Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Traversées alpines: pour une politique des transports à l’échelle de l’arc alpin et adaptée à ses territoires …

20 Octobre 2012, 17:25pm

Publié par jeanyvespetit

image001.gifJ’ai participé à la Convention des écologistes sur les traversées alpines, le samedi 20 octobre à Chambéry. Cette convention a traité des principaux enjeux de transport dans et au travers des Alpes et notamment de l'accessibilité des vallées, des déplacements touristiques, d'une réduction des transports de marchandises, du report modal sur le rail, pour y limiter de manière significative automobiles et camions. 

 

La Convention a condamné tous les projets de nouveaux percements ou doublements de tubes routiers à l’image des tunnels tels que le Gothard, Mont Blanc, Fréjus ou Tende.

 

Concernant le projet de liaison « Lyon Turin », la convention des écologistes a considéré que l’infrastructure ferroviaire existante  a la capacité suffisante pour permettre  le report modal que nous appelons de nos vœux, dès à présent et à moyen terme. Un nouveau tunnel international n’est donc pas nécessaire.


Les fonds européens doivent être mobilisés pour ce report modal, pour améliorer l’infrastructure existante et l’aménagement des accès en France et en Italie.

Il est demandé la mise en place, au plan européen, d’une fiscalité dédiée au report modal.  Cette fiscalité portera sur le trafic poids lourds de l’ensemble du réseau routier. Son montant sera d’un niveau équivalent à la Redevance Poids Lourds liées aux Prestations (RPLP) suisse.

 

Enfin, la convention des écologistes a considéré que l’enjeu d’un nouveau tunnel  impacte lourdement  les finances publiques, les usages locaux et internationaux, les conditions sanitaires et environnementales. Les gouvernements français et italien ne peuvent donc pas s’engager sans un réel débat démocratique.

 

 

 

image002.jpg

 

Commenter cet article

Gilles06 22/09/2013 17:34

Bonjour

Pour désenclaver les départements alpins de la PACA (Alpes de Haute de Provence et Haute Alpes), ce n'est pas en creusant un tunnel sous le Montgenevre que ce processus soit le plus pertinent.
Certes on peut comprendre que relier Turin soit important pour les départements alpins, mais pour aller à Paris ce n'est pas la meilleure option car seule Briançon serait avantagée.

La meilleure manière de désenclaver les départements alpins de la PACA est en créant une ligne ferroviaire à double voie électrifiée entre Nice et Paris (via Digne, Sisteron, Veynes et Grenoble).
Celle ci aura l'avantage à la fois de raccourcir la distance entre Nice et Paris de 100 à 150 km, et permettre aux villes alpines traversées par cet itinéraire de bénéficier des nombreuses
destinations françaises et européennes accessibles depuis Nice, ce qui n'est pas le cas de l'itinéraire via le Montgenevre. Il ne faut pas oublier qu'au départ de Nice la majorité des grandes
lignes vers le nord de la France à commencer par Genève, Lyon et Paris, emprunteraient cet itinéraire car plus court que celui actuellement via Marseille. C'est aussi l'opportunité pour les
départements alpins de la PACA d'avoir un accès plus rapide au deuxième aéroport de france qu'est Nice, et principal aéroport international de l'EuroRégion Alpes Méditerranée.

Pour cela il faut à la fois réunir les Alpes Maritimes, les Alpes de Hautes Provence , les Hautes Alpes et l'Isère pour que l'on favorise une liaison ferroviaire rapide entre Grenoble et Nice, il
est de l'intérêt du désenclavement de ces 4 départements.

Cordialement

brucker 10/06/2013 05:34

Bravo_ c'est du simple bon sens !

Il manque la demande d'inscription au SNIT du tunnel de base du Montgenèvre qui, lui, serait indispensable pour que l'actuelle ligne en cul de sac puisse se développer autrement que sous
perfusions+ réel désenclavement...

Fiorucci 24/10/2012 12:44

Bonjour,

Serait-il possible que le rapport des études du cabinet Arcadis présentant les scénarios retenus autour de la percée ferroviaire du Montgenèvre soit mis à la disposition du public.

Bien cordialement,

Christian Fiorucci