Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Ma réaction suite à la publication du rapport Duron sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire et ses impacts sur notre région …

5 Juin 2015, 19:00pm

Publié par jeanyvespetit

Ma réaction suite à la publication du rapport Duron sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire et ses impacts sur notre région …

Contexte

La transversale Sud est la ligne ferroviaire reliant Nice à Bordeaux. Cette ligne est empruntée par une multitude d’acteurs dont les trains d’équilibre du territoire de bout en bout ou jusqu'à Marseille.

Zoom sur le financement TET

Lors du conventionnement avec l’Etat 2011, c’était :

*750 M€ de recettes ;

*1 Md d’€ de charges ;

*déficit de 250 M€ financé par une taxe sur le CA des entreprises ferroviaires (220 M€) dont essentiellement la SNCF + une taxe sur les sociétés d’autoroute (30 M€) ;

Le déficit a aujourd’hui dérivé à 320 M€, à la charge de la SNCF, l’Etat n’acceptant pas d’ajuster l’offre de service pour compenser.

La convention triennale 2011/2013 avait été prolongée d’un an pour l’année 2014.

La SNCF travaille sur une nouvelle convention d’un an pour l’année 2015 uniquement, à la demande de l’État qui entend maintenir exactement tous les services TET à l’identique en 2015.

Il semblerait qu’elle soit prolongée de six mois.

L'offre actuelle sur notre région :

L’offre actuelle des TET est de 6 A/R entre Marseille et Bordeaux, dont 1 prolongé à Nice (il existe des variations les WE).

Sur ces 6 A/R, la moitié sont des trains « caboteurs » s’arrêtant à Arles, l’autre moitié étant des trains rapides sans arrêt à Arles (de même ils ne marquent pas les arrêts Sète, Béziers, Carcassonne, Agen…).

Les propositions de modifications proposées par la SNCF et Philippe Duron sont les suivantes, normalement pour le service 2017 :

"L’impossibilité de mettre en place des dessertes rapides (vitesse commerciale de l’ordre de 140 km/h) entre les 5 grandes métropoles régionales (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille, Nice) du fait du très grand nombre de circulations voyageurs et fret toutes entreprises ferroviaires confondues, renforcée par la forte hétérogénéité des missions entre TGV, Intercités, TER inter-ville et TER à desserte fine, très consommatrice de sillons, conduit la commission, après analyse des flux de la ligne, à préconiser :

· La mise en place d’un sillon unique TET entre Bordeaux et Marseille comportant la desserte de 8 gares intermédiaires : Agen, Montauban, Toulouse, Carcassonne, Narbonne, Béziers, Montpellier, Nîmes ;

· Le maintien de la commercialisation intégrant la garantie de place assise et la tarification flexible ;

· L’adaptation des fréquences :

o doublement sur Toulouse-Marseille : 12 trains par jour;

o augmentation sur le prolongement Bordeaux-Toulouse : 9 trains par jour ;

o prolongement Marseille-Nice : reprise en correspondance à Marseille du fait de la desserte très abondante TER et TGV ;

· Ces mesures s’accompagnent d’un redimensionnement du parc de matériel roulant :

o en situation intermédiaire : refonte des horaires et optimisation du parc de rames tractées et de locomotives ;

o renouvellement du matériel roulant : automotrices électriques à haut niveau de confort. "

Les dessertes d'Arles et de Sète… seraient supprimées.

Les TET desservent actuellement Arles 6 fois par jour tous sens confondus. L'impact est donc important avec une réduction de 56 à 50 trains vers Marseille mais dramatique vers Nimes avec une réduction de 17 à 11 trains.

Si la Région devait compenser ces suppressions en prolongeant des TER de Miramas vers Nîmes, cela représenterait un coût de 1,5M€ … Le rapport Duron ne semble pas prévoir de véritables compensations financières pérennes et dynamiques.

A noter le caractère injuste du choix proposé, en effet, les TET continueraient de desservir deux gares entre Bordeaux et Toulouse, puis trois entre Toulouse et Montpellier et une seule entre Montpellier et Marseille. Il convient donc demander un rééquilibrage entre les différentes régions. A noter aussi que la région LR a 5 gares desservies ...

Plus de desserte au-delà de Marseille (fin du Bordeaux Nice) ... à noter que son remplacement par un TER représenterait un coût d'environ 2M€ par an pour la Région ;

L'enclavement du 06 s'accentue ainsi ...

J'ai proposé à plusieurs reprises à Philippe Duron et à la SNCF de desservir Marseille en déplaçant l'arrêt à Marseille Blancarde au lieu de St Charles ce qui permettrait un gain de temps d'environ 25mn

Et le Cévenol ?

« Proposition d’évolution de la commission Duron :

Le manque d’alternative routière crédible et le potentiel touristique de la ligne conduisent la commission à préconiser le regroupement de l’aller-retour TET et des deux allers-retours TER sous la gouvernance inter-régionale afin d’optimiser les ressources utilisées entre Clermont-Ferrand et Nîmes. »

J’avais proposé à la SNCF et à Philippe Duron (ainsi qu’à mes collègues Vices Président transports des Régions LR et Auvergne voir ma lettre ) une convention tripartite Etat / SNCF / Régions afin de remettre en place le parcours Clermont Ferrand / Nîmes / Marseille avec un matériel unique afin de recréer un lien de service public entre nos 3 régions. Ce n’est pas pris en compte ! Il est proposé un désengagement supplémentaire de l’Etat et une volonté de transfert sur les Régions. Ce n’est pas acceptable !

Un Zoom sur la situation du train de nuit Briançon / Paris:

Le rapport Duron indique :

"Le périmètre des lignes de nuit doit être recentré sur les dessertes qui ont une véritable utilité sociale.

La situation des trains de nuit appelle un examen approfondi. En effet, si la commission a relevé que la quasi-unanimité des acteurs du ferroviaire constate la difficulté à redresser le modèle économique des lignes de nuit, et si elle note le développement à venir d’une offre autocar de nuit sur certaines dessertes, elle a également entendu le fort attachement des acteurs locaux à ces dessertes.

