Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Un pique-nique républicain, écolo et européen ... ce dimanche à L'Estaque ...

30 Septembre 2012, 14:53pm

Publié par jeanyvespetit

IMG_0414.JPGKarim Zéribi et les militantEs Europe Ecologie / Les Verts des quartiers Nord de Marseille dont Sophie Camard, conseillère régionale, ont organisé un pique-nique républicain, écolo et européen sur les hauteurs de l’Estaque.
A cette occasion, Jean Vincent Placé, sénateur, François Michel Lambert, député et Karim Zéribi, eurodéputé et conseiller communautaire de Marseille ont affirmé avec force leur opposition, et celle du mouvement Europe Ecologie / Les Verts, à la ratification du traité Européen dénommé TSCG.
IMG_0413-copie-1.JPGCe Traité est fondamental pour l'avenir; en l’état, il est insuffisant et pose 3 problèmes majeurs :
• Un problème démocratique en permettant à la Commission Européenne de superviser les budgets nationaux alors même que la commission n'est pas un organe élu par les peuples
• Un problème économique en installant une politique d'austérité sans stratégie de relance. Nous avons besoin d'une politique d'investissements et de grands travaux en matière de logement, de transport, dans le domaine de la recherche et de l'innovation pour réussir la transition écologique dont le monde et l'Europe ont besoin
• Enfin, un problème social puisque rien n'est dit sur l'emploi et les services publics, sur un budget Européen qui pourrait être alimenté par une taxe sur les transactions financières qu'il est urgent de mettre en œuvre !
L'Europe a besoin d’un projet politique global porté collectivement. Il est donc indispensable de renégocier ce traité pour qu'enfin nous puissions construire une Europe politique forte, permettant un développement économique et social harmonieux et solidaire.
Le fait de participer au Gouvernement, ne doit pas empêcher EELV d'être un parti aiguillon, force de propositions et de soutien à la majorité présidentielle.
Dire NON au TSCG c'est aider le Président de la République dans son rapport de force, lui donner plus de poids et d’indépendance pour les futures négociations.

Il ne s’agit pas d’un NON de repli mais bien au contraire, d’un NON européen et constructif, d'un NON porteur d'avenir.
IMG_0415-copie-1.JPG

Voir les commentaires

Chemins de fer de Provence … en avant vers la régie …

30 Septembre 2012, 09:01am

Publié par jeanyvespetit

Banaudo 6812 vduc Guillaumasse 11-2-2011La délégation de service public (DSP) des Chemins de fer de Provence (entre Nice et Digne) assurée par Véolia se terminera en juin 2013. J’avais donc proposé à la majorité du conseil régional d’engager une réflexion pour déterminer le futur mode d’exploitation de ce service ferroviaire entre le maintien d’une DSP et la mise en place d’une régie via la création d’un établissement public.

 

Sur ma demande, les trois groupes de la majorité régionale et le Président Vauzelle ont choisi de soumettre au vote de l’assemblée plénière, qui aura lieu le 29 octobre, la création d’un établissement public.

 

C’est donc une étape politique importante qui doit nous permettre d’avoir une meilleure proximité en vue d’élaborer une offre de transport de qualité tout en maitrisant les coûts.

Voir les commentaires

Métropole ou Pôle métropolitain …

30 Septembre 2012, 08:54am

Publié par jeanyvespetit

IMG 0225Une rencontre avec les conseils de développement de Marseille Provence Métropole, la Communauté du Pays d’Aix et du Syndicat d'agglomération nouvelle Ouest Provence qui confirma trois points essentiels dans le cadre du débat actuel sur  le type de coopération intercommunale adapté à l’aire métropolitaine marseillaise :

 

o        Les transports et les déplacements seront les sujets fédérateurs qui permettront une réelle coopération ;

o        Pour une bonne concrétisation des choix et des projets, il est nécessaire de clarifier et déterminer les compétences mais aussi les moyens entre les communes, le département, la Région et la « future coopération intercommunale » ;

o        Pour obtenir une véritable efficacité d’une telle coopération, la gouvernance et la démocratie seront déterminant, il convient donc de remplacer l’actuelle gouvernance intercommunale par une assemblée élue au scrutin direct.

