Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

« Les transports, un enjeu crucial pour Aix Marseille Provence Métropole » avec les CIQ de Métropole ...

27 Septembre 2015, 09:01am

Publié par jeanyvespetit

Samedi 26 septembre, au sein de la Foire de Marseille, j'ai participé à un débat organisé par la Confédération des Comité d’Intérêt de Quartiers (CIQ) de Marseille et d’autres villes (250 personnes présentes) sur le thème :

« Les transports, un enjeu crucial pour Aix Marseille Provence Métropole »

Les principaux éléments de mes interventions au cours du débat.

Un constat alarmant :

La pollution de l’air est importante sur ce territoire avec une émission des particules fines (véhicules diesels) dépassant les seuils européens. Les conséquences sur la santé sont importantes.

De même, les infrastructures routières et ferroviaires qui sont congestionnées. Une personne qui effectue chaque jour de la semaine le trajet Aix/Marseille en voiture perd l’équivalent de 10 jours par an dans les bouchons.

Entre 1997 et 2009 (enquêtes ménages déplacements), on constate que la mobilité des résidents de l’aire métropolitaine a fortement progressé, +6%. Cette progression de la mobilité, s’accompagne d’une forte augmentation de la part de marché de l’automobile sur les territoires du pourtour de l’étang de Berre (hors Martigues, faible diminution) et une moyenne sur l’ensemble de l’aire métropolitaine qui a diminué d’un point.

Une inégalité existe avec des quartiers, des lotissements, des petites communes ou des zones d’activités dépourvus de transports collectifs, notamment dans la périphérie de la métropole. L’utilisation de la voiture, au coût important sur le budget des ménages, génère une réelle vulnérabilité énergétique pour des dizaines de milliers de personnes.

La part de marché des transports collectifs (TC) a très légèrement augmenté. En 2009, un déplacement sur dix est réalisé en transports collectifs et ce sont les résidents de MPM qui utilisent le plus les TC dans leurs déplacements (12%). Sur l’ensemble du territoire, la part des résidents utilisant les TER une fois par semaine, est encore faible (2%) mais avec une nette évolution depuis la mise en place de la carte Zou ! et l’augmentation de l’offre (287 TER en 2016).

Face à ce constat, un des enjeux sur ce territoire est la construction collective d’une offre de transport public adaptée aux déplacements des usagers et fiable, adossée à une tarification intégrée et une information voyageurs performante.

Il est donc important d’avoir une démarche centrée sur les grands corridors de déplacements qui concentrent les principaux flux (Aix Marseille Pertuis-Meyrargues, Marseille Aubagne La Ciotat, Marseille Vitrolles Miramas, Marseille Martigues Miramas, Aix Vitrolles Martigues) et les corridors secondaires (Aix Salon-Miramas, Aix Aubagne,…), et travailler sur le rabattement tous modes, complémentarité des offres, temps de parcours compétitif, etc… cette démarche doit être accompagnée d’une politique spécifique de développement de pôles d’échanges (hiérarchisés au regard de leur fonction sur le territoire) : aménagements intermodaux, accessibilité, services, etc...

Le ferroviaire est pertinent sur des moyennes-longues distances (35km en moyenne).

Les actions positives :

Quelques actions positives d’une bonne coordination entre Autorités Organisatrices de Transports (AOT), selon le principe suivant : coordination entre les services de transport (coordination horaire/gare ferroviaire et routière/tarification multimodale) + aménagement de pôles d’échanges (accessibilité, stationnement) = réseaux de transports (tous confondus) lisibles pour l’usager et intermodalité facilitée.

  • Exemple de pôles d’échanges aménagés : St Charles, Aubagne,...
  • Exemple de pôles d’échanges en cours d’aménagement : Aix-en-Provence, St Antoine, Pertuis, …

Plusieurs outils existent déjà en faveur de l’intermodalité et de l’information des voyageurs :

  • PacaMobilité.fr : environ 40 000 visites par mois en 2015
  • Des abonnements intermodaux : ZOU ! + CPA/RTM/Ciotabus/Ulysse/les bus de la côte bleue/Ecobus/ et autres réseaux urbains en Région hors Métropole Marseille-Aix.
  • Le Pass Alternatif (TER/cartreize) sur l’OD Marseille-Aix et Marseille-Aubagne

La Concertation :

Des comités de ligne : information des usagers sur les services/ offre de trains/ travaux sur les infrastructures ferroviaires et pôles d’échanges avec une présence active des différents CIQ.

