Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

La Région PACA accompagne le tourisme social ...

28 Février 2015, 09:39am

Publié par jeanyvespetit

La Région PACA accompagne le tourisme social ...

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le secteur du tourisme représente un emploi sur sept et dix milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit 11,4% du PIB régional. Au travers du Schéma régional de développement touristique, la Région engage des programmes et des actions de soutien à ce secteur, guidés par les valeurs républicaines de justice sociale, d'égalité et de solidarité.

Ces mesures s’articulent autour de trois axes :

- la modernisation des hébergements touristiques,

- la structuration et la professionnalisation,

- ainsi que le soutien à la fréquentation.

Elles se traduisent par des aides aux investissements, un appui à la professionnalisation des établissements touristiques, le soutien au groupement Provence Alpes Méditerranée qui fédère des centres de vacances, villages de vacances et autres hébergements situés pour la plupart en zones rurales et montagnardes, l’attribution du label « Tourisme & Handicap » à plus de 340 établissements à la fin de l’année 2014, ainsi qu’un certain nombre de dispositifs à destination des jeunes en période touristiques « creuses », dont le soutien aux départs en classe de découverte.

Les sorties scolaires avec nuitées pour les élèves des classes de maternelle et de primaire des six départements de Provence-Alpes-Côte d’Azur contribuent à l’activité touristique. La Région souhaite ainsi soutenir à travers elles le développement économique des hébergements relevant du tourisme associatif à vocation sociale. Ces hébergements sont très souvent situés en zones rurales et montagnardes.

Depuis la mise en place du dispositif en 2000, ce sont plus de 50 000 enfants qui sont partis en séjour scolaire grâce à la Région, pour un montant de subvention de quasiment 3 M€.

Voir les commentaires

La Région approuve la réhabilitation partielle du lycée et l’accueil de l'IFSI au sein du lycée Joliot Curie d’Aubagne...

23 Février 2015, 09:43am

Publié par jeanyvespetit

logo RégionFin 2012, suite au départ du collège de l’établissement Joliot Curie, le bâtiment 2 a été libéré et a constitué une opportunité pour l’extension de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) qui présentait lui-même une pénurie en locaux pour la dispense de ses enseignements à proximité du Centre Hospitalier Edmond Garcin.

Un programme a donc été rédigé après échanges avec les utilisateurs et prévoit d’une part, la restructuration de plusieurs fonctions du lycée et d’autre part, l’aménagement du bâtiment 2 pour accueillir à la fois les étudiants de l’IFSI  et les lycéens.

Lors de la Commission permanente du Conseil régional du 20 février 2015, il a été approuvé le programme de l’opération de réhabilitation partielle du lycée et l’accueil de l’IFSI au lycée Joliot Curie et son enveloppe financière prévisionnelle qui s’établit à 3 839 808 €.

Ce programme fera l’objet d’une large concertation avec les équipes du lycée.

En tant que conseiller régional, je pense qu’il faut saisir l’occasion de la venue de l’IFSI pour ouvrir à Joliot Curie une section technologique scientifique.  Elle pourrait ainsi répondre à un besoin local et cela permettrait aux élèves de poursuivre des études scientifiques avec un baccalauréat STL (technique de laboratoire) ou ST2S (Sciences Sanitaires et sociales). Cela aurait du sens avec la volonté de développer l'IFSI sur Aubagne !

 

Jean Yves Petit

Vice-Président, Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Mobile: 07 86 14 61 55 

Voir les commentaires

Visite des Chemins de fer de Provence le 18 février ...

20 Février 2015, 16:39pm

Publié par jeanyvespetit

18022015293.jpg
                    L’atelier de Lingostière avec, derrière, un automoteur SY en cours de rénovation
3L’infrastructure  des Chemins de Fer de Provence a fait l’objet d’un premier plan de modernisation décidé en 2001 pour un montant de 22 M€. Il s’agissait notamment de sécuriser la ligne et d’augmenter sa capacité. Ce premier plan a été prolongé par un second plan de modernisation plus ambitieux dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013.
Dans ce cadre, la Région aura investi 60 M€ sur l’infrastructure avec ses partenaires et 20 M€ sur les autorails. Ainsi en quelques années, plus de 80 M€ auront été consacrés à la modernisation de la ligne.
Le développement de la ligne des Chemins de fer de Provence entre Nice et Plan-du-Var s’inscrit dans une logique de report modal en zone urbaine et périurbaine de l’agglomération niçoise, tout en visant à créer des conditions favorables à un aménagement équilibré de ce territoire. 
 