Elle propose de s’accorder sur le maintien de l’ensemble des dessertes qui ne disposent pas d’une offre alternative suffisante, notamment en raison de leur caractère relativement enclavé (lignes Paris – Briançon, et Paris – Rodez / Toulouse – Latour-de-Carol21). La commission considère par ailleurs qu’il convient de limiter cette offre à une desserte quotidienne, le maintien de pointes annuelles entraînant d’importants besoins d’investissement en parc de matériel roulant, pour des rames très peu utilisées."

Selon moi, c'est un premier pas qui doit rassurer nos amis des Hautes Alpes qui se sont bien battus.

Par contre le fait de limiter l'offre à la seule desserte quotidienne revient à dire qu'il ne serait plus possible de faire des trains supplémentaires durant la saison d'hiver pour acheminer les touristes dans les stations de montagne...

D'autre part, la pérennité de ce train ne sera réelle que lorsque l'Etat, autorité organisatrice, aura un projet fiable et financé de renouvellement du matériel roulant.

A noter aussi que notre région perd trois trains de nuit qui desservent Toulon et la Côte d'Azur en provenance de Paris (à vérifier), Luxembourg et Strasbourg.

Le rapport Duron indique:

"Ainsi, les quatre autres dessertes existantes bénéficient d’offres de mobilité alternatives de bon niveau, ce qui ne justifie pas de maintenir un service de nuit :

 les liaisons Paris – Hendaye et Nord-Est-Méditerranée (ligne dite « Quadritranche »), prenant acte de l’ouverture d’une liaison à grande vitesse et de l’existence d’une offre aérienne ;

 les dessertes Paris – Côte Vermeille et Paris – Savoie, qui bénéficient quant à elles d’une desserte à grande vitesse.

La commission est consciente de situations où ces trains de nuit assurent, dans les faits, le service d’un TER de début de journée sur certaines portions de ligne. Pour nécessaires que soient ces dessertes, elles ne peuvent justifier à elles seules le maintien de ces lignes de nuit. Une étude complémentaire, au cas par cas, permettra de déterminer les modalités de reprise éventuelle de ces trafics."

Je vais donc continuer à intervenir auprès de Philippe Duron, mais surtout, maintenant, auprès du Ministre Vidalies et de Guillaume Pépy, Président de SNCF dont ses services sont à l’origine de ces propositions.

Voir les commentaires

Retour sur les réunions de Tende et de Breil du 1er juin ...

3 Juin 2015, 06:43am

Publié par jeanyvespetit

Avec les participants de la réunion de Tende dont mon collègue vice président de la Région Piémont
Avec les participants de la réunion de Tende dont mon collègue vice président de la Région Piémont

Retour sur les réunions de Tende et de Breil qui se sont tenues le 1er juin à propos du devenir de la ligne Nice / Sospel / Breil / Tende /Coni.

En plus des points évoqués dans les photos ci-après, je retiens :

- le retour d'une activité de trains fret dans le cadre des travaux sous le tunnel routier pour évacuer les gravats. Il convient donc de saisir cette occasion pour voir de quelle façon le fret ferroviaire pourait continuer d'être assuré sur cet axe;

- sur la base des 29M€ apportés par l'Etat italien, SNCF Réseau et RFI, avec la Région Piémont, ont lancé le processus d'études en vue de la réalisation des travaux prévus en 2016 et 2017;

- le contrat de plan Etat / Région PACA a été voté ( l'UMP/Républicains et le FN ont voté contre) et signé par le 1er Ministre et le Président de la Région le 29 mai. Cela permet un apport supplémentaire de 9M€ pour l'Etat et 9M€ pour la Région. A cela, il convient d'ajouter une participation de SNCF Réseau estimée à 2M€, ce qui est peu ...Pour l'instant, on ne connait pas l'implication financière du Conseil Départemental, de la Métropole NCA et de la CARF...

J'ai donc demandé à SNCF Réseau de prévoir des travaux sur la base non pas de 29M€ mais de 49M€ afin de tout faire pour retirer le plus rapidement possible la limitation de vitesse de 40km/h qui bloque tout développement de l'offre ferroviaire, notamment le retour des trains de Trenitalia.

Il est d'ailleurs regrettable que cette limitation de vitesse ait une raison plus politique que technique. Pour éviter cela, il convient de séparer l'actualisation nécessaire de la convention de 1970 entre la France et l'Italie qui prévoit le financement et l'exploitation de cette ligne et le retrait ce cette limitation de vitesse.

A noter que le contrat de plan Etat / Région PACA prévoit des études sur la partie basse de la ligne afin de pouvoir passer à une desserte au 1/4 d'heure sur cette partie urbaine et interurbaine.

A Breil, suite à l'intervention de Monsieur Leonelli, représentant Monsieur Estrosi, qui a confondu le comité de ligne avec une tribune politique, il convient de corriger quelques chiffres:

- le billet de bus sur la Métropole NCA ne coûte pas 1€ comme affirmé mais 1€50 depuis mai 2013.

- la Région ne met pas 200M€ sur les routes mais seulement 72M€, par contre la Région met 282M€ sur les infrastructures ferroviaires.

Deux diapositives présentées lrs du comité de ligne à Breil sur Roya
Deux diapositives présentées lrs du comité de ligne à Breil sur Roya

Deux diapositives présentées lrs du comité de ligne à Breil sur Roya

Voir les commentaires

Contrat de plan Etat / Région ... la mauvaise foi et l'ignorance au rendez-vous ...

29 Mai 2015, 18:23pm

Publié par jeanyvespetit

Républicains vous dites ? Je ne le pense pas ... Politiciens ? Surement !

Le 28 mai, veille de l'assemblée plénière du conseil régional dédiée au Contrat de Plan Etat / Région 2015 /2020, une lettre co-signée des éluEs UMP de différentes collectivités était envoyée au Président de la Région (voir ci-dessous).

