Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Pour un débat public sur les traversées alpines ...

21 Juin 2015, 06:59am

Publié par jeanyvespetit

 

Le Vice-président,

Délégué aux Transports et à l’éco-mobilité

 

 

Madame Ségolène ROYAL

Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie

Hôtel de Roquelaure - 246 boulevard Saint-Germain

75007 PARIS

 

Marseille, le 17 juin 2015

 

 

 

Madame la Ministre,

 

France Nature Environnement vient de vous faire parvenir un courrier (dont copie jointe) par lequel cette structure sollicite l’ouverture d’un débat public sur les traversées alpines.

 

En tant que vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en charge des transports et de l’éco-mobilité, je tiens à m’associer pleinement à cette démarche, et vous adresse la copie du récent courrier de Michel Vauzelle, Président de Région, dans lequel :

 

  • il renouvelle sa demande d’un Grenelle des Alpes du Sud pour traiter les enjeux de mobilité, d’accessibilité, et de désenclavement des Alpes du Sud
  • il sollicite la saisine de la Commission Nationale du Débat Public concernant le projet d’une percée ferroviaire sous le Montgenèvre (environ 3 milliards d’€).

 

En effet, comme le savez, la moitié des marchandises franchissant les Alpes françaises le font par l’autoroute A8 à Vintimille, engendrant des risques importants pour la sécurité et la santé des populations riveraines. Cette situation ne peut perdurer, au regard du contentieux engagé à l’encontre de la France par l’Union Européenne à propos de la pollution de l’air.

 

Ainsi, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, soutenue par le Conseil Economique Social et Environnemental Régional et la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie, soutient l’idée qu’il convient de mieux utiliser les capacités des infrastructures ferroviaires actuelles, dont particulièrement la ligne des Alpes de Marseille à Briançon.

 

Cette ligne a besoin d’être mieux soutenue par l’Etat, tout comme les trains d’équilibre du territoire qui desservent le massif alpin.

 

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de ma haute considération.

 

 

Jean-Yves PETIT

La lettre de France Nature Environnement à Mme Royal

Lettre du Président de la Région PACA au Préfet de région

Voir les commentaires

Retour sur ma réunion du samedi 13/06 avec les associations et collectifs d’usagers des Alpes Maritimes et la SNCF …

14 Juin 2015, 08:31am

Publié par jeanyvespetit

Réunion très intéressante et très concrète sur un axe fréquenté par plus de 40 000 usagers quotidiennement qui, dès le moindre aléas, vivent des conditions de trajet très difficles voire insurpportables… il en ressort:

 

  • la nécessité d'avoir des scénarios de secours pour assurer une continuité des dessertes en cas d'aléas (en cas d’un problème entre Monaco et Vintimille par exemple, comment disposer de circulations TER entre Cannes et Monaco ?) ;
  • faciliter l’accès à tous les trains (TGV, TET, Thello, …) en cas d’incidents … ;
  • nécessité de disposer de chiffres de régularité et de qualité concernant les TER situés dans les périodes de pointes ;
  • disposer d'un système d'information plus efficace pour les usagers et les cheminots ;
  • revoir la propreté intérieure et extérieure des rames;
  • travailler avec une bonne implication des associations et des collectifs d'usagers sur le service 2017 (cadencement) ;
  • ne pas délaisser les petites haltes ou gares à l’image de ce qui s’est passé pour celle de Cros de Cagnes ;
  • des éléments sur le suivi de la composition des trains afin de disposer d’une capacité maximum pour l’accès des usagers ;
  • souhait d’une visite du technicentre SNCF de Cannes La Bocca où est assurée la maintenance du matériel roulant ;

 

  • une nouvelle rencontre se tiendra  fin septembre / octobre

 

Les principaux éléments de mon intervention sur la situation de la Côte d’Azur lors de cette rencontre avec les usagers

 

Point sur l’évolution des dessertes :

En 2015, pour Cros de Cagnes :

A partir du 5 juillet : + deux arrêts

86022 Vintimille 11 h 02 – Cannes Bocca 12 h 50 (arrêt vers 12 h 23)

881127 Grasse 15 h 21 – Menton 17 h 07 (arrêt vers 16h14)

Accès des TGV et TET pour les abonnés entre Marseille et Nice :

Suite à la demande formulée par la Région devant l'impossibilité de créer des TER supplémentaires face à la saturation de l'infrastructure, la SNCF accepte le principe d'un accès dans certains TGV et TET dans des conditions qui restent à discuter avec la Région. L'objectif est une mise en place pour la rentrée de septembre.

 

En 2016, pour le service Azur :

- les TER intervilles Marseille 5 h 30 – Nice 8 h 06 et Nice 17 h 50 – Marseille 20 h 29 seront prolongés jusqu’à Vintimille : cette mesure permet de mieux organiser l’heure critique du matin et du soir (8 h 00/9 h 00 le matin vers Monaco et 17 h 00/18 h 00 pour le retour. Le nombre de TER quotidiens entre Nice et Menton n’évolue pas (96 par jour).

 

- afin d’optimiser l’utilisation du matériel, 5 trains Les Arcs-Nice (sur les 22 circulant chaque jour) seront terminus Cannes. Il s’agit de trains de contre-pointe et/ou en creux de journée, pour lesquels une bonne correspondance (5 à 10 minutes) TER existe à Cannes assurant la desserte jusqu’à Nice.

 

- renforcement de la desserte de Cros de Cagnes : le volume des arrêts est rétabli (64 par jour au lieu de 47 en 2015), l’objectif restant de revenir à une desserte systématique à la demi-heure au service 2017.

