Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog de jean Yves Petit

Elections régionales 2015 … non la région PACA n'est pas perdue !

14 Mai 2015, 10:05am

Publié par jeanyvespetit

Elections régionales 2015 … non la région PACA n'est pas perdue !

La campagne des régionales 2015 a commencé pour Monsieur Estrosi et pour la famille Le Pen …

Ils ont des points communs. En effet, c’est qu’outre leur habitude d’attirer leur électorat à coup de phrases sécuritaires et xénophobes, la région ne les intéresse pas.

Le conseil régional n’a jamais eu les faveurs de M. Estrosi qui cumule les fonctions de maire de Nice, président de la métropole Nice Côte d'Azur et député des Alpes-Maritimes, et n’a aucun attachement pour notre collectivité. Il déclarait même le 30 décembre 2014, « La région ne nous apporte rien, ne nous a jamais rien apporté. Elle ne sert à rien et ne servira à rien demain ». Ainsi, mettant en application sa pensée, il refuse de participer à l’élaboration du contrat de plan Etat/Région 2015/2020 qui prévoit plus de 1.6 Milliard d’€ dans l’enseignement supérieur, l’immobilier universitaire, le ferroviaire, la transition énergétique, l’emploi, …

A l’inverse, les conseillers régionaux écologistes défendent avec force l’échelon régional et considèrent que la Région