Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Intervention de Aïcha Sif, EELV, sur le rapport République, Laïcité et Citoyenneté « un devoir d’avenir » ...

24 Avril 2015, 10:06am

Publié par jeanyvespetit

Intervention de Aïcha Sif, EELV, sur le rapport République, Laïcité et Citoyenneté « un devoir d’avenir » ...

Assemblée Plénière de la Région PACA

Rapport n°1

Monsieur le Président, chers collègues,

Nous vivons dans un monde où les crises, économiques, écologiques exacerbent fortement les tensions. Un contexte où il est plus aisé de dénoncer des boucs–émissaires que de rechercher des solutions non palliatives. Ainsi accuser de tous les maux l’autre, l’étranger, le non croyant ou le croyant, est devenu, au sein d’une société duale et cloisonnée, simplement et toxiquement banal.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur 45% des jeunes des zones urbaines sensibles sont au chômage. Les plus jeunes habitants de ces territoires sont près de trois fois plus pauvres qu’ailleurs. Quelles sont leurs chances de s’émanciper ? Quelles perspectives d’avenir leur offrons-nous ? Inégalités de revenus, de patrimoine, d’éducation, de conditions de santé. Ghettos, Apartheid territoriale : ces mots tres forts expriment l’ampleur de la ségrégation et de la violence sociale qui s’exerce sur les plus pauvres.

Il faut faciliter l’accès à un emploi ouvrant sur un revenu décent. L’accompagnement vers un vrai metier, la desserte en transports publics sont des enjeux-clé pour permettre aux jeunes des quartiers de relégation d’avoir un parcours professionnel conduisant à la reconnaissance individuelle et à la construction d’une autonomie sociale. Tout particulièrement dans l’approche de l’économie sociale et solidaire, qui place l’humain au cœur de l’activité professionnelle et offre les conditions d’une émancipation à travers un emploi de qualité. La capacité à vivre de son travail et à en être fier est un indispensable levier d’action contre l’économie illégale, au côté de la répression des trafics en tous genres qui donnent l’illusion de l’argent facile.

Et nous devons faire vite, dans ces quartiers en direction de cette jeunesse, il y a urgence.

En France, comme l’a récemment souligné un rapport européen, l’antisémitisme, l’islamophobie, l’homophobie et les autres formes d’exclusion gagnent du terrain. Les discours haineux des démagogues, des prédicateurs et autres extrémistes nous renvoient aux pires heures d’une histoire qui a enfanté la barbarie fasciste et l’abomination nazie. Face à cela le besoin de sécurité, le renforcement de la vigilance policière ne peuvent s’imposer comme l’unique réponse. C’est au peuple, aux citoyens, pleinement conscients des enjeux, qu’il appartient de réagir. Seule une réponse collective et réfléchie garantira durablement la paix sociale et le vivre ensemble.

Si la démocratie et la République, dont les lois rappellent que le racisme n’est pas une idée mais un délit, constituent notre cadre de référence nous devons aussi inscrire notre action au plus près du terrain régional et rappeler, à ce niveau, l’importance de la tolérance, les enjeux de la laïcité.

Le défi majeur, ici peut être plus qu’ailleurs, c’est ce fameux vivre ensemble, vivre tous ensemble et non pas les uns à côté des autres, les uns séparés des autres. Avec ces différences qui parfois nous opposent mais qui sont en fait une richesse, la base même du partage.

Hérités des grecs et des romains les places de nos villes et nos villages doivent redevenir des lieux de rencontre, d’échange, de convivialité. Menacés par la péri urbanité et la spéculation les structures urbaines se fragmentent, les noyaux villageois s’isolent.

Les écologistes ont obtenu que les politiques régionales dans les territoires « relégués » soient mieux financés : les dotations des lycées, notamment, seront augmentées dans certains quartiers.

La Région, architecte du territoire, doit rompre cette logique de séparation et promouvoir la mixité sociale comme générationnelle. Pour rentrer dans l’opérationnel et anticiper quelque peu le déroulé de notre plénière c’est cet équilibre que vise nos futurs contrats territoriaux.

Sur cette terre méditerranéenne immigration et intégration, et je suis pétrie de cette argile, ont été les lots communs d’une histoire multi séculaire et toujours actuelle.