 

Point Qualité d’une manière générale sur PACA :

 

Au global, le retour à un très bon niveau de réalisation de l'offre se confirme, et le mois de mai a été également marqué par une amélioration assez nette de la régularité, principalement grâce à de moindre perturbations liées à l'infrastructure.

Point Qualité pour Azur

 

Les taux des suppressions sur Azur sont orientés à la baisse comme sur le reste de la Région, mais la SNCF peut encore mieux faire.

Il faut également rappeler qu’en 2011, année « la meilleure» (juste normale en fait), le taux de suppression régional se situait à 2.1%.

En comparaison, les TER Marseille / Toulon en suppression : la comparaison montre clairement qu’il n’y a pas de « mieux » sur Marseille Toulon par rapport à Azur, voire au contraire, le rodage des trains neufs Régio2N amène une fiabilité un peu dégradée.

 

La régularité sur Azur s’est améliorée par rapport à 2014 au global sur le début d’année (l’irrégularité oscille autour des 20%) … Mais elle reste très fragile par rapport au reste de la Région ;

Pour la ligne Nice /Tende, c’est mieux, mais également toujours fragile ;

La comparaison avec Marseille / Toulon indique qu’il n’y a pas de mieux sur Marseille / Toulon que sur Azur.

En bref, il y a un problème généralisé sur l’axe Marseille Vintimille en régularité, lié essentiellement aux multiples chantiers de travaux sur l’infrastructure ferroviaire.

 

Concernant les problèmes de composition:

Les quelques trous de composition afin d’avoir une capacité maximum de places vont être comblés au fur et à mesure des entrées en service de Régio2N.

Après, il faut que la SNCF respecte la composition prévue tout le temps.

 

Pour ce qui concerne la comparaison entre Nice et Marseille sur les moyens engagés par la Région.

Pour rappel, sur une journée type :

Marseille vers Toulon/ Aubagne = 33600 places de trains

Marseille vers Aix = 20000 places de trains

Marseille vers Berre = 19 000 places de trains

Marseille vers Côte Bleue = 6500 places de trains

Soit 79 100 places de trains aux entrées de Marseille

 

Nice vers Monaco = 55 800 places de train

Nice vers cannes = 48 700 places de train

Nice vers Breil/Tende = 4500 places de train

Soit 109 000 places de trains aux entrées de Nice.

 

En fait, la tension sur le Matériel Roulant est une réalité régionale et non pas simplement Azuréenne.

 

Concernant l’arrivée des Régio2N sur les Alpes Maritimes :

 

En préalable, les regio2N, 1000 places assises/debout, ont bien été achetés pour la côte d’Azur ;

 

Ces nouvelles rames roulent aujourd’hui sur Marseille-Nice le WE en plus des AR Toulon/Marseille

Les premiers trains TER, déjà proposés certains jours, seront couverts de manière régulière dans la première quinzaine de juillet.

Bien entendu, il n'y a jamais 10 rames dormant à Marseille ou chez le constructeur Bombardier !!! ;

Nous avons reçu la 7ème Regio2N vendredi 12/06. En septembre, nous aurons 8 Regio2N livrées et 5 à 6 en exploitation quotidienne.

- les Regio2N ne sont pas encore déployés sur Vintimille pour un problème de gabarit (tunnel non conforme, avec travaux importants);

 

A noter la nécessité de faire des travaux en gare de Nice Riquier afin d’allonger les quais pour permettre d’accueillir ce nouveau matériel de grande capacité lorsqu’il circule avec deux rames. http://www.jeanyvespetit.fr/2015/06/gare-de-nice-riquier-lettre-du-president-de-la-region-a-m-estrosi.html

D'autre part, en vue d'effectuer le maximum de maintenance du matériel roulant sur la Côte d'Azur, des investissement ont lieu sur le technicentre de Cannes La Bocca :

http://www.jeanyvespetit.fr/2015/05/oui-la-region-investi-sur-la-cote-d-azur-et-agit-en-faveur-de-la-fiabilite-des-ter-les-travaux-sur-le-site-de-cannes-la-bocca.html

Retour sur ma réunion du samedi 13/06 avec les associations et collectifs d’usagers des Alpes Maritimes et la SNCF …
Retour sur ma réunion du samedi 13/06 avec les associations et collectifs d’usagers des Alpes Maritimes et la SNCF …

Voir les commentaires

Avenir des Trains d'équilibre du territoire (TET): ma lettre au Ministre des transports ...

13 Juin 2015, 16:01pm

Publié par jeanyvespetit

 

Le Vice-président,

Délégué aux Transports et à l’éco-mobilité

 

 

Monsieur Alain VIDALIES

Secrétaire d’Etat aux Transports, à la Mer et à la pêche

244 boulevard St Germain

75007 PARIS

 

Marseille, le

 

 

 

Monsieur le Ministre,

 

Suite à la publication du rapport DURON sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire, je tenais à vous faire part de nos remarques à propos des recommandations concernant notre territoire régional :

 

  1. La transversale Sud

Les propositions de modifications proposées dans le rapport sont les suivantes:

"L’impossibilité de mettre en place des dessertes rapides (vitesse commerciale de l’ordre de 140 km/h) entre les 5 grandes métropoles régionales (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille, Nice) du fait du très grand nombre de circulations voyageurs et fret toutes entreprises ferroviaires confondues, renforcée par la forte hétérogénéité des missions entre TGV, Intercités, TER inter-ville et TER à desserte fine, très consommatrice de sillons, conduit la commission, après analyse des flux de la ligne, à préconiser :