Ces éluEs demandaient de bien vouloir revoir le projet et de reporter l'adoption de ce contrat de plan ...

Et dans ce courrier, ils tentent de justifier cette demande de report ... avec un florilège de mauvaise foi et sans aucun doute de méconnaissance des projets contenus dans ce contrat de plan , par exemple:

- ils déplorent la méthode et le manque de concertation, pourtant deux cycles de rencontres ont eu lieu au sein de chaque département avec l'ensemble des acteurs et élues avec la présence du Préfet de région et du Président de la Région. Ces rencontres avaient pour objet de travailler sur les différents projets et sur leur financement ... Monsieur Estrosi et Monsieur Ciotti ne sont jamais venus tout comme Monsieur Tessier Président de MPM.

- Ils critiquent tel ou tel projet ou voulent le financement par l'Etat et la Région de tel ou tel autre projet sur les Alpes maritimes mais Messieurs Estrosi et Ciotti refusent, comme tout républicain qui se respecte, de venir en parler tout comme les autres éluEs de Droite du 06. Et ce serait la faute de la majorité régionale ?

- ils disent que le département des Bouches du Rhône rencontre des difficultés qui se traduisent par le refus de financer les programmes routiers ... alors que c'est le Conseil Départemental , d'abord avec Monsieur Guerini puis avec Madame Vassal, qui refuse de financer, contrairement à l'Etat et la Région, les projets routiers tel que le contournement de Fos / Salon ou celui de Martigues / Port de Bouc .... Mauvaise foi ou ignorance ?

- Ils indiquent que les investissements prévus ne prennent pas en compte les modes de transports durables tel que le tramway d'Aubagne ... alors que l'assemblée plénière d'avril 2015, avec la présence des conseillers régionaux UMP, a voté une délibération qui prévoit justement ce soutien financier pour les Transports Collectifs en Site Propre (TCSP) avec un montant global de 70M€ ... mauvaise foi ou ignorance ?

- Ils indiquent qu'en ce qui concerne la Métropole Aix-Marseille-Provence aucun de ses projets, notamment en matière de transport, n'apparaissent dans ce contrat ... Surprenant, en effet les projets en matière de transport ne manquent pas sur le territoire métropolitain, par exemple:

- Marseille/Gardanne/Aix phase 2 pour passer à 4 trains par heure,

- réouverture de la ligne Aix / Etang de Berre avec la connection de l'aéroport de Marseille Provence,

- l'augmentation du nombre de trains sur les voies ferrées littorales entre St Charles / Arenc et l'Estaque

- et la modernisation de la ligne interurbaine de la Côte Bleue ...

tout cela avec un refus d'engagement financier de Madame Vassal pour le Conseil Départemental 13 et de Monsieur Tessier pour MPM .... Mauvaise foi ou ignorance ?

- et comme dernier exemple, ils laissent croire que le contrat de plan n'est pas assez ambitieux pour le Vaucluse ... alors que demain, samedi 30 mai, nous allons inaugurer la réouverture de la ligne Avignon / Carpentras sur laquelle plus de 30 trains régionaux vont circuler .... Mauvaise foi ou ignorance ?

Bon, il semble bien que ce soit le premier tract électoral de l'UMP en vue des élections régionales ...lors de mon intervention, je leur ai suggéré de corriger leurs "erreurs" ... et que le fait d'être contre le contrat de plan n'oblige pas à écrire n'importe quoi !

Républicains avez-vous dit ? Je ne le pense pas ... Politiciens ? Surement !

La lettre avec les signatures des éluEs UMP ...
La lettre avec les signatures des éluEs UMP ...
La lettre avec les signatures des éluEs UMP ...
La lettre avec les signatures des éluEs UMP ...

La lettre avec les signatures des éluEs UMP ...

Voir les commentaires

Adoption et signature du contrat de plan Etat / Région - l'intervention du groupe EELV ...

29 Mai 2015, 18:13pm

Publié par jeanyvespetit

Signature du contrat de plan entre le 1er Ministre et le Président de la Région après son adoption par l'assemblée plénière (l'UMP et le FN ont voté contre ...).
Signature du contrat de plan entre le 1er Ministre et le Président de la Région après son adoption par l'assemblée plénière (l'UMP et le FN ont voté contre ...).

Conseil régional PACA - Séance plénière du 29 mai 2015

Vote du Contrat de Plan Etat / Région 2015/2020

Intervention de Sophie CAMARD pour le groupe EELV

Monsieur le Président,

Mes chers collègues,

Ce que nous votons aujourd'hui, toutes conventions et partenaires confondus, c'est un Plan d'Investissements public de 2 Milliards €, dont la moitié portée par la Région d'ici 2020.

C'est largement autant, voire plus, que le précédent Contrat de Plan.

Cela aurait pu être davantage, avec les contributions clairement identifiées des Métropoles et Départements. Malheureusement, dans notre Région, les élus de droite pensent gagner les élections par une attitude hyper-agressive vis à vis de la Région, plutôt que de coopérer dans l'intérêt des habitants.

La lettre adressée par Messieurs Estrosi, Ciotti, Falco, Gaudin, Mme Vassal et plusieurs autres élus de droite, à M. le Président de Région est un véritable exercice de mauvaise foi et manque totalement de contenu.

Ces élus interpellent la Région sur des projets de routes et de transports urbains qui relèvent, pour la plupart... de leurs propres compétences. Est-ce un aveu d'impuissance de leur part ? Aucun projet n'est cité dans les domaines de la Recherche, de l'Innovation, de l'Economie, de la Transition écologique. On comprend mieux pourquoi il a fallu subir 18 mois de chaise vide : Ces élus n'avaient rien à proposer !

On peut résumer cette lettre par une expression : « Des routes, des routes et des routes » (en deux mots ou en un seul mot). Avec la droite de M. Estrosi, c'est le retour du bétonnage, des grosses bagnoles, et de la France des ronds-points, des ronds-points avec de jolis bacs à fleurs pour faire écologiste... des bacs à fleurs avec des géraniums dedans, parce que c'est une plante vivace contre la pollution, le géranium. Quel beau projet régional !