Les travaux effectués sur la partie urbaine de la ligne posent les conditions de l’amélioration des performances de la ligne des Chemins de fer de Provence et permettront à terme de réduire la congestion urbaine et de faciliter les déplacements au sein de la métropole azuréenne, notamment par une meilleure intégration avec les autres réseaux de transports.
 
Les opérations réalisées dans ce cadre sont :
 
·                     renouvellement intégral de la voie ferrée sur 25 km et reprise des ouvrages d’art,
 
·                     mise en accessibilité aux personnes à mobilité réduite des quais
 
·                     sécurisation des passages à niveau,
 
·                     mise en sécurité des tunnels.
 
Mise en sécurité des tunnels urbains :
  2.png
Bien qu’il n’existe pas de dispositions réglementaires qui imposent des travaux de sécurisation des tunnels ferroviaires existants, la Région a décidé de renforcer la sécurité des voyageurs sur la ligne des Chemins de fer de Provence.
sans-titre.png 
L’objectif de l’opération est de faciliter l’auto-évacuation des voyageurs en cas d’incident et permettre l’accès des services de secours aux tunnels.
 
La nature des travaux a été définie en concertation avec les services de l’Etat : Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) et Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés (STRMTG) et le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) 06 :
 
- Création de cheminements piétons et mise en place d’un éclairage à l’intérieur des tunnels,
 
- Amélioration des accès aux têtes de tunnels,
 
- Mise en place de bornes incendie aux entrées des tunnels.
 
Une 1ère tranche de travaux est en voie d’achèvement. Elle a concerné les tunnels de Mantéga-piol, Saint Pierre et Bellet pour un montant global de 1 M€.
 
Des études pour aménager et sécuriser les 7 plus longs tunnels du haut de la ligne vont débuter.

 
Matériel roulant Banaudo 6812 vduc Guillaumasse 11-2-2011
 
La région a acquis et mis en service en 2011 quatre autorails neufs (l’un d’entre eux a été détruit lors de l’accident de février 2014) pour un montant total de 20 M€.
Dans l’attente de l’électrification de la section périurbaine de Nice, la région a décidé de remplacer les autorails SY construits dans les années 1970 par des trains d’occasion. Ainsi, elle a acquis en décembre dernier auprès du réseau des Iles Baléares 6 autorails, construits entre 1995 et 2005 par la société CAF.
Rame-CAF.jpg
Cet investissement est apparu indispensable pour le développement du service public ferroviaire de cette ligne. Il a permis d’améliorer sensiblement les conditions de transport des usagers, d’augmenter très significativement l’offre de sièges et le trafic, de conforter les conditions de travail des cheminots, de baisser les coûts de production et, par conséquence, de faire progresser sensiblement l’équilibre financier de l’exploitation.
Ces matériels vont faire l’objet de travaux de mise en conformité avec les normes spécifiques à la ligne des CP et seront mis en service progressivement à partir du début 2016. Ils assureront essentiellement la desserte périurbaine de Nice et viendront en renfort sur les trajets Nice-Digne les Bains en haute saison. Leur mise en service donnera un gain de confort notable aux voyageurs, réduira le temps de parcours et permettra d’améliorer la fréquence.
Chaque rame dispose de 106 places assises (contre 48 dans les autorails actuels) et peut atteindre une vitesse maximale de 100 km/h (contre 85km/h pour les SY). Le coût de l’opération est estimé à 6 M€
        5.png
    

L’atelier de Lingostière avec le creusement d'une fosse pour le futur atelier de maintenance des AMP

   
 
 

Voir les commentaires

CPER 2015-2020, mon intervention lors de l’assemblée plénière de la Région PACA...

20 Février 2015, 11:32am

Publié par jeanyvespetit

Plénière 18 fev 042Contrat de Plan Etat – Région 2015/2020

 

Monsieur le Président, cherEs collègues,

Nous avons bien là un contrat de Plan gagnant – gagnant pour les territoires, pour l’écologie et pour l’emploi qui vise à couvrir la période 2015 -2020 avec une enveloppe:

-          De 823M€ de l’Etat

-          et de 835 M€ de la part de la Région

Soit plus d’1.6 milliard d’€ pour financer des projets structurants sur l’ensemble du territoire de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Nous pourrions dire que ce contrat - REGION – Etat,

Ce « C-P-R-E » illustre l’engagement fort de la Région qui a réussi à faire valoir ses priorités:

-          la mobilité multimodale avec 775 M€,

-          la transition écologique et énergétique pour  près de 280  M€

-          ou le développement des territoires avec plus de 300 M€  

-          mais aussi l’enseignement supérieur, la recherche, (malgré un désengagement inédit de l’Etat, que la Région ne pourra qu’en partie compenser)

-          et l’innovation, l’économie de la connaissance…

… l’emploi étant le ‘’fil rouge’’ ou plutôt le fil vert avec une déclinaison du CPER dans :

-          les filières d’avenir (dont les Energies marines ou la rénovation énergétique des bâtiments)

-          l’usine du futur ou encore le numérique

-          Nous soutiendrons ainsi de grands projets innovants comme :

o    l’éolien flottant,

o    les réseaux intelligents,

o    le développement de la filière liée aux ballons dirigeables

o    ou encore la plateforme d’innovation Fos-Caban (PIICTO) d’accueil de pilotes et de démonstrateurs industriels liées aux énergies renouvelables.

-          Pour le volet transition écologique et énergétique, les projets sont également nombreux, nous n’en évoquerons, aujourd’hui, que certains concernant :

-          la rénovation énergétique,

-          la structuration d’une filière biodéchets,

-          le soutien à des agences locales de l'énergie,

-          le Démonstrateur de méthanation à Fos-sur-Mer,

-          le Réseau chaud / froid thalassothermique sur Euromed II

-          ou encore le Réseau de chaleur bois-énergie autour du lycée militaire d’Aix-en-Provence.

Autant d’axes forts portés par les écologistes et la majorité régionale.

Alors Oui, ce CPER n’est peut-être pas parfait mais notre action collective a permis de l’améliorer grandement…

-          il convient de rappeler que cela fait des mois que les négociations sont ouvertes et que la majorité régionale a bataillé, oui bataillé, pied à pied avec l’Etat pour obtenir le financement le plus haut niveau possible. Cela pour des projets qui nous semblent les plus pertinents pour le développement et l’égalité de nos territoires.

-          Il convient de rappeler que nous avons également obtenu le décroisement des financements, c’est-à-dire la possibilité de ne pas intervenir au même niveau que l’Etat sur des projets qui nous semblent moins prioritaires que d’autres.

o    Ainsi ce n’est pas du 50/50 partout,

o    la Région apportera un soutien financier plus fort que l’Etat sur les projets qu’elle juge majeurs dans un objectif affirmé d’Egalité des Territoires (Ligne des Alpes, réouverture de la ligne Aix / Etang de Berre, Vallée de la Roya notamment).

o    Sur d’autres projets, qui correspondent moins aux politiques régionales, la région réduira sa participation financière. Entre le rail et les routes, la Région a souhaité et obtenu que son effort porte davantage sur le réseau ferroviaire régional que sur les infrastructures routières.

§  Ainsi pour les Routes : Etat 135M€ / Région 72M€

§  Pour le Ferroviaire : Etat 190M€ / Région 227M€

Nous pouvons dire que nous avons un CPER qui est beaucoup plus écologique que le précédent !

De même nous avons réussi à convaincre l’Etat à inscrire une ligne d’environ 9M€,  sur les mobilités actives, ce qui nous permettra de mener à bien des projets très important pour le développement de l’activité touristique :

-          L’Euro Vélo route  dite « Via Rhôna »

-          L’Euro Vélo route dite « de la Méditerranée ».

Enfin, la Région ne participera pas financièrement, à certains projets inscrits dans ce contrat de plan :

-          comme sur le projet WEST qui pour mémoire est lié à ITER

-          ou sur un certain nombre d’opérations routières comme des échangeurs autoroutiers sur Aix-Marseille ou encore sur l’aménagement de projets de carrefours.

Quelques mots pour évoquer la ligne ferroviaire Carnoules / Gardanne.

Ce projet de réouverture de ligne que la Région a porté et que j’ai soutenu, bien seul, face aux autres collectivités, à l’Etat et à SNCF Réseau.

Pour mémoire, dans le cadre du CPER 2007/2013, seule la Région a demandé à poursuivre les études AVP (avant- projet).

Mais pour rouvrir cette ligne, comme pour d’autres d’ailleurs, nous sommes confrontés à un problème majeur avec les coûts exorbitants proposés par SNCF Réseau (infrastructure et suppression des passages à niveaux) : Il nous faut changer les normes et les standards et donc les coûts pour des lignes ferroviaires sur lesquelles circulent un nombre de trains bien inférieur à celui existant entre Marseille et Toulon ou entre Cannes et Vintimille.