  • La mise en place d’un sillon unique TET entre Bordeaux et Marseille comportant la desserte de 8 gares intermédiaires : Agen, Montauban, Toulouse, Carcassonne, Narbonne, Béziers, Montpellier, Nîmes ;
  • Le maintien de la commercialisation intégrant la garantie de place assise et la tarification flexible;
  • L’adaptation des fréquences :
  • doublement sur Toulouse-Marseille : 12 trains par jour;
  • augmentation sur le prolongement Bordeaux-Toulouse : 9 trains par jour ;
  • prolongement Marseille-Nice : reprise en correspondance à Marseille du fait de la desserte très abondante TER et TGV ;

 

  • Ces mesures s’accompagnent d’un redimensionnement du parc de matériel roulant :
  • en situation intermédiaire : refonte des horaires et optimisation du parc de rames tractées et de locomotives ;
  • renouvellement du matériel roulant : automotrices électriques à haut niveau de confort. "
  1. La desserte d'Arles serait supprimée.

Les TET desservent actuellement Arles 6 fois par jour tous sens confondus. L'impact est donc important avec une réduction de 56 à 50 trains vers Marseille mais dramatique vers Nîmes avec une réduction de 17 à 11 trains.

Si la Région devait compenser ces suppressions en prolongeant des TER de Miramas vers Nîmes, cela représenterait un coût de 1,5M€. Le rapport ne semble pas prévoir de véritables compensations financières pérennes et dynamiques (seulement 10 M€ seraient prévus pour la négociation des transferts de TET vers les Régions).

A noter le caractère injuste du choix proposé, en effet, les TET continueraient de desservir deux gares entre Bordeaux et Toulouse, puis trois entre Toulouse et Montpellier et une seule entre Montpellier et Marseille. A noter aussi que la région LR a 5 gares desservies.

Il serait donc souhaitable que l’Etat et la SNCF puissent rééquilibrer la desserte des gares entre les différentes régions afin que les TET puissent continuer de desservir Arles.

 

  1. Limitation de la desserte à Marseille (fin du Bordeaux Nice)

 

L'enclavement du département des Alpes Maritimes s'accentue mettant à mal l’égalité des territoires. La desserte directe entre Marseille et Nice (TGV + TER) n’est pas surabondante, loin s’en faut, entre des villes totalisant 3 millions d’habitants (+ 35 millions de touristes par an, soit l’équivalent de 2 millions d’habitants supplémentaires : en Allemagne ou en Suisse, une fréquence à la demi-heure serait la norme).

Son remplacement par un TER représenterait un coût d'environ 2M€ par an pour la Région.

J'avais proposé à plusieurs reprises à la SNCF de desservir Marseille en déplaçant l'arrêt à Marseille Blancarde au lieu de St Charles ce qui permettrait un gain de temps d'environ 25mn et libèrerait d’autant la capacité de la gare St Charles.

De même, j’avais suggéré la mise en place d’une convention tarifaire entre l’Etat, SNCF et la Région PACA afin de faciliter l’accès des trains InterCités à nos abonnés des TER ce qui garantirait l’apport d’une clientèle supplémentaire.

Il serait judicieux que l’Etat et la SNCF puissent étudier la faisabilité de ces deux propositions avant toute décision irréversible.

 

  1. Le Cévenol

 

« Proposition d’évolution de la commission:

Le manque d’alternative routière crédible et le potentiel touristique de la ligne conduisent la commission à préconiser le regroupement de l’aller-retour TET et des deux allers-retours TER sous la gouvernance inter-régionale afin d’optimiser les ressources utilisées entre Clermont-Ferrand et Nîmes. »

J’avais proposé à la SNCF et à la Commission DURON (ainsi qu’à mes collègues Vice-Présidents des transports des Régions Languedoc-Roussillon et Auvergne) la mise en place d’une convention tripartite Etat/SNCF/Régions afin de remettre en service le parcours Clermont Ferrand/Nîmes/Marseille avec un matériel unique permettant, ainsi, de recréer un lien de service public entre nos 3 régions. Ce n’est pas pris en compte ! Il est proposé un désengagement supplémentaire de l’Etat et une volonté de transfert sur les Régions. Ce n’est pas acceptable !

Là aussi, il me parait nécessaire que l’Etat et la SNCF puissent étudier la faisabilité de cette proposition.

 

  1. La situation du train de nuit Briançon/Paris

Le rapport indique :

"Le périmètre des lignes de nuit doit être recentré sur les dessertes qui ont une véritable utilité sociale.

La situation des trains de nuit appelle un examen approfondi. En effet, si la commission a relevé que la quasi-unanimité des acteurs du ferroviaire constate la difficulté à redresser le modèle économique des lignes de nuit, et si elle note le développement à venir d’une offre autocar de nuit sur certaines dessertes, elle a également entendu le fort attachement des acteurs locaux à ces dessertes.

Elle propose de s’accorder sur le maintien de l’ensemble des dessertes qui ne disposent pas d’une offre alternative suffisante, notamment en raison de leur caractère relativement enclavé (lignes Paris-Briançon, et Paris-Rodez / Toulouse-Latour-de-Carol). La commission considère par ailleurs qu’il convient de limiter cette offre à une desserte quotidienne, le maintien de pointes annuelles entraînant d’importants besoins d’investissement en parc de matériel roulant, pour des rames très peu utilisées."

Selon moi, c'est un premier pas qui doit rassurer nos amis des Hautes-Alpes qui se sont bien battus.

Par contre le fait de limiter l'offre à la seule desserte quotidienne revient à dire qu'il ne serait plus possible de faire des trains supplémentaires durant la saison d'hiver pour acheminer les touristes dans les stations de montagne...