 

L’état sanitaire et social de notre aire métropolitaine est alarmant. Il est donc très urgent d’agir et d’apporter les bonnes réponses afin que nos concitoyens puissent vivent dans de meilleures conditions. C’est en travaillant sur le contenu que l’on arrivera à déterminer le contenant, c'est-à-dire le choix, par exemple, entre la métropole et le pôle métropolitain … en réglant les aspects liés aux moyens financiers et aux compétences, nous pourrons espérer casser la logique actuelle qui consiste à trop d’élus de « préserver sa parcelle de pouvoir » au détriment de l’intérêt général.

Sinon, il est à craindre que dans quelques années nous ayons toujours le même débat sans avoir avancer !

Voir les commentaires

La Ciotat : Participation de la Région à la rénovation des quartiers Abeille/Maurelle/Matagots et aux études de la gare ...

29 Septembre 2012, 19:26pm

Publié par jeanyvespetit

Plénière 18 fev 042

La Commission Permanente du conseil régional, réunie le jeudi 27 septembre 2012, a voté deux délibérations concernant la ville de La Ciotat :

-         Dans le cadre de L’ANRU, Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, qui a été créée par l’Etat en 2003, pour mettre en place un Programme National de Rénovation Urbaine dans les quartiers situés en zone urbaine sensible (ZUS), les collectivités élaborent un programme opérationnel pluriannuel (démolition, construction, réhabilitation, aménagements, équipements…) sur les quartiers concernés et recherchent les partenariats leur permettant de les réaliser. La collectivité locale passe alors convention avec l’ANRU et les partenaires financeurs, afin de formaliser l’engagement de chacun. Au titre de ce partenariat, le Conseil régional a proposé d’attribuer à la commune de La Ciotat, une subvention de 61 852 €. Cette opération s’inscrit dans le projet de rénovation urbaine des quartiers Abeille/Maurelle/Matagots. La Région apporte son soutien à ce projet global, à hauteur de 3% du montant global de l’opération.

 

-         La Région, MPM, et la Ville de La Ciotat ont sollicité SNCF pour mener une réflexion globale sur le site de la gare ferroviaire de La Ciotat en vue de réaliser un véritable pôle d’échanges avec une première phase concernant le réaménagement du parking en lien avec les fonctionnalités transports du site. Une convention Région/MPM/SNCF précise les détails de ces études dont le montant s’élève à 15 500 €. Ce montant est financé à parts égales par la Région et MPM.

 

En tant que vice président du conseil régional, je me félicite que la rénovation urbaine et les transports figurent bien parmi les priorités  de la majorité de gauche et des écologistes du conseil régional.

 

 

Gémenos, le 29 septembre 2012

               

Jean Yves Petit

Vice président du Conseil régional

 

 

  Conseiller municipal de Gémenos

Voir les commentaires

Les conseillers régionaux écologistes demandent la suspension de la subvention au Grand Stade Vélodrome tant que les travaux sur les autres équipements sportifs n’auront pas commencé ...