Sinon la Région n’aura plus la capacité financière pour agir.

Cette ligne ferroviaire est classée « défense » et d’intérêt stratégique. Elle fait donc fait l’objet d’un entretien constant.

Aujourd’hui, dans ce CPER, nous avons obtenu l’inscription des études d'avant-projet sur la ligne Carnoules-Gardanne.

Mais nous devons également travailler de manière plus concrète.

Ainsi Il nous apparait nécessaire d’élaborer un projet de Territoire afin de conforter sa réouverture au service voyageur. Projet de territoire auquel la région pourrait contribuer au titre de sa politique d’aménagement du territoire.

Enfin, la Région, dans ce travail d’élaboration du CPER a pleinement joué le jeu du travail participatif et collaboratif avec l’ensemble des partenaires locaux.

 

Nous souhaitons, monsieur le Président, saluer cette méthode de travail et de concertation et remercier les services de la Région et les membres de votre Cabinet qui ont assuré un rôle important durant de long mois.

Il est bon de rappeler que tous les projets qui constituent le volet mobilité, par exemple, ont fait l’objet de nombreux comité de pilotage avec toutes les collectivités concernées. Que ces projets ont fait l’objet de réunions d’information et de suivi avec les associations mais aussi avec la commission transports du CESER.

Par exemple, sur les Alpes Maritimes, C’est le cas des projets tel que:

-          Mandelieu/Nice/Vintimille (augmentation du nombre de trains) ;

-          La partie urbaine des Chemins de fer de Provence (augmentation du nombre de trains + l’électrification)

-          Et la réalisation de travaux sur la ligne Nice/Breil/Tende/Cunéo pour assurer sa pérennité.

Projets pour lesquels le CG 06 et la Métropole NCA ont toujours été présents, participants même au choix des scénarios qui figurent dans le CPER 2015/2020.

Par exemple, sur les Bouches du Rhône, C’est le cas des projets tel que :

-          Aix / Marseille phase 2 (augmentation du nombre de trains) ;

-          La banalisation du service voyageur et la connexion avec l’aéroport de Marseille Provence sur la ligne Aix/Etang de Berre.

Projets pour lesquels toutes les collectivités, CPA, MPM et le CG 13 ont toujours été présentes, participants même au choix des scénarios qui figurent dans le CPER 2015/2020.

Car nous avons toujours souhaité travailler avec toutes les collectivités afin de garantir la signature d’un CPER qui contribue le plus grandement possible à l’aménagement et à l’égalité de nos territoires.

 

Or, nous avons observé un certain nombre d’attaques de la part de représentants de collectivités qui ont décidé de prendre pour cible le CPER.

 

Le refus de participer aux financements des projets du CPER sur son propre territoire des Bouches du Rhône par le Président Jean-Noël Guérini est particulièrement grave pour nos concitoyens.

Le boycott de la réunion de concertation avec le Préfet de Région et le Président de Région qui a été orchestré par les « grands élus » des Alpes-Maritimes a également été révélateur de leur recherche de la polémique politicienne.

… Avec le risque évident de voir des projets ne pas pouvoir se concrétiser faute de moyens financiers.

Ne devons-nous pas être à la hauteur des besoins et des attentes des habitants de Provence-Alpes Côte d’Azur ?

S’en prendre ainsi à un outil majeur d’intervention et d’investissement sur nos territoires ne grandit pas ces responsables politiques et envoie un message particulièrement négatif aux citoyens sur la manière dont ils exercent leur mandat ou veulent le poursuivre dans l’avenir….

On ne peut pas détourner à des fins de campagne électorale un CPER qui permet de dessiner l’avenir de l’ensemble des territoires de notre région PACA, pour ses habitants et pour sa jeunesse !

Le groupe EELV / POC votera pour ce protocole d’accord Région / Etat !

Vive l’intérêt général !

Voir les commentaires

Lundi 16 février, présentation à la presse, avec Michel Vauzelle, de l’automotrice Régiolis...

17 Février 2015, 07:18am

Publié par jeanyvespetit

2-copie-1.png4.pngRégiolis, le train régional de nouvelle génération d’Alstom, bénéficie des dernières innovations pour concilier confort, efficacité, performance économique et protection de l’environnement. Grâce à sa modularité, il peut être personnalisé aux besoins de chaque autorité organisatrice. La Région a ainsi souhaité acquérir des Régiolis en version régionale de 72 mètres et 214 places assises. Le confort à bord est inédit sur des lignes régionales grâce aux sièges équipés de liseuses individuelles et de prises électriques, mais aussi grâce aux espaces dédiés aux vélos et aux bagages.

