Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Retour sur la réunion de la ligne « Breil-Coni » avec le Président de RFF...

30 Novembre 2014, 20:00pm

Publié par jeanyvespetit

5-2648.jpgPrésents : RFF (RAPOPORT et FROSSARD), Délégation du GART de 25 personnes conduite par Louis Nègre avec JY PETIT, P ALLEMAND, S Sendre,  sous-Préfète du 06, le vice-président transport de la Région Piémont, beaucoup d’éluEs du territoire, le comité franco-italien de défense de la ligne, les Amis du Rail Azuréen, …

La délégation s’est exprimée d’une seule voix et sans clivage politique:

  • Souhait d’une position claire de RFF sur la volonté de pérenniser la ligne
  • Souhait de bloquer les 29 M€ Italiens pour ne pas les perdre
  • Souhait que la convention de 1970 soit revue pour qu’elle soit plus équilibrée
  • Souhait d’engager des travaux rapidement et limiter au plus vite la longueur de la Limitation de vitesse: passer à du concret après beaucoup de promesses non tenues 
  • Réaffirmation de l’intérêt patrimonial de la ligne tout comme pour le développement du territoire
  • Réaffirmation de l’intérêt international de la ligne Nice-Turin/Vintimille-Turin
  • Demande d’un point régulier sur l’avancement du dossier

J’ai insisté tout particulièrement sur :

  • La nécessité de commencer le tour de table financier avec toutes les collectivités, l’Etat, RFF et la Région compte tenu des délais du contrat de plan Etat/Région 2015/2020. Le mandat de négociation transmis au Préfet par l’Etat indique 91 M€ sans préciser la répartition.
  • La nécessité d’avoir une participation forte de l’Etat et de RFF, lequel a perçu des péages indûment qu’il se doit de réinvestir dans la modernisation.
  • La nécessité d’engager des travaux sans attendre les résultats des études détaillées pour envoyer un signal fort notamment vis-à-vis des Italiens
  • La nécessité de planification et phasage des travaux avec délais et budget associés.
  • Le souhait de la Région de prolonger les TER de Tende jusqu’à Limone pendant les travaux du tunnel routier les we et période estivale. Travail en cours avec la SNCF.
  • Le souhait d’une gouvernance coordonnée entre travaux du tunnel routier et tunnel ferroviaire

Le vice-président transport de la Région Piémont a fait part de ses contraintes :

  • Besoin d’un engagement écrit entre RFF et RFI au plus tard en janvier pour bloquer les crédits, engagement qui devra ensuite être formalisé dans une convention
  • Souhait que les travaux débutent dès 2015
  • Nécessité pour la Région Piémont d’augmenter sa fréquence de trains

Réponses globalement satisfaisantes de RAPOPORT (+J FROSSARD) :

  • Affirmation franche de RFF de faire vivre cette ligne
  • Le travail autour d’une convention RFF-RFI en cours pour bloquer les 29 M€ italiens. J FROSSARD a précisé qu’il pensait que cela devrait aboutir d’ici fin décembre.
  • le tour de table financier doit se faire autour du mandat du Préfet de 90 M€ pour pouvoir rétablir une exploitation attractive. Néanmoins, la loi ferroviaire durcit les règles de participation de RFF pour ne pas aggraver la dette et sa participation sera donc limitée. (participation peut être revue à la hausse si assurance de péages (offre TER PACA et trains italiens)
  • La révision de la convention de 1970 est le point sur lequel RFF a le moins avancé et tributaire des positions du Quai d’Orsay. à Demande d’un soutien des parlementaires auprès du Gouvernement.