Des réunions inter- Autorités Organisatrices de Transports (AOT): en moyenne 3 fois par an sur l’initiative de la Région. Coordination des offres entre AOT, information/concertation sur des axes spécifiques : accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, véloroutes et voies vertes, parkings à vélos, développement de stations pour véhicules électriques, etc…

Des améliorations sur l’offre ferroviaire pour améliorer les liaisons sur les principaux corridors de déplacements :

  • Une liaison transversale Toulon-Miramas / Avignon sans rupture de charge à Marseille Saint-Charles a été créée en 2015, afin de desservir notamment la zone aéroportuaire, avec un gain de temps significatif
  • Pour le service 2016, 1TER/h/s depuis Arenc, zone d’emplois d’Euro - Méditerranée, vers Miramas (Pas des Lanciers - aéroport - Rognac), zones d’habitats et d’activités.

Les grands projets d’infrastructures mis en service en 2014-2015 : mise en service de la 3ème voie entre Marseille et Aubagne.

Les projets à venir pour faciliter la multimodallité :

  • A court terme :

Une tarification zonale à l’étude (département des BdR) pour la mise en place de Pass Intermodaux (abonnements et Pass journée) à des tarifs très compétitifs permettant à un usager d’utiliser son abonnement sur les réseaux TER, cartreize et urbains.

  • A moyen/long terme : les projets ferroviaires sur la Métropole Aix-Marseille Provence

Sur le territoire de la Métropole, des projets ferroviaires qui permettront de relier les grandes zones d’emplois tertiaires et d’habitats, à l’horizon 2025 dans une logique de « Ring » (anneau ferroviaire).

La participation de la Région dans le cadre du CPER (projets ferroviaires sur le territoire de la Métropole) s’élève à près de 120M€.

Marseille / Gardanne / Aix en Provence Phase 2 : 4TER/h/s- 185M€. Mise en service 2021

CAPARENC : 4TER/h/s. Travaux de signalisation du faisceau d’Arenc. A ce jour ce projet est seulement soutenu par l’Etat et la Région.

Aix-Etang-de-Berre : études pour la réouverture au service voyageurs et le passage de 2TER/h/s. engagement de tous les partenaires sur ce projet.

Côte-Bleue : études et travaux pour amélioration et modernisation de la voie. A ce jour, ce projet est seulement soutenu par l’Etat et la Région.

Optimisation du plateau St Charles : nécessaire car le plateau St Charles est aujourd’hui saturé.

Les politiques en faveur des modes alternatifs et en relation avec le TER :

  • Parcs de stationnement pour vélos aux abords des gares. Exemple d’Aix-en-Provence : plus de 70 abonnés (100 places disponibles) au Relais Vélo en 1 an d’existence (bilan positif).
  • Développement de services vélos en gare pour développer son usage : stationnement, réparation, location, etc… Projets en cours : gare d’Aubagne, parcs de stationnements (Vélos à Assistance Electrique (VAE) + vélo libre + stations de recharges pour les véhicules électriques dont les voitures) en cours sur territoire de la Métropole (La Barasse, La Penne sur Huveaune, Aubagne, Cassis, La Ciotat, …) Parcs de stationnement sécurisés installés : Arles, St Chamas.

Les difficultés ou points d’amélioration :

  • La Région ne dispose pas de ressources financières directes pour exécuter sa compétence d’autorité organisatrice du transport public régional dont le ferroviaire (pas de Versement Transport) comme les autres AOT. A titre d’exemple, le montant des charges d’exploitation sur l’ensemble des lignes ferroviaires couvrant la Métropole s’élève à approximativement 90M€ pour 14M€ de recettes. Le coût d’exploitation pour la Région est donc d’environ 75M€ (2014).
  • La recherche de co-financements sur les projets d’investissement est donc indispensable au développement d’un service public de transport efficient. Le contexte actuel des finances publiques freine cette dynamique et nos partenaires habituels rencontrent de réelles difficultés financières principalement dues aux baisses de dotation de l’Etat, tout comme la Région qui en plus est en manque d’une ressource financière propre pour le transport, et se concentrent sur leur domaine de compétence de prédilection. La faisabilité de certains projets inscrits au CPER 2015-2020 peut ares être compromise.
  • Des difficultés d’intervention sur les pôles d’échanges, dut à des périmètres de maîtrise d’ouvrage différents : SNCF Réseau + Gares & Connexions + intercommunalité, qui ont chacun des logiques d’intervention différentes. La coordination et la mobilisation des acteurs est une action de la Région.

« Sans une véritable rupture par les communes et la Métropole avec la Région dans la gestion des transports collectifs, du stationnement, de la vitesse, des trottoirs (pour faire face à l’augmentation du nombre de piétons), du vélo, de l’intermodalité, … il n’y aura pas une véritable diminution de la voiture dans l’espace public et donc pas d’amélioration de notre environnement, de notre cadre de vie, de notre santé … »

photos CIQ
photos CIQ

photos CIQ

Commenter cet article