1.jpgLe plancher bas intégral permet de garantir l’accessibilité à tous. C’est le premier train conforme à la norme STI PMR (Spécification Technique d'Interopérabilité pour les Personnes à Mobilité Réduite). Les voitures disposeront également de dispositifs de comptage automatique des passagers. Ils permettront d’assurer un meilleur suivi de la fréquentation et du taux d’occupation des rames afin d’en optimiser l’exploitation. Sa motorisation bi-mode (électrique et thermique) lui permet de circuler sur des réseaux électrifiés ou non.

5-copie-2.png

Eco-conçu, Régiolis est recyclable à hauteur de 90%. Equipé de la technologie ERTMS (European Rail Traffic Management System, en français système européen de surveillance du trafic ferroviaire : initiative européenne qui vise à harmoniser la signalisation ferroviaire en Europe), il est le premier train régional conforme aux normes européennes.

Les Régiolis sont destinés à la nouvelle liaison Carpentras-Avignon TGV et circuleront également entre Marseille et Avignon via Arles. Ils rendront ainsi disponibles quelques automoteurs BGC pour accompagner la radiation des locomotives diesels et/ou renforcer les liaisons sur Aix et Miramas. La Région en a commandé 10 pour un montant de 76,5M€.

8

Voir les commentaires

Elections départementales, canton de La Ciotat / Gémenos, le groupe local EELV, a décidé de ne pas participer à ce scrutin ...

16 Février 2015, 07:35am

Publié par jeanyvespetit

Communiqué de presse
Canton de La Ciotat, Ceyreste, Cassis, Roquefort la Bédoule, Carnoux, Cuges les Pins, Gémenos
Elections départementales, le groupe local EELV, a décidé de ne pas participer à ce scrutin.
A l'occasion des élections départementales, sur le Canton de La Ciotat, Europe Ecologie / Les Verts a eu la volonté de constituer une liste commune avec l’ensemble des mouvements de Gauche.

Afin d’agir et d’échanger ensemble, le groupe local
EELV avait soumis une base de propositions, qui nous semblaient communes:
- Faire des solidarités (enfance-famille, personnes âgées, personnes handicapées, santé, insertion) une priorité des politiques départementales ;
- Faire de l’éducation, avec les collèges, un levier en faveur de l’égalité des territoires, offrant un service public de qualité pour l’accueil, la restauration avec une carte scolaire permettant des établissements scolaires de taille raisonnable;
- Faire de l’éducation populaire une action en faveur des quartiers délaissés ;
- Faire un programme pluriannuel permettant la construction de logements à loyer modéré afin de concrétiser le droit au logement;
- Soutenir le développement des emplois non délocalisables via les coopératives ouvrières, dont celle de Fralib, l’économie circulaire  et solidaire ;
- Accompagner les politiques départementales en intégrant la transparence et l'éthique dans les choix et les mises en œuvre des projets.
N'ayant pas réussi à trouver le consensus permettant de rassembler l'ensemble des forces de gauche sur ce canton, le groupe local EELV a décidé de ne pas participer à ces élections départementales.
Pour autant, éviter le fractionnement des forces de gauche ne signifie pas se retirer du débat politique, le groupe local EELV organisera une rencontre, à La Ciotat, le 12 mars à 18h30, sur la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) qui se tiendra à Paris en décembre 2015, avec la participation de Sophie Camard, conseillère régionale et François Michel Lambert, député.

Voir les commentaires

Un retour sur ma réunion, samedi à Nice, avec les associations d'usagers des TER…avant celle de lundi à Marseille …

15 Février 2015, 12:54pm

Publié par jeanyvespetit

Une nouvelle rencontre avec les associations et collectifs d’usagers, à Nice cette fois-ci, et lundi 16 février à Marseille, afin d’aborder l’offre TER mais aussi son évolution.

Nice 1

Réunion de travail intéressante et qui, je l'espère et je ferai en sorte qu’il en soit ainsi, devrait permettre d'améliorer un certain de choses outre la qualité et la fiabilité de l'offre TER.

Dans mon propos introductif, j’ai bien entendu indiqué que la Région suivait quotidiennement la qualité et la fiabilité de l’offre TER et que nous étions informés des difficultés vécues par les usagers. L’occasion de réaffirmer que l’existence et la création d’associations ou de collectifs afin de permettre aux usagers des TER d’être représentés est très positif pour la Région.