A noter que la réunion des Régions Ligurie, Piémont et PACA du 26 novembre à Breil avec SNCF, RFF , RFI, Trenitalia, l’Etat, …  a permis d’avancer sur :

  • La volonté d’une signature d’une convention technique entre RFI, RFF et la région Piémont d’ici la fin de cette année

  • Accord sur l’élaboration d’un planning des travaux avec l’objectif d’améliorer les performances de la ligne très rapidement 

  • Recherche de solutions pour prolonger les TER jusqu’à Limone,  notamment avec les établissements publics de sécurité ferroviaire français et italiens

  • La recherche de financements européens

  • Une nouvelle réunion se tiendra courant janvier

Voir les commentaires

Retour sur la rencontre avec le conseiller spécial du Secrétaire d’Etat aux transports à propos de l’Etoile de Veynes et de la ligne des Alpes …

30 Novembre 2014, 19:33pm

Publié par jeanyvespetit

P1020336.JPG     

… après la rénovation de la gare de Veynes …. La modernisation et la rénovation de l’Etoile ferroviaire ?

 

Rencontre avec Jean Mallot, Conseiller spécial transports du Secrétaire d’Etat aux transports et Eliane GIRAUD, vice-Présidente de la Région Rhône Alpes, Joël GIRAUD, député du 05 et Jean Yves PETIT


Points abordés :

1 - Etoile de Veynes :
Réaffirmation des Régions du caractère vital de l’étoile de Veynes et souhait de voir figurer au Contrat de plan Etat / Région 2015/2020 des crédits d’études (7M€) au 1er triennal et des crédits de travaux au 2nd triennal (25 M€) sur l’étoile de Veynes en plus des 22 M€ de l’axe Montdauphin-Briançon.
Demande conjointe d’un pilotage unique sous l’égide du Préfet

Demande de voir un niveau d’implication financier de l’Etat et de RFF plus important que celui envisagé (autour de 15% sur Montdauphin / Briançon et rien sur le l’Etoile de Veynes …).
La Région Rhône Alpes a eu un discours relativement pro Ligne des Alpes

Réponses de l’Etat relativement peu satisfaisantes :
àL’Etat souligne les évolutions positives entre le pré-mandat PACA de septembre du Préfet et le mandat PACA transmis récemment qui identifie très clairement l’étoile de Veynes. A priori pas d’allocation supplémentaire possible mais possibilité de bouger les crédits entre les lignes des différents projets.
àL’Etat indique qu’une ligne globalisée « petites lignes régionales » vient d’apparaitre dans le mandat du Préfet Rhône Alpes.
àL’Etat renvoie donc à une négociation entre Régions et à des négociations au niveau local avec le Préfet de région.

2 – TET (trains d’équilibre du territoires) :
Regret que l’Etat fasse la politique de la chaise vide sur la question des TET (non-participation à la rencontre sur la transversale sud du 14/11).
Souhait que la Commission Duron « avenir des trains d’équilibre du territoire » nouvellement mise en place associe la Région

Rappel que le train de nuit Briançon / Paris est le seul lien direct entre les Hautes Alpes et la Capitale. Il convient de garantir l’égalité des territoires.


Pas de réponse très claire de la part de l’Etat

3 – Retard des travaux par RFF/SNCF :
Il a été fait part des importants retards ou reports de travaux de RFF/SNCF avec des conséquences négatives sur les deux régions.

Pas de réponse de l’Etat en dehors de « cela ne nous avait pas échappé et qu’un recensement est en cours »

 

Vu la grande incertitude qui demeure …

il convient donc de continuer d’agir ensemble ….

Voir les commentaires

Transversale Sud, Cévenol, Briançon/Paris: ma lettre à la SNCF ...

22 Novembre 2014, 17:31pm

Publié par jeanyvespetit

Cevenol à Alleyras (43)-copie-1A l’attention de Monsieur Jean GHEDIRA,

Directeur Intercités SNCF                                                                                                         

 

Monsieur le Directeur,

Je tenais à vous remercier, à nouveau, d’avoir organisé, avec RFF, la rencontre à propos de  l’évolution de la desserte des Intercités sur la transversale Sud du 14 novembre à Carcassonne.

