Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Trains d’équilibre du territoire (TET) : Visite de la Commission DURON à Marseille …

31 Janvier 2015, 08:44am

Publié par jeanyvespetit

TET.png

Avec C. Bouchet, J. Giraud, M. Meunier, F. Daerden, Ph. Duron et le comité de défense de la Ligne des Alpes …

Le Gouvernement a mis en place une commission chargée de remettre un rapport (courant mai) sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire (TET). Cette commission est présidée par le député Philippe Duron. La Région a accueilli cette commission les 29 et 30 janvier à Marseille. Ce fut l’occasion d’inviter la Région Languedoc Roussillon, des éluEs, des associations et comités de défense, des acteurs du monde économique, … afin qu’ils puissent faire part de leurs constats, remarques et propositions sur les TET desservant leurs territoires.  

La lecture de la lettre de mission du Ministre à la commission pose très clairement trois questions :

·         La nécessaire définition d’un périmètre pérenne des TET ;

·         Les conséquences que cette redéfinition aura sur la problématique du renouvellement du matériel roulant ;

·         La nécessaire refonte du modèle économique des trains de nuit.

Les exemples qui sont pris dans la lettre de mission laisse clairement identifier que l’Etat cherche à avoir une vision claire dans les missions du TET qui sont aujourd’hui éclatées entre :

·         Des dessertes inter-régionales (affaire, hebdo, loisirs…) que nous sentons poindre comme le cœur de cible de l’offre TET : des parcours rapides traversant 2-3 Régions entre les principales gares des Régions (1 à 2 arrêts par Région) ;

·         Des dessertes pendulaires entre des points d’arrêts secondaires sur ces mêmes parcours (typiquement la desserte d’Arles, Montauban, Sète sur les TET Grand Sud) ;

·         Des dessertes convergentes vers Paris du grand bassin Parisiens : Orléans, Amiens, Chalon, Rouen… là aussi fortement utilisées par les pendulaires ;

·         Des dessertes de nuit, qui depuis l’avènement du TGV sont devenues principalement touristiques.

La Région PACA est irriguée par plusieurs lignes TET :

·         Depuis Nice vers Port Bou, Paris et Luxembourg en train de nuit ;

·         Depuis Nice vers Bordeaux de jour ;

·         Depuis Briançon vers Paris de nuit.

·         Enfin, il convient de ne pas oublier le cas spécifique de la desserte de jour Marseille Clermont avec le Cévenol, limités depuis 2012 à Nîmes.

La question d’une meilleure articulation entre les services TET mais aussi TGV et les services TER/LER est légitime tant sur les correspondances que sur les tarifications et l’information.

La transversale Sud :

Sans revenir sur les éléments très complets déjà transmis dans ma lettre à la SNCF  sur les conséquences d’une refonte de l’offre TET « Grand Sud », notamment pour les dessertes d’Arles et Nice, le positionnement Régional doit tenir compte des éléments suivants :

·         Si la perte d’attractivité des liaisons « Grand Sud » du fait du cabotage est une réalité, il n’en reste pas moins que le choix des gares doit faire l’objet d’une stratégie coordonnée avec les Régions à l’image de la gare Arles ;

·         La notion d’égalité des territoires et de désenclavement doit demeurer en préservant la continuité de la transversale sud jusqu’à Toulon et Nice ;

·         La saturation de la Gare St Charles et la volonté de réduire les temps de parcours impose d’utiliser la gare de Marseille Blancarde dont la modernisation est prévue avec un financement de la Région.

 

Le devenir du train de nuit Briançon / Paris,

Ce train de nuit ne doit pas être uniquement dans le cadre d’une saisonnalité touristique mais comme service public fonctionnant chaque jour de l’année pour un territoire dont il est le seul lien avec la Capitale.

L’analyse des données de fréquentation montre que 25% des usagers de ce train sont transportés durant les seules vacances d’hiver et 50% durant les autres périodes de congés. Il reste donc les 25% qui, vivant dans les Hautes Alpes l’utilise pour des raisons professionnelles, d’études, de loisirs, …

Si la politique Régionale est très importante dans le désenclavement des Hautes Alpes pour autant, il convient que l’Etat assume joue rôle d’autorité organisatrice en permettant le maintien de ce TET dont il est vital que le matériel roulant soit renouvelé.

De même la Région va continuer d’agir dans le cadre du Contrat de plan Etat/Région 2015 – 2020  contre l’enclavement des Hautes Alpes avec un investissement sur l’étoile ferroviaire de Veynes qui revêt un rôle central dans l’aménagement et le désenclavement des Alpes puisqu’elle porte le trafic du train d’équilibre du territoire Paris-Briançon ainsi que l’accès à la grande vitesse que cela soit par Valence TGV ou par Grenoble. La Région contribuera également à la régénération de la voie entre les gares de Montdauphin et Briançon.

 

Le Cévenol entre Marseille / Nîmes et Clermont Ferrand

Nous avons proposé l’idée pertinente de positionner un TER PACA ou LR en terminaison d’un TET sur le trajet Nîmes / Clermont Ferrand en cherchant à l’inscrire en continuité d’une offre existante du TER.

Dans ces conditions, la mutualisation de certaines charges pourrait être utile, notamment concernant le matériel roulant.

L’analyse rapide montre que l’opportunité peut exister (battement d’une heure à Nîmes entre les TET et les TER Nîmes / Marseille). Il faudra cependant s’assurer :

·         de la réalisation de cette offre avec un matériel TET ou Auvergne ;

·         de la faisabilité d’une offre complémentaire par LR entre Nîmes et Montpelier (destination actuelle des trains) ;

Il convient de travailler et de porter cette avec les 3 Région, LR, Auvergne et PACA) et l’Etat.

Commenter cet article

Steph draperi 02/02/2015 10:49

Perso je pense que les trains TET devraient vraiment assurer une mission de service public.

Limiter les trains a Marseille comme dans le cadre futur de la desserte Bordeaux->Marseille est une aberration.
Déja la ligne est interminable, le fait d'avoir supprimé les trains de nuit entre Irun et Nice fait perdre une journée a l'aller, et une journée au retour, a moins d'aimer les péripéties avec le
dernier Tgv au départ de Nice vers Paris puis un train de nuit pour descendre en région au petit matin !

Bref, il faut des budgets une fois de plus...
Je vois que la Sncf oublie une fois de plus ses clients.

Exemple la suppression du tgv de nuit Lyon le lundi matin a 0h50 qui permettait d'arriver sur Nice a 7h45...
En plus c'était tout bénef pour la sncf car la rame était réutilisée l’après midi pour faire sa vacation vers Dijon...

Bref blablacar va continuer a gagner des clients pour les dessertes inter-régions...