27 Septembre 2012, 19:18pm

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadriJeudi 27 septembre, à la Commission permanente du Conseil régional, le Groupe EELV-POC a voté contre la subvention régionale accordée au Grand Stade Vélodrome de Marseille.
Il s’agit d’un premier versement de 2 M€ sur un financement de 12 M€ qui doit s’étaler sur 3 années, en application du contrat de développement voté le 24 juin 2011 entre la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Ville de Marseille.
Ce contrat de développement prévoyait des contreparties au financement du Grand Stade : 10M€ pour des investissements sur les petits équipements sportifs, en particulier les stades et piscine (stades St-Barthélémy, Caujolle, Vallier, Merlan/Lucchesi, Le Cesne, Magnac, Esperanza, Roger Lebert ; piscines Vallier, Saint-Joseph, Saint-Charles…)
A ce jour, il semble qu’aucun de ces investissements dans les « petits » équipements sportifs n’ait réellement commencé.
Alors que Marseille s’honore des performances sportives des athlètes entraînés au Cercle des Nageurs de Marseille, ses habitants n’ont pas accès aujourd’hui à des piscines modernes et ouvertes au public sur de larges plages horaires. L’absence d’équipements sportifs de qualité et ouverts au plus grand nombre contribue, parmi bien d’autres manques de services, à la détérioration de la ville.
Le Groupe EELV/Poc du Conseil régional demande, a minima, la suspension de la subvention au Grand Stade tant que les travaux sur les petits équipements sportifs n’auront pas commencé.

Elue référente
 : Sophie CAMARD, présidente de la Commission Emploi

Voir les commentaires

Oui à la réforme du système ferroviaire, non au paiement de la dette de RFF par les usagers du TER...

24 Septembre 2012, 06:08am

Publié par jeanyvespetit

argentLa presse du jour (Les Echos du 24/09/12) fait état d’une proposition de Guillaume Pépy, Président de la SNCF, de prendre en charge une partie de la dette de RFF (Réseau Ferré de France), estimée à 30 milliards d’euros, à condition de pouvoir participer à la gouvernance de RFF.
 
En tant que vice-président écologiste du conseil régional, délégué aux transports, je soutiens la nécessité de réformer le système ferroviaire qui est à « bout de souffle », inopérant, illisible et onéreux. Je suis  favorable d’unifier la SNCF et RFF et de revoir la gouvernance du système ferroviaire en y intégrant les régions, principales utilisatrices du réseau ferré.
 
En revanche, la SNCF indique qu’elle aurait les moyens de reprendre une partie de cette dette mais suggère également que les usagers des transports régionaux soient mis à contribution dans le prix de vente du billet.
Ce qui revient à dire, qu’en bout de chaîne, ce sont les Régions qui vont contribuer à payer la dette récupérée par la SNCF.
Bien entendu, j’y suis fermement opposé !
 
Dans la réalité, les usagers TER ne paient jamais le plein tarif prévu par la SNCF du fait des tarifications socialement adaptées (sans emploi, étudiants, salariés, …) mises en place dans les Régions, comme ici avec la carte ZOU ! C’est donc la Région qui paie la différence entre le billet plein tarif et le prix payé par l’usager.
 
Quand on voit l’état de notre réseau régional, force est de constater que la dette RFF n’est pas due aux  investissements faits sur les lignes ferroviaires régionales. Il serait absurde, au moment où on doit remettre à niveau de manière urgente ce réseau, de faire peser sur les Régions la charge d’une politique nationale qui a laissé en déshérence les lignes régionales, en faveur de la Très Grande Vitesse.
 
Je souhaite rappeler que les régions, via l’Association des Régions de France (ARF), demandent au Gouvernement, dans le cadre de l’acte 3 de la décentralisation, que le transport public régional bénéficie d’une ressource financière dédiée.
 
Jean Yves Petit
Vice-Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Mobile: 07 86 14 61 55
 
LOGO EELV fondblanc quadri

Voir les commentaires

Des propositions alternatives contre la LGV-Paca …

23 Septembre 2012, 12:38pm

Publié par jeanyvespetit

DSC04174.JPGC’est le titre de l’article du journal La Provence (édition d’Aubagne) daté du 22 septembre 2012.
http://www.laprovence.com/article/actualites/des-propositions-alternatives-contre-la-lgv-paca


Cet article fait suite à la conférence de presse organisée par Daniel Fontaine, Maire d’Aubagne, et à mon communiqué de presse qui a été publié le jeudi 20 septembre http://jeanyvespetit.over-blog.com/article-que-faut-il-faire-a-la-place-de-la-lgv-paca-110324707.html .


