Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

LGV PACA : un autre projet est aujourd’hui possible ...

23 Décembre 2011, 12:23pm

Publié par jeanyvespetit

DSC04173.JPG

En tant que Vice – président délégué aux transports, je représentais le conseil régional au comité de pilotage de la LGV PACA qui s'est tenu le 22 décembre 2011. Vous trouverez, ci-après, mes premières impressions et réactions face à l’évolution de ce projet

Rappel : le comité de pilotage du projet LGV PACA est composé de l’Etat, des co financeurs du projet (Conseil régional, CG 13, 83 et 06, communautés MPM, Nice Côte d’Azur et Toulon Provence Méditerranée et Monaco) et du maitre d’ouvrage, RFF (réseau Ferré de France).

Un  projet qui est en train de se transformer en profondeur :

-          la très grande vitesse (350km/h) n’est plus l’objectif  car ne correspondant pas  aux priorités des usagers comme à la qualité des territoires traversés mais aussi aux contraintes financières. La vitesse affichée serait de 200 / 220km/h ce qui permettrait une mixité des circulations tant pour les voyageurs que pour le fret. Comme je l’ai toujours souhaité, (avec mes amis écologistes) cela devient donc un projet plus axé sur les besoins de transports régionaux conforme aux attentes des habitants de notre région. Dans ce cas, le changement proposé du nom du projet  permettrait d’être plus en rapport avec cette priorité nouvelle. 

-          Le transport des marchandises est  pris en considération ce qui représente un changement important par rapport à la commande initiale de l’Etat : c’est  une réponse nécessaire pour  notre région qui subit un transit important de l’Espagne vers l’Italie (18 000 camions passent chaque jour à Vintimille)  C’est aussi une volonté d’assurer l’existence d’un corridor européen le long de l’arc méditerranéen, notamment entre Marseille et Gênes ; J’ai œuvré, au nom de la Région,  pour cette prise en compte du fret et je me félicite d’avoir été entendu ;

-          Nous ne sommes plus sur « le tout ou rien » : la décision sur un faisceau de référence est reportée en juillet 2012 et la poursuite du projet se fait sur les points faisant l’objet d’un consensus ; essentiellement la gare souterraine de St Charles et la Côte d’Azur jusqu’à Vintimille (frontière italienne) ; C’est important parce que cela correspond aux secteurs où le réseau classique est saturé. Beaucoup craignait un abandon, je me félicite que la volonté collective de développer le réseau ferroviaire soit toujours présente ;

-          La complémentarité et la temporalitéentre ligne nouvelle et évolution/rénovation/modernisation du réseau ferroviaire régional existant doivent être encore plus affirmées et précisées afin de confirmer l’existence d’un projet global (ligne nouvelle et réseau ferré actuel);

-          Une capacité (et des garanties) de financement qui ne font pas encore l’objet d’une réponse précise et qui fragilise la crédibilité de ce projet.

Aujourd’hui, il me semble que le projet de LGV PACA tel que proposé initialement a vécu. La Région rappelle  avec d’autant plus de force l’importance d’avancer au plus vite sur les projets d’adaptation et de développement du réseau classique, et ce, dès 2014,  afin d’engager la réalisation du Réseau régional à haute performance  lors du prochain CPER (contrat de projet Etat/Région) ; par exemple l’agrandissement de la gare de Cannes, le doublement de la voie entre Marseille et Aix, l’ouverture au service voyageurs d’Aix/Rognac et sa connexion avec l’aéroport de Marseille Provence, …  .

Il ressort de ce comité de pilotage que les propositions, les critiques, les refus et les craintes ont été prises en compte: les points de désaccord, c'est-à-dire essentiellement dans la vallée de l’Huveaune et le Var seront écartés ou feront l’objet d’un approfondissement et donc un arrêt des études.

Maintenant, il appartient à chacun, collectivités, associations, collectifs ou particuliers de poursuivre et accentuer leur implication. Il faut faire évoluer ce projet global au plus près des attentes et des besoins de notre territoire régional et de ses habitants. Ils peuvent compter sur ma disponibilité et mon engagement !