J’ai aussi reprécisé le rôle de la Région en tant qu’autorité organisatrice des transports qui définit l’offre de transport sur l’ensemble du territoire régional et en assure le financement mais aussi le contrôle quant à sa mise en œuvre par la SNCF. Cela fait l’objet d’une convention d’exploitation signée entre la Région et la SNCF en 2007 pour une durée de 10 ans.

Il est à noter que, depuis 2007, l’offre de TER a augmenté de 38%  et la fréquentation de 24% et que la contribution versée à la SNCF par la Région est passée de 190M€ à 280M€ en 2015.

5 20150130 095548 752

Dans le même temps, dans le cadre d’une politique volontariste, la Région investit fortement sur l’infrastructure, 233M€, les gares, 48M€ et le matériel roulant, avec une première phase d’achat de nouvelles rames pour un montant de 500M€ puis celle, actuelle, avec l’achat de 26 nouvelles automotrices (260M€). L’objectif est simple, accélérer la modernisation et la rénovation du réseau ferré, rouvrir des lignes, augmenter la circulation du nombre de TER, disposer d’un parc de matériel roulant récent et de gares multimodales modernes, accessibles et fonctionnelles.

apr-garecannes-2014-0001

Il convient de faire savoir cela et de le valoriser, la Région Provence-Alpes Côte d’Azur soutient et le développe le chemin de fer et contribue, ainsi, à l’aménagement et à l’égalité des territoires.

 

Mais il faut que la fiabilité et la qualité des TER soient au rendez-vous, c’est tout l’enjeu des rencontres avec les usagers, la SNCF et la Région.

De la réunion qui s’est tenue à Nice ce samedi, j’en retiens les points suivants:

- la désignation, par Philippe Bru, directeur régional de la SNCF, d'un directeur délégué TER sur l'axe les Arcs / Vintimille qui inclus Grasse / Cannes et Tende / Nice. Il reste vraiment à confirmer que ce directeur délégué TER aura vraiment le pouvoir de décision (le dernier mot) sur toutes les activités SNCF lors des aléas pour permettre une plus grande réactivité et apporter les meilleures solutions possibles. Mais aussi pour assurer ce travail d'anticipation afin de s'assurer bien avant le départ de chaque TER que celui-ci dispose bien du personnel et du matériel nécessaire pour assurer le service commercial. De même, il lui revient d'assurer une information fiable et non contradictoire entre les différents médias SNCF.

C'est bien une petite révolution culturelle qui est appréciée ...que je demande depuis un certain temps et qu’il faut décliner sur l’étoile d’Avignon, sur Toulon, sur la Ligne des Alpes, Marseille, … ;

- des précisions sont à apporter sur la réalisation des travaux à Cannes La Bocca et à Nice  permettant d'assurer une maintenance de niveau 2 sur place du matériel roulant. Cela vaut aussi sur d’autres parties du territoire régional notamment sur Avignon afin de déconcentrer toute la maintenance effectuée actuellement sur le technicentre de Marseille ;

- le travail en cours par la SNCF et la Région, et une présentation à venir auprès des associations et collectifs, d'un plan de transport TER 2017 sur le 06 qui assure la robustesse, le cadencement, le temps de parcours et la desserte de l'ensemble des gares ;

 

- la nécessité d'avoir une solution transitoire permettant d'assurer un volume d'offre suffisant avec l'accessibilité des TGV et des TET aux usagers du quotidien ;

 

- l'élaboration d'un d'accord de réciprocité avec l’opérateur Thello afin de permettre, lors des aléas, une prise en charge des usagers de Thello par les TER et vice et versa pour les usagers des TER lors des aléas ;

- un point de situation sera fait quelques mois après la mise en service totale du plan de transport 2015 qui sera effectif le 12/04 (fin des travaux sous le tunnel de Monaco) pour étudier si un accord tarifaire avec Thello est nécessaire ;

- un retour sera fait auprès des associations et collectifs sur le comité de pilotage du projet "Mandelieu/Vintimille" qui vise à augmenter le nombre de TER en attendant le doublement de la voie prévu dans le projet LN PCA. Un point sera à faire sur le contenu et les financements du contrat de plan Etat / Région 2015/2020 sur le 06 mais aussi pour l’ensemble du territoire régional;

- une présentation du projet d'un GECT (groupe européen de coopération territoriale) Ligurie / Monaco / PACA qui prévoit d’assurer une meilleure proximité dans l'élaboration de l'offre et dans la prise de décision transfrontalière ;

- une réflexion sera à mener, en fonction du contenu de la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) qui prévoit un transfert des compétences transports et voirie des CG vers la Région, sur la mise en place d'une proximité la plus pertinence et la plus efficace sur les territoires ;

- un point sera fait sur l'évolution d'une tarification multimodale suite à l’évolution du fait métropolitain ;

- une nouvelle réunion aura lieu courant avril sur les Alpes Maritimes qui nous permettra d'aborder à nouveau ces différents sujets.