Alors oui, dans ce Contrat de Plan, la Région commet le crime de donner la priorité absolue au transport ferroviaire sur la route. Parce que c'est sa compétence obligatoire. Parce que notre région fait partie des pires pour la qualité de l'air, particulièrement à Marseille, Nice, Toulon, villes dirigées par la droite. Parce que c'est un enjeu de santé et d'environnement. Parce que c'est la faute des écologistes. Cessez d'accuser nos collègues socialistes pour cela !

Oui, le Volet Transports/Mobilité, c'est la moitié du Contrat de Plan Etat-Région, et mon collègue Jean-Yves PETIT a mis une forte priorité sur le développement du transport ferroviaire de proximité.

Nous avons concentré les financements routiers sur l'essentiel : la lutte contre le bruit, le détournement des camions à Avignon, certaines dessertes clé pour le Port de Marseille.

Et oui, pour 1 € sur les routes, nous mettrons 3 € sur le ferroviaire.

Dans les Alpes-Maritimes, où Messieurs Estrosi et Ciotti refusent de signer le CPER, il est ainsi prévu :

  • L’augmentation de l’offre ferroviaire sur l’axe saturé Mandelieu-Nice-Vintimille ;
  • L’augmentation de l’offre ferroviaire sur la partie péri-urbaine des Chemins de fer de Provence, autour de Nice ;
  • La régénération de la ligne de la Roya entre Breil et Tende, en partenariat avec l’Italie.

Dans les Bouches-du-Rhône, où Martine Vassal, dans la même attitude que M. Guérini, décide soudainement de se retirer de la négociation du CPER, il est prévu :

  • Le passage de 3 à 4 TER par heure sur Aix-Marseille, avec un doublement de la ligne entre Luynes et Gardanne et la création d’une halte à Plan de Campagne ;
  • La réouverture au « trafic voyageurs » de la ligne Aix-Etang de Berre, avec connexion à l’aéroport Marseille Provence ;
  • l’augmentation de l’offre ferroviaire sur l’axe littoral entre St Charles, Arenc et l’Estaque;
  • la modernisation de la ligne ferroviaire interurbaine de la Côte Bleue.

Dans le Var, nous avons veillé à garder une ligne d'études pour la réouverture de Carnoule-Gardanne. Nous serons aussi vigilants à ce que le projet de Ligne nouvelle ne cache pas le retour de la Ligne à Grande Vitesse sur des tracés contestés.

Dans les Alpes, il est prévu de terminer la régénération de la Ligne des Alpes, section Montdauphin-Briançon, avec des travaux dès 2017 et la modernisation de l’Etoile de Veynes.

La Région investit, donc. Quelle stupeur, au même moment, de prendre connaissance du rapport Duron qui annonce la réduction des Trains d'Equilibre du Territoire, et chez nous, de la Transversale Sud Bordeaux/Marseille/Nice, avec la suppression d'arrêts en gare d’Arles, Toulon, Cannes, Antibes et Nice par les trains Intercités. Le Gouvernement, nous l’espérons, n’entérinera pas cette proposition.

Plus modestes, mais tout aussi importants pour valoriser notre Région, nous avons obtenu l'inscription de crédits pour le vélo, sur de très beaux projets qui développent toute une économie touristique et de loisirs sur leurs parcours :

  • La Via Rhôna, qui reliera le lac Léman à la Méditerranée,
  • L’EuroVélo 8, qui reliera Cadix à Athènes et, dans notre région, Arles à la frontière italienne.

Au-delà du volet Transports, l'Environnement, la réponse aux défis climatiques, nous y avons consacré toute notre énergie et nous saluons la volonté de l'Etat d'avoir prévu des « éco-conditions ». La Région n'a plus qu'à en faire autant sur ses propres politiques, comme nous le souhaitons vivement.

La priorité Environnement, nous ne la séparons pas de la priorité Emploi. Cette alliance, nous en trouvons la marque dans les volets « Transition énergétique et écologique », « Innovation et filières d’avenir » du CPER, portés par mes collègues Annick DELHAYE et Bernard MOREL.

Ainsi, l'Emploi n'est pas seulement présent dans le Premier chapitre, qui permet de pérenniser certains dispositifs pour l'économie sociale et solidaire, l'économie responsable, de poursuivre le financement de l'Observatoire Régional des Métiers ou Act Méditerranée qui intervient pour l'amélioration des conditions de travail.

L'Emploi est un objectif transversal de tout le Contrat de Plan quand il soutient l'investissement public en général, la Recherche et l'Innovation, quand il permet de mieux se déplacer avec le volet « Mobilité », de développer des filières de recyclage avec le Volet « Transition énergétique », ou d'accompagner les mutations industrielles dans le Volet « Développement solidaire des Territoires ».

Dans toute la région, des entreprises innovent aujourd’hui dans la transition énergétique, le numérique, le bâtiment et la mobilité durable... Une économie circulaire et collaborative est en train d'émerger qui crée des emplois locaux et durables, à travers de grands et de petits projets.

Avec ce Contrat de Plan, nous continuerons de soutenir : l'investissement citoyen dans les énergies renouvelables, l'habitat participatif, l'éco-citoyenneté, les plateformes de co-voiturage et les concertations sur les Plans de Déplacement inter-entreprises, les applications collaboratives du numérique et la diffusion des données publiques.

Nous aurons 33 M€ pour l'économie circulaire et les démarches zéro déchet. Des entreprises que nous avons soutenues sur ce mandat ont déjà commencé à créer des emplois dans la réutilisation du mobilier, le recyclage des déchets électroniques ou le démantèlement des bateaux. Ce n'est que le début.