De toute évidence, après la rencontre entre les maires et le préfet de région, le fait de parler, à la place de « feu le projet LGV PACA », de nouvelles infrastructures ferroviaires ne suscite plus un rejet immédiat.


Il va de soi qu’il ne serait pas acceptable de faire une sorte de « copier/coller » en changeant unique le nom d’un projet.


Par contre, la situation sanitaire et sociale de notre région interpelle et ne laisse personne indifférent.


Le fait de proposer également de travailler ensemble sur ce dossier essentiel pour l’avenir de notre région et de ses habitants conforte ma suggestion d’une rencontre des élus et du monde associatif quelque fut leur position sur la LGV PACA.


De même, un certain nombre de propositions ou axes de travail rejoignent totalement la politique entreprise depuis 2010 par le conseil régional :
- Mettre en place un réseau urbain sur notre aire métropolitaine qui s’appuiera sur le réseau ferroviaire avec une sorte de RER adapté à nos besoins avec une tarification harmonisée qui existe déjà en partie et qu’il conviendra d’étendre ;
- En 2013, la Région mettra en service une centrale de mobilité régionale avec l’ensemble des autorités organisatrices de transports qui offrira une information de qualité en vue de facilité l’accès aux transports collectifs et aux aux modes actifs (vélos, covoiturage, auto-partage, …) ;
- Comme je l’indique souvent sur mon blog, la Région, dans le cadre des contrats de projet Etat/région, œuvre en faveur de la modernisation du réseau ferré existant et pour la réouverture au service des voyageurs de plusieurs voies ferrées.


Je proposerais donc rapidement, sur le bassin de vie du Pays d’Aubagne, une rencontre très large afin de faire un point sur la situation actuelle et contribuer à l’élaboration d’un projet correspondant aux enjeux et attentes de nos concitoyens d’aujourd’hui et de demain.

 

Etre uni et soutenir un même projet, c'est ainsi que nous parviendrons à convaincre le Gouvernement et l'Etat de considérer notre région d'intérêt national et débloquer ainsi les moyens financiers nécessaires.

Voir les commentaires

Une semaine avec des comités de ligne et la 1ére rencontre départementale pour actualiser le schéma régional d’accessibilité (SRA) …

23 Septembre 2012, 10:36am

Publié par jeanyvespetit

DSC04173La semaine a commencé par une rencontre, à Marseille, avec mes collègues des régions Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc / Roussillon et bien entendu la région Provence Alpes Côte d’Azur afin d’avoir, avec l’Etat qui est l’autorité organisatrice des trains intercités, la SNCF (TER et TGV) et RFF un échange sur la situation et l’évolution de l’offre des différents trains (Intercités, TGV, TER, …) sur la Transversale Sud, entre Nice / Marseille / Montpellier / Toulouse et Bordeaux. Outre un nécessaire état des lieux de l’offre et des travaux sur cet axe, il a été convenu de faire un travail en vue d’améliorer le service  annuel 2015/16, notamment pour permettre une meilleure complémentarité entre l’offre nationale et régionale. Ensuite, une étude sera engagée pour déterminer quelle pourrait être l’évolution de la desserte sur cet axe à l’horizon 2017.

 

gare-briancon-30-mai-2011Puis, ce fut une réunion publique, à Briançon, dédiée au train de nuit « Paris / Briançon » avec la présence de l’Etat (autorité organisatrice de ce train), de la SNCF, de RFF. Cette organisée sur l’initiative de la Région (Joël Giraud et moi-même) avec pour objet de ne pas se retrouver dans la même situation qu’en décembre 2011 avec un train qui n’était pas ouvert à la réservation faute d’attribution des sillons horaires par la SNCF. C’est donc dans une salle comble que nous sommes parvenus à ce que, cette fois-ci, le train de nuit puisse être ouvert à la réservation de la mi-octobre au 31 mars 2013, ce qui permettra une meilleure stabilité pour les professionnels du tourisme en vue de la saison d’hiver mais aussi offrir un vrai service public pour les habitants de ce territoire pour se déplacer. D’autre part, il a été demandé à la SNCF d’effectuer une étude de faisabilité en vue de remplacer les locomotives actuelles, vieilles et peu fiables, par des locomotives actuellement dédiées au fret mais inutilisées.

