ;

    • Des garanties assurant la pérennité du train de nuit Briançon / Paris devront être données par l’Etat et la SNCF ;

    • Enfin, si l’Etat et la SNCF cherchent à réduire leur déficit, il n’est pas écrit que les Régions devraient soit créer des trains TER sans compensation financière soit voir leur territoire n’être plus ou mal desservi.

     

Voir les commentaires

Présentation des projets d’infrastructures en région PACA à Bruxelles, le 4 novembre 2014...

11 Novembre 2014, 08:23am

Publié par jeanyvespetit

drapeau européen

dossier-2 0977-copie-1Les enjeux de la démarche

  • Les coordinateurs des corridors RTE-T (réseau transeuropéen de transports) Mer du Nord Méditerranée et Méditerranée travaillent actuellement à l’achèvement de la rédaction des programmes qu’ils devront remettre à la commission le 22 décembre 2014.

    Ces programmes comportent une liste de projets qui seront éligibles aux financements RTE-T (appelés CEF « Connecting European Facilities » ou MIE « Mécanisme pour l’interconnexion en Europe ») dont l’enveloppe pluriannuelle s’élève à  11,9 Mds€. Dans ce contexte, la Région a mené en lien avec RFF, VNF, le GPMM et les services de la DREAL PACA un recensement des projets éligibles de façon la plus exhaustive possible.

    Pour pouvoir être opérationnel, le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe est décliné en programme de travail annuel et multi-annuel. C’est sur la base de ces programmes de travail que sont élaborés les appels à propositions.

    Puis, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, s’est lancée dans une démarche de lobbying afin de s’assurer que le maximum de projets d’infrastructures prévues dans la région d’ici 2030 soient inscrits dans les listes de projets éligibles aux financements RTE-T… C’était l’objectif de ma présence à Bruxelles le 04 novembre en compagnie de représentants de l’Etat, de GPMM (grand port de Marseille / Fos), de VNF (voies navigables de France) et de RFF (réseau ferré de France).

     

    Des actions fortes ont été menées par la Région pour que notre territoire et le port de Marseille/Fos soient intégrés au sein du RTE-T. C’est chose faite !

    L’occasion de rappeler, à Bruxelles, que notre région est à la fois la porte d’entrée Sud du corridor Mer-du-Nord Méditerranée et au cœur du corridor Méditerranéen

    La Région PACA Un espace économique majeur, dynamique et attractif

             -  3ème   région de France avec plus de 5 millions d’habitants 

    • 3 des 10 plus grandes agglomérations françaises

      • Marseille / Aix-en-Provence, Nice et Toulon

    • Plus de 7% du PIB français

      • une économie dynamique et innovante: aéronautique, télécommunications, défense, transports et logistique, agriculture…

      • 37 millions de touristes chaque année

    • Une porte d'entrée naturelle au Sud de l'Europe, où circulent plus de 134 M de tonnes de marchandises chaque année

       

      En Région Provence-Alpes-Côte d’Azur,  des ambitions dans le cadre de la politique européenne pour le RTE-T

      Les orientations communes pour le développement du réseau transeuropéen de transport dressent un diagnostic et des objectifs au niveau européen : réduire l’impact des transports tout en répondant aux besoins croissants de mobilité et d’échange.

      Ce diagnostic et cette politique européenne sont partagés par les acteurs locaux, aussi bien les institutions,  que les opérateurs locaux et la société civile.

      Aussi, cette convergence entre le niveau européen et le niveau régional se manifeste par la déclinaison aisée des actions prioritaires de la politique RTE-T.

      • L'amélioration et la modernisation du réseau de transport transeuropéen

        Améliorer la connexion de la région au RTE-T  en supprimant les goulets d’étranglement tout particulièrement autour du port

         

      • L'intégration des différents modes de transport dans une chaîne logistique fluide  favorisant le report modal

        Développer les chantiers de transport combiné et les points de massification pour fluidifier  et augmenter le trafic tout en s’inscrivant dans un développement durable de la région

         

      • De supprimer les principaux obstacles techniques et administratifs

        Construire l’arc méditerranéen pour rayonner dans le sud de l’Europe en supprimant les nœuds ferroviaires marseillais et lyonnais

         

        La déclinaison pratique de ces orientations se traduit par trois grands types de projets, que l’on retrouvera dans le cadre du contrat de plan Etat/Région 2015/2020 :

      •  
      • Ceux qui visent à supprimer les goulets d’étranglement et à moderniser l’accès au port

      • Les projets en faveur du report modal

      • Les projets qui visent à supprimer les nœuds ferroviaires européens.

