Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Réorganisation de l’offre des lignes régionales de transports routiers de voyageurs...

17 Octobre 2014, 17:05pm

Publié par jeanyvespetit

Principes de réorganisation de l’offre des lignes régionales de transports routiers de voyageurs « Lignes Express Régionales »

un LER

Mon intervention lors de l’assemblée plénière du 17 octobre 2014

Le réseau des Lignes Express Régionales (LER) comporte 22 lignes routières parcourant l’ensemble du territoire régional. Adapté en 2007 suite à l'intégration des anciennes lignes TER sur route sous l'autorité directe de la Région, ce réseau s’est construit progressivement par des lignes très hétérogènes.

Les LER répondent à plusieurs fonctions :

- maillage entre les pôles urbains régionaux ;

- compléments de desserte à certaines heures sur des axes TER ou les Chemins de fer de Provence (CP) ;

- compléments de parcours de maillage régional à partir de certains axes TER (exemple : Digne – Val de Durance) :

- désenclavement et desserte du territoire par cabotage.

 

En 2013, les Lignes Express Régionales ont accueilli 1 074 941 passagers, ce qui représente une augmentation de 2,63 % par rapport à 2012. Les LER proposent un service de qualité, en effet, et enregistrent des résultats qualité très satisfaisants :

- un taux de conformité de 86,89 % lors des contrôles qualité,

- un taux de satisfaction de 81,7 % lors des enquêtes de satisfaction,

- un taux de suppression de 0,13 %,

- un taux de ponctualité de 82,8 %.

Toutefois, la qualité et l'efficacité de l'offre régionale peuvent encore être améliorées. Les LER doivent prendre en compte l'évolution des réseaux départementaux, qui se sont largement ouverts aux publics autres que les scolaires. Cette volonté d’amélioration conduit aujourd'hui à proposer une réorganisation du réseau LER avec les objectifs suivants :

- mieux coordonner les offres régionales TER, Chemin de fer de Provence et LER ;

- mieux coordonner avec les services routiers départementaux en spécialisant chacun des services,

- améliorer la qualité de l’offre (vitesse, lisibilité, fréquences) ;

- améliorer la fréquentation et les recettes pour ne pas accroître le déséquilibre d'exploitation.

Plus précisément, la mise en œuvre de cette réorganisation de l’offre régionale de transport routier pourrait obéir aux  principes suivants :

- identifier clairement les fonctions de chaque ligne ;

- renforcer les liaisons de maillage entre les pôles régionaux ;

- mieux coordonner les compléments horaires des services ferroviaires en supprimant ou déplaçant les LER qui ont un trajet et un horaire équivalent aux TER ou aux CP ;

- renforcer les services LER de rabattement rapide vers les TER depuis les principaux pôles ;

- retirer progressivement les LER sur la fonction de desserte fine intra-départementale, en coordination avec les Départements ;

- limiter les arrêts en dehors des principaux pôles d'échanges et supprimer les arrêts les moins fréquentés pour accélérer les LER et les différencier des lignes départementales.

En matière de coûts, le kilométrage parcouru en appliquant le projet de réorganisation montre qu'une économie de l'ordre d'un million d’euros/an sur la charge d’exploitation (de 15 M€/an à 14 M€/an) pourrait être en théorie obtenue à terme, d’autres effets pouvant être escomptés, liés à l’accélération des services et à l’amélioration des recettes. Cette économie permettra de financer des services nouveaux, ainsi, une intensification de l’offre sera proposée à coût constant.

L’évaluation des recettes (7,2 M€ actuellement) est toujours difficile à appréhender en raison de la difficulté d’anticiper finement les comportements des usagers.

 

Par ailleurs, cette réorganisation nécessitant une coordination avec les Départements, une démarche de concertation avec les conseils généraux concernés a été menée, notamment sur le secteur alpin.

Commenter cet article

GOURNAY Bernard 19/10/2014 09:05

Je ne vois aucune information sur l'accessibilité des personnes handicapées sur les lignes régionales PACA. Pourtant, l'autocar présenté en illustration n'est pas conforme, contrairement à bien des
services départementaux ou régionaux en France.
Cordialement.

jeanyvespetit 19/10/2014 15:58



Tous les cars assurant les 22 lignes LER sont accessibles. Cela figure dans le cahier des charges entre la Région et les exploitants. Bien à vous.