 

headerA Digne, dans le cadre de l’actualisation du schéma régional d’accessibilité, nous avons organisé la 1ére rencontre départementale. Des échanges et un travail très constructif avec des associations dont l’APF (association des paralysés de France), la SNCF, les exploitants de lignes routières, la ville de Digne, celle de Manosque, le conseil général du 04 et bien entendu la Région. Il ressort de cette rencontre une volonté de mettre en service, dans le cadre d’une expérimentation, des trajets multimodaux, de porte à porte, à l’intérieur de la région mais aussi, avec la SNCF, à l’extérieur, par exemple Paris. Le travail se poursuit avec la mise en place de groupes de travail incluant les collectivités et les différents acteurs.

  025-20-8-.jpg

Manosque avec la tenue d'un comité de ligne (Aix / Manosque / Veynes) en présence de mon ancien collègue du Conseil régional, Christophe Castaner, Maire de Forcalquier et nouveau député. Ce fut donc l'occasion de lui demandé d'intervenir auprès du Gouvernement pour que la réouverture au service voyageurs de la ligne Digne / Val de Durance soit réellement prise en compte mais aussi pour que les régions disposent d'une ressource financière dédiée au transport public régional. Il a été annoncé la création d'un aller/retour Marseille / Manosque / La Brillane Oraison en milieu de journée. Il est clair que la gare de la Brillane, vu sa situation géographique, doit devenir un véritable pôle d'échange multimodal.

  024%20(9)

IMG_0412-copie-1.JPGDéplacement à Cunéo dans le cadre d’une réunion avec les régions Piémont et Ligurie. Le point essentiel fut le service annuel 2013. En effet, le Piémont met en place le cadencement de ses trains sur toute sa région, ce qui a pour incidence de modifier les horaires des trains entre Cunéo, Tende, Breil et Vintimille et de ne plus offrir de trains correspondant aux horaires de travail. D’autre part, le Piémont supprime les arrêts de ses trains dans les gares françaises de Viévola, La Brigue et Fontan/Saorge. Des échanges continuent entre nos deux régions afin de trouver une solution. Ce fut également l’occasion de demander, à nouveau, la mise en service d’un train direct entre Cunéo et Nice via Tende et Breil et d’inviter la Région Piémont au conseil de développement du Montgenèvre qui se tiendra le 22/10/12 à Gap.

 

artImg_673.jpgPuis ce fut un comité de ligne (ligne Nice / Drap / Sospel / Breil / Tende) atypique qui s’est tenu à Drap. Il s’est réuni dans un lycée ce qui est une première. En effet, le lycée de Drap qui vient d’être mis en service, dispose d’une halte ferroviaire dédiée aux lycéens. Ce sont donc plus de 150 personnes (parents d’élèves, usagers, élus, …) qui étaient présents avec une forte ambiance de mécontentement du fait du non fonctionnement du nouveau système de signalisation et donc une circulation des trains fortement dégradée. Après des échanges un peu vif avec la SNCF et RFF, il en ressort un espoir pour que les TER circulent normalement vers la mi-octobre. D’ici là, il a été proposé une rencontre avec la Proviseure du lycée, les associations des parents d’élèves, la SNCF et les services de la Région pour mieux adapter les horaires des TER et ceux des cours. Enfin, il a été annoncé que 16 TER desservent la gare de Touêt l’Escarène et que le TER de 10h35 au départ de Breil vers Nice desservira toutes les gares.

