Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Tarifs de l’électricité : les énergies renouvelables ont bon dos ! ...

20 Février 2013, 17:45pm

Publié par jeanyvespetit

eolienne DanemarkLa Commission de régulation de l’énergie (CRE) prévoit une augmentation de 30 % des tarifs réglementés de l’électricité entre 2012 et 2017. Les écologistes dénoncent l’interprétation erronée qui désigne de manière trompeuse le développement des énergies renouvelables comme cause principale de cette augmentation.

Il convient donc de reprendre précisément les raisons de cette hausse de 30%. Pour commencer, 10,4% sont imputables à la seule inflation.

De plus, la CRE indique que cette augmentation est due :

- pour un tiers à l’augmentation de la part « énergie » de la facture (production d’énergie et approvisionnement sur les marchés de gros de l’électricité),
- pour un tiers aux investissements sur le réseau électrique,
- et pour un tiers seulement à l’augmentation de la CSPE, contribution finançant la péréquation tarifaire (égalité de tarif en France métropolitaine, Corse et DOM-TOM), le tarifs d’achat des énergies renouvelables, la cogénération et les aides sociales pour l’énergie (tarif de première nécessité).

Malgré cette claire explication, certains commentaires ne se focalisent que sur la part du coût imputable aux énergies renouvelables, qui représente une partie seulement de ce dernier tiers (40% de la CSPE concerne les autres postes de cette contribution). De plus, d’après la CRE cette proportion restera stable d’ici 2017. Est-il alors légitime de leur imputer une « grande partie » de cette augmentation, comme cela a pu être écrit ?

Plutôt que de chercher la polémique et de pointer systématiquement les énergies renouvelables, les analystes auraient avantage à informer sur d’autres coûts : investissements en sûreté sur les réacteurs nucléaires nécessaires après Fukushima, dérapage des coûts de l’EPR de Flamanville, augmentation des prix des combustibles fossiles ou encore le blocage artificiel des tarifs régulés qu’il faut rattraper.

De même, il faudrait objectivement rappeler que les tarifs d’achat des énergies renouvelables ne dureront pas. Les coûts ont déjà considérablement baissé au contraire de ceux du nucléaire et des énergies fossiles qui n’ont cessé d’augmenter, et continueront d’augmenter à l’avenir.

En cette période de débat national sur la transition énergétique, l’heure devrait être à la pédagogie sur les réalités du coût de l’énergie, pas aux fausses vérités faciles.

LOGO EELV fondblanc quadri

Commenter cet article

S.P 25/02/2013 10:27

l'énergie ne sera pas consommée que si elle est chère. Il n'y a pas de honte à vouloir augmenter le prix de l'énergie, mais il faut alors annoncer les choses clairement : il n'y a pas le méchant et
ruineux nucléaire d'un coté, et les gentilles et gratuites renouvelables de l'autre. Ou alors il y aura beaucoup de désillusions sur la transition énergétique.
Comment comprendre la phrase "il faut rattraper le blocage artificiel des tarifs régulés" ?

Toutes les énergies et économie d'énergie sont importantes pour sortir du pétrole et du gaz. Mais il semble que cela ne soit pas la priorité de ceux qui veulent avant tout sortir du nucléaire...
quitte à augmenter le recours au gaz (qui finira par être de schiste !) et surdimmensionner le réseau électrique pour faire face aux gentilles renouvelables... intermittentes

ouinegatep 24/02/2013 19:26

Les investissements sur le réseau électrique sont essentiellement imputable aux énergies renouvelables intermittentes qui nécessite de renforcer le réseau pour acheminer l'électricité de là où le
vent veut bien souffler et le soleil briller vers là où l'électricité est consommée. Tandis que le "centralisme nucléaire" est prévisible, c'est toujours au même endroit que l'électricité est
produite, et vers les mêmes usagers, le réseau électrique n'a alors pas à être surdimensionnée...
C'est en Allemagne "écologiste" qu'actuellement, il faut massivement investir dans de nombreuses ligne THT... et l'Allemagne voudrait même tapisser la France de THT pour que lui soit acheminé
l'électricité que produirait des panneaux photovoltaïques dans le Sahara...