Christine 18/10/2014 20:49

Bonjour,
Si les lignes Marseille-Manosque,Marseille-Briançon, Marseille-Grenoble, Manosque-Gap sont supprimées, il faudra que la desserte par TER soit sensiblement améliorée en terme de temps de trajet, de
fréquence, nombre de rames par train,etc..On peut en douter pour quelques années encore car cette ligne de TER est tout sauf performante (malgré le relooking intérieur des X-TER).

jeanyvespetit 19/10/2014 15:54



Il n'est pas prévu de supprimer ces dessertes.



Gilles06 18/10/2014 09:19

Bonjour

A défaut de ne pas avoir de lignes ferroviaires pour relier Nice aux Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence, une anomalie de taille, on doit compter uniquement sur les bus. Je sais qu'une liaison
entre Nice et Gap existe, mais ne serait il pas possible que Barcelonnette, Briançon voir même Manosque puissent être desservie par bus depuis Nice afin que le deuxième aéroport de France puisse
être plus facilement accessible depuis depuis la Haute Provence?

Merci à vous

Cordialement

Cordialement

jeanyvespetit 18/10/2014 16:31



Bien entendu, vous avez une lne ferroviare qui relie Nice à Digne et comme vous le précisez une ligne routière qui relie Nice à Grenoble via Sisteron


Vous avez donc la possibilté de changer à Digne pour aller à Manisque ou à Sisteron poour aller à Gap


A noter que Gap est relié à Aix TGV et à l'aéroport de Marseille Provence par une ligne routière


www.pacamobilite.fr doit permettre de disposer d'informations plus précises


Bon WE



Didier 17/10/2014 20:58

Merci pour cette présentation générale, qui définit des orientations de bons sens.

Pouvez-vous détailler un peu les changements que cela va provoquer dans les différents territoires de la Région PACA ?

De mon point de vue l'offre actuelle LER PACA est particulièrement illisible dans le 04 et le 05, avec un manque évident de complémentarité avec le TER.

Ne faut-il pas supprimer certaines portions de desserte sur certaines lignes avec report sur le TER, pour développer une offre TC là où le rail est inexistant ou à rouvrir ?

Sans approfondir, il y a sans doute :
- des lignes à repenser : 17 (Marseille - Carpentras), 21 (Nice - Gap), 22 (Avignon - Digne), 25 (Marseille - Forcalquier), 26 (Digne - Marignane), 27 (Marseille - Castellane), 28 (Marseille -
Digne), 32/33 (Briançon - Digne), 38 (Digne - Manosque) et 39 (Gap - Marignane).
- des lignes à supprimer ou à transférer aux départements : 18 (Arles - Avignon TGV), 20 (Nice - Marseille), 24 (Marseille - Manosque), 29 (Marseille - Briançon), 31 (Marseille - Grenoble), 34
(Barcelonnette - Digne), 36 (Saint-Tropez - Marignane) et 37 (Manosque - Gap).
- des lignes à développer : 19 (Toulon - Aix), 23 (Aix - Avignon), 30 (Gap - Barcelonnette) et 35 (Grenoble - Briançon).

D'ailleurs la Région PACA a étoffé l'offre sur la ligne 35 depuis juillet 2014.

Par contre avec la future réforme territoriale, n'est-il pas incohérent de transférer aux départements des dessertes que la Région va ensuite devoir reprendre avec le transport de compétence aux
Régions du transport interurbain ?

Par ailleurs comment la Région PACA se positionne sur le devenir de la ligne Briançon - Oulx ? Ne devrait-elle pas devenir une ligne régionale avec tarification SNCF pour faciliter les échanges
entre les Hautes-Alpes, Turin, la Maurienne, Chambéry, Lyon et Paris ?

Merci d'avance pour vos précisions et votre analyse.

jeanyvespetit 18/10/2014 07:31



Bonjour,


Toutes vos questions sont de bon sens et sont déjà prises en comptes dans le travail en cours dans le cadre de la réorganisation et lors de nos échanges avec les CG 04 et 05. Bien entendu, il
convient d'attendre que la loi soit définitivement votée pour ensuite poursuivre en fonction des nouvelles compétences des uns et des autres.


La réorganisation ne fait pas en une seule fois mais est progressive, elle a déjà commencé sur le les Alpes de Haute Provence, notemment en donnant à la gare de Sisteron un rôle de pôle d'échange
tourné vers le nord de la région et nous poursuivrons avec faisons la même chose avec la gare de la Brillane mais tournée vers le sud.


Objectif, assurer une mieilleure complémentarité entre les LER et entre les LER et les TER mais aussi avec l'offre du CG ou des transports urbains lorsqu'ils existent.


A votre disposition, bon WE


Jean Yves Petit