Pour la Recherche et l'Industrie, nous aurons :

  • A Fos-sur-mer, l'éolien flottant, la technologie hydrogène et le projet PIICTO ;
  • Sur l’Etang de Berre, le développement des ballons dirigeables ;
  • A la Cité des Energies de Cadarache, le photovoltaïque innovant et le bâtiment durable ;
  • A Sophia-Antipolis, les micro-algues et les réseaux électriques intelligents ;
  • A Toulon, le Pôle Mer.

A contrario, et c'est encore de notre faute, la Région ne financera pas le projet WEST, qui a pour objectif de renforcer le pôle de fusion nucléaire autour d’ITER.

Enfin, le Contrat de Plan Etat Région permettra de poursuivre les politiques menées depuis des années par la Région sur la préservation de la biodiversité terrestre et marine, la restauration des continuités écologiques, la protection de nos espaces naturels, la qualité des milieux aquatiques, la prévention des risques.

La biodiversité n'est pas seulement naturelle, elle est aussi culturelle. Je laisserai mon collègue Hervé Guerrera intervenir sur la question des langues régionales, qui a nourri de nombreuses contributions dans la procédure de concertation.

Cette force de conviction que nous avons investie dans ce Contrat de Plan, se situe dans la continuité de notre action sur ce mandat et bien sûr, nous voterons Pour. Je ne doute pas que nous serons présents à la Région, dans le prochain mandat, pour le mettre en application.

Voir les commentaires

Gémenos : Après 1336 jours ... de Fralib à une coopérative ouvrière avec le rédémarrage de la production ...

27 Mai 2015, 18:04pm

Publié par jeanyvespetit

COMMUNIQUÉ DE PRESSE SCOP TI du 26 MAI 2015

… UNE PREMIÈRE VICTOIRE « SYMBOLE »

Pendant 1336 jours, les Fralibs ont mené une lutte sans pareil pour conserver un fleuron de l’industrie sur le territoire français depuis plus d’un siècle , une usine de + de 12 000m2 située à Gémenos depuis 1989 et dans laquelle sont fabriqués thés et infusions.

Pendant 1336 jours, des femmes et des hommes se sont relayés pour faire peser leur droit face aux dérives d’un capitalisme obsédé par les chiffres et peu considérant des conditions de travail et de la qualité du produit vendu au consommateur.

Pendant 1336 jours, médias et citoyens de tous horizons sont venus apporter leur soutien pour que les 182 salariés de Falibs continuent de faire ronronner les machines sur le territoire français.

Et le 26 Mai 2014, la détermination et le courage de ces salariés ont été récompensés par la signature d’un protocole d’accord avec le géant Unilever.

C’est une victoire exemplaire de grande portée.

UN NOUVEAU DÉFI DE TAILLE

C’est sous le nom de SCOP TI, Société Coopérative Ouvrière Provençale de Thés et Infusions que 58 coopérateurs des 76 salariés surnommés « les Fralibs » pendant lutte, vont relancer une production sur le site de Gémenos.

SCOP TI s’engage donc dans la voie d’une nouvelle organisation, plus humaine, moins hiérarchisée où chaque voix compte.

SCOP TI souhaite produire de la qualité en thé, infusions, nature et parfumé avec arome 100% naturelle.

Rebâtir la filière agricole provençale, décimée par les stratégies de délocalisation menées par les grands groupes de l’agro-alimentaire.

Aujourd’hui le mardi 26 mai 2015, SCOP TI lance deux nouvelles marques de thés et infusions au niveau national, qui sera référencée dans une grande partie des réseaux de distribution.

Ces marques seront l’emblème à la fois d’une lutte historique et d’un ensemble de valeurs aujourd’hui centrales : le « manufacturé en France » dans le respect des travailleurs et l’exigence d’une qualité 100% naturelle et gustative.

C’est désormais au tour du consommateur de participer à cette belle aventure en choisissant les thés et infusions de la coopérative SCOP TI dans les rayons des grandes surfaces et réseaux spécialisés ! En devenant des « consom-acteurs »

Voir les commentaires

Remise du rapport Duron à propos des TET : Les attentes de la Région Provences Alpes Côte d’Azur !

26 Mai 2015, 09:05am

Publié par jeanyvespetit

Pour voir l'émission de France 3 Provence Alpes, la Voix est Libre du 30 mai sur les TET (trains d'équilibre du territoire) et le rapport Duron où je suis intervenu, vous pouvez utiliser le lien ci-après à partir de la minute 34.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/emissions/la-voix-est-libre-provence-alpes

Communiqué de presse

Monsieur Philippe Duron doit remettre au Gouvernement, ce jour, son rapport sur « l’avenir des trains d’équilibre du territoire ».

Dans l’attente de connaître son contenu mais aussi, et surtout, l’orientation et les décisions du Gouvernement, Jean Yves Petit, vice-président en charge des transports et de l’écomobilité tient à rappeler les attentes de la Région :

Le rôle de l’Etat en tant qu’Autorité Organisatrice

L’Etat doit être en tant qu’autorité organisatrice des TET un nouvel acteur garant de la convention d’exploitation. Dans les faits, sur la convention d’exploitation en cours, l’Etat a été absent sur le plan national mais plus encore sur le plan régional ou interrégional, sans référent clairement identifié et disposant d’une capacité pour agir.

La nécessaire définition d’un périmètre pérenne

La Région souhaite que l’Etat définisse un périmètre pérenne et clair entre les missions relevant d’un périmètre local, et celle relevant d’une mission nationale. La Région regrette d’ailleurs depuis de nombreuses années, l’absence de vision multimodale TER/TET de la part de l’Etat et de son exploitant, SNCF Mobilité.

La lutte contre l’enclavement des territoires alpins

La question de la desserte par le train de nuit Paris/Briançon est centrale pour lutter contre l’enclavement du territoire Haut-Alpin. Pour assurer son maintien, la Région et les collectivités territoriales ont lourdement investi et mettent en place des services complémentaires attractifs. L’Etat doit apporter des réponses concrètes à la vétusté du matériel et les défaillances dans l’organisation de l’exploitant.