Les influences hellénistiques et latines ont posé les fondements de notre première démocratie. L’islam d’Al andalous, l’apport de juifs du pape, l’arrivée des alpins, premiers immigrés de l’intérieur, des italiens, de ceux de la péninsule ibérique, des arabes, des berbères et tant d’autres tous par leur travail, leur culture, leurs connaissances ont enrichi cette région.

Elles lui ont donné sa langue et forgé une culture trait d’union entre la Méditerranée, l’Arc latin et l’Europe du Nord

Nos anciens ont bâti la république et lui ont légué la Marseillaise. Ils l’ont défendu en 1851, dans les communes ou les maquis. Ils ont tissé ce lien social qui nous unit encore aujourd’hui. Leur histoire, leurs combats, leurs expressions culturelles doivent nous rassembler. Valoriser cette mémoire, ré inventer une identité ouverte, à partir de nos réalités locales, régionales, méditerranéenne voilà la voie !

Si nous ne le faisons pas, si nous démissionnons alors c’est une autre identité, anti sociale et anti démocratique qui triomphera. Celle-là même qui a nourri les assassins de Charlie.

A leur obscurantisme aveugle nous devons leur opposer les lumières de notre philosophie et de notre histoire.

Aux formes d’exclusion, de terreur de haine qu’ils entendent imposer nous devons répondre par le vivre ensemble et par le plus beau mot que la langue d’Oc a transmis au français par l’amour, l’amour de la République

Voilà mes chers collègues notre traduction régionale du combat pour une république de liberté, d’égalité, de fraternité, mais aussi d’humanité, de solidarité et de diversité.

Je vous remercie.

Voir les commentaires

Enfin ça roule ! ... entre Avignon et Carpentras ...

19 Avril 2015, 09:10am

Publié par jeanyvespetit

Enfin, ça roule ... après des années d'attente, grâce aux soutiens d'associations, de syndicats, d'élus .... et de la Région, après les travaux nécessaires à la réouverture, les premiers trains circulent entre Sorgues et Carpentras afin de former les cheminots dont les conducteurs .... la ligne sera ouverte au service voyageurs le 25 avril avec 13 aller/retour puis 16 à compter du 1er septembre entre Carpentras et Avignon Centre et TGV, l'objectif étant 20 aller/retour. Merci à Monsieur Imbs et à son association pour cette vidéo

Voir les commentaires

Quand M. Estrosi disait la Région inutile ...

14 Avril 2015, 21:47pm

Publié par jeanyvespetit

Quand M. Estrosi disait la Région inutile ...

L’UMP vient d’investir M. Christian Estrosi, maire de Nice, président de la métropole Nice Côte d'Azur et député des Alpes-Maritimes comme tête de liste régionale UMP pour les élections régionales de décembre 2015. Pourtant, le conseil régional n’a jamais eu les faveurs de M. Estrosi, qui n’a aucun attachement pour cette collectivité locale. Il déclarait même le 30 décembre 2014, « La région ne nous apporte rien, ne nous a jamais rien apporté. Elle ne sert à rien et ne servira à rien demain ».

M. Estrosi incarne un modèle « Côté d'Azur bling-bling » dont nous ne voulons pas.

Les conseillers régionaux écologistes défendent avec force l’échelon régional et considèrent que la Région est un niveau d’action politique plus que pertinent pour agir sur le quotidien des habitants, dynamiser et assurer l’égalité des territoires.

M. Estrosi se trompe, la Région est utile aux citoyens et elle sert l’intérêt général des habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les élus écologistes en responsabilité le démontrent davantage chaque jour.

Contacts :

Sophie CAMARD Co-Présidente du Groupe des conseillers régionaux EELV-Poc

04 91 57 50 72 ou 06 86 70 92 27 scamard@regionpaca.fr

Jean-Yves PETIT Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité Mobile:

07 86 14 61 55 jypetit@regionpaca.fr

Voir les commentaires

Loin des ambitions ministérielles, les écologistes agissent …

12 Avril 2015, 08:14am

Publié par jeanyvespetit

TRIBUNE - Loin des ambitions ministérielles, les écologistes agissent dans les villes, dans les régions, au parlement, pour l'intérêt des citoyens. Un texte notamment signé par les députées Eva Sas et Danielle Auroi, Thierry Brochot, président du Conseil fédéral, et Sandrine Rousseau, co-porte-parole nationale d'EELV.