Il est regrettable que l’Etat n’est pas jugé utile d’y participer alors que c’est bien l’autorité organisatrice de ces TET, trains d’équilibre du territoire.

La ligne ferroviaire reliant Nice à Bordeaux est empruntée par une multitude d’acteurs :

·         Les trains d’équilibre du territoire de bout en bout ;

·         Des services régionaux et/ou bi régionaux pour les TER ;

·         SNCF Voyage sur certaines sections (TGV Paris Montpellier, TGV Paris Nice, TGV Paris Toulouse, TGV Barcelone ...)

Si je ne peux que me féliciter de la tenue de cette rencontre sur la transversale sud, il convient de faire en sorte que ces réunion deviennent des réunions de travail entre les différents acteurs pour assurer une meilleure coordination de l’offre sur les différents segments d’usagers (pendulaires, loisirs, etc..) et non pour nous annoncer seulement l’évolution de l’offre Intercités.

Aussi, comme je vous l’ai indiqué à Carcassonne, il est nécessaire de préciser le rôle stratégique de chacune des gares desservies et leur multi-modalité, déjà entre les activités de la SNCF (TET, TGV, …), avec l’offre régionale (TER, lignes routières) et avec les dessertes urbains et interurbaines. A noter qu'il serait judicieux d'étudier la desserte de Marseille à Blancarde et non à St Charles afin d'en mesurer l'intérêt notamment sur le temps de parcours. 

L’objet de la réunion du 14/11 était de permettre à Intercités SNCF de présenter sa proposition de refonte de l’offre de la transversale Sud à l’horizon juillet 2017, correspondant à la mise en service de la LGV SEA.

 

L’offre actuelle concernant la région Provence Alpes Côtes d’Azur :

L’offre actuelle de TET est 6 A/R entre Marseille et Bordeaux, dont 1 prolongé à Nice (il existe un autre TET qui assurait la desserte de Nice mais « suspendu » depuis le 15/12/13 dernier suite aux travaux en cours sur l’axe).

Sur ces 6 A/R, la moitié sont des trains « caboteurs » s’arrêtant à Arles, l’autre moitié étant des trains rapides sans arrêt à Arles.

 

Les modifications proposées sont les suivantes :

·         Uniformisation de la desserte : Bordeaux / Agen (ou Montauban) / Toulouse / Narbonne (ou Béziers) / Montpelier / Nîmes / Marseille ;

·         Suppression donc des arrêts « caboteurs » : Arles, Sète…

·         Arrêt de la desserte au-delà de Marseille (fin du Bordeaux Nice) ;

·         7 A/R depuis Marseille (création d’un A/R supplémentaire terminus Toulouse) ;

 

Les raisons mises en avant sont : la plus faible attractivité des trains caboteurs en raison des temps de parcours dégradés sur les O/D principales (trajets entre grands pôles), la concurrence très forte du covoiturage, l’amélioration de la sécurité des voyageurs (le cabotage favorisant les montées / descentes de trains...), l’amélioration de la productivité, … le tout dans un contexte où l’AOT (l’Etat) est aux abonnés absents.

 

Il est également envisagé la rénovation du parc corail (150 voitures pour la transversale sud), aucune solution n’ayant été trouvée pour remplacer le matériel en raison de la panne de l’écotaxe.

 

L’impact des mesures annoncées pour la Région PACA :

. La perte d’un A/R sur Marseille Nice (2 avec le TET suspendu depuis le 15/12/13)

. La diminution de desserte d’Arles 

 

Les TET desservant 6 fois Arles par jour (tout sens), l’impact vers Marseille est important (passage de 56 trains à 50), mais vers Nîmes, la situation est catastrophique (passage de 17 trains à 11).