D'autre part, la pérennité de ce train ne sera réelle que lorsque l'Etat, autorité organisatrice, aura un projet fiable et financé de renouvellement du matériel roulant.

Il convient donc de revoir cette limitation à la seule desserte quotidienne, mais aussi d’avoir une visibilité fiable sur le renouvellement du matériel roulant.

 

Rappelons également que l’actuelle mixité de ce train avec le Paris-Nice entre Paris et Valence permet non seulement un gain d’échelle mais aussi la possibilité d’ajuster différemment la composition entre l’hiver et l’été.

 

Il nous paraît donc indispensable de maintenir également le Paris-Nice, et d’aménager sur ce dernier l’arrêt à Marseille Blancarde, ce qui garantirait l’apport d’une clientèle complémentaire.

  1. Perte de trois trains de nuit

 

A noter aussi que notre région perd trois trains de nuit qui desservent Toulon et la Côte d'Azur en provenance de Paris (cf. ci-avant ; en fait, il semble ne pas être évoqué dans le rapport), Luxembourg et Strasbourg.

Le rapport indique:

"Ainsi, les quatre autres dessertes existantes bénéficient d’offres de mobilité alternatives de bon niveau, ce qui ne justifie pas de maintenir un service de nuit :

  • les liaisons Paris-Hendaye et Nord-Est-Méditerranée (ligne dite « Quadritranche »), prenant acte de l’ouverture d’une liaison à grande vitesse et de l’existence d’une offre aérienne ;
  • les dessertes Paris-Côte Vermeille et Paris-Savoie, qui bénéficient quant à elles d’une desserte à grande vitesse.

La commission est consciente de situations où ces trains de nuit assurent, dans les faits, le service d’un TER de début de journée sur certaines portions de ligne. Pour nécessaires que soient ces dessertes, elles ne peuvent justifier à elles seules le maintien de ces lignes de nuit. Une étude complémentaire, au cas par cas, permettra de déterminer les modalités de reprise éventuelle de ces trafics."

Il parait important de mesurer l’impact de ces suppressions, notamment sur l’activité touristique et le lien entre les territoires, avant toute décision irréversible.

 

Pour rappel, nous vous avions fait à la commission DURON la proposition du rétablissement d’accords entre compagnies ferroviaires internationales, afin de rétablir des trains de nuit entre grandes capitales régionales (et non entre villes-frontières) desservant les villes moyennes concernées.

 

Monsieur le Ministre, malgré certaines propositions positives (dont surtout le doublement de la fréquence de la Transversale Sud entre Bordeaux et Marseille et le maintien du Paris-Briançon), d’autres recommandations vont contribuer à dégrader les déplacements et à rendre moins accessibles certains territoires de notre région.

 

Je tenais à vous faire part de notre inquiétude et de nos demandes.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes respectueuses salutations.

 

Jean-Yves PETIT

Avenir des Trains d'équilibre du territoire (TET): ma lettre au Ministre des transports ...

Voir les commentaires

Gare de Nice Riquier: Lettre du Président de la Région à M. Estrosi ...

13 Juin 2015, 05:24am

Publié par jeanyvespetit

Gare de Nice Riquier: Lettre du Président de la Région à M. Estrosi ...
Voilà un projet, que je considère comme prioritaire vu le nombre d'usagers concernés, qui peut avancer rapidement avec une réelle implication de toutes les collectivités concernées. La Région sera bien présente. A suivre donc !

Voilà un projet, que je considère comme prioritaire vu le nombre d'usagers concernés, qui peut avancer rapidement avec une réelle implication de toutes les collectivités concernées. La Région sera bien présente. A suivre donc !

Voir les commentaires

Nouvelle superbe Véloparade à Marseille ...

7 Juin 2015, 18:12pm

Publié par jeanyvespetit

Nouvelle superbe Véloparade à Marseille ...

Dimanche, le Collectif Vélo en Ville (CVV) de Marseille avec l'apport d'Action Vélo d'Aubagne et de l'ADAVA d'Aix en Provence a organisé une très forte et très sympathique véloparade dans les rues de Marseille.

L'occasion, une nouvelle fois, d'agir en faveur de pistes cyclables non seulement dans Marseille mais aussi au sein de notre territoire métropolitain.

Pour avoir fait, en vélo, l'aller/retour entre Gémenos et Marseille afin de participer à cette manifestation, je peux confirmer que ces pistes cyclables manquent cruellement pour se déplacer, en toute sécurité, quotidiennement mais aussi pour le plaisir, pour les adultes et pour les enfants.

Nouvelle superbe Véloparade à Marseille ...
Nouvelle superbe Véloparade à Marseille ...

Voir les commentaires

Les Régions PACA et Ligurie agissent en faveur des usagers transfrontaliers ...

7 Juin 2015, 06:32am

Publié par jeanyvespetit

Signature de la lettre d'intention avec mon collègue Enrico Vesco, vice président transport de la Région Ligurie ...
Signature de la lettre d'intention avec mon collègue Enrico Vesco, vice président transport de la Région Ligurie ...

Tous les jours, plus de 2300 voyageurs ferroviaires français et italiens effectuent un trajet transfrontalier pour se rendre à leur travail ou pour des motifs personnels (loisir, études…). Cela représente 6.5 % des usagers du TER sur la zone Côte d’Azur. Sur l’axe Nice Vintimille, Monaco est la gare origine ou destination pour 43.3 % des passagers, dont 67% sont des abonnés du TER PACA. Le trafic lié à Monaco représente 8.9 % du trafic de la région PACA.