Voir les commentaires

Le Conseil Fédéral d'Europe Ecologie / Les Verts se prononce contre la ratification du TSCG

22 Septembre 2012, 23:14pm

Publié par jeanyvespetit

drapeau européen

Motion :

 

Le Conseil Fédéral d'Europe Ecologie / Les Verts :

 

- Se prononce contre la ratification du TSCG, dont une lecture stricte ne répondra pas durablement aux crises auxquelles est aujourd'hui confrontée l'Union européenne et constitue un obstacle à la transition écologique ;

 

- exprime le voeu que dans la préparation du budget 2013, l’objectif de réduction du déficit budgétaire à 3% soit différé ;

 

- soutient les mouvements sociaux européens de lutte contre l’austérité, en particulier l’alter Summit et les mobilisations appelées par la confédération européenne des syndicats (CES).

 

- mandate le Bureau exécutif pour engager des discussions avec le gouvernement et les autres formations politiques de la majorité pour déterminer avec elles un nouvel agenda européen de la France, dans le respect des propositions écologistes, visant à poursuivre et amplifier la réorientation de l'Union européenne. Le Bureau exécutif devra agir dans le cadre des orientations adoptées, en 2011, par le Parti Vert Européen.

 

- recommande aux parlementaires écologistes :
- de soutenir ces positions lors des débats et des votes au Parlement ;
- de contribuer à éclairer le débat européen en diffusant le texte du TSCG ainsi que les analyses que les écologistes en font, et en organisant dans les euros régions et les circonscriptions des débats publics très largement ouverts sur l’avenir de l’Europe.

 

Pour : 77 ; Contre : 24 ; blancs : 8
Adoptée à 70,64 % des exprimés.

 

LOGO EELV fondblanc quadri

Voir les commentaires

Quelle orientation pour la révision du SRIT (Schéma régional d'infrastructures et de transports) ?

21 Septembre 2012, 10:56am

Publié par jeanyvespetit

logo RégionLe Schéma régional d'infrastructures et de transports, SRIT, a été établi en 2006 en même temps que le SRADDT, avec l'année 2020 comme horizon de travail. Nous en sommes loin et pourtant, une révision de ces schémas apparaît déjà indispensable.

 

En ce qui concerne le SRADDT (schéma régional de l'aménagement et du développement durable du terrioire), le constat a été fait d'une nécessité de mieux prendre en compte certaines problématiques : une démographie dont la hausse est largement supérieure aux estimations, des processus de métropolisation et de périurbanisation qui s'amplifient, des enjeux climatiques et énergétiques mieux pris en considération, des choix de développement économique et industriel avec la nécessité d'anticiper la fragilité de certaines filières, des enjeux de cohésion sociale dans un territoire aux inégalités de plus en plus marquées, comme l'a bien montré une récente étude sur les inégalités socio-spatiales menée par la Région.

 

La révision du SRIT est tout aussi nécessaire. Pour les raisons évoquées précédemment mais aussi, parce qu'après 10 ans de décentralisation des transports, la Région PACA, comme les Régions de France, a atteint les limites d'un modèle de déplacement très dépendant de l'automobile individuelle et très extensif, facteur et conséquence d'un étalement urbain qui par ailleurs pose d'autres problèmes. La situation sanitaire et sociale en PACA ne permet pas de rester sans solutions de mobilité pour le futur. Six cent mille personnes sont déjà exposées à des niveaux de pollution de l’air supérieurs aux valeurs limites réglementaires et Marseille est la ville la plus polluée de France, avec de forts risques d'astreinte dans le cadre d'un contentieux européen. Nos villes sont parmi les plus congestionnées d'Europe et cette situation s'aggravera, faute de réponse adéquate, avec probablement 1 million d'habitants supplémentaires à l'horizon 2040. Le premier enjeu du SRIT sera évidemment de décrypter les évolutions futures afin de se doter d'une stratégie de mobilité durable, qui devra concerner en premier chef les transports régionaux, notre compétence propre, mais également aussi l'ensemble des transports dans la région.