  

Le positionnement de la Région

Il existe un réel problème de portage de ces réformes :

·         Le portage de ces réformes par la SNCF (exploitant) en l’absence de l’AOT décisionnaire (L’Etat) pose un problème de niveau de responsabilité et de cohérence de l’interlocuteur pour la Région;

·         Notre crainte est qu’en l’absence de « dire de l’Etat », les Régions se trouvent forts démunis pour demander des compensations financières nécessaires face à ce retrait ;

·         Plus généralement, l’absence de communication de la stratégie de l’Etat concernant l’avenir des TET est problématique pour la prise de décision des Régions ;

·         Enfin, une taxe venant compenser la mise en place de la convention Etat / SNCF pour les TET, il serait logique que le transfert d’une partie de ce service entraîne le transfert d’une partie des ressources aux Régions.

 

Les propositions de TET ne sont pas acceptables en l’état, car :

·         Entre Marseille et Nice, le service présente un taux de couverture de 50% des dépenses. Le retrait de TET va accentuer l’enclavement du secteur Azur et donc un déséquilibre du territoire ;

·         L'arrêt de la desserte d’Arles est totalement insupportable entre Arles et le Languedoc Roussillon;

·         Un calcul rapide permet de chiffrer les coûts pour la Région liés à ces retraits de l’Etat :

Ø  Environ 2 M€ de contribution supplémentaire pour créer 1 A/R entre Marseille et Nice ;

Ø  Environ 1.5 M€ de contribution supplémentaire pour « allonger » les missions terminus Miramas à Nîmes.

 

Face à cette orientation inacceptable pour notre Région, je vous demande qu’une rencontre avec vous (et l’Etat) puisse se tenir à Marseille afin d’aborder de plus précisément ces différents points.

 

D’autre part, je profite de ce message pour vous demander :

o    Des garanties sur le devenir du train de nuit Briançon / Paris, notamment la rénovation ou le changement des voitures. A noter que les acteurs du tourisme viennent de m’apprendre que les groupes ne pouvaient utiliser ce TET pour venir dans les stations des Alpes du Sud ;

o    La tenue d’une rencontre avec les Régions Auvergne, Languedoc Roussillon et PACA à propos du Cévenol pour trouver une solution acceptable pour tous visant à rétablir une relation sans rupture de charge entre Clermont Ferrand et Marseille.

 

Très cordialement,

 

Jean Yves Petit

Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

Président de la Régie Régionale des Transports

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

27 place Jules Guesde

13481 Marseille cedex 20

  

Téléphone: 04 91 57 55 63

Mobile: 07 86 14 61 55

 

 

Voir les commentaires

Ligne des Alpes : lancement d’un comité de défense … c’est parti !

22 Novembre 2014, 09:11am

Publié par jeanyvespetit

gare-briancon-30-mai-2011

Avec Francine Daerden, Alain Fardella, Joël Giraud, Christine Nivou lors d’une manifestation en faveur du train de nuit …

Vendredi 21 novembre 2014, les éluEs Francine Daerden (adjointe au Maire de Briançon), Joël Giraud (député, maire de l’Argentière), Alain Fardella (Président de la communauté de communes de Briançon), Gérard Fromm (Maire de Briançon) et bien d’autres ont lancé le comité de soutien à la ligne des Alpes s’appuyant sur le texte ci-dessous.

Un comité de soutien qui est le bienvenue car tant la ligne que le train de nuit Briançon / Paris ont besoin d’être défendus.

Je serai à leur côté pour agir ensemble en faveur de l’égalité des territoires et de l’accès à un service public ferroviaire de qualité.

« Lundi 13 octobre 2014 s’est tenue, à l’initiative de Jean-Yves Petit, Vice Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, délégué aux transports et de Joël Giraud, député des Hautes Alpes, une réunion publique d’information à propos du train d’équilibre du territoire Briançon – Paris avec la présence de SNCF, de RFF et de l’Etat, qui est l’autorité organisatrice de ce train.

 

Il ressort de cette réunion des fortes inquiétudes tant sur le devenir du train de nuit que sur la ligne ferroviaire elle-même.

