Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Après Gémenos, Paris ... un lieu où l'on trouve et l'on met des livres sans aucune formalité ...

31 Mai 2012, 16:17pm

Publié par jeanyvespetit

IMG_0303-copie-1.JPG

Il s’agit d’un nouvel abri bus de la RATP, situé à Paris à proximité de la gare de Lyon. Outre les informations diverses pour effectuer son trajet, il existe un très judicieux et intelligent service gratuit ; un coin où chacun peut prendre ou déposer un livre (voir la photo). C’est une idée qui a été mise en pace, chaque samedi depuis plusieurs années, par le cercle du Progrès Démocratique de Gémenos « les livres sous l’olivier ». C’est devenu un véritable succès. Une méthode très simple d’éducation populaire et une façon de partager ses lectures  …

Voir les commentaires

Les raisons de ne pas renouveler le mandat du député sortant UMP, Bernard Deflesselles … « l’homme qui dit se battre » !

29 Mai 2012, 21:47pm

Publié par jeanyvespetit

DSC04173Bernard Deflesselles brigue un nouveau mandat … il est élu depuis 1999, cela fait donc 13 années qu’il est le député UMP de la 9ème circonscription.

 

S’est-il vraiment battu ?

Il est permis d’en douter ….

 

Comment se fait-il, par exemple, que « «l’homme qui dit se battre » ne soit pas parvenu, durant plus de 600 jours, à faire avec le Gouvernement UMP ce que le Ministre Montebourg vient de réaliser :

-       Unilever accepte de participer à des discussions avec la délégation des salariés de Fralib,

-       Unilever s’engage à ne pas mettre en application les termes de l’Ordonnance rendue par le TGI de Marseille, aux termes de laquelle l’expulsion des salariés avait été prononcée,

-       Unilever confirme que les machines ne quitteront pas l’usine. Sur ce point, le Ministre se porte garant d’un acquis syndical essentiel.

-       Un processus de discussions et de négociations va s’ouvrir sous l’égide du Ministère du Redressement productif, du Ministère de l’Economie sociale et solidaire, du Ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et du Ministère du Travail.

Tout simplement faire ce que demandaient explicitement depuis des mois les salariés de l’usine Fralib de Gémenos, en proposant la tenue « d’une table ronde ».

Comment se fait-il, par exemple, que « l’homme qui dit se battre » demande une table ronde au nouveau ministre des transports du Gouvernement Ayrault à propos du projet de la LGV PACA, alors que ce dossier existe depuis plusieurs années sous la maitrise du Gouvernement ?

-       Pourquoi durant les 10 années de majorité UMP à l’Assemblée Nationale, et alors que Thierry Mariani était Ministre des transports, n’a-t’il pas pu faire modifier ce projet en faveur du développement des trains régionaux ?

-       Pourquoi, au contraire a-t’il agit contre les transports publics en votant l’augmentation de la TVA de 5.5 à 7%, pénalisant ainsi les bas revenus ?

Non décidément, nous n’avons pas besoin « d’un homme qui s’est battu » seulement en faveur du « bouclier fiscal » destiné à réduire la fiscalité des plus riches.

Je soutien et je voterai, dès le 1er tour, le 10 juin en faveur de Denis Grandjean et Martine Cuccaroni, candidats de l’unité Parti Socialiste / Europe Ecologie afin de donner une nouvelle majorité « au changement ».

Legislatives2012.jpgDenis Grandjean et Martine Cuccaroni, le 29 mai, entrain de signer la charte anti-corruption en présence des salariés de Fralib.
Denis grandjean et Martine Cuccaroni sont soutenus par :
- Michel Vauzelle, Président du Conseil régional
Marie Arlette Carlotti, ministre en charge des handicapés
Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif
Cécile Duflot, ministre de l’égalité des territoires et du logement
Pascal Canfin, ministre délégué au développement
Jean Yves Petit, vice président du conseil régional, délégué aux transports et à l’éco-mobilité
Et beaucoup éluEs, militantEs et citoyens (liste à venir)

Voir les commentaires

Donnons une majorité au changement ...inauguration du local de campagne à La Ciotat ...