Loin de la question qui occupe régulièrement les médias sur la participation ou non au gouvernement, des centaines d'élus écologistes agissent au quotidien. L’écologie réelle n’a rien à voir avec cette frénésie politicienne qui caricature et enferme les écologistes dans un débat qui n’est pas le leur. L’écologie réelle, ce sont des centaines d’actions concrètes pour lutter contre la pollution de l’air et de l’eau, pour isoler des milliers de logements et permettre aux familles de faire des économies d’énergie, pour améliorer les transports collectifs de nos concitoyens.

L’écologie réelle, c’est le plan de lutte contre la pollution de l’air à Paris, avec une aide financière à tous les professionnels qui abandonnent leur véhicule polluant pour un véhicule propre.

L’écologie réelle, c’est la fin de la publicité dans l’espace urbain à Grenoble.

L'écologie réelle, c'est une politique volontariste pour l'amélioration de la qualité l'eau en Pays de la Loire, avec plus de 1.800 opérations pour diminuer l’utilisation des pesticides dans les collectivités, restaurer les rivières et économiser les ressources en eau.

«L’écologie réelle, c’est un fonds de 10 millions d’euros pour les projets d’énergie renouvelable dans la région Rhône-Alpes»

L’écologie réelle, c’est le Pass Navigo Unique pour pouvoir se déplacer partout en Ile-de-France pour 70 euros par mois en transports collectifs, et la sortie du diesel des 9.000 bus franciliens, le plus grand réseau de France.

L’écologie réelle, c’est la carte ZOU! en région PACA qui offre à ses 170.000 détenteurs, la gratuité des transports collectifs pour les étudiants, 90% de réduction pour les personnes sans emploi et une tarification attractive pour tous afin de laisser sa voiture au garage.

L’écologie réelle, c’est l’isolation thermique de 60.000 logements en Nord-Pas-de-Calais et 20.000 emplois pérennes potentiels à terme grâce à ce programme.

L’écologie réelle, c’est un fonds de 10 millions d’euros pour les projets d’énergie renouvelable dans la région Rhône-Alpes et 15% d'économie sur les factures d'énergie de milliers de familles.

L'écologie réelle, c'est le soutien aux sept territoires ruraux d’Aquitaine engagés dans une démarche Territoires à Energie Positive, qui préparent leur autonomie énergétique et expérimentent une gestion locale de l’énergie.

L'écologie réelle, c'est, en Picardie et en Rhône-Alpes, la mise en place, pour la première fois en France, de politiques de santé environnementale régionales, pour améliorer la qualité de l'air intérieur et de l’alimentation, développer la chimie verte et sûre, et réduire des inégalités territoriales de santé.

L’écologie réelle ce sont trois régions qui lors du procès Erika, face au lobby pétrolier, s'associent et font reconnaitre, pour la mer, le préjudice écologique.

L’écologie réelle, c’est l’action des élus régionaux pour que la formation professionnelle bénéficie à ceux qui en ont le plus besoin et, en particulier, aux demandeurs d’emploi et aux personnes les moins qualifiées

L’écologie réelle, c’est faire émerger des emplois dans l’économie sociale et solidaire, les énergies renouvelables, l’aide aux personnes, etc.

«Nous travaillons chaque jour à refonder notre modèle de société autour de la transition écologique et de la solidarité»

L’écologie réelle, ce sont aussi des lois votées au Parlement comme le principe de précaution sur les ondes électromagnétiques ou la mise en place de nouveaux indicateurs de richesse pour mettre fin à l’hégémonie du PIB et repenser notre modèle de développement.

L’écologie réelle, c’est enfin et surtout le souci constant de tous les élus et militants écologistes de prendre soin de toutes celles et tous ceux qui se sentent abandonnés par les politiques publiques : chômeurs, personnes âgées, jeunes décrochés de l’école, petits artisans, commerçants et agriculteurs, habitants des territoires désertés par les services publics.

Les politiques menées jusqu’ici ont montré leur inefficacité face aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux actuels. Cette impuissance à répondre aux attentes des citoyens est majoritairement la cause de la défiance des électeurs, qui se traduit par le niveau élevé de l’abstention et du vote protestataire.