En effet, nous ne pouvons que constater que :

  • faute de travaux sur l’infrastructure ferroviaire, les nouvelles locomotives dédiées au train de nuit ne pourront pas rouler sur la ligne des Alpes avant 2016 ;

  • dans le cadre du renouvellement de la convention entre l’Etat et SNCF relative à l’exploitation des TET (trains d’équilibre du territoire), l’existence du train de nuit Briançon / Paris n’est pas assurée et que l’acquisition de nouvelles voitures couchettes n’est pas évoquée ;

  • le financement par l’Etat et RFF des travaux relatifs à la régénération de la voie ferrée entre Mont-dauphin et Briançon n’est pas acquis ;

  • le financement par l’Etat er RFF des travaux relatifs à la modernisation de l’étoile ferroviaire de Veynes permettant d’assurer la robustesse des circulations et l’augmentation du nombre de train notamment durant les pointes saisonnières de l’hiver et de l’été n’est pas acquis.

     

    Face à ce constat alarmant pour le devenir de notre territoire, pour son activité touristique essentiel au maintien et à la création de l’emploi, où seule la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur confirme sa volonté, dans le cadre du contrat de plan Etat / Région 2015/2020 d’agir en faveur de l’égalité des territoires et donc de cofinancer les travaux sur la ligne des Alpes, il est nécessaire que les éluEs et l’ensemble des acteurs du territoire alpin se mobilisent.

     

    Dans ce sens, il est proposé la création d’un comité de défense de la Ligne des Alpes avec la participation des éluEs et des acteurs du territoire alpin ci-après :

     

     

    - Nom                                       Prénom                           Fonction »

     

    Contacter Francine Daerden : f.daerden@orange.fr  adjointe, EELV, au Maire de Briançon

 

 

Voir les commentaires

Gémenos : Société coopérative ouvrière provençale de thés et infusions (SCOP TI), c’est parti ! …

22 Novembre 2014, 08:15am

Publié par jeanyvespetit

5-20141113_172124_282.jpg

Screenshot 2014-11-13-17-03-10Avec Cécile Duflot, les éluEs écologogistes, les responsables EELV et ceux de la SCOP TI …

« Force et Bonté » !!!

La SCP TI (ex Fralib) de Gémenos vient de franchir une nouvelle étape importante avec l’obtention de la certification BIO de leur SCOP.

 

Les anciens salariés, qui ont mené une longue lutte pour maintenir l’emploi sur le site de Gémenos, pensent maintenir les objectifs que qu’ils se sont fixés à la sortie du conflit avec le Groupe  UNILEVER en mai dernier, à savoir boucler toute la partie juridique, administrative, choix de stratégie commerciale etc… avant la fin de l’année et de démarrer l’activité au premier trimestre de l’année prochaine.

 

La SCOP TI est soutenue par la Région qui, lors de la session du 22 octobre 2014, a voté des aides en vue de maintenir l’emploi mais aussi d’aider la nouvelle gestion ouvrière de cette usine à se mettre en place.

Le groupe des éluEs écologistes du conseil régional soutient fortement ce type d’initiatives, à l’image de Fralib mais aussi du journal Nice Matin, qui permet d’offrir une alternative crédible en permettant la reprise d’une activité industrielle lorsque le chef d’entreprise fait défaut.

  

C’est le sens du message que nous avons apporté, avec Cécile Duflot, le 13 novembre aux salariés de la SCOP TI.

C’est bien le sens même de l’écologie politique que d’agir en faveur de l’emploi en le maintenant sur place. Mais aussi d’agir en faveur de nouvelles formes d’organisation et de gestion d’une activité industrielle permettant une plus grande implication des salariés.

 


Voir les commentaires

SNCF : c'est devenu insupportable pour les usagers ! ...

20 Novembre 2014, 22:06pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadriChaque jour qui passe amène son lot de TER supprimés ou en retard ou circulant avec un nombre de places inférieur à celui prévu, ce qui ne permet pas à tous les usagers de monter à bord.