       

        Voir les commentaires

        Débat avec Cécile Duflot: l'écologie politique peut-elle constituer l'alternative ? ...

        10 Novembre 2014, 17:08pm

        Publié par jeanyvespetit

        flyer.jpg

        Voir les commentaires

        Agence de la biodiversité : Ségolène Royal nomme Annabelle Jaeger, conseillère régionale de PACA dans le trio de préfiguration de l’Agence...

        30 Octobre 2014, 19:53pm

        Publié par jeanyvespetit

        AnnabelleLa ministre de l'Écologie a annoncé la nomination d'un trio de préfiguration de l'Agence française pour la biodiversité, mercredi 29 octobre 2014, à l'occasion du comité de suivi de la stratégie nationale pour la biodiversité. Gilles Bœuf, président du Museum National d’Histoire Naturelle, sera l'animateur du conseil scientifique, Annabelle Jaeger, conseillère régionale de Provence Alpes Côte d’Azur, sera chargée de l'animation des politiques territoriales, et Olivier Larroussini, actuel directeur de l'Agence des aires marines protégées, sera le directeur de l'instance de préfiguration et probablement futur directeur de l'agence. Ils travailleront "sous le haut patronage" d'Hubert Reeves, président d'Humanité & Biodiversité.

        Le projet de loi sur la biodiversité sera examiné en séance publique à l’Assemblée nationale au printemps 2015. Le texte prévoit la création de l’Agence française pour la biodiversité, issue de la fusion de l’Onema, de l’AAMP, de l’Aten, et de l’établissement public Parcs nationaux de France.

        La nouvelle instance de préfiguration annoncée par Ségolène Royal sera placée sous l’égide du CNTE (Conseil national de la transition écologique). Ses quatre priorités seront l’harmonisation des statuts, le budget dans un contexte contraint pour les dépenses publiques, l’implantation territoriale et la négociation d’un partenariat avec l’ONCFS.

        Annabelle Jaeger, conseillère régionale déléguée à la biodiversité et présidente de l'ARPE PACA, apportera son expérience de l’animation des politiques territoriales au service de la biodiversité et fera tout particulièrement le lien avec les Régions et les collectivités locales :

        « Je suis heureuse et fière de cette mission de préfiguration, convaincue de la nécessaire bonne articulation de l’Agence avec les collectivités locales pour inscrive son action en soutien et en synergie avec celles des collectivités. La création d’une nouvelle agence nationale à l’heure d’un nouvel acte de décentralisation doit être l’occasion d’inventer un nouveau modèle de gouvernance partagé entre l’Etat et les territoires ».

         

        Annabelle Jaeger

        Conseillère régionale déléguée à la biodiversité

        Présidente de l'Agence Régionale Pour l'Environnement

        Membre du Comité des Régions Européen

        Voir les commentaires

        Lignes à Grande Vitesse : mon point de vue suite au rapport de la Cour des comptes…

        26 Octobre 2014, 16:41pm

        Publié par jeanyvespetit

        2f71aafb38Dans son rapport sur la grande vitesse ferroviaire publié le 23 octobre, la Cour des comptes met en cause le processus de décision qui mène "parfois en dépit de tout bon sens" à la réalisation de nouvelles lignes. Elle alerte sur l'engrenage risqué des cofinancements avec les collectivités  …

         

        Bien entendu, cela nous interpelle sur le projet de la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LN PCA) qui concerne notre territoire régional.

         

        Le rapport de la Cour des comptes confirme un constat, le modèle économique de la Grande Vitesse Ferroviaire est arrivée en bout de souffle tout comme la méthode pour déterminer le bien fondée d’une nouvelle infrastructure qu’elle soit ferroviaire, routière, portuaire, …

         

        De même, le risque d’un manque de fiabilité des cofinancements avec les collectivités est une réalité qu’il convient de prendre en compte pour déterminer nos priorités et nos choix.