 

Fin d'un cycle aussi en matière de capacité du réseau ferroviaire : le développement de l'offre de TER et du trafic passagers, 13% en 2011 et sans doute près de 10% en 2012, permet de penser que le réseau sera totalement saturé, au niveau de ses principaux noeuds (traversée de Marseille, Cannes-Nice-Monaco) d'ici une dizaine d'années. Second enjeu du SRIT, confirmer et orienter nos choix de développement à moyen et long terme, ce qui sera fort utile en vue de préparer la prochaine contractualisation Etat Région pour la période 2014/2020, mais également pour engager les échanges avec l'Etat dans le cadre de la révision du Schéma National d'Infrastructures et de Transports, SNIT, qui va se dérouler dans l'année qui vient.

 

Fin de cycle également en termes de capacité de financement ; les transports mobilisent en effet très fortement les financements publics. Près de 20% du budget régional dans notre cas. Plus encore qu'en 2006, cette situation impose de faire des choix éclairés, en matière d'investissements et de services de transports, en adaptant au plus près les services aux besoins des territoires et des populations, mais sans doute aussi de mieux convaincre de la nécessité de rechercher un nouvel équilibre financier, et certainement de mobiliser de nouvelles ressources. Un troisième enjeu du SRIT sera donc d'éclairer nos choix de développement des services de transports plus car ces choix seront indispensables dans un contexte sans doute durable de contrainte financière. 

 

Heureusement, des marges existent cependant, au delà du volume d'offre de transports régionaux, TER, LER ou CP. Un travail important doit être et est mené depuis des années en matière de coordination des différents modes de transports, avec les transports départementaux et urbains. De nombreux progrès ont été accomplis depuis 10 ans : des accords de tarifs combinés avec 18 autres AOT, des expérimentations de titres «alternatifs » TER/transports départementaux, une charte de billettique interropérable qui fait que tous les réseaux utilisent la même carte sans contact,... Mais il faut aller beaucoup plus loin et sans doute plus vite pour faciliter les déplacements porte à porte et attirer vers les transports collectifs un nombre beaucoup plus important d'usagers. Le quatrième enjeu du SRIT sera donc d'améliorer la coordination des politiques de mobilité et des offres de transports publics ou alternatifs, dans une logique où la Région peut légitimement jouer un rôle de chef de file des transports à l'échelle du territoire, ce qui peut aussi être un positionnement très lisible en matière institutionnelle.

 

Cinquième et dernier enjeu, mais pas le moindre, celui du fret, avec à la fois une dimension économique et une dimension environnementale, pas toujours convergentes. Dimension économique du fait des emplois directs bien sûr, par exemple avec le Grand port de Marseille, mais aussi du fait de l'importance des chaînes logistiques pour soutenir l'ensemble des activités économiques dans la région, tant en distribution qu'en production. Il faut ici anticiper les évolutions futures pour ne pas se laisser distancer et tirer parti de nos atouts naturels. Dimension environnementale du fait des nuisances imposées par des transits subis plus que souhaités, c'est en ouest et du nord au sud, mais aussi par des chaînes de logistique urbaine encore peu efficaces du point de vue du cadre de vie. Dans un domaine qui répond pour l'essentiel à des logiques d'acteurs privés, l'enjeu sera ici de repérer les leviers d'une politique régionale et la plus-value que peut avoir notre institution dans ce domaine.

 

Cinq enjeux donc, avec comme fil directeur un objectif de report modal et de gestion des mobilités, de transports de voyageurs comme de fret. Il s'agit donc d'un exercice à vocation opérationnelle, qui doit déboucher sur un plan d'action, même si les premières approches seront évidemment plus globales, prospectives et pédagogiques.

Voir les commentaires

1 2 > >>