 

Chaque jour ce sont des trains qui tombent en panne ou des dérangements multiples de l’infrastructure qui génèrent des trains en retard ou supprimés.

 

La régularité concerne seulement 73% des TER.

 

Un train sur quatre est ou en retard, ou supprimé.

 

Des mois que cela dure et cela empire.

 

Chaque jour l’information destinée aux usagers est défaillante ou absente.

 

Cela entraîne des situations personnelles ou professionnelles compliquées voire périlleuses pour les usagers.

 

Comment s’étonner qu’ils expriment leur désarroi ou exaspération ?

 

Cette situation pousse peu à peu au report sur la voiture, à l’inverse de la politique que nous menons, de lutte contre la pollution et ses effets sur la santé et le changement climatique, de lutte pour un aménagement harmonieux du territoire et une baisse des charges des ménages.

 

Des mesures fortes et concrètes auraient pu être données à l’égard des usagers pour favoriser une amélioration. C’est l’inverse qui se produit avec une nouvelle grève, qui débute vendredi à 0h00, dont la raison semble concerner les TGV. Or, ce sont les TER qui vont en subir les conséquences.  

 

Il est regrettable que le dialogue social au sein de la SNCF ne permette pas d’éviter ce type de situation.

 

L’offre de transport ferroviaire régionale est devenue gravement sinistrée, et cela malgré les lourds investissements consentis par la Région depuis des années.

 

Je lance solennellement un appel aux cheminots et à l’encadrement de la SNCF, dont la compétence est reconnue, pour qu’ils se ressaisissent afin d’offrir aux dizaines de milliers d’usagers un service public ferroviaire de qualité et fiable.   

 

         

 

Jean Yves Petit 

 

Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

 

Président de la Régie Régionale des Transports 

 

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur 

 

27 place Jules Guesde 

 

13481 Marseille cedex 20 

 

 

 

Téléphone: 04 91 57 55 63 

 

Mobile: 07 86 14 61 55 

Voir les commentaires

Mon propos lors de la réunion, à Tende, concernant les travaux du tunnel routier ...

16 Novembre 2014, 16:40pm

Publié par jeanyvespetit

10805779_1500236403565653_2270601963681050446_n.jpg

10409249_1501160773473216_8573140145677130935_n.jpg

 

Merci au comite de défense franco-italien de la ligne Nice-Coni qui a effectué cet enregistrement et les phtos ci-dessous.

Ma collègue  Annabelle Jaeger, conseillère régionale EELV, assistait également à cette rencontre organisée par la Préfecture du 06


Voir les commentaires

Cécile Duflot à Marseille dénonce le système GG ... Gaudin - Guérini qui fait mal à la politique ...

14 Novembre 2014, 21:20pm

Publié par jeanyvespetit

Voir les commentaires

Nice-Breil-Tende-Coni: Lettre du Secrétaire d'Etat aux transports à la Région ...

14 Novembre 2014, 06:33am

Publié par jeanyvespetit

lettre-Vidalies-1.jpg

lettre Vidalies 2

Voir les commentaires

Retour sur une rencontre Région PACA / SNCF à propos de l’offre ferroviaire sur la transversale Sud et Briançon…

11 Novembre 2014, 16:52pm

Publié par jeanyvespetit

Dossier-3 1465L’objet était une présentation par SNCF d’un plan de relance de l’activité TET (trains d’équilibre du territoire) applicable à partir de juillet 2017  (lié à la mise en service du TGV Atlantique)

 

Le constat :

 

-           un déficit d’exploitation de la partie TET cette année (hors contribution Etat) qui est pris en charge sur le budget SNCF.  

 

-          L’Etat, absent, qui ne joue pas son rôle d’AOT (autorité organisatrice de transport) et, de fait, laisse la SNCF gérer seule.