        En cela, la méthode mise en place par la Suisse pour proposer, choisir, financer et réaliser dans la plus grande transparence une infrastructure de transport est un exemple que la France devrait suivre.

        Il me semble évident que l’on ne peut mettre la seule rentabilité pour déterminer si une infrastructure est digne d’intérêt ou pas. L’égalité des territoires au sein de notre République est un élément essentiel pour contribuer à l’aménagement de notre territoire.

        Dans ce sens, la LGV PACA, projet uniquement basé sur la grande vitesse n’était pas adapté aux besoins de la région Provence-Alpes Côte d’Azur.  La LGV a muté en  LN PCA, grâce, en partie, aux associations et au groupe écologiste du conseil régional. Ce projet prend mieux en compte la nécessité de doubler l’infrastructure ferroviaire entre Marseille et Nice, voire Vintimille mais il est encore trop dédié aux seuls trains à grande vitesse.

        Dans les faits, pour ce qui concerne la LN PCA, la Cour des comptes donne raison à celles et ceux, dont moi, qui demandent depuis le début que la priorité ne soit pas la grande vitesse mais la mixité des circulations ferroviaires (TGV, TER, Fret, …) afin de répondre véritablement à la congestion ferroviaire et routière de notre territoire régional.

        Notre région qui compte 5 millions d’habitants plus l’équivalent de 2 millions de touristes dont 80% vivent sur une bande littorale de 30km de large a besoin d’une nouvelle infrastructure ferroviaire.

        Axe de transit avec des milliers de camions qui, chaque jour, empruntent l’autoroute A8 mais aussi l’A7, notre région subit une pollution de l’air qui dépasse largement les seuils européens, contribuant ainsi à dégrader les conditions de santé.

        La première réponse de la LN PCA qui vise à supprimer le nœud ferroviaire de Marseille et celui de la Côte d’Azur va dans le bon sens.

        A ce jour, il manque une garantie pour que ce projet assure une réelle mixité des circulations ferroviaires. Il est nécessaire que RFF et l’Etat l’apportent.

        Voir les commentaires

        Retour sur la réunion des 3 Régions, Piémont, Ligurie et PACA, à Breil sur Roya...

        26 Octobre 2014, 07:10am

        Publié par jeanyvespetit

        5-2232.jpg

        -      Avec la participation des vices Président transports des Régions Ligurie, Piémont et PACA, du directeur régional de RFF, de Trenitalia du CG 06 et du Maire de Breil sur Roya

        -      SNCF et RFI excusés

         

        Point sur l’infrastructure ferroviaire Nice –Vintimille /Breil / Tende / Coni :

        Des travaux ont été estimés par Tractebel, dont pour la première phase de l’ordre de 27 M€.

        Mise en place d’un plan de relance en Italie, et dotation, par l’Etat italien, de 29 M€ pour cette ligne, avec des contraintes en termes d’engagement : fin 2014 et juin 2015.

        Nécessité d’un accord entre RFF et RFI, d’une clarification sur le plan financier. Voir si possibilité de déléguer à d’autres sous-prestataires sur le territoire français.

        Volonté de la France : un projet de texte pour actualiser la convention de 1970 aurait été transmis à l’Italie. Mais il faut avancer en même temps pour les travaux. Par ailleurs, un projet de convention technique a été écrit par RFF et transmis à RFI. Une rencontre aura lieu entre RFI et RFF les 29 et 30 octobre à Bologne

        Dans le même temps des discussions se tiennent avec l’Etat dans le cadre de l’élaboration du prochain CPER 2015/2020. Objectif, mettre en place un financement complémentaire côté français (Etat, RFF, Région, CG06, …) afin que nos amis italiens ne soient pas les seuls à payer mais aussi pour assurer le financement nécessaire à la réalisation travaux.

        Premier objectif : faire les travaux nécessaires pour la suppression de la LTV le plus rapidement possible

        Second objectif : préparer la programmation des travaux pour assurer la pérennité de la ligne.

        Le service ferroviaire d’aujourd’hui est inadéquat pour les déplacements quotidiens, et encore plus lors des grands flux touristiques d’été et d’hiver. Il est de notre responsabilité de travailler dessus et nous sommes tous impliqués dans cette tâche. Il faut récupérer en qualité et en capacité de service.

