Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur...Priorités aux TER-le Communiqué de la Préfecture...

26 Septembre 2013, 11:32am

Publié par jeanyvespetit

Sans-titre1.jpg

Commenter cet article

Milan 07/03/2014 11:49

Bonjour,
Quelle que soit l’option retenue, il est important de désenclaver notre si beau département qui ne s’appuie actuellement que sur son aéroport.

Gilles06 26/09/2013 09:49

Bonjour

Pourquoi est-il urgent de commencer les travaux pour créer un nouveau tronçon entre l’Aéroport de Nice et la ligne SNCF Cannes Grasse ?

A court terme, il est urgent de raccorder Sophia Antipolis et l’aéroport de Nice au réseau ferroviaire. A plus long terme, même si on ne le dit pas directement, l’objectif principal est de relier
Nice à Paris : la NLF PACA est-elle si pertinente que cela ?

On pourrait, à la place, prolonger le nouveau tronçon en direction de Grenoble et Lyon. L’itinéraire emprunté passerait alors par Grasse, St Cézaire sur Siagne, Castellane, Digne les Bains,
Sisteron, Aspres sur Buech créer un raccourci entre Monestier Clermont et Pont de Claix afin d’éviter les boucles de Vif et Vizille avant d’arriver sur Grenoble. Puis on pourrait doubler la ligne
entre Grenoble et Lyon, qui est actuellement sursaturée, et gagner 30km en évitant les détours de Voiron et St André le Gaz. Un raccord avec la LGV Rhône Alpes est possible à St Quentin
Fallavier.
Au total, le parcours serait de 361 km entre Nice Ville et Lyon Part Dieu. De plus, si on choisit de faire une ligne mixte plutôt qu’une LGV, on peut raisonnablement penser pouvoir faire circuler
des trains avec une vitesse de 160 à 200 km/h de moyenne selon le type de train et le nombre d’arrêts prévus. Le temps de parcours de Nice Ville à Lyon Part Dieu serait alors de 2h15 maxi et 1h50
mini. En comparaison, le parcours de la NLF PACA via Marseille est au mieux de 2 heures 35 minutes pour 518 km.

Le Nice – Lyon via Grenoble serait donc beaucoup plus court, moins onéreux pour les passagers, et en plus nettement plus performant question temps.

Le Nice – Lyon via Grenoble permettrait de relier Paris en 3h30, pour une distance de 787 km, contre 4h12 via Marseille pour une distance de 944 km. Cet itinéraire a beaucoup plus de chance de
décourager les usagers à prendre l’avion entre Nice et Paris que celui de la NLF PACA.

Grenoble serait à 264 km de Nice Ville pour un temps de parcours d’1h30 environ. Ce qui permettrait de rejoindre Nice à Genève en 3h30 pour une distance de 437km. En comparaison, par Marseille, il
faut rajouter 1h40 et 242km.

Le Nice – Lyon via Grenoble permettrait de relier les Alpes de Haute Provence, les Hautes Alpes et l’Isère aux Alpes Maritimes, ce qui serait un atout majeur pour le désenclavement et le
développement économique de ces départements, dont deux sont en PACA.
Nice Ville serait reliée à Castellane (73 km pour 25mn de parcours), et Digne les Bains (114 km pour 40mn de parcours). Nice Ville serait enfin connectée directement à Sisteron (148 km pour 50mn de
parcours), à Gap (226 km pour 1h30 de parcours), et à Briançon (331 km pour 2h50 de parcours), ces 3 villes faisant partie de la PACA. Avec la NLF PACA, il faudrait plus de 4 heures pour les
atteindre au départ de Nice.
D’autre part, on pourrait développer un TER qui rejoindrait St Cézaire sur Siagne à Cannes d’un côté et à Nice ville de l’autre, ce qui désengorgerait l’ouest des Alpes Maritimes dont les routes
sont sursaturées.
Ce projet permettrait donc de rapprocher l’ensemble des départements de la PACA, et pas seulement ceux des départements côtiers.

Pour autant, les liens entre Nice et Marseille n’en seraient pas désavantagés, bien au contraire: le désengorgement de la ligne actuelle permettrait d’augmenter la cadence des trains tout en
réduisant leurs temps de parcours.

Le coût des travaux du Nice – Lyon via Grenoble serait probablement plus élevé que ceux de la NLF PACA (même si cela demanderait d’être vérifié en détail), mais à long terme, il serait sans aucun
doute nettement plus rentable, à tous points de vue, avec un impact socio-économico-culturel bien plus important pour tout l’Arc Alpes-Méditerranéen dans son ensemble.

Cordialement