Nous n’avons pas toutes les réponses face à la désespérance, mais nous travaillons chaque jour à refonder notre modèle de société autour de la transition écologique et de la solidarité qui seules peuvent répondre au chômage, aux difficultés des entreprises, à l'exclusion, comme au dérèglement climatique, à la pollution et à la perte de biodiversité qui compromettent l’avenir de nos enfants… Les manœuvres politiciennes ne peuvent qu’éloigner un peu plus les citoyens de leurs élus, au moment même où nous devons leur redonner confiance dans l’action publique. Le débat omniprésent sur la participation au gouvernement occulte la réalité de l’action des écologistes. Il est temps qu’enfin les obsessions ministérielles se taisent pour donner à voir ce qu’est réellement l’écologie : une action quotidienne et déterminée pour les citoyens et leur environnement.

Signataires :

Danielle Auroi, députée, présidente de la commission Affaires Européenne
David Belliard, co-président du groupe écologiste à la mairie de Paris
Sophie Bringuy, vice-présidente de la région Pays de la Loire
Thierry Brochot, conseiller régional Picardie
Sophie Camard, co-présidente du groupe écologiste en région PACA
Emmanuel Cau, vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais
Jean-Charles Kohlhaas, conseiller régional Rhône-Alpes
Lucille Lheureux, adjointe au maire de Grenoble
Monique de Marco, vice-présidente de la région Aquitaine
Philippe Meirieu, vice-président de la région Rhône-Alpes
Janick Moriceau, conseillère régionale de la région Bretagne
Christophe Najdovski, adjoint au maire de Paris
Jean-Yves Petit, vice-président de la Région PACA
Sandrine Rousseau, vice-présidente de la région Nord-Pas-de-Calais
Pierre Serne, vice-président de la Région Ile-de-France
Eva Sas, députée, vice-présidente de la commission des Finances
Mounir Satouri, président du groupe écologiste à la région Ile-De-France
Djamila Sonzogni, conseillère régionale Alsace
François Veillerette, vice-président de la région Picardie

Voir les commentaires

Mise à disposition du public du projet de Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020...

12 Avril 2015, 07:56am

Publié par jeanyvespetit

Mise à disposition du public du projet de Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020...

Lors de mon intervention durant l'Assemblée plénière du 20 février 2015 , j’avais indiqué que nous avions bien là un contrat de Plan gagnant – gagnant pour les territoires, pour l’écologie et pour l’emploi qui vise à couvrir la période 2015 -2020 avec une enveloppe:

- De 823M€ de l’Etat

- et de 835 M€ de la part de la Région

Soit plus d’1.6 milliard d’€ pour financer des projets structurants sur l’ensemble du territoire de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Il illustre l’engagement fort de la Région qui a réussi à faire valoir ses priorités:

- la mobilité multimodale avec 775 M€,

- la transition écologique et énergétique pour près de 280 M€

- ou le développement des territoires avec plus de 300 M€

- mais aussi l’enseignement supérieur, la recherche, (malgré un désengagement inédit de l’Etat, que la Région ne pourra qu’en partie compenser)

- et l’innovation, l’économie de la connaissance…

… l’emploi étant le ‘’fil rouge’’ ou plutôt le fil vert avec une déclinaison du CPER dans :

- les filières d’avenir (dont les Energies marines ou la rénovation énergétique des bâtiments)

- l’usine du futur ou encore le numérique

- Nous soutiendrons ainsi de grands projets innovants comme :

o l’éolien flottant,

o les réseaux intelligents,

o le développement de la filière liée aux ballons dirigeables

o ou encore la plateforme d’innovation Fos-Caban (PIICTO) d’accueil de pilotes et de démonstrateurs industriels liées aux énergies renouvelables.

- Pour le volet transition écologique et énergétique, les projets sont également nombreux, nous n’en évoquerons, aujourd’hui, que certains concernant :

- la rénovation énergétique,

- la structuration d’une filière biodéchets,

- le soutien à des agences locales de l'énergie,

- le Démonstrateur de méthanation à Fos-sur-Mer,

- le Réseau chaud / froid thalassothermique sur Euromed II

- ou encore le Réseau de chaleur bois-énergie autour du lycée militaire d’Aix-en-Provence.

Autant d’axes forts portés par les écologistes et la majorité régionale.

Notre action collective a permis d’améliorer grandement ce contrat de plan … après des mois de négociations durant lesquels la majorité régionale a bataillé, oui bataillé, pied à pied avec l’Etat pour obtenir le financement le plus haut niveau possible. Cela pour des projets qui nous semblent les plus pertinents pour le développement et l’égalité de nos territoires.