Le maintien du lien entre l’Arc Méditerranéen et l’Atlantique

La question de l’enclavement de Nice est également à prendre en compte dans les réflexions de la commission sur le TET grand sud et de l’offre nuit, et de ce point de vue, la limitation de ces trains à Marseille n’est pas acceptable.

De même, concernant Arles, les TET participent pleinement au désenclavement de cette agglomération en direction de la Région Languedoc-Roussillon. La non desserte de cette ville par les TET se traduirait par une perte de liaisons importantes pour la ville.

Assurer une liaison PACA – Auvergne avec le Cévenol

Le Cévenol doit faire l’objet, dans les meilleurs délais, d’une convention entre l’Etat (AOT TET), la SNCF et les Régions concernées afin d’assurer le retour d’une liaison entre Clermont Fd et Marseille.

Jean Yves Petit

Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

Président de la Régie Régionale des Transports

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

27 place Jules Guesde

13481 Marseille cedex 20

Mobile: 07 86 14 61 55

Voir les commentaires

Lettre à mes collègues des régions Auvergne et Languedoc Roussillon à propos du Cévenol ...

26 Mai 2015, 06:01am

Publié par jeanyvespetit

Lettre à mes collègues des régions Auvergne et Languedoc Roussillon à propos du Cévenol ...

Le Vice-président,

Délégué aux Transports et à l’éco-mobilité

à

Mme Marie MEUNIER-POLGE

Vice-présidente de la Région Languedoc-Roussillon, déléguée aux transports et à l’intermodalité

M. Luc BOURDUGE

Vice-président de la Région Auvergne

Délégué aux transports et à la mobilité

Marseille, le 29 avril 2015

Madame la Vice-Présidente, Monsieur le Vice-Président, Chers collègues,

La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est attachée au maintien et à la revitalisation des trains d’équilibre du territoire, dont tout particulièrement Le Cévenol.

Lors de la rencontre entre la commission infrastructures et transports de l’ARF et la commission parlementaire sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire présidée par le député Philippe Duron, j’ai réitéré ma proposition que Le Cévenol fasse l’objet, dans les meilleurs délais, d’une convention entre l’Etat (AOT TET), la SNCF et nos trois Régions pour à la fois :

  • conforter le positionnement du Cévenol dans le périmètre des TET entre Clermont-Ferrand et Nîmes
  • lui conférer un statut TER entre Nîmes et Marseille
  • préciser les conditions d’exploitation d’un tel service (horaires, matériel roulant …)
  • préciser les modalités techniques et financières d’acceptation des tarifications nationales (TET) et régionales.

Je connais votre forte volonté pour agir en faveur de l’égalité des territoires, avec un maintien du service public ferroviaire. Je vous propose donc que nos trois Régions demandent à l’Etat et à la SNCF, via une lettre commune, d’étudier très rapidement cette proposition en vue de sa mise en œuvre.

Veuillez agréer, chers collègues, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Jean-Yves PETIT

Voir les commentaires

Oui la Région investit sur la Côte d’Azur et agit en faveur de la fiabilité des TER … Les travaux sur le site de Cannes La Bocca...

22 Mai 2015, 19:16pm

Publié par jeanyvespetit

la potence qui vient d'être installée sur le site de cannes La Bocca et permettra de changer des pièces lourdes situées sur la toiture de l'automotrice
la potence qui vient d'être installée sur le site de cannes La Bocca et permettra de changer des pièces lourdes situées sur la toiture de l'automotrice

L’accroissement régulier du volume des services de TER (+ 53 % de trains / kilomètres sur dix ans) en liaison avec les mises en service des grands projets de modernisation et de développement du réseau ferré régional en 2014 et 2015 (liaison inter-gares Avignon-TGV – Avignon-centre, 3ème voie Antibes – Cagnes sur Mer, 3ème voie Marseille – Aubagne, réouverture d’Avignon – Carpentras), et attendus (augmentation de capacité sur Toulon – Hyères pour fin 2015 et Cannes – Grasse pour 2017) a nécessité de prévoir l’adaptation du parc de matériels roulants en conséquence et l’acquisition de nouveaux matériels (10 rames Régiolis et 16 rames Régio2N) en cours de livraison. Ces évolutions impliquent également de renforcer et compléter les installations de maintenance et de remisage existantes.

Le Schéma Directeur de Maintenance et de Remisage des TER PACA élaboré par la SNCF et décliné en un Programme Pluriannuel d'investissement (PPI) prévoit un investissement de 45 à 50 M€ pour la période 2011/2017. Ce programme porte sur une dizaine de sites régionaux et s’appuie sur une trentaine de projets.

Le financement d’une tranche de travaux concernant l’adaptation des sites SNCF existants de Cannes, Marseille-Blancarde et Avignon aux nouveaux matériels Régiolis et Régio2N a été acté en avril 2014 pour un montant de 19,9 M€ (90 % de participation régionale). Cette tranche concerne principalement la création et à l’allongement de voies et de quais techniques, le renforcement des moyens techniques dédiés à la maintenance (création et adaptation de passerelles et de voies sur fosse pour la maintenance, acquisitions d’outillages spécifiques…) indispensables à la gestion des nouveaux matériels dès leur livraison.

A Cannes, ces travaux sont justifiés par la mise en exploitation des nouveaux matériels TER à 2 niveaux Régio2N, en cours sur le secteur azuréen. Ils ont également vocation à déconcentrer la maintenance lourde des rames TER affectées à sur zone aujourd’hui réalisée très majoritairement à Marseille Blancarde.

D’un montant de 9,3 M€, ils comprennent :

  • La création d’un moyen de levage pour la maintenance d’organes (potence) / en service (derniers travaux de finition réalisé le 31 mars 2015)
  • L’allongement de 3 voies de remisage/maintenance et la création de passerelles de maintenance sur une de ces voies V30 / premiers travaux préparatoires en cours et livraison prévue en mars 2016
  • L’allongement de 3 voies de remisage/nettoyage et de quais techniques / livraison étalée de juin à novembre 2016

La principale difficulté de réalisation de ces travaux vient du fait qu’ils doivent être réalisés en concomitance avec le maintien en exploitation du site, déjà très contraint, et sans solution simple de report d’opérations.