 

Voir les commentaires

La vulnérabilité énergétique, une réalité sur notre territoire régional …

15 Février 2015, 08:30am

Publié par jeanyvespetit

argentLes principaux éléments de mon intervention à l’occasion d’une conférence de presse tenue vendredi, avec l’Etat, sur la question de la vulnérabilité énergétique.

Il y a un an, à la Maison de la Région, nous avions une présentation de l’étude prospective Ménages logements.

 

Cette étude nous alertait sur la baisse de la population dans certaines communes de notre territoire liée, notamment, à une réponse insuffisante en matière de production de logement. Elle posait les questions sur notre capacité collective à répondre aux besoins de nos concitoyens en matière d’un logement accessible à tous.

Aujourd’hui, les résultats de l’étude concernent la question de la vulnérabilité énergétique des ménages est souvent en lien avec la qualité ou plutôt la non qualité de leur logement.

Ainsi 256 000 ménages sont en situation de vulnérabilité énergétique soit 12% des ménages régionaux ou un 1 ménage sur 8.

Et si notre territoire figure parmi les régions les moins vulnérables, cela est due essentiellement au fait d’une forte concentration de la population dans la partie la plus urbanisée du territoire et bénéficiant de bonnes conditions climatiques.

 

Nous ne pouvons pas nous réjouir de ce bon classement. En effet, pour 165 000 ménages cette vulnérabilité est liée au coût des transports individuels, pour les autres à leurs dépenses de chauffage et 27 000 ménages cumulent les 2 (déplacement + chauffage).

Il est constaté une forte concentration des ménages confrontés à la vulnérabilité énergétique dans les départements alpins (04 et 05) mais aussi dans les périphéries des zones urbaines, notamment métropolitaines, là où se trouvent de multiples lotissements créés ces dernières années.

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation en dehors du contexte d’instabilité des prix de l’énergie ?

 

C’est le résultat de plusieurs décennies de politique de l’autruche où nous avons laissé se développer l’étalement périurbain dans une logique de rentabilité à court terme : plus loin moins cher !

Alors que nous savions tous, et les écologistes n’ont cessés de le dire, que ce modèle était déjà obsolète car coûteux aussi bien pour les ménages que pour collectivités, notamment en terme de gestion des infrastructures et des services.

 

Il s’agit maintenant de revoir notre mode d’urbanisme et nous placer dans une logique de stratégie :

-      foncière en intégrant les dimensions mobilités emplois logement.

-      en disposant d’une politique des transports multimodale dont le développement va se poursuivre avec le contrat de plan Etat / Région 2015/2020

 

La création des métropoles (Nice et Marseille) et le transfert de la compétence  transports et celle de la voirie des départements vers la Région, dans le cadre de la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), devraient favoriser la mise en œuvre de politiques publiques intégrant l’ensemble des bassins de vie, capables de dépasser la segmentation administrative des territoires, et nous permettre de disposer d’actions plus efficaces.

 

Je retire de cette étude les points ci-après :

-      Elle fait la corrélation entre vulnérabilité et éloignement des bassins d’emplois y compris pour les ménages à revenus élevés.

-      Elle souligne que les ménages les plus vulnérables sont ceux qui en logement individuel se chauffent encore au fioul.

-      Elle met en évidence que les ménages sont moins vulnérables quand ils vivent dans des logements collectifs surtout si ces logements sont des logements sociaux.

Les deux premiers points sont importants car ils confirment la justesse de nos politiques publiques, au sein de notre Région, en matière de développement des transports collectifs ou du développement des énergies renouvelables.

 

Le dernier point est une satisfaction, notamment pour ma collègue Colette Charriau, Vice-présidente en charge du logement, car il s’inscrit dans la politique soutenue par notre collectivité ces dernières années avec le programme RHEA HLM dont l’objectif qui a été atteint, était de soutenir la rénovation énergétique de 25 000 logements sociaux.

Cela démontre que la Région avec les bailleurs sociaux et les collectivités locales, a su et pu initier un dispositif de massification de la rénovation énergétique.