28 Mai 2012, 17:13pm

Publié par jeanyvespetit

local-La-Ciotat.jpg

Voir les commentaires

Présent dans les gares de Pas des Lanciers, Vitrolles Aéroport, La Pomme ...

25 Mai 2012, 18:14pm

Publié par jeanyvespetit

L’occasion, pour moi, de rencontrer, tôt le matin, les usagers et d’échanger sur la qualité de l’offre TER, sur les problèmes  et les besoins de ces gares … mais aussi de soutenir mes collègues et amis Laurence VICHNIEVSKY et Pierre SOUVET, candidats aux législatives.

 

… à Pas des Lanciers le 22 mai :

Gare-Pas-des-Lanciers-mardi-22-mai-2012.jpg

... et à La Pomme le 24 mai:sans-titre-copie-1.png

 

IMG 2299

Voir les commentaires

Nos attentes: lettre ouverte aux Ministres de l'écologie, des transports et de l'égalité territoriale...

21 Mai 2012, 18:07pm

Publié par jeanyvespetit

 

nouveau-Gouvernement-copie-1.jpgLettre ouverte à Madame la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, à Madame la Ministre de l’égalité des territoires et du logement et à Monsieur le Ministre délégué aux transports et à l’économie maritime.

 

 

 

 

   

les attentes d’un vice-président en charge des transports et de l’éco-mobilité sur la Région Provence Alpes Côtes d’Azur…

 

Nous connaissons, désormais, la composition du nouveau Gouvernement de l’ère Hollande/Ayrault.

C’est l’occasion, pour moi, de vous exprimer, Madame la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Madame la Ministre de l’égalité des territoires et du logement, Monsieur le Ministre délégué aux transports et à l’économie maritime mes très fortes attentes, après deux années de mandat en tant que vice-président  du conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur, délégué aux transports et à l’éco-mobilité

Le contexte sur notre région est connu :

-           Une population qui continue d’augmenter sur un territoire en développement et très hétérogène entre littoral et montagnes, entre zones urbaines très denses et zones rurales et, enfin, avec des quartiers, dans de grandes villes, confrontés au chômage et à la paupérisation ;

-          Une région confrontée à un fort transit routier entre l’Ouest (Portugal/Espagne,…) et l’Est (Italie, …) et à une forte congestion routière dans ses zones urbaines qui se traduit par  une pollution de l’air qui dépasse les seuils européens notamment pour ce qui concerne les émissions de particules aux effets dangereux pour la santé ;

-          Une région ignorée pendant de très longues années et qui, donc, fait face à un retard important, en matière d’évolution et de modernisation des infrastructures ferroviaires sur lesquels circulent de plus en plus de trains ;

-          Un transport public régional, suite à l’augmentation récurrente du prix de l’essence mais aussi à une politique tarifaire attractive, de plus en plus fréquenté et saturé aux heures de pointe (+12.7% d’usagers en 2011, dont + 17% sur la Côtes d’Azur).

Ainsi, nous avons besoin, de votre part, de choix politiques forts qui devront contribués à nous permettre de répondre efficacement aux besoins et aux attentes des habitants de notre région mais aussi faire face aux enjeux sociaux, climatiques et environnementaux.

Vu de ma Région, l’égalité des territoires et l’accès aux transports pour « tous » doit se traduire par les choix et décisions ci-après :

- Infrastructures : priorité au transport régional et interrégional :

-          l’accès des quartiers et des zones d’activités avec, comme en Ile de France, la mise en place d’une organisation de type « RER » dans les zones urbaines permettant d’offrir une offre de transport dense, cadencée et complémentaire.