Commenter cet article

BRUNEL 14/01/2012 09:20

J’ai trois questions à poser :
_ cette liaison devrait s’inscrire dans un projet Milan Barcelone , pourquoi n’en parle-t-on pas ?
_ On prévoit un tracé le long de la cote au-delà de Nice vers l’Italie . Est-ce un tunnel ? Sinon où passe-t-on ?
_M. Estrosi avait d’abord choisi le tracé nord, qui est le plus court et le moins cher . Pourquoi s’interdit –on le sanctuaire de Canjuers qui correspond à un conflit du siècle dernier . Il
pourrait recevoir en bordure , la ligne HT qui manque à Nice , et le TGV .

jeanyvespetit 15/01/2012 09:54



Bonjour Monsieur,


Ci-après une réponse à chacune de vos questions:


- lorsque est cité, très souvent, l'arc Méditerranéen, de la Catalogne vers la Ligurie et au-delà via notre région, il s'agit bien de cela;


- de toute évidence, oui, les techniciens parlent d'un tunnel


- le Gouvernement a choisi le tracé des Métropôles, donc Canjuers n'est pas évoqué.


Bon dimanche


JY Petit



S.P 24/12/2011 12:35

Si les choses sont clarifiées tant mieux. Je peux juste certifier que durant la concertation, RFF avait clairement dit que pour ce projet de LGV PACA, il n'y avait pas d'objectifs de vitesse, et
que c'était la 1ere fois qu'il en était ainsi en France. Que le seul objectif était un objectif de temps : Marseille-Nice en 1h environ..... ce qui laissait donc beaucoup de marges. Apres il faut
être flexible, il ne faut pas s'interdire de pouvoir aller par endroit à 270 km/h s'il n'y a pas de contraintes majeures (humaines, environementales), si c'est ce qui permettra d'aller beaucoup
moins vite dans d'autres.

Attention à la mixité fret/passager sur la ligne nouvelle, car cela, ça a un impact environnemental important. Ce n'est pas la vitesse qui empêche la mixité. Car en tout état de cause, sur une
ligne mixte, on ne mélange pas les 2 types de trafics au même moment. Même à 220 km/h, un train de fret ne peut pas suivre. Ce qui empeche la mixité, ce sont les pentes admissibles. Or ce qui
permet de limiter les impacts (déblais et remblais trop important, tunnel de grande longueur etc...), c'est précisément de pouvoir gravir rapidement les collines etcc.... et de s'adapter au mieux
au relief. Imposer la mixité, in fine, cela implique de choisir des pentes faibles, et donc plus d'impact. Cela implique aussi alors de CONTOURNER les obstacles, et pour cela de réduire les rayons
de courbures... d'où l'impact sur la vitesse, mais il ne faut pas confondre l'effet et la cause !

S.P 23/12/2011 22:50

Il faut que tout change pour que rien ne change !!

Rappelons tout de même pour ceux qui ont la mémoire courte, que le projet de LGV PACA, n'a jamais eu pour objectif de faire rouler des TGV à 350 km/h, mais mettre Nice à 1h de Marseille, les 2
étant séparés de 200-220 km, chacun fera le calcul de vitesses.... qui n'ont pas besoin d'atteindre 350 km/h.

Depuis toujours, le projet de LGV PACA vise à libérer la ligne classique des TGVs, ie des trains nationaux pour y développer les TER. Il est donc naturellement un projet de "RER PACA". Alors, si
c'est ce qui est reproché à RFF, c'est qu'en plus du "gras, italique, police 40, rouge" dans leur brochure, concernant le TER, de ne pas avoir mis la couleur rouge et le clignotement.... je suis
pas sur qu'on fasse avancer le fond.


Quant au fret, là encore, liberer la ligne classique des TGV contribuera à pouvoir y faire rouler des trains de fret. Par contre vouloir faire rouler des train de fret lourd sur la LGV, impliquera
d'adopter des pentes plus faibles sur la ligne nouvelles.... et donc un tracé beaucoup plus destructeurs !

jeanyvespetit 24/12/2011 07:13



Vous avez raison pour ce qui concerne la vitesse moyenne, mais cela fait plusieurs mois que nous demandons à RFF de préciser ce que signifie "grande vitesse" sur ce prolongement de ligne
nouvelle de Marseille à Vintimille. Nous n'avions jamais de réponse.


Je crois que le Préfet de Région a bien pris en compte le fait que la détermination de la vitesse aura de fait un impact sur les nuisances environnementales, sur le coût du projet et sur la
possibilité d'avoir une mixité des circulations y compris pour certains trains fret comme le propose maintenant RFF.