Nous pouvons dire que nous avons un CPER qui est beaucoup plus écologique que le précédent !

La Région, dans ce travail d’élaboration du CPER a pleinement joué le jeu du travail participatif et collaboratif avec l’ensemble des partenaires locaux.

Il est bon de rappeler que tous les projets qui constituent le volet mobilité, par exemple, ont fait l’objet de nombreux comité de pilotage avec toutes les collectivités concernées. Que ces projets ont fait l’objet de réunions d’information et de suivi avec les associations mais aussi avec la commission transports du CESER.

Par exemple, sur les Alpes Maritimes, C’est le cas des projets tel que:

- Mandelieu/Nice/Vintimille (augmentation du nombre de trains) ;

- La partie urbaine des Chemins de fer de Provence (augmentation du nombre de trains + l’électrification)

- Et la réalisation de travaux sur la ligne Nice/Breil/Tende/Cunéo pour assurer sa pérennité.

Projets pour lesquels le CG 06 et la Métropole NCA ont toujours été présents, participants même au choix des scénarios qui figurent dans le CPER 2015/2020.

Le nouveau boycott de la réunion de concertation, le 9 avril à Nice, avec le Préfet de Région et le Président de Région qui a été, une nouvelle fois, orchestré par les « grands élus » des Alpes-Maritimes dont Ciotti et Estrosi est très révélateur de leur peu d’appétence pour l’intérêt général. … avec le risque évident de voir des projets ne pas pouvoir se concrétiser faute de moyens financiers.

Ne devons-nous pas être à la hauteur des besoins et des attentes des habitants de Provence-Alpes Côte d’Azur ?

S’en prendre ainsi à un outil majeur d’intervention et d’investissement sur nos territoires ne grandit pas ces responsables politiques et envoie un message particulièrement négatif aux citoyens sur la manière dont ils exercent leur mandat ou veulent le poursuivre dans l’avenir….

On ne peut pas détourner à des fins politiciennes, que nos concitoyens ne supportent plus, un CPER qui permet de dessiner l’avenir de l’ensemble des territoires de notre région PACA, pour ses habitants et pour sa jeunesse !

Le Contrat de Plan Etat-Région est un support essentiel des politiques d’aménagement de notre territoire. Pour preuve, le Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013, prolongé par l’avenant n°10 en 2014, a permis d’investir plus de 2.5 milliards d’euros en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Actuellement, le projet de contrat de plan 2015/2020 est mis à disposition du public

En effet, nous arrivons aujourd’hui à l’ultime étape du processus ; la mise à disposition du public d’un projet de Contrat de Plan. Elle aura lieu entre le 3 avril et le 3 mai 2015 inclus (clôture le 4 mai à 10h).

Conformément aux articles L.122-8 et R.1122-22 du Code de l’Environnement, le dossier de mise à disposition comprend le projet de Contrat de Plan État-Région 2015-2020 pour Provence-Alpes Côte d’Azur, l’évaluation stratégique environnementale associée ainsi que l’avis de l’autorité environnementale. Il est complété pour une meilleure appropriation par une note de synthèse de présentation du projet de contrat. Il est consultable dans les préfectures de département, à l’Hôtel de Région et en préfecture de région (aux jours et heures habituels d’ouverture au public).

Les observations du public sur le projet du CPER seront consignées sur des registres ouverts à cet effet dans les lieux précités. Elles peuvent également être adressées par voie électronique à l’adresse sgar-observations-cper[at]paca.pref.gouv.fr.

rapport environnemental 1/2

rapport environnemental 2/2

note de synthèse

projet CPER 2015/2020

Ce dossier est également consultable via le site internet de la préfecture de région www.paca.pref.gouv.fr.

Cinq grandes priorités :

Le Futur Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020 se structure autour de 5 priorités :

  • L'emploi et la jeunesse, priorités transversales pour le territoire régional
  • Consolider l'économie régionale de la connaissance et les filières stratégiques
  • Dynamiser l'accessibilité multimodale
  • Affirmer le cap de la transition écologique et énergétique
  • Assurer un développement solidaire des territoires

Cinq principes d’intervention :

  • La sélection d'opérations d'intérêt régional au regard de leur caractère soutenable et créateur d'emplois
  • La priorisation des opérations en fonction de leur maturité et de l'engagement des partenaires aux côtés de l'Etat de la Région
  • Une logique d'aménagement équilibré et solidaire du territoire régional
  • La cohérence et la complémentarité avec les fonds européens, la Convention Interrégionale du Massif des Alpes, le Plan Rhône, le Programme d'Investissements d'Avenir
  • Cohérence et continuité avec le CPER précédent avec notamment la poursuite du soutien aux structures d'intérêt régional.