-          Nous n’avons pas besoin de la «Très Grande Vitesse », par contre nous avons besoin d’un renforcement de notre capacité  ferroviaire le long du littoral, là où habitent 4 millions de personnes sur les 5 qui vivent dans notre région. Une étude socio-économique indique que la fréquentation des trains, sur notre région, passera de 39.7 millions de voyageurs en 2009 à 72.7 millions en 2023 (sur la base du litre d’essence du litre d’essence à 1.50€ valeur 2009).

o    A  moyenne échéance, sur le réseau régional existant, nous ne serons plus en mesure de transporter tous les usagers ;

o    Nous nous devons de prendre en compte ces prévisions à l’aide d’un plan de transports à l’horizon 2023, 2030 et 2040. Il ne serait pas acceptable que rien ne se fasse, même pour des raisons budgétaires qui pourraient servir de prétexte à l’immobilisme ;

o    Un choix dans la programmation et la maintenance des infrastructures doit donner la priorité au transport collectif régional et interrégional mais aussi au fret ferroviaire, qui contribue à un aménagement rationnel de notre territoire tout en préservant les terres agricoles, les ressources en eau,… ;

o    Aussi le projet dit LGV PACA doit être revu en s’appuyant sur les conclusions du comité de pilotage du 22/12/11.

-          le désenclavement des territoires alpins et transfrontalier :

o    la percée ferroviaire sous le Montgenèvre et la réhabilitation de la ligne du Val de Durance permettant un lien entre les Régions Piémont et PACA, entre les départements alpins (04 et 05) et la Province de Turin ;

o    une connexion ferroviaire entre Nice / Breil / Tende et Cunéo et une révision de la convention de 1970 qui lie la France et l’Italie à propos de la voie ferrée qui traverse sur ce territoire enclavé.

o    La reprise de liaisons ferroviaires directes entre les régions Provence Alpes Côte d’Azur et Ligurie notamment  Marseille – Nice – Gênes.

- Financer le transport public :

o    La région, comme d’autres, ne peut plus faire face financièrement devant l’augmentation sans cesse croissante du nombre d’usagers et donc du nombre de trains pour les transporter. Il est à noter que le transport régional assure une desserte urbaine et interurbaine. Il faut une ressource financière dédiée au transport public régional.

- Renforcer le rôle des régions :

o    Le transport public est une réponse aux enjeux sociaux, environnementaux mais aussi en matière d’aménagement de nos territoires, les régions jouent, de fait, un rôle de coordination reconnu. Il convient de renforcer officiellement ce rôle de coordination, à l’échelle régionale, en tant qu’autorité organisatrice des transports. Les schémas régionaux tels que le SRIT (schéma régional des infrastructures et des transports) doivent avoir une valeur prescriptive.

- Réformer le système ferroviaire :

o    Remettre en place, sur le plan national, un pilote et un fonctionnement du système ferroviaire qui est devenu illisible, compliqué, inefficace, cher et très long dans ses prises de décisions :

§  Le retour d’un Etat stratège est essentiel pour définir et mettre en œuvre une politique des transports liée à l’aménagement du territoire;

§  Il est nécessaire de regrouper les deux établissements publics (SNCF et RFF) dans une même structure nationale, avec une gouvernance permettant d’en garantir la transparence, afin d’assurer une meilleure exploitation du système ferroviaire, notamment dans l’opérationnel, mais aussi pour en garantir la sécurité et l’efficacité afin d’être en mesure de répondre aux enjeux régionaux, nationaux et européens.

- L’Etat doit pérenniser les trains d’Equilibre du Territoire (TET) :

o    L’Etat doit assumer ses responsabilités en tant qu’autorité organisatrice afin que ces trains nationaux disposent des investissements urgents pour renouveler le matériel roulant. A l’Etat de garantir aux usagers la qualité, la régularité et la fiabilité nécessaire de ces trains qui irriguent notre territoire national.