Les couts du nucléaire augmentent pour être de plus en plus sur : tant mieux. Mais considérer le cout d'un prototype l'EPR, pour dire que ça augmente est intellectuellement malhonnête : on peut au
contraire comparer le cout de construction de la 1ere centrale REP en France à la dernière pour constater qu'une forte baisse est possible. Il y aura donc la même baisse lorsqu'il faudra remplacer
tous ces REP par des EPR.

Le cout de l'éolien, lui ne baissera pas car les sites sur terre se font de plus en plus rare, il faut aller en mer, c'est plus cher, et pour le développer massivement, il faudra aller toujours
plus loin, ce qui entrainera des couts toujours plus élevés de connexion au réseau.
Quant au solaire, quand bien même les couts baisseraient, on est très loin de la fameuse "parité réseau" (qui au demeurant ne prend pas en compte le caractère intermittent de cette source d'énergie
qui produit essentiellement quand il n'y en a pas besoin !), et les prévisions d'augmentation considérable de cette production entraineront fatalement une hausse sévère de la CSPE.

Un peu d'honneteté, ayez le courage de dire que pour sortir du nucléaire, il faudra consommer MOINS d'électricité, la payer plus cher... mais aussi émettre plus de gaz à effet de serre ou alors
faire encore plus d'effort que nécessaire pour les maitriser. Il y a effectivement besoin de beaucoup de pédagogie.

ouinegatep 24/02/2013 19:25

Les investissements sur le réseau électrique sont essentiellement imputable aux énergies renouvelables intermittentes qui nécessite de renforcer le réseau pour acheminer l'électricité de là où le
vent veut bien souffler et le soleil briller vers là où l'électricité est consommée. Tandis que le "centralisme nucléaire" est prévisible, c'est toujours au même endroit que l'électricité est
produite, et vers les mêmes usagers, le réseau électrique n'a alors pas à être surdimensionnée...
C'est en Allemagne "écologiste" qu'actuellement, il faut massivement investir dans de nombreuses ligne THT... et l'Allemagne voudrait même tapisser la France de THT pour que lui soit acheminé
l'électricité que produirait des panneaux photovoltaïques dans le Sahara...

Les couts du nucléaire augmentent pour être de plus en plus sur : tant mieux. Mais considérer le cout d'un prototype l'EPR, pour dire que ça augmente est intellectuellement malhonnête : on peut au
contraire comparer le cout de construction de la 1ere centrale REP en France à la dernière pour constater qu'une forte baisse est possible. Il y aura donc la même baisse lorsqu'il faudra remplacer
tous ces REP par des EPR.

Le cout de l'éolien, lui ne baissera pas car les sites sur terre se font de plus en plus rare, il faut aller en mer, c'est plus cher, et pour le développer massivement, il faudra aller toujours
plus loin, ce qui entrainera des couts toujours plus élevés de connexion au réseau.
Quant au solaire, quand bien même les couts baisseraient, on est très loin de la fameuse "parité réseau" (qui au demeurant ne prend pas en compte le caractère intermittent de cette source d'énergie
qui produit essentiellement quand il n'y en a pas besoin !), et les prévisions d'augmentation considérable de cette production entraineront fatalement une hausse sévère de la CSPE.

Un peu d'honneteté, ayez le courage de dire que pour sortir du nucléaire, il faudra consommer MOINS d'électricité, la payer plus cher... mais aussi émettre plus de gaz à effet de serre ou alors
faire encore plus d'effort que nécessaire pour les maitriser. Il y a effectivement besoin de beaucoup de pédagogie.

jeanyvespetit 25/02/2013 06:33



Je n'ai pas la sensation d'une quelconque malhonnêté dans ce communiqué, pas plus d'ailleurs d'un manque de courage. Au contraire, ce sont bien les écologistes qui disent, depuis
très longtemps, que l'énergie la moins chère est celle qui n'est pas consommée.


N'oublions pas l'énergie en provenance de la biomasse qui représentera une part importantee.


Bonne journée