La montée en charge progressive de l’activité de maintenance sur le site se fera courant 2016, avec un rythme de croisière attendu en 2017 et permettra d'assurer une meilleure autonomie pour la gestion .des TER entre Les Arcs / Cannes / Nice et Vintimille

Un investissement pour permettre plus d'autonomie dans la gestion des TER sur la Côte d'Azur ...
Un investissement pour permettre plus d'autonomie dans la gestion des TER sur la Côte d'Azur ...
Un investissement pour permettre plus d'autonomie dans la gestion des TER sur la Côte d'Azur ...
Un investissement pour permettre plus d'autonomie dans la gestion des TER sur la Côte d'Azur ...

Un investissement pour permettre plus d'autonomie dans la gestion des TER sur la Côte d'Azur ...

Voir les commentaires

Vélo - La Via Rhôna est connectée aux Marais du Vigueirat à hauteur de Mas Thibert …

22 Mai 2015, 05:41am

Publié par jeanyvespetit

Vélo - La Via Rhôna est connectée aux Marais du Vigueirat à hauteur de Mas Thibert …

Description d’ensemble

La Via Rhôna, du Léman à la Méditerranée fait partie du Schéma National des Véloroutes et Voies Vertes (SN3V) et du Schéma d’Orientation des Véloroutes et Voies vertes de Provence-Alpes-Côte d'Azur, adopté en 2007 par le Conseil régional.

Son tracé s’étend sur 800 km, dont 120 km en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est en voie d’homologation en tant qu’EuroVelo 17, suite à la jonction avec la véloroute du Rhône en Suisse et comptera ainsi plus de 1100 km.

En 2013, un comité d’itinéraire interrégional a été constitué à l’initiative des 3 Régions concernées (Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d'Azur).

Les objectifs de ce comité sont les suivants :

  • Coordonner les initiatives des maîtres d’ouvrage pour conduire, à moyen terme, l’achèvement du l’itinéraire cyclable du Léman à la Méditerranée ;
  • Inciter la réalisation à court terme d’un itinéraire cyclable continu sur l’ensemble du tracé ;
  • Porter la candidature de la ViaRhôna devant l’Européean Cycling Federation pour obtenir le « label » EuroVelo.

L’intégration de la Via Rhôna au réseau EuroVelo

Le réseau EuroVelo est un projet de quatorze itinéraires cyclables, d’environ 70 000 kilomètres, à travers l'Europe, porté par la fédération européenne des cyclistes (ECF). Son but est de promouvoir le tourisme à vélo et l'usage du vélo en général à l’échelle européenne.

EuroVelo coordonne les différents projets nationaux (pour assurer la continuité et l’homogénéité des itinéraires).

Suite à une initiative conjointe des régions françaises et des cantons suisses, l’homologation comme EuroVelo 17 devrait être approuvée par l’ECF, à condition que la continuité de l’itinéraire soit assurée du Léman à la Méditerranée fin 2016.

C’est la raison pour laquelle des itinéraires provisoires sont identifiés à l’horizon 2016 et des itinéraires définitifs à l’horizon 2020.

Etat d’avancement de la Via Rhôna

A ce jour, l’avancement du projet est le suivant :

  • en Rhône-Alpes : 416 km ont été réalisés sur 552 km ;
  • en Languedoc Roussillon : 49 km réalisés sur 144 km ;
  • en Provence-Alpes-Côte d'Azur : 55 km sont réalisés sur 120 km ;
    • dont Bouches du Rhône : plus de 40 km réalisés entre Arles et Port Saint-Louis

Arles – Port-St-Louis-du-Rhône

32 km de voie verte ont été mis en service :

réalisation en site propre sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée (parallèle à la RD35) entre Arles (Pont Van Gogh) et l’écluse de Port St Louis du Rhône (canal du Rhône à Fos). La Région a cofinancé cette section (677 K€ pour un coût estimatif de 2,276 M€ HT).

Le Conseil Départemental 13 a entrepris l’étude de la section reliant l’écluse de Port Saint Louis au bac de Barcarin (2 km, dont un cheminement cyclable à créer sur le pont de la RD35) en 2015.

La liaison de Port Saint-Louis à la plage Napoléon emprunte la piste cyclable existante sur voiries communales (8 km).

Connection de Mas Thibert au Marais du Vigueirat

Réalisé entre 2013 et 2015, cet aménagement permet de relier en site propre la ViaRhôna aux marais du Vigueirat, joyau de la biodiversité et principal lieu d’animation de l’itinéraire entre Arles et Port-Saint Louis.

La Région a soutenu cette réalisation de 252 800 € par une subvention de 88 480 €.

Alain Michel, responsable de l'association AF3V, véritable expert des vélos routes ! Une belle piste en direction du Marais du Vigueirat, joyau de la biodiversité ...
Alain Michel, responsable de l'association AF3V, véritable expert des vélos routes ! Une belle piste en direction du Marais du Vigueirat, joyau de la biodiversité ...
Alain Michel, responsable de l'association AF3V, véritable expert des vélos routes ! Une belle piste en direction du Marais du Vigueirat, joyau de la biodiversité ...
Alain Michel, responsable de l'association AF3V, véritable expert des vélos routes ! Une belle piste en direction du Marais du Vigueirat, joyau de la biodiversité ...

Alain Michel, responsable de l'association AF3V, véritable expert des vélos routes ! Une belle piste en direction du Marais du Vigueirat, joyau de la biodiversité ...

Voir les commentaires

Elections régionales 2015 … non la région PACA n'est pas perdue !

14 Mai 2015, 10:05am

Publié par jeanyvespetit

Elections régionales 2015 … non la région PACA n'est pas perdue !