- Agir en faveur en faveur des modes de transports alternatifs à la route :

o    Transport des marchandises, le temps est venu d’un réel choix en faveur du report modal vers le ferroviaire et le fluvial :

§  Une harmonisation des conditions de concurrence entre la route et les modes alternatifs doit être mise en place ;

§  Une répartition modale doit être organisée entre le trafic courte distance et le transit longue distance qui doit être transféré au ferroviaire et au fluvial ;

§  Le fret ferroviaire et fluvial doit être considéré comme un service d’intérêt général face aux enjeux climatiques et environnementaux.

- Faire un bilan et mesurer les conséquences de la libéralisation européenne :

o    Europe, Non à la concurrence, oui au libre choix de régions et des Etats. Dans le cadre du 4ème paquet ferroviaire, l’Europe via ses Etats membres veut :

§  Rendre obligatoire la concurrence du transport public régional. Il faut que demeure, pour chaque région, le libre de choix de déterminer le mode d’exploitation de son transport public ;

§  Scinder physiquement l’infrastructure et l’exploitation des opérateurs nationaux publics. Il faut que demeure la possibilité, pour chaque Etat, de déterminer le mode de structuration de son propre système ferroviaire.

-          Enfin, il ne peut y avoir d’ouverture à la concurrence sans un cadre social national et européen afin d’éviter le dumping social, or, c’est bien ce que l’on constate, actuellement, pour ce qui concerne le fret ferroviaire, entre les différentes entreprises ferroviaires.

IMG 0260Voilà, Mesdames et Monsieur les Ministres un panorama très concentré des attentes et des besoins vu d’une région.

Dans l’attente d’une concertation en vue de rapides réponses et décisions.

Très cordialement,

 

 

 

 

Jean Yves Petit

Vice Président, délégué aux transports et à l'éco-mobilité

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

27 place Jules Guesde

13481 Marseille cedex 20

 

Mobile: 07 86 14 61 55

Voir les commentaires

Discours de Madame Cécile Duflot, Ministre de l’égalité des territoires et du logement prononcé à l’occasion de sa prise de fonction...

17 Mai 2012, 21:06pm

Publié par jeanyvespetit

marchesministere-200x300Discours de Madame Cécile Duflot, Ministre de l’égalité des territoires et du logement prononcé à l’occasion de sa prise de fonction.

Mesdames messieurs,

Le Président de la République m’a confié la responsabilité de mettre en place ce nouveau ministère de l’égalité des territoires et du logement, dont il avait promis la création lors de son discours de Dijon.

Pendant toute sa campagne, il a placé cette question de l’égalité territoriale au cœur de ses priorités.

Dix sept de ses 60 engagements concernent directement cette préoccupation, qui innerve également de manière transversale d’autres champs. Personne ne peut ignorer les fractures qui menacent notre cohésion, les ruptures de droits qui abiment notre république, et les scandaleuses inégalités qui grèvent notre avenir.

Je veux dire ce matin devant vous, qu’il n’y a qu’une seule France, qu’elle soit rurale ou urbaine, et que chacun doit pouvoir y jouir des mêmes droits. Il n’est pas de territoire qui doive souffrir de handicaps insurmontables. La France se réinvente chaque jour. C’est à chacun d’entre nous qu’il revient de faire que son visage demeure celui de l’égalité.

Je mesure donc à cet instant l’importance de la tache qui m’est confiée. A mes yeux, l’égalité est bien la pierre de touche de l’édifice républicain, et c’est une noble mission que de la faire vivre dans nos territoires.
L’égalité n’est pas simplement une boussole elle est également le chemin à suivre et le véhicule à emprunter pour redresser la situation de notre pays et améliorer la condition de nombre de ses habitants.

En particulier, l’immense pénurie de logements, la dégradation du bâti, l’endettement de long terme pour acheter un logement, le poids écrasant des loyers dans le budget des ménages, représentent une angoisse majeure pour des millions de nos concitoyens .

C’est pourquoi l’engagement d’encadrement des loyers formulé pendant la campagne par le président de la République est particulièrement important.