 

Concernant la transversale Sud, pour 2015 il ne devrait y avoir aucun changement concernant la desserte TET. Il sera signé une  nouvelle convention avec l’Etat portant sur 2015 uniquement.  Sur 2016, pas d’engagement à ce jour … Par contre il n’y aura pas de commande de nouveau matériel sur la transversale Sud, comme ailleurs mais on repart pour une rénovation des rames Corail  (travaux en 2016 – 2017 et prolongations des rames jusqu’en 2023 au moins).

 

Concernant Paris – Briançon, sans changement non plus pour 2015 mais il est à craindre que la vétusté du matériel oblige à réduire l’offre …. Les trains de nuit sortiront ils du périmètre TET ? Voire même, est-il envisagé dans le plan de transport 2017, l’arrêt des trains de nuit ?

 

Projet SNCF 2017 pour la Transversale Sud. Amélioration du temps de parcours (5 h 45 entre Bordeaux et Marseille) Le plan prévoit au total plus de kilomètres trains mais des économies portant sur la suppression d’arrêts et des limitations de parcours. Il y aura 1 à 2 AR supplémentaire sur les parties les + fréquentées soit entre Toulouse et Marseille d’une part, entre Bordeaux et Montpellier d’autre part. En nombre il y aurait 6 arrêts / retours entre Bordeaux et Marseille  + 1 A/R Toulouse – Marseille et 1 A/R Bordeaux – Montpellier. Un cadencement à 2 h serait obtenu entre Toulouse et Marseille.

 

Conséquences pour notre région :

 

-           suppression envisagée de tous les arrêts en gare d’Arles (3 A/R aujourd’hui), le choix  serait, sur cet axe, de renforcer, par contre, Nîmes. La fréquentation serait trop insuffisante sur Arles.

 

-          Suppression de l’A/R restant jusqu’à NICE : tous les TET s’arrêteront à Marseille. La desserte actuelle fait cependant 400 000 voyageurs / an. Les conséquences seraient donc importantes pour la desserte des gares situées entre Marseille et Nice.

 

 

En positif, nous aurions donc un A/R de plus sur Toulouse et des liaisons en plus entre Marseille et Nîmes mais sans desservir Arles (alors qu’on avait perdu la liaison du Cévenol … train dont la desserte entre Marseille et Clermont Ferrand n’est pas évoqué)

 

Les questions se posent sur le coût attendu pour la Région PACA si nous devons compenser par des TER ou Inter-villes sur Marseille – Nice et sur Arles vu les trous de desserte que cela va produire  (plus aucun  train entre 9 h et 12 h 30 et entre 12 h 30 et 17 h. 

 

On peut se demander si l’éventuel retrait de la SNCF ne profitera pas à d’autres opérateurs ferroviaires.

 

 

En conclusion temporaire :

  •  

    En conclusion temporaire :

    •  Je serai présent à Carcassonne, le 14/11, à la réunion organisée par RFF/SNCF à propos/ de l’évolution de la desserte sur la transversale Sud pour défendre cet axe essentiel à l’aménagement et à l’égalité des territoires ; pour une liaison directe entre l’Atlantique et la Méditerranée, entre les régions du Sud de l’Europe, de l’Espagne à l’Italie via la France ;

    • Ce doit être de l’occasion pour revoir la possibilité de disposer d’une liaison directe entre Marseille et Clermont Ferrand via Nîmes ;

    • je crois qu’il faudra se battre contre la suppression des arrêts d’Arles et obtenir à un partage des arrêts entre Nîmes et Arles comme cela semble possible ailleurs ;

    • Des garanties assurant la pérennité du train de nuit Briançon / Paris devront être données par l’Etat et la SNCF ;

    • Enfin, si l’Etat et la SNCF cherchent à réduire leur déficit, il n’est pas écrit que les Régions devraient soit créer des trains TER sans compensation financière soit voir leur territoire n’être plus ou mal desservi.

     

Voir les commentaires

1 2 > >>