        Nous partons de loin mais aujourd’hui, nous avons un interlocuteur en Piémont, des financements italiens, l’Etat français est saisi du problème et RFF est présent et a proposé une convention à RFI ….

        Les trois Régions prévoient d’intervenir, pour faire respecter les contraintes du plan de relance, auprès des établissements publics, RFF et RFI.

        RFF indique que des travaux peuvent commencer avant le 30 juin.

        Pour les 3 Régions, il serait difficilement compréhensible que la réalisation des travaux ne permette pas de lever totalement ou en grande partie la Limitation Permanente de Vitesse (40km/h) imposée depuis 2013 sur les 40km du parcours de la section française entre Breil / Tende et le point frontière.

        5-2240.jpg

        Le Train des neiges :

        Rencontres entre les opérateurs ferroviaires pour l’amélioration des correspondances.

        Il existait un train depuis 2009 Imperia/Vintimille/Breil/Tende/Limone/Cuneo et retour, supprimé lorsque les services ont été revus. Il faut étudier l’envoi de matériel jusqu’à Imperia et demander à RFI  de faire le lien avec les trains français. Un devis est demandé à Trenitalia par la Région Piémont, mais il est lourd d’un point de vue économique. Souhait de proposer des packages entre séjour à Limone et train pour favoriser son utilisation.

        Demande que les trains français puissent aller jusqu’à Limone :

        Pour Trenitalia  question est à étudier. Capacité limitée en gare de Limone et voir comment structurer l’horaire. Trenitalia est disponibles pour en parler. Côté Piémont, il y a déjà un service structuré, cadencé, et il faudra être compatible avec ces horaires.

        Une demande a été faite auprès de la SNCF. Nous sommes dans l’attente d’un retour.

         

        Financements européens pour les trains touristiques :

        Piémont a préparé une maquette, prévoyant un train direct entre Turin et Nice. L’argent permettrait de financer des études sur la ligne, des outillages en matière de sécurité sur les trains et sur la ligne, et le financement pour un projet pilote Turin / Nice financé par des fonds européens, y compris pour le fonctionnement. Proposition du Piémont de laisser une copie à la Région Provence-Alpes Côte d’Azur. Les projets doivent être présentés avant le printemps 2015.

        5-2235-copie-1.jpg

         

        Fin d’une séance de travail positive et remise aux trois Régions d’une petite bouteille d'une superbe Grappa de Breil par Gilbert ...

         

        Prochaine réunion des 3 Régions avec RFF, SNCF, Trenitalia et RFI : le 26 novembre à 10h30 à Breil sur Roya.

        Je proposerai une réunion avec les éluEs et les associations à l’issue de cette rencontre pour faire un point de situation.

        5-2238.jpg

        Voir les commentaires

        Lutte contre le changement climatique. L'Europe déçoit ... Les Régions sont, elles, plus que jamais résolues...

        24 Octobre 2014, 18:32pm

        Publié par jeanyvespetit

        EELVPaca bandeau site OKOK 2011

        AGENDA :

        - le 3 novembre 2014, le 8e FORUM AGIR au Conseil Régional PACA récapitulera les solutions concrètes (nombreux exemples dans les territoires) mises en œuvre dans la région, et dans 5 autres régions françaises, dans la lutte contre le changement climatique. Les Régions sont moteurs !
        (voir service communication et Protocole de la Région).

        - le 4 novembre l’Association des Régions de France (ARF) se réunira à la Villa Méditerranée, à Marseille, pour adopter un « manifeste des Régions de France contre le changement climatique » qui affirme le rôle central des Régions pour coordonner la transition énergétique et écologique dans les territoires.
        (voir service communication et Protocole de la Région)

        - 5 novembre - Le dernier rapport du GIEC sera remis à Paris et confirmera scientifiquement l’importance des dangers et l’obligation d’agir dans le monde entier pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.

        On peut saluer l’accord cette nuit entre les Vingt-Huit sur les trois objectifs qui guideront la politique de lutte contre le réchauffement climatique de l'Union européenne (UE) au cours des prochaines années. Cap ambitieux ? Accord audacieux ? Hélas non. A près d’un an de la COP21 (décembre 2015) la conférence internationale de Paris qui doit renouveler les engagements mondiaux de lutte contre le changement climatique (post Protocole de Kyoto), le signal est terne.