Les défis de la civilisation urbaine et du monde rural sont considérables :

La ségrégation spatiale, l’assignation des uns à résidence, le sentiment des autres d’être relégués, la désertification des campagnes, l’expulsion des classes populaires et désormais des classes moyennes des centres villes, la tentation de sécession contribuent à casser le lien social et par conséquent le lien démocratique.

Comment ne pas déplorer qu’on ait laissé s’accumuler des situations d’extrême misère qui se traduisent par une explosion des personnes qui se trouvent à la rue et une importante dégradation des capacités d’hébergement d’urgence. Répondre à cette urgence est un impératif moral :
un toit, c’est un droit.

Il nous faudra à la fois répondre au temps court et impérieux de l’urgence et ancrer notre action dans le temps long, parce que c’est celui des territoires, qui ne s’inscrivent pas uniquement dans une géographie mais aussi dans une histoire. C’est de cette manière que nous inventerons la ville durable. C’est dans cet esprit, que j’aborde les enjeux du Grand Paris, dont l’animation m’incombe désormais et dont j’entends bien qu’il soit relancé en harmonie avec les principes du développement et de la ville durables.

Si vous me permettez un mot plus personnel, sur la manière dont j’aborde ma fonction, je veux dire que je ne suis pas une ministre écologiste. Je suis une femme écologiste devenue ministre de la République pour agir pour le plus grand nombre, en essayant de mettre ses convictions, et son expérience propre, au service d’une certaine idée du bien commun.

Ma conviction est que ce qui vaut pour le vivant, la diversité, l’équilibre, vaut également pour les territoires.

La mixité des groupes sociaux, des générations, des activités et de l’habitat, des différentes catégories de commerces, la mise en autonomie et en solidarité des populations, sont des principes essentiels de la politique que nous voulons initier.

Sur la base des orientations définies avec le premier Ministre, nous construirons notre feuille de route, en sachant que nous aurons à prendre des décisions des les semaines à venir et à nous engager aussi dans la préparation du PLF pour l’année 2013.

L’égalité territoriale est au cœur du changement porté par François Hollande.

Elle concerne le logement, grandes opérations de rénovation urbaine, aménagement du territoire, zonages divers et variés, politiques de la ville.. Cette relance et cette évaluation se feront en lien étroit avec les utilisateurs de ces dispositifs, et en premier lieu avec les élus locaux.

Mais comment agir pour l’égalité des territoires, sans parler emploi, formation, services publics, services aux personnes, santé, éducation, transports, commerces, offre culturelle, sports, fracture numérique, tranquillité publique, et ceci dans l’hexagone comme les outre-mers? Le travail que nous ferons en faveur de l’égalité territoriale est, j’en ai la certitude une composante majeure de la transition écologique dont parlait le Président de la République dans son discours d’investiture.

Je considère donc qu’il sera de mon devoir de mobiliser tout le gouvernement autour des objectifs que nous fixerons avec le premier Ministre dans les semaines à venir.

Rien ne sera possible sans mobiliser la société. Il est bon et absolument indispensable de s’occuper du bâti, du cadre de vie, mais la principale richesse de nos territoires est constituée par leurs habitants. C’est une ressource indispensable.
Se priver de l’énergie renouvelable de la citoyenneté serait une impasse politique. Nous savons tous combien l’initiative peut se heurter à la lourdeur des procédures.

« Ce qui se fait pour nous sans nous ce fait contre nous » disait Nelson Mandela. Avec modestie je le paraphrase pour dire que ce qui se fait pour les habitants sans les habitants se fait le plus souvent contre eux. J’aurais donc à cœur de libérer les énergies et d’exploiter le beau gisement de la citoyenneté.