Voir les commentaires

Contrat de Plan Etat/Région 2015-2020: Ciotti et Estrosi encore absents ...

9 Avril 2015, 20:44pm

Publié par jeanyvespetit

Contrat de Plan Etat/Région 2015-2020: Ciotti et Estrosi encore absents ...

Communiqué de Michel Vauzelle

Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Réunion de concertation sur le Contrat de plan Etat-Région 2015/2020 dans les Alpes-Maritimes

Ce matin à Nice, en préfecture des Alpes-Maritimes, une rencontre relative au Contrat de Plan Etat/Région 2015-2020 a réuni plus de 100 personnes dans le cadre de l'ultime tournée de concertation départementale organisée par le préfet et le Président de Région. Les élus et les partenaires des Alpes-Maritimes étaient conviés à prendre part aux derniers arbitrages après plusieurs mois de concertation. Étaient présents, outre l’Etat et la Région, des collectivités territoriales, les partenaires sociaux, de grandes entreprises, des associations…

Le CPER mobilisera plus de 1,6 milliard d'euros.

Eric Ciotti, Président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et Christian Estrosi, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, ont, après avoir été déjà absents le 23 janvier dernier a une réunion de travail similaire, décidé une nouvelle fois de ne pas y participer.

« Je me félicite du climat très constructif qui a caractérisé cette réunion. Sans chercher à polémiquer, je déplore l'absence d’Éric CIOTTI et de Christian ESTROSI. On ne peut pas priver les habitants des Alpes-Maritimes de projets et de financements majeurs pour eux apportés par la Région et par l’Etat, et offerts à la discussion à Marseille et à Nice.

Les élus régionaux ont décidé de repousser d’un mois, au 29 mai exactement, le vote du Contrat de Plan pour laisser place à ce dernier temps de concertation, si les élus de Nice et des Alpes-Maritimes le veulent bien. Notre impératif est d’éviter, faute d’accord précis et réaliste, deux ou trois années perdues sur des projets de transports et d'enseignement supérieur notamment.

Certains projets en effet, ne peuvent légalement voir le jour si le Conseil départemental et la Métropole persistent dans leur attitude et ne contribuent pas au Plan Etat-Région comme ils l’ont toujours fait lors des précédents contrats. Je pense notamment à la construction de l’Institut Méditerranéen des Risques de l’Environnement et du Développement Durable à Nice, à la rénovation de la résidence universitaire Jean Médecin à Nice, à la régénération de la ligne Roya-Breil Tende sur la ligne Cuneo-Vintimille, à la modernisation de la ligne Mandelieu-Vintimille et la modernisation de celle des Chemins de Fer de Provence, au Pôle d’échange multimodal de Nice Saint Augustin

Toutes ces opérations tant attendues par les habitants, ciblées par l'Etat et la Région après parfois plusieurs années d'études partenariales pourraient être menacées. Je ne peux m'y résoudre.

J’en appelle à la responsabilité de Messieurs Ciotti et Estrosi avec lesquels nous avons, loin de toute polémique politicienne nationale, jusqu’à présent, travaillé dans l’intérêt supérieur des habitants de la région et des Alpes-Maritimes ».

Voir les commentaires

Réaction de Jean-Yves PETIT suite à l’audit relatif à l’état du réseau ferré régional...

8 Avril 2015, 13:48pm

Publié par jeanyvespetit

Réaction de Jean-Yves PETIT suite à l’audit relatif à l’état du réseau ferré régional...