        Le consensus à trouver et la pression des lobbys ont plutôt mis un frein à une dynamique de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique et ne répondent pas à la bonne hauteur aux enjeux décrits pas les scientifiques (notamment le GIEC).

        Quels chiffres rappeler, quel ton trouver, pour faire comprendre aux politiques et au grand public l’enjeu prioritaire, majeur de cette lutte contre le changement climatique dont les conséquences humaines, sanitaires (cf alarmes de l’OMS), économiques et géo-stratégiques sont criantes et plus alarmantes que nombre de menaces démagogiquement brandies et qui occupent le devant de la scène médiatique ?

        Quels exemples de solutions concrètes et déjà existantes pour l’adaptation et l’atténuation à mettre en avant pour prouver les bénéfices humains, sanitaires et économiques à anticiper, prévenir plutôt que subir et réparer ? (quelques données à la fin du CP)

        Aux Etats et aux Régions d’être aujourd’hui plus volontaristes.

        Cest le cas de notre Région depuis 10 ans, sous la houlette pugnace des écologistes du Conseil Régional, à commencer par Annick Delhaye, la vice-présidente à l’environnement, au développement soutenable, au climat et aux énergies.

        Notre région, riveraine de la Méditerranée, est un des « hot spots » du changement climatique, avec d’importants bouleversements attendus au cours du XXIe siècle pour les écosystèmes et les activités humaines : sécheresses, inondations, maladies, migrations, pénuries alimentaires… Le dernier rapport du GIEC qui sera dévoilé à Paris le 5 novembre le confirmera.

        C’est pourquoi notre région est particulièrement engagée dans la lutte contre le changement climatique et l’adaptation à ses impacts.

        Pour Annick Delhaye, « les solutions existent, qui préservent le climat de la Terre et sont des leviers d’activité économique inscrite dans le développement soutenable. Et le coût de ces investissements à réaliser aujourd’hui est bien moindre que le coût de notre inaction pour les générations futures », comme le dit le rapport de l’économiste Nicholas Stern.

        Aussi le forum du 3 novembre sera l’occasion d’échanger sur les solutions déjà mises en œuvre dans la région Provence Alpes Côte d’Azur et dans 5 autres régions de France. Un « agenda positif - Lutter contre le changement climatique. Des contraintes ? Une chance ! » recueil des solutions face au changement climatique, sera rendu public (6 cahiers très pédagogiques illustrés d’exemples sur tout le territoire seront remis par la Région aux participant-e-s les 3 et 4 novembre).

        Prévenir plutôt que subir, anticiper plutôt que réparer, c’est plus que du bon sens, c’est de la vraie Politique. Et cela engage chacun-e vers des horizons plus réjouissants.

        Contacts groupe

        Annick DELHAYE,

        vice-présidente (EELV) en charge du développement soutenable, climat, énergie au Conseil Régional PACA

        06 80 10 24 66

        Colette CHARRIAU

        Vice-présidente en charge du logement, foncier, habitat.

        06 32 98 62 34

        Jean-Yves PETIT

        Vice-Président délégué aux transports et à l'éco-mobilité, Président de la Régie Régionale des Transports

        Mobile : 07 86 14 61 55

         

        Philippe CHESNEAU

        Conseiller régional délégué au développement économique responsable

        Mobile : 06 73 48 13 10

        Christian DESPLATS,

        co-président du groupe EELV-Poc

        06 10 02 69 64

        --------------------------------------------

        Quelques données

        Subir, c’est devoir assumer une perte de 7 à 28 milliards d’euros par an, comme l’a calculé l’étude de cadrage en amont du Plan Climat Energie Régional (PCER) à partir du rapport Stern. Rapport Stern, publié en 2006 par le Ministère des Finances britanniques…

        Le coût causé par la réparation des dommages causés par le chgt climatique serait de 5 à 20 fois supérieur aux investissements que les économies devraient engager pour lutter efficacement contre l’effet de serre.

        86 % de la population mondiale vit dans des États qui utilisent davantage de ressources que ce que leur permettent les écosystèmes de leur territoire national.

        www.footprintnetwork.org/images/uploads/EOD14french.pdf

        «Les preuves sont incontestables : le changement climatique menace la santé de l’être humain», a déclaré la directrice générale de l’OMS Margaret Chan, en ouvrant à Genève une conférence de trois jours à laquelle participaient plus de 300 experts en août 2014.