Mesdames, messieurs,

J’aborde cette responsabilité nouvelle avec enthousiasme et humilité. Je voudrais dire, et ce n’est pas une figure de style, l’estime qui est la mienne pour tous les fonctionnaires des administrations que nous allons piloter. Ils ont choisi de servir l’intérêt général et leur pays en y mettant toute leur conviction. Qu’ils sachent que leur compétence m’est précieuse, et que leur engagement m’engage en retour.
L’expérience accumulée doit servir. Sachez donc que tout ce qui a été fait de positif sera poursuivi .

Voilà mesdames messieurs l’esprit qui m’anime à cette heure.

Voir les commentaires

Nouveau Gouvernement : la réaction d'Europe Ecologie / Les Verts...

16 Mai 2012, 19:18pm

Publié par jeanyvespetit

    nouveau-Gouvernement.jpg
 
Communiqué de presse du 16 mai 2012
 
Europe Écologie-Les Verts salue la nomination du premier gouvernement, de Monsieur Jean-Marc Ayrault. Ce gouvernement est le premier gouvernement paritaire de la Ve République.
Le Président de la République et le Premier Ministre ont souhaité placer l'écologie au coeur de l'action gouvernementale.
Le périmètre du Ministère de l'écologie a été confirmé et des responsabilités ministérielles très importantes ont été confiées aux écologistes.
Cécile DUFLOT a la responsabilité d’un pôle ministériel majeur, au carrefour des crises écologiques, économiques et sociales avec des enjeux considérables pour la vie quotidienne de nos concitoyennes et de nos concitoyens.
Ce ministère renvoie à 17 des 60 engagements pris par le Président de la République, lors de la  campagne présidentielle.
Par ailleurs, Pascal CANFIN, député européen, devient Ministre délégué en charge du développement, secteur clef de la solidarité internationale, pour réduire la fracture entre le Nord et le Sud.
L’écologie politique a manifestement franchi ce soir une nouvelle étape.
LOGO EELV fondblanc quadri

Voir les commentaires

Vu de mon quotidien, qu’attendre d’une nouvelle majorité politique ?

16 Mai 2012, 08:07am

Publié par jeanyvespetit

DSC04173François Hollande a été élu Président de la République, il vient de nommer, Jean Marc Ayrault, 1er Ministre puis le nouveau Gouvernement va être formé et, enfin, nous attendrons, dans le cadre des élections législatives des 10 et 17 juin, une nouvelle majorité politique composée de la gauche et des écologistes.

Vu de mon quotidien en tant que citoyen mais aussi en tant qu’élu municipal et régional, qu’attendre de cette nouvelle majorité ?

Il me semble essentiel que, disposant d’une majorité importante dans les grandes villes, les départements, les régions, le Sénat et demain, je le souhaite fortement, à l’Assemblée nationale, cette nouvelle majorité doit utiliser ces différents leviers d’actions et de décisions afin de répondre concrètement aux besoins et aux attentes de nos concitoyens.

Dans les faits, l’opportunité nous est offerte de disposer d’une capacité d’action locale, régionale et nationale qu’il s’agit d’optimiser dans le cadre d’une synergie commune. De toute évidence, il est devenu possible de faire « simple et efficace » dans une logique de complémentarité et en optimisant les moyens de ces différents niveaux politiques.

Ces actions doivent viser en priorité tout ce qui touche au quotidien des Français afin de le rendre plus juste et surtout moins rude.

C’est ainsi que l’on arrêtera cette dérive en faveur du Front National faute de perspectives concrètes pour améliorer le cadre de vie d’une partie importante de la population qualifiée de « majorité silencieuse ».

Plus précisément, vu de mon quotidien et à titre d'exemple, il me semble important de permettre la possibilité de reprise par les salariés des entreprises fermées sans repreneur. De même il est devenu nécessaire d’aider les salariés à reprendre leurs petites entreprises lors du départ à la retraite de l’employeur afin de pérenniser  l’activité et donc l’emploi ;

 

Il convient également d’agir sur tout ce qui peut permettre de réduire les principales dépenses des Français (logement, transports, énergie, l’alimentation, …). De toute évidence, la transition énergétique est une des clés d’entrée pour déterminer des actions concrètes. La « tarification socialement adaptée » mise en place, sur notre région, pour utiliser les trains régionaux, en est un exemple. Le transport régional est devenu nettement moins chers que la voiture alors que nous faisons face à une augmentation récurrente du prix des carburants. La réhabilitation et l’isolation thermique du logement social est une autre réponse qui est mise en œuvre au sein de notre région.