 

La Région va poursuivre cet effort aussi bien en matière de logement social qu’en direction du logement privé.

C’est l’objectif du nouveau cadre d’intervention que nous avons voté en décembre dernier et dans lequel nous avons mis l’accent sur l’accompagnement des ménages car il ne suffit pas de faire des travaux il faut expliquer pourquoi.

 

La réduction de la vulnérabilité énergétique est aussi une affaire d’éducation et de modification des comportements. Le travail réalisé depuis plusieurs années par le réseau régional de la précarité énergétique est exemplaire, il faut le souligner.

Voir les commentaires

Rapport sur le mal logement : chaque année la même colère …

14 Février 2015, 16:42pm

Publié par jeanyvespetit

Immeuble_France-700x300.jpg

Chaque année, la présentation du rapport sur l’état du mal-logement de la Fondation Abbé Pierre suscite le même sentiment de colère.

Colère face à des chiffres qui ne cessent de croître : désormais 3,5 millions de personnes sont mal-logées. Et au total, 10 millions de personnes sont touchées par la crise du logement, sans oublier les 11 millions de personnes en précarité énergétique dont plus de 256 000 ménages sont touchés sur la région Provence-Alpes Côte d'Azur.  

Colère face aux profiteurs en tout genre, et notamment les marchands de sommeil sans scrupules qui s’enrichissent en faisant peu de cas de la dignité humaine, de ceux qui profitent de la misère et de la détresse pour louer des taudis à prix d’or.

Colère face à l’action publique qui n’est pas assez forte tant la situation française est alarmante. Si l’Etat a pris des mesures d’importance ces dernières années, avec des résultats parfois marquants, on est encore loin d’apporter des réponses institutionnelles à la hauteur des enjeux.

Cette colère est légitime car le mal logement n’est pas une fatalité ! La France est un pays développé qui a les outils juridiques et les moyens financiers nécessaires pour y mettre un terme.

Par l’humain. Il est temps d’en finir avec ces opérations immobilières dont raffolent les grands groupes qui font des ventes à la découpe, pour qui tel ou tel immeuble ne correspond pas à des personnes humaines mais à des ratios d’investissements qui se recoupent dans un tableau Excel.

Par le respect de la loi. Les préfets doivent agir réellement pour faire respecter la loi de la République et interpellent fermement les municipalités qui bloquent la construction de logements sociaux ou privés.

Par une inversion des priorités.L’investissement locatif privé, qui dope la construction sans l’encadrer, à coup de rabais fiscaux, coûte très cher à l’Etat. Aujourd’hui, le dispositif Pinel permet d’obtenir jusqu’à 63000 euros pour un logement, quand l’Etat ne verse que quelques milliers d’euros pour un logement social. Pourtant, l’investissement public dans le logement social permet à la fois de loger les familles les plus modestes et de garder le logement dans le giron de l’Etat pour au moins 50 ans.

Par le volontarisme politique. Remis en cause sous la pression du lobby de l’immobilier, l’encadrement des loyers doit être au plus vite généralisé dans toutes les agglomérations concernées pour protéger les locataires d’une spéculation immobilière. Réguler le marché immobilier est nécessaire pour stopper cette inflation constante des loyers, qui ont plus que doublé en dix ans.

Le logement n’est pas un bien comme les autres. C’est un bien commun, absolument vital pour permettre l’épanouissement personnel et la construction d’un projet de société. Il est possible d’inverser la situation et de résoudre à terme la crise du logement en France. Mais pour cela, loin des bonnes paroles et déclarations senties, ce sont des moyens financiers pérennes, un Etat fort face aux égoïsmes locaux et une certaine constance face au poids des lobbys.

C’est urgent et c’est possible, encore faut-il que cela soit mis au cœur de l’agenda politique.

Voir les commentaires

Recueillement et hommage aux deux victimes de l'accident de St Benoit (04) ...

8 Février 2015, 19:27pm

Publié par jeanyvespetit

Ce matin, moment de recueillement et hommage aux deux victimes de l'accident de St Benoit (04) du 08 février 2014 où, lors de sa chute, un rocher a percuté un train des Chemins de fer de Provence.

L'occasion de remercier les services de la Gendarmerie et des pompiers qui étaient intervenus rapidement, dans des conditions climatiques très difficiles mais aussi les services de l'Etat, de la Région, de la Régie et les cheminots des CP qui ont permis de rétablir, par la suite, la circulation sur la route nationale et sur la voie ferrée.photo 1photo 2

Voir les commentaires

1 2 > >>