Marseille, le 8 avril 2015

Suite à la parution de l’article de Mediapart « SNCF : un audit interne pointe les failles de sécurité en région PACA », Jean-Yves Petit, vice-président du conseil régional en charge des transports, souhaite faire part de sa réaction :

  • Il est regrettable que la Région, qui fait circuler 750 TER chaque jour, découvre cet audit, datant d’un an, par l’intermédiaire d’un article de presse. Ce n’est pas le fonctionnement que l’on peut attendre entre la SNCF et l’autorité organisatrice du transport régional ;
  • On ne peut que se féliciter que la SNCF fasse régulièrement ce type d’audit sur l’état de la sécurité de son réseau ferré, c’est plutôt rassurant ;
  • Un comité de pilotage de l’exploitation du réseau ferré régional se tiendra le 22 avril. Je demanderai donc, à cette occasion, les mesures et les actions prises par la SNCF pour régler les problèmes identifiés par cet audit. De même, je demanderai d’en connaître les impacts sur la fiabilité et la régularité des TER ;
  • Enfin, il est fait état d’une organisation et d’un management de la SNCF qui dégradent les conditions de réactivité pour intervenir sur le terrain lors de dysfonctionnements des installations. C’est une source de retards dans la circulation des TER, voire de suppressions de trains. Je serai attentif aux mesures que prendra la SNCF pour y remédier.

Dans le cadre de sa politique volontariste, la Région cofinance, notamment dans les contrats de plan Etat / Région, un grand nombre de chantiers de modernisation et régénération de l’infrastructure ferroviaire afin d’en améliorer son fonctionnement et de pouvoir faire circuler plus de trains en toute sécurité. A ce titre, il semble logique qu’elle soit tenue informée de l’état du réseau ferré régional.

Jean Yves Petit

Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

Président de la Régie Régionale des Transports

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

27 place Jules Guesde

13481 Marseille cedex 20

Téléphone: 04 91 57 55 63

Mobile: 07 86 14 61 55

Voir les commentaires

Nice-Breil Tende Cunéo ... cela avance ... mais il faut continuer d'agir ensemble !

6 Avril 2015, 16:51pm

Publié par jeanyvespetit

Nice-Breil Tende Cunéo ... cela avance ... mais il faut continuer d'agir ensemble !

La Région Provence Alpes Côte d’Azur se félicite de la signature par SNCF Réseau, son homologue italien RFI, et la Région Piémont, de la convention de financement pour les premiers travaux de remise à niveau et de sécurisation du tronçon français de la ligne reliant Cuneo à Vintimille (ligne entre Breil-sur-Roya et Tende).

Dès 2009, la Région avait attiré l’attention de Réseau Ferré de France (devenu SNCF Réseau) et de l’Etat Français sur les difficultés posées par la convention de gestion de cette ligne qui date de 1970 qui attribue les charges d’entretien et d’exploitation de la portion de ligne située en France à l’Italie aux titre des dommages de la deuxième guerre mondiale. Cette situation est à l’origine du mauvais état actuel de la ligne, qui aurait pu conduire à sa fermeture.

Afin d’y remédier, j’ai conduit avec mes homologues italiens, les Régions Piémont et Ligurie et avec tous les acteurs de terrain un intense travail de lobbying auprès des Etats et des gestionnaires de réseaux français et italien.

En effet, pour la Région Provence Alpes Côte d’Azur, cette ligne est essentielle pour le désenclavement de la vallée de la Roya et pour les relations transfrontalières entre les Régions PACA, Piémont et Ligurie. Ainsi, la Région a toujours soutenue financièrement la ligne en s’acquittant des péages de circulation des trains sans pour autant que le gestionnaire de l’infrastructure assure ses obligations de maintenance, conduisant peu à peu à une situation de délabrement de l’infrastructure qui a conduit au ralentissement à 40 Km/h de l’ensemble des trains.

Cette limitation de vitesse préventive a considérablement détérioré le plan de transport, tant des trains français que des trains italiens malgré les efforts de développement et de coordination engagés par les Régions.

En parallèle, la Région a toujours affiché le besoin d’une complémentarité entre les infrastructures de transports routiers et ferroviaires, ne serait-ce que pour garantir en toutes conditions un accès à la vallée de la Roya, les itinéraires étant fortement soumis aux aléas géologiques et climatiques.

Je serai vigilant à ce que les travaux permis par la signature de la convention de 29 M€ se déroulent dans les meilleurs délais. Je souhaite qu’un accord complémentaire soit trouvé entre les partenaires français et italiens pour permettre la totalité de la rénovation de la ligne afin de revenir aux performances et aux services ferroviaires initiaux.

A ce titre, la Région a inscrit dans le prochain Contrat de Plan Etat Région 2015/2020 une opération d’un montant de 62.2 M€ dont 9.1 M€ de participation de la Région. Bien entendu, j’espère un cofinancement de la part des collectivités du 06 dont le Conseil Général.

Continuons d'agir ensemble !

Voir les commentaires