 

Il convient donc de mobiliser toutes les énergies et tous les moyens pour aller vite et bien !

Pour l’élu local et régional que je suis, il est essentiel d’aller sans attendre vers un nouvel Acte de la décentralisation. On ne doit donc pas se contenter d'abroger la reforme territoriale. Au contraire, il faut aller plus loin et, notamment, permettre l’accès aux lieux de décision à toutes les sensibilités politiques avec la proportionnelle  mais aussi intégrer la parité dans les Conseils Généraux et dans les EPCI (Établissement public de coopération intercommunale) mais aussi renforcer le rôle des Régions, espace politique pertinent pour l’aménagement et le développement des territoires.

C’est ainsi que nous pourrons redonner contribuer à redonner à la politique ses lettres de noblesse et favoriser un retour à la confiance de nos concitoyens.

Enfin, la France doit être le chef de file des Etats membres de l’Union Européenne  pour stopper tous projets en cours visant à accélérer la libéralisation, accentuer la précarité et réduire  les règles sociales en vigueur dans le monde du travail.

Nous avons Une chance pour la France de donner un coup d’arrêt aux pulsions de division, d’opposition des citoyens entre eux, au repli sur soi … il faut la saisir !

Voir les commentaires

Déclaration des syndicats CGT et CGC de Fralib à Gémenos...

12 Mai 2012, 05:47am

Publié par jeanyvespetit

NOTRE USINE, UN ESPACE DE LIBERTE, DE FRATERNITE ET DE TRAVAIL
Tribune Fralib
 
Depuis plusieurs jours, la direction de Fralib a multiplié les provocations, installant une milice privée, de véritables mercenaires entraînés au combat pour exaspérer les salariés, les intimider : contrôle d’identité à l’entrée de l’usine, tentative d’interdire l’entrée des délégués dans l’usine, pressions à l’encontre des travailleurs, coupures d’électricité dans le local syndical ….
La visite, la semaine dernière, d’une société de déménagement industriel, a été confirmée par un courrier envoyé hier par la direction de Fralib aux représentants du personnel annonçant la mise en oeuvre du démontage de l’outil de production. De plus, elle annonce dans ce courrier la mise en place d’un « barrage physique » entre l’usine et le local syndical interdisant toute possibilité aux salariés de venir consulter leurs représentants. Un nouveau mur de la honte en quelque sorte. Cette situation est d’autant plus intolérable qu’elle s’accompagne depuis plusieurs semaines d’une mise sous surveillance constante des salariés et de leurs élus portant atteinte à la liberté syndicale dans la droite ligne de la politique liberticide d’extrême droite de Sarkozy, président des riches mis au rencart. Si, par ces mesures, la direction croyait impressionner les salariés, c’est un nouvel échec. Si elle croit élever ainsi des digues contre le nouveau cours politique, nous agirons pour que la justice, le droit au travail, l’avenir industriel de notre pays soient les éléments centraux du progrès économique et social.
Cette situation totalement intolérable place les travailleurs de Fralib et leurs élus syndicaux, en situation de légitime défense pour sauvegarder leur usine. Ils ont décidé de reprendre leur entreprise et de mettre dehors les miliciens. Cela s’est passé calmement, sans heurt ni violence en contradiction flagrante avec les élucubrations de Bruno Witvoet, PDG d’Unilever France. La présence nombreuse des militants CGT du département, de la profession et des salariés de l’usine montre la forte mobilisation et la puissante solidarité autour des Fralibiens. La venue spontanée de nombreux responsables des partis de gauche, de personnalités et représentants des collectivités territoriales a confirmé leur soutien à la lutte des salariés.
Aujourd’hui, au petit matin, les salariés de Fralib ont repris pleine possession de leur usine et de leur outil de travail, outil que nous avons toujours affirmé protéger pour permettre la mise en oeuvre de notre solution alternative. Si des dérapages pouvant conduire à des drames humains se produisaient, ils seraient de la seule responsabilité de la direction de Fralib du groupe Unilever et du gouvernement encore en place avant le passage de responsabilité au nouveau Président de la République et son gouvernement.
Cette usine que Fralib voulait transformer en camp retranché gardé par la milice et des maîtres-chiens est redevenue ce matin, à l’aube, un espace de liberté, de fraternité, de lutte collective pour le droit de travailler et de vivre dignement ici à Gémenos. Depuis septembre 2010, nous affirmons qu’aucun boulon ne sortira de notre usine. On ne lâchera rien !!!
Maintenant, l’heure est à la prise en compte réelle de notre projet alternatif. Nous sommes disponibles à tous moments pour engager les négociations nécessaires. Toutes les forces, et notamment François Hollande, Président de la République, qui soutiennent notre projet, doivent concrétiser leurs engagements dans la plus grande cohérence pour imposer au groupe Unilever qu’il assume ses responsabilités.
Gémenos, le 11 mai 2012