        Pour un autre scientifique ayant contribué aux rapports du GIEC, le Dr Diarmid Campbell-Lendrum, le développement des maladies infectieuses est une menace sérieuse. La pollution de l’air est actuellement à l’origine de sept millions de décès prématurés par an, a ainsi rappelé le Dr Maria Neira, directrice à l’OMS pour la santé publique et l’environnement. «Si nous réduisons les émissions de gaz à effet de serre, nous diminuerons en même temps la pollution de l’air et les maladies cardio-vasculaires et respiratoires qui lui sont liées», a-t-elle déclaré.

        EN PACA : Var. 400 millions d’euros : coût global en 2011 des 78 000 sinistres causés par les inondations.

        La facture énergétique représente en moyenne 8% du budget de fonctionnement d’une collectivité. Ce sera 30% en 2017 pour celles qui ne font rien dans le sens de la transition énergétique. 30% qui ne pourront être affectés à des missions de service public ou des investissements d’avenir !

        Mais avec le Programme AGIR : 70 % d’économie sur la facture d’électricité après rénovation de l’éclairage public à Mougins, 63 % à Peymeinade, 20 % à Forcalquier et Ginnasservis, 10 % à Châteaurenard. Le petit village de la Motte-en-Champsaur a, lui, opté pour une extinction des feux de 23 h à 6 h faisant baisser sa consommation de 68 % en 4 ans. Même démarche à Morières-les-Avignon, qui éteint la moitié de ses éclairages de minuit à 5 heures, pour une baisse de 25 %. 20 à 30 % d’économie d’énergie à Antibes, qui a embauché un agent municipal spécialisé, dit “économe de flux”, assurant réglages et maintenance mais aussi sensibilisation pour faire évoluer les comportements.

        58 % des logements de Provence-Alpes-Côte d’Azur datent d’avant 1975 : ils nécessitent chaque année 240 kWh d’énergie par m² chauffé, tandis que les constructions neuves performantes permettent d’atteindre 50 kWh par m².

        44 % sont au chauffage électrique.

        600 000 logements privés sont considérés comme énergivores.

        Mais avec NOTRE programme de réhabilitation thermique. 22 000 logements sociaux déjà réhabilités.

        Les transports sont responsables de 30 % des émissions de particules fines et de 26 % des émissions de gaz à effet de serre.

        Parmi eux, voitures et camions sont particulièrement concernés : 80 %.

        La moitié des trajets de moins de 3 km est parcourue… en voiture !

        Les 2/3 des élèves de moins de 10 ans viennent en voiture à l’école alors que 90 % des trajets représentent moins d’1 km, selon le Centre Permanent des Initiatives pour l’Environnement.

        Mais NOS politiques en faveur des transports collectifs et l’écomobilité.

        Le covoiturage, passé en moyenne de 3 à 15 % dans les Plans de déplacement d’entreprise ou inter-entreprise, répond aux attentes des salariés. Un covoiturage entre Aubagne et Marseille permet d’économiser 354,20 euros par an et 0,74 tonne de CO2, assure Mobilidées.

        En 15 ans, l’offre de TER a doublé, la fréquentation a augmenté de 125 %. Depuis 2000, l’offre de cars région

        Comprendre le changement climatique en 4 minutes

        http://www.lemonde.fr/planete/video/2014/09/23/comprendre-le-rechauffement-climatique-en-4-minutes_4492721_3244.html

        Rappels

        Revoir notre CP du 9 juillet 2014 :

        http://paca.elus-ecologistes.fr/communiques/nos-communiques-2014/8307-vers-un-giec-regional/

        Rappel Comité des Régions

        http://paca.elus-ecologistes.fr/gestion-de-la-une/8336-le-comite-des-regions-demande-a-leurope-detre-plus-ambitieuse-face-au-defi-climatique/

        http://paca.elus-ecologistes.fr/communiques/nos-communiques-2013/8257-rapport-du-giec-et-notre-region/75e56857199d9780372afc03be796702/connexion/

        http://paca.elus-ecologistes.fr/communiques/communiques-2012-a-2010/8150-negociations-climat-a-doha-11-dec/75e56857199d9780372afc03be796702/connexion/

        Voir les commentaires