La campagne des régionales 2015 a commencé pour Monsieur Estrosi et pour la famille Le Pen …

Ils ont des points communs. En effet, c’est qu’outre leur habitude d’attirer leur électorat à coup de phrases sécuritaires et xénophobes, la région ne les intéresse pas.

Le conseil régional n’a jamais eu les faveurs de M. Estrosi qui cumule les fonctions de maire de Nice, président de la métropole Nice Côte d'Azur et député des Alpes-Maritimes, et n’a aucun attachement pour notre collectivité. Il déclarait même le 30 décembre 2014, « La région ne nous apporte rien, ne nous a jamais rien apporté. Elle ne sert à rien et ne servira à rien demain ». Ainsi, mettant en application sa pensée, il refuse de participer à l’élaboration du contrat de plan Etat/Région 2015/2020 qui prévoit plus de 1.6 Milliard d’€ dans l’enseignement supérieur, l’immobilier universitaire, le ferroviaire, la transition énergétique, l’emploi, …

A l’inverse, les conseillers régionaux écologistes défendent avec force l’échelon régional et considèrent que la Région est un niveau d’action politique plus que pertinent pour agir sur le quotidien des habitants, dynamiser et assurer l’égalité des territoires.

La Région est utile aux citoyens et elle sert l’intérêt général des habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les élus écologistes en responsabilité le démontrent davantage chaque jour… et à plein temps !

L’intérêt général ! Est-ce vraiment la préoccupation de Monsieur Estrosi et du clan Le Pen ? De toute évidence, non !

Alors, non la Région Provence Alpes Côte d’Azur ne doit pas être gouvernée par eux.

Non la Région Provence Alpes Côte d’Azur n’est pas perdue ! Encore faut-il se donner les moyens de gagner.

Europe Ecologie / Les Verts a la volonté d'explorer toutes les possibilités nous permettant de conserver notre région à gauche autour de propositions fortes et partagées.

Dans le cadre du processus interne à Europe Ecologie / Les Verts, ma collègue Sophie Camard a été désignée tête de liste régionale. Elle a tout mon soutien et elle peut compter sur ma totale implication dans la campagne électorale à venir.

La majorité sortante du Conseil régional, dont fait partie le groupe écologiste, dispose d’un bon bilan auquel nous avons, avec Sophie Camard et l’ensemble des éluEs écologistes, fortement et activement contribué.

Outre notre projet de société, nous portons un très grand nombre de propositions pour la mandature à venir. Il convient donc de se donner les moyens, au quotidien, de poursuivre notre empreinte « sociale-écologique » sur la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

En Provence-Alpes Côte d’Azur, les écologistes ont toute la légitimité et la crédibilité pour être le « moteur » de la constitution d’un rassemblement le plus large possible, dépassant la logique des seuls partis. Les habitantEs ont besoin d’un nouveau souffle accompagné d’un projet porteur d’espoir mais aussi de visibilité et de proximité, notamment pour les territoires qu'ils soient ruraux, alpins ou urbains.

Dans la période à venir, nous allons donc échanger avec tous acteurs, qu’ils soient politiques, associatifs ou responsables de collectifs, sur les stratégies possibles pour atteindre cet objectif.

Durant cette mandature, j’ai assumé des responsabilités importantes dans le cadre de ma vice-présidence en charge des transports et de l’éco-mobilité. J’ai également assuré la présidence de la Régie Régionale des Transports. Régie que nous avons créée conformément à notre volonté d’agir plus directement pour appliquer nos politiques publiques.

Durant ce mandat, j’ai fait en sorte que la priorité soit donnée aux mobilités alternatives à la voiture particulière et aux camions. Le vélo a pris toute sa place y compris dans le contrat de plan Etat/Région 2015/2020.

L’égalité des territoires fut l’une des priorités :

  • Ligne des Alpes
  • Chemins de fer de Provence
  • vallées des Paillons et de la Roya
  • quartiers urbains comme St Antoine à Marseille
  • quartiers de gares
  • Carpentras / Avignon
  • Aix / Etang de Berre
  • Carnoules / Gardanne

La carte ZOU! avec sa gamme tarifaire « socialement adaptée » fut l’une des réussites de ce mandat, facilitant ainsi l’accès aux transports public régional à plus de 160 000 détenteurs.

Je me suis beaucoup impliqué dans la réforme territoriale qui permet de renforcer le rôle des régions, dans l’élaboration du Contrat de Plan Etat/Région ou dans des dossiers sociaux à l’image de Fralib, …

J’ai fait au mieux pour diffuser et banaliser l’information pour tous les projets.

Impliquer les associations, les collectifs et les éluEs fut également notre « marque de fabrique » !

J’ai eu le plaisir d’assurer une présence active et réactive sur tout le territoire régional qui dispose d’un très grand nombre de femmes et d’hommes, éluEs ou pas, pleins d’idées et de volonté d’agir.

J’espère que nous avons contribué, ainsi, à donner du crédit au rôle que peut avoir un élu mais aussià l’écologie politique .

Le débat électoral, lors des régionales, risque de se limiter, comme pour les municipales, aux enjeux nationaux. Le FN et Monsieur Estrosi mèneront leur campagne avec leurs mêmes idées détestables et sans rapport avec la gestion d’une collectivité régionale qui ne les intéresse pas.

Ensemble, nous devons être celles et ceux qui, parce que nous connaissons notre territoire régional, parlerons du concret et évoquerons ce qui a été fait et de ce qu’il convient de faire.

Nous avons aussi encore beaucoup à apporter dans de multiples domaines :

  • la transition écologique et énergétique
  • l’aménagement et le développement des territoires
  • une plus grande justice sociale
  • la mobilité multimodale
  • une Région aux compétences renforcées garantissant une proximité auprès des territoires
  • mais aussi sur les liens de paix nécessaires entre les peuples situés tout autour de la Méditerranée

Comptant sur votre active implication !

Au plaisir de continuer à agir ensemble pour l’intérêt général !

Très amicalement,

Jean Yves Petit

Vice président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Président de la Régie Régionale des Transports

Voir les commentaires