Voir les commentaires

« L’élection de François Hollande est une victoire pour tous les écologistes »

7 Mai 2012, 01:21am

Publié par jeanyvespetit

LOGO EELV fondblanc quadriLe résultat de ce soir est une victoire pour tous les écologistes. L’accession de François Hollande à la Présidence de la République est une chance pour la France, pour l’écologie, la justice sociale et la démocratie. Pour la première fois depuis vingt-quatre ans, un Président de la République est élu avec la volonté de mettre en oeuvre un projet de justice sociale et de transition écologique. La forte mobilisation des Françaises et des Français montre la détermination pour un changement profond de politique, que la nouvelle majorité ne devra pas décevoir.

Une chance pour la France: elle donne un coup d’arrêt aux pulsions de division, d’opposition des citoyens entre eux, au repli du pays sur lui-même, à la xénophobie, elle rend possible une relance du processus européen sur de bonnes bases.

Pour l’écologie: elle contribuera à relancer la mobilisation pour la transition écologique, la lutte contre le changement climatique, la réduction de la part du nucléaire la préservation de la biodiversité et de nos espaces naturels, l’action contre les pollutions de l’air du sol et des eaux, une agriculture paysanne et une alimentation de qualité.

Pour la justice sociale: elle entend réduire les inégalités fiscales et mobiliser le pays autour d’un grand effort pour l’emploi, le logement, l’éducation, la santé, l’égalité des territoires.

Pour la démocratie: elle favorisera un fonctionnement plus équilibré de nos institutions, une plus grande indépendance de la justice, de la presse et de l’administration, elle ouvrira la voie à l’établissement d’une part de proportionnelle à toutes les élections et au droit de votre des résidents étrangers aux élections locales.

Dans un contexte difficile de crises, les écologistes entendent prendre toute leur part à la réussite de la dynamique ainsi ouverte, qu’il faudra confirmer et consolider dans les jours et les semaines à venir :

  • Par un gouvernement d’action, commençant tout de suite à mettre en œuvre les orientations voulues par une majorité de français, préparant le retour de notre pays dans les rendez-vous internationaux, et en premier lieu le sommet de la planète terre de « Rio + 20 »
  • En donnant au pays une majorité parlementaire solide, conforme aux aspirations du 6 mai 2012, et permettant une véritable représentation des écologistes à l’assemblée…
  • En poursuivant la construction d’un puissant mouvement d’Écologie Politique, ouvert, populaire, capable d’un dialogue fort avec toute la société.

Vivre mieux !

    Voir les commentaires

    1 2 > >>