Il convient de souligner l’importance de ces échanges transfrontaliers, qui contribuent au développement économique et culturel de nos régions, et au-delà à l’intégration européenne des peuples.

Pour répondre au besoin de déplacements, la gare frontière de Vintimille est desservie tous les jours par environ 80 TER PACA et par 40 trains régionaux de la Région Ligurie, tandis que la gare de Monaco est desservie par 100 trains.

il n’y a pas de trains régionaux assurant une continuité de parcours entre la Région Provence Alpes Côte d’Azur et la Ligurie, tous les voyageurs sont donc obligés de subir une correspondance en gare de Vintimille, avec ses conséquences en matière de temps de parcours et de confort de voyage

Lors de chacune de leurs expressions dans les Comités de Ligne, les usagers et les acteurs socio-professionnels font part de leurs difficultés liées à cette rupture de charge à Vintimille.

Pour améliorer la situation, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Région Ligurie, en concertation avec la Principauté de Monaco (le département des Alpes Maritimes a refusé de participer à ce projet), ont développé au cours de l’année 2013 et 2014 des actions communes en matière de coordination de l’offre ferroviaire entre Nice et Imperia, dans le cadre du projet ALCOTRA - INFORAILMED, avec le soutien de l’Union européenne.

Ces actions ont notamment porté sur la réalisation de scénarios d’offre de transports ferroviaires, sur la mise en place d’une gamme tarifaire et d’un système de billettique communs et sur la structuration institutionnelle permettant de gérer en commun l’offre ferroviaire Régionale de voyageurs de Nice à Imperia.

En parallèle, les deux régions et Monaco ont mis en place des outils d’information à destination des usagers (fiche horaire de Nice à Imperia, affichage en gare des correspondances pour continuer son voyage au-delà de Vintimille) et ont publié une fiche d’informations touristiques présentant les principaux sites azuréens, ligures et monégasques accessibles par le train. En tant qu’Autorité Organisatrice des Transports, les Régions se sont également engagées avec leur exploitant Trenitalia et SNCF d’une part et avec les gestionnaires d’infrastructure Rete Ferroviaria Italiana et Réseau Ferré de France d’autre part dans un processus d’amélioration de la coordination de leur offre de transport en gare de Vintimille et ont recherché les voies d’une meilleure gestion des situations perturbées.

Au terme du projet INFORAILMED, les partenaires souhaitent affirmer leur volonté partagée de poursuivre les actions de coordination horaire en gare de Vintimille en vue d’améliorer les liaisons transfrontalières et la diffusion commune d’informations horaires et touristiques aux usagers des transports ferroviaires Régionaux.

Ils souhaitent également s’engager à travailler à la création d’un Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT), capable de rassembler les acteurs compétents en matière de transport ferroviaire Régional de voyageurs sur la ligne ferroviaire Nice – Imperia et de répondre aux enjeux techniques et juridiques de la coordination de l’offre ferroviaire.

C'est pour cette raison raison que nous avons signé, à Vintimille, le 5 juin, une lettre d'intention des Régions Ligurie et PACA à poursuivre ce travail pendant 18 mois afin de concrétiser les différentes propositions d'actions.

La Région PACA agit en faveur des usagers des Alpes Maritimes !

Les Régions PACA et Ligurie agissent en faveur des usagers transfrontaliers ...
Les Régions PACA et Ligurie agissent en faveur des usagers transfrontaliers ...

Voir les commentaires

Cars Macron : est-ce bien la solution au dérèglement climatique ? Ma réaction suite au plan de transport de Transdev ...

6 Juin 2015, 07:03am

Publié par jeanyvespetit

Cars Macron : est-ce bien la solution au dérèglement climatique ? Ma réaction suite au plan de transport de Transdev ...

La société Transdev a annoncé hier le lancement de son offre isilines à partir du 10 juillet. Sur la région Provence Alpes Côte d’Azur, cela se traduit par des cars qui doublonneront l’offre publique régionale et inter-régionale de trains et de cars entre Lyon et Marseille et entre Nice, Aix, Nîmes et au-delà.

Aux Régions le soin de continuer, malgré toutes les contraintes budgétaires, d’assurer une desserte équilibrée des territoires. Aux sociétés privées le soin de fragiliser le transport public et le rail, là où circulent déjà des cars et trains régionaux, des TGV et même des trains Thello, cette société elle-même filiale de Trenitalia et de Transdev …

L’abandon annoncé par l’Etat, au travers du rapport Duron, de la circulation des trains Corail InterCités entre Marseille et Nice était donc là pour faire de la place à des cars qui mettront 4 heures de trajet là où le train n’en met que 2,5. Avec une question latente : qui prend en charge l’aménagement des nouvelles et actuelles gares routières ? La puissance publique aussi ? Celle qui vient de rénover les voies ferrées, les gares ferroviaires en les transformant en pôles d’échanges mulimodaux, d’investir dans de nouveaux trains régionaux ?

Soyons sérieux et rationnels : jouons la carte de l'intermodalité et celle de l'égalité des territoires !

A noter que la Région PACA est l’une des régions qui, en France, dispose d’un important réseau de lignes routières avec 22 lignes LER (lignes express régionales) complémentaires avec le réseau TER et irriguant notre territoire régional avec des cars offrant un confort haut de gamme. Chaque année, ce sont plus d’un million d’usagers qui empruntent les LER.

Cars Macron : est-ce bien la solution au dérèglement climatique ? Ma réaction suite au plan de transport de Transdev ...

Voir les commentaires

Inauguration de stations de recharge pour véhicule électrique en gares de La Penne S/H et d’Aubagne...

