Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Invitation à une table ronde : de la LOTI à la loi d’orientation des mobilités ...

26 Février 2018, 10:13am

Publié par jeanyvespetit

Invitation à une table ronde : de la LOTI à la loi d’orientation des mobilités ...
Invitation à une table ronde : de la LOTI à la loi d’orientation des mobilités ...
Invitation à une table ronde : de la LOTI à la loi d’orientation des mobilités ...

Voir l'invitation ci-jointe également.

Voir les commentaires

Après le rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures, le rapport Spinetta sur l’Avenir du transport ferroviaire …

16 Février 2018, 09:15am

Publié par jeanyvespetit

Ces deux rapports présentent un point commun, celui d’avoir des recommandations très comptables.

En effet, on ne peut que constater l’absence ce que pourrait être un service public des transports, dans le cadre de l’intermodalité comme le prévoit la loi NOTRe, pour les 20 ans à venir.

Ces deux rapports auraient pu évoquer le fait que les Régions disposent d’une compétence unique pour le transport interurbain routiers et ferroviaire avec l’obligation de mettre en œuvre un plan régional de l’intermodalité et donc demander d’en faire une évaluation afin d’en tirer des conséquences. Ce n’est pas le cas, pire le principe du report modal semble être mis de côté !

On peut également noter l’absence de recommandations visant à instaurer un cadre réglementaire visant à protéger les usagers en garantissant les continuités des déplacements sur le territoire national, entre et à l’intérieur des régions, imposant les correspondances, une tarification harmonisée, des supports billettiques interopérables, … quelques soient les exploitants mais aussi en prenant en compte l’accessibilité des trains et des gares pour les personnes à mobilité réduite ou bien les cyclistes.

Il est enfin à remarquer le peu de volonté affichée d'inciter au report modal, qui est une des pistes les plus "productives" en termes de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.

De même, on ne peut que regretter l’absence de toute prise en compte des enjeux climatiques et environnementaux, dans ces deux documents, que pourrait permettre une bonne organisation des transports de voyageurs et de marchandises. Une telle absence est en totale contradiction avec la volonté affichée de réduire l'empreinte environnementale de la France.

Le fait de se limiter à la seule logique comptable pour établir les constats et faire des recommandations est mal perçu et soulève des inquiétudes dans les réseaux associatifs, plus précisément sur le fait de :

  • ne pas supprimer la référence injuste et inapproprié du classement UIC des lignes ferroviaires classées de 7 à 9 pour déterminer celles qui ne feraient plus l'objet d'un financement et sur la nécessité de mettre des critères pour déterminer ce qu’il convient de faire pour ces lignes, par exemple :
    • Socio-économiques
    • L’utilité sociale
    • Cohérence politique de l’Etat sur le plan national
    • Enjeux climatiques
    • Aménagement et égalité des territoires et ne pas laisser de territoire en déshérence ;
  • ne pas prendre en compte le contexte du « handicap montagne »  afin de garantir les accès ferroviaires (qualité et sécurité des circulations notamment l’hiver, enclavement, risques géologiques, franchissement de cols, …) et préserver des lignes comme celles des Alpes et de la Roya ;
  • préconiser la fermeture des lignes à "faible trafic" alors qu'il est connu que le report vers les cars génère "l'évaporation" de 30% environ des usagers vers la voiture et que cette fréquentation contribue à remplir les TGV et les Intercités sur les grandes lignes.
  • ne pas proposer de revisiter les normes et donc les coûts de maintenance, d’entretien et de modernisation sur les lignes où ne circulent pas de trains fret, tout en ayant un niveau de sécurité équivalent
  • disposer d’expertises et d’études indépendantes sur le réseau ferré afin d’offrir une plus grande transparence et une baisse des coûts
  • L’augmentation des capacités dans les gares avec deux trains différents avec un même quai est une évolution, peu onéreuse, à prendre en compte

Enfin, il est surprenant que le développement du rôle stratégique des gares pour faciliter et renforcer l’intermodalité mais aussi l’accessibilité ne soit pas parmi les recommandations.

De même, il n’est pas proposer que les Régions disposent d’une ressource financière pérenne et dynamique dédiée au transport public régional.

En espérant, maintenant, que les parlementaires pourront intégrer, lors des débats sur la future loi d’orientation des mobilités, les propositions portées par les associations.

Voir les commentaires

A Aubagne, vélos cherchent pistes cyclables désespérément ...

8 Février 2018, 19:15pm

Publié par jeanyvespetit

 

Voir les commentaires

Le Conseil d'orientation des infrastructures affirme l'importance du vélo ... par Isabelle Lesens

5 Février 2018, 19:45pm

Publié par jeanyvespetit

Ci-joint le rapport de la COI remit à la Ministre des transports le 1er février 2018

Voir les commentaires

Rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures : Enfin le vélo !

2 Février 2018, 08:02am

Publié par jeanyvespetit

 

Association métropolitaine RAMDAM

(Rassemblement d’Associations pour les Modes de Déplacements Alternatifs dans la Métropole Aix-Marseille-Provence)

 

 

 

Communiqué de presse

 

 

Rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures :

 

Enfin le vélo !

 

 

Les propositions du rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures remis le 1er février à la Ministre des transports Elisabeth Borne, semblent rendre possibles une nouvelle politique de mobilité pour les 20 ans à venir.

Il en serait ainsi, dans le scénario 2, pour le vélo avec la proposition d’une enveloppe financière pour les mobilités actives (vélo et marche) d’un montant jamais vu : 350M€ sur 4 ans pour parvenir à 100M€ / an en 2022, c’est à la hauteur du retard accumulé sur le plan national et bien entendu sur notre territoire métropolitain.

 

Un tel montant national permettra-t-il, si le Gouvernement le valide, à la Métropole Aix Marseille Provence de planifier et concrétiser la partie liée aux mobilités actives contenu dans l’Agenda de la Mobilité Métropolitaine ?

 

Mettre en œuvre un réseau cyclable métropolitain, tel que demandé et proposé par le réseau d’association RAMDAM, est une urgence.

 

Nous espérons vivement que le Gouvernement intégrera cette proposition du Conseil d’Orientation des Infrastructures dans sa loi d’orientation des mobilités et en assurera le financement.

 

 

Voir les commentaires