6 Juin 2015, 06:16am

Publié par jeanyvespetit

Inauguration de stations de recharge pour véhicule électrique en gares de La Penne S/H et d’Aubagne...

Cette semaine, j’ai eu le plaisir d’inaugurer deux stations de recharge pour véhicule électrique dans les gares d’Aubagne et de La Penne sur Huveaune.

Cela provient d’une expérimentation, en 2013, d’une offre de mobilité électrique et partagée sur le site de Luminy pour les étudiants et salariés qui a bénéficié du soutien de la Région.

La société TOTEM.mobi, start up issue de la fusion de deux sociétés (Twizy’lib et In Situ), a pour ambition de mettre en place un service de véhicules électriques et des stations de recharge sur plusieurs sites de l’agglomération d’Aix-Marseille. Elle s’est appuyée sur les résultats des diagnostics réalisés dans le cadre des Plan de Déplacements d’Entreprises ou d’Inter-Entreprises (PDE et PDI) pour mettre en place ce service.

Le projet soutenu par la Région :

  • Déploiement d’un service de véhicules électriques en auto-partage nommé « Totem mobi » sur l’est du territoire des Bouches-du-Rhône (MPM et Pays d’Aubagne) par la société IN SITU.
  • Ce projet prévoit l’implantation de près de 30 stations et le déploiement d‘une flotte de 48 Twizy en libre-service entre avril et septembre 2015 sur plusieurs sites dont 6 gares : La Penne sur Huveaune, Aubagne, La Barasse, Saint Marcel, Cassis, La Ciotat.

La Penne sur Huveaune : grâce aux aménagements réalisés dans le cadre du projet ferroviaire de la 3ème voie entre Marseille et Aubagne et de la rénovation des gares sur cette ligne, dont La Penne sur Huveaune, cette installation d’une borne de recharge électrique a pu se faire très rapidement..

La SNCF a beaucoup facilité la concrétisation de ce projet de La Penne sur Huveaune.

Deux places de stationnement sur le parking de la gare sont offertes pour la recharge de deux véhicules Twizy. Ces bornes de recharge étant compatibles avec tout autre véhicule électrique, il n’y a pas de monopole, ce qui signifie que tout utilisateur de véhicule électrique peut utiliser cet équipement.

Aubagne : l’implantation s’est faite sur le même principe qu’à La Penne sur Huveaune. La borne de recharge pour véhicules électrique est disposée sur le parking Blancard, parking en gestion par la Ville d’Aubagne situé en face de la gare.

Les projets de stations:

- 4 stations sur le territoire de l’association des Entrepreneurs de l’Huveaune Vallée (zones d'activités du périmètre de la Vallée de l'Huveaune)

- 1 station à la gare de La Barasse

- 5 stations sur le territoire de Pôle Alpha (zone économique Aubagne-La Penne sur Huveaune)

- 2 stations sur le territoire du parc d’activités Napollon (Aubagne)

- 1 station dans la ville de Cassis

- 10 stations sur le territoire de l’association Mobilidées (zone Paluds-Aubagne-Gémenos)

Une station satellite ouverte à Valentine Grand Centre depuis septembre 2014 et 8 Twizy disponibles.

Objectifs :

Ce projet concours à la réduction de l’impact des transports et déplacements sur la consommation énergétique et la qualité de l’air.

C’est une nouvelle offre de transport pour les usagers des transports publics Train + auto-partage pouvant faciliter les déplacements vers leur lieu de travail, notamment à La Penne sur Huveaune, vers le Pôle Alpha ou vers la zone d’Aubagne / Gémenos.

Les atouts de ce service, sachant que la vocation de Totem.Mobi est le périurbain, et que les bornes de recharge peuvent être implantées sur du domaine public (gares, stations métro-tram, etc…) et sur du domaine privé (entreprises par exemple) :

  • Accès à l'emploi de personnes nécessitant une voiture pour y accéder et n'ayant pas les moyens d'en acquérir une
  • En complémentarité des transports collectifs sur le premier et le dernier kilomètre et pour répondre à des horaires atypiques (exemple d'un salarié débutant sa journée à 5h00)
  • Véhicule disponible dans la journée pour réaliser un déplacement ponctuel (courses du midi, visite médicale... etc) alors qu'on est venu travailler en transport en commun
  • désenclaver les sites excentrés (campus universitaires, aéroport et gares, sites d’entreprise, centres commerciaux, résidences d’habitation, villes en périphérie).

Les modalités d’accès à ce service :

La location des véhicules est tarifée à 1 € le ¼ d’heure (+ abonnement de 4 € par mois) http://www.totem-mobi.fr/ .

Le service fonctionne actuellement dans le centre de Marseille (13 véhicules) et il est accessible aux détenteurs de la carte Transpass et ZOU !

L'application "totem.mobi" pour smartphones permet de géolocaliser en temps réel les véhicules disponibles, les bornes de rechargement.

Le service est financé par les annonceurs publicitaires (bannières publicitaires sur les véhicules), les conducteurs et les entreprises adhérentes.

La carte ZOU ! est compatible avec ce service.

Inauguration de stations de recharge pour véhicule électrique en gares de La Penne S/H et d’Aubagne...
Inauguration de stations de recharge pour véhicule électrique en gares de La Penne S/H et d’Aubagne...

Voir les commentaires

Ma réaction suite à la publication du rapport Duron sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire et ses impacts sur notre région …

5 Juin 2015, 19:00pm

Publié par jeanyvespetit

Ma réaction suite à la publication du rapport Duron sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire et ses impacts sur notre région …

Contexte

La transversale Sud est la ligne ferroviaire reliant Nice à Bordeaux. Cette ligne est empruntée par une multitude d’acteurs dont les trains d’équilibre du territoire de bout en bout ou jusqu'à Marseille.

Zoom sur le financement TET

Lors du conventionnement avec l’Etat 2011, c’était :

*750 M€ de recettes ;

*1 Md d’€ de charges ;

*déficit de 250 M€ financé par une taxe sur le CA des entreprises ferroviaires (220 M€) dont essentiellement la SNCF + une taxe sur les sociétés d’autoroute (30 M€) ;

Le déficit a aujourd’hui dérivé à 320 M€, à la charge de la SNCF, l’Etat n’acceptant pas d’ajuster l’offre de service pour compenser.

La convention triennale 2011/2013 avait été prolongée d’un an pour l’année 2014.

La SNCF travaille sur une nouvelle convention d’un an pour l’année 2015 uniquement, à la demande de l’État qui entend maintenir exactement tous les services TET à l’identique en 2015.

Il semblerait qu’elle soit prolongée de six mois.

L'offre actuelle sur notre région :

L’offre actuelle des TET est de 6 A/R entre Marseille et Bordeaux, dont 1 prolongé à Nice (il existe des variations les WE).

Sur ces 6 A/R, la moitié sont des trains « caboteurs » s’arrêtant à Arles, l’autre moitié étant des trains rapides sans arrêt à Arles (de même ils ne marquent pas les arrêts Sète, Béziers, Carcassonne, Agen…).

Les propositions de modifications proposées par la SNCF et Philippe Duron sont les suivantes, normalement pour le service 2017 :

"L’impossibilité de mettre en place des dessertes rapides (vitesse commerciale de l’ordre de 140 km/h) entre les 5 grandes métropoles régionales (Bordeaux, Toulouse, Montpellier, Marseille, Nice) du fait du très grand nombre de circulations voyageurs et fret toutes entreprises ferroviaires confondues, renforcée par la forte hétérogénéité des missions entre TGV, Intercités, TER inter-ville et TER à desserte fine, très consommatrice de sillons, conduit la commission, après analyse des flux de la ligne, à préconiser :

· La mise en place d’un sillon unique TET entre Bordeaux et Marseille comportant la desserte de 8 gares intermédiaires : Agen, Montauban, Toulouse, Carcassonne, Narbonne, Béziers, Montpellier, Nîmes ;

· Le maintien de la commercialisation intégrant la garantie de place assise et la tarification flexible ;

· L’adaptation des fréquences :

o doublement sur Toulouse-Marseille : 12 trains par jour;

o augmentation sur le prolongement Bordeaux-Toulouse : 9 trains par jour ;

o prolongement Marseille-Nice : reprise en correspondance à Marseille du fait de la desserte très abondante TER et TGV ;

· Ces mesures s’accompagnent d’un redimensionnement du parc de matériel roulant :

o en situation intermédiaire : refonte des horaires et optimisation du parc de rames tractées et de locomotives ;

o renouvellement du matériel roulant : automotrices électriques à haut niveau de confort. "

Les dessertes d'Arles et de Sète… seraient supprimées.

Les TET desservent actuellement Arles 6 fois par jour tous sens confondus. L'impact est donc important avec une réduction de 56 à 50 trains vers Marseille mais dramatique vers Nimes avec une réduction de 17 à 11 trains.

Si la Région devait compenser ces suppressions en prolongeant des TER de Miramas vers Nîmes, cela représenterait un coût de 1,5M€ … Le rapport Duron ne semble pas prévoir de véritables compensations financières pérennes et dynamiques.

A noter le caractère injuste du choix proposé, en effet, les TET continueraient de desservir deux gares entre Bordeaux et Toulouse, puis trois entre Toulouse et Montpellier et une seule entre Montpellier et Marseille. Il convient donc demander un rééquilibrage entre les différentes régions. A noter aussi que la région LR a 5 gares desservies ...

Plus de desserte au-delà de Marseille (fin du Bordeaux Nice) ... à noter que son remplacement par un TER représenterait un coût d'environ 2M€ par an pour la Région ;

L'enclavement du 06 s'accentue ainsi ...

J'ai proposé à plusieurs reprises à Philippe Duron et à la SNCF de desservir Marseille en déplaçant l'arrêt à Marseille Blancarde au lieu de St Charles ce qui permettrait un gain de temps d'environ 25mn

Et le Cévenol ?

« Proposition d’évolution de la commission Duron :

Le manque d’alternative routière crédible et le potentiel touristique de la ligne conduisent la commission à préconiser le regroupement de l’aller-retour TET et des deux allers-retours TER sous la gouvernance inter-régionale afin d’optimiser les ressources utilisées entre Clermont-Ferrand et Nîmes. »

J’avais proposé à la SNCF et à Philippe Duron (ainsi qu’à mes collègues Vices Président transports des Régions LR et Auvergne voir ma lettre ) une convention tripartite Etat / SNCF / Régions afin de remettre en place le parcours Clermont Ferrand / Nîmes / Marseille avec un matériel unique afin de recréer un lien de service public entre nos 3 régions. Ce n’est pas pris en compte ! Il est proposé un désengagement supplémentaire de l’Etat et une volonté de transfert sur les Régions. Ce n’est pas acceptable !

Un Zoom sur la situation du train de nuit Briançon / Paris:

Le rapport Duron indique :

"Le périmètre des lignes de nuit doit être recentré sur les dessertes qui ont une véritable utilité sociale.

La situation des trains de nuit appelle un examen approfondi. En effet, si la commission a relevé que la quasi-unanimité des acteurs du ferroviaire constate la difficulté à redresser le modèle économique des lignes de nuit, et si elle note le développement à venir d’une offre autocar de nuit sur certaines dessertes, elle a également entendu le fort attachement des acteurs locaux à ces dessertes.

Elle propose de s’accorder sur le maintien de l’ensemble des dessertes qui ne disposent pas d’une offre alternative suffisante, notamment en raison de leur caractère relativement enclavé (lignes Paris – Briançon, et Paris – Rodez / Toulouse – Latour-de-Carol21). La commission considère par ailleurs qu’il convient de limiter cette offre à une desserte quotidienne, le maintien de pointes annuelles entraînant d’importants besoins d’investissement en parc de matériel roulant, pour des rames très peu utilisées."

Selon moi, c'est un premier pas qui doit rassurer nos amis des Hautes Alpes qui se sont bien battus.

Par contre le fait de limiter l'offre à la seule desserte quotidienne revient à dire qu'il ne serait plus possible de faire des trains supplémentaires durant la saison d'hiver pour acheminer les touristes dans les stations de montagne...

D'autre part, la pérennité de ce train ne sera réelle que lorsque l'Etat, autorité organisatrice, aura un projet fiable et financé de renouvellement du matériel roulant.

A noter aussi que notre région perd trois trains de nuit qui desservent Toulon et la Côte d'Azur en provenance de Paris (à vérifier), Luxembourg et Strasbourg.

Le rapport Duron indique:

"Ainsi, les quatre autres dessertes existantes bénéficient d’offres de mobilité alternatives de bon niveau, ce qui ne justifie pas de maintenir un service de nuit :

 les liaisons Paris – Hendaye et Nord-Est-Méditerranée (ligne dite « Quadritranche »), prenant acte de l’ouverture d’une liaison à grande vitesse et de l’existence d’une offre aérienne ;

 les dessertes Paris – Côte Vermeille et Paris – Savoie, qui bénéficient quant à elles d’une desserte à grande vitesse.

La commission est consciente de situations où ces trains de nuit assurent, dans les faits, le service d’un TER de début de journée sur certaines portions de ligne. Pour nécessaires que soient ces dessertes, elles ne peuvent justifier à elles seules le maintien de ces lignes de nuit. Une étude complémentaire, au cas par cas, permettra de déterminer les modalités de reprise éventuelle de ces trafics."

Je vais donc continuer à intervenir auprès de Philippe Duron, mais surtout, maintenant, auprès du Ministre Vidalies et de Guillaume Pépy, Président de SNCF dont ses services sont à l’origine de ces propositions.

Voir les commentaires

Retour sur les réunions de Tende et de Breil du 1er juin ...

3 Juin 2015, 06:43am

Publié par jeanyvespetit

Avec les participants de la réunion de Tende dont mon collègue vice président de la Région Piémont
Avec les participants de la réunion de Tende dont mon collègue vice président de la Région Piémont

Retour sur les réunions de Tende et de Breil qui se sont tenues le 1er juin à propos du devenir de la ligne Nice / Sospel / Breil / Tende /Coni.

En plus des points évoqués dans les photos ci-après, je retiens :

- le retour d'une activité de trains fret dans le cadre des travaux sous le tunnel routier pour évacuer les gravats. Il convient donc de saisir cette occasion pour voir de quelle façon le fret ferroviaire pourait continuer d'être assuré sur cet axe;

- sur la base des 29M€ apportés par l'Etat italien, SNCF Réseau et RFI, avec la Région Piémont, ont lancé le processus d'études en vue de la réalisation des travaux prévus en 2016 et 2017;

- le contrat de plan Etat / Région PACA a été voté ( l'UMP/Républicains et le FN ont voté contre) et signé par le 1er Ministre et le Président de la Région le 29 mai. Cela permet un apport supplémentaire de 9M€ pour l'Etat et 9M€ pour la Région. A cela, il convient d'ajouter une participation de SNCF Réseau estimée à 2M€, ce qui est peu ...Pour l'instant, on ne connait pas l'implication financière du Conseil Départemental, de la Métropole NCA et de la CARF...

J'ai donc demandé à SNCF Réseau de prévoir des travaux sur la base non pas de 29M€ mais de 49M€ afin de tout faire pour retirer le plus rapidement possible la limitation de vitesse de 40km/h qui bloque tout développement de l'offre ferroviaire, notamment le retour des trains de Trenitalia.

Il est d'ailleurs regrettable que cette limitation de vitesse ait une raison plus politique que technique. Pour éviter cela, il convient de séparer l'actualisation nécessaire de la convention de 1970 entre la France et l'Italie qui prévoit le financement et l'exploitation de cette ligne et le retrait ce cette limitation de vitesse.

A noter que le contrat de plan Etat / Région PACA prévoit des études sur la partie basse de la ligne afin de pouvoir passer à une desserte au 1/4 d'heure sur cette partie urbaine et interurbaine.

A Breil, suite à l'intervention de Monsieur Leonelli, représentant Monsieur Estrosi, qui a confondu le comité de ligne avec une tribune politique, il convient de corriger quelques chiffres:

- le billet de bus sur la Métropole NCA ne coûte pas 1€ comme affirmé mais 1€50 depuis mai 2013.

- la Région ne met pas 200M€ sur les routes mais seulement 72M€, par contre la Région met 282M€ sur les infrastructures ferroviaires.

Deux diapositives présentées lrs du comité de ligne à Breil sur Roya
Deux diapositives présentées lrs du comité de ligne à Breil sur Roya

Deux diapositives présentées lrs du comité de ligne à Breil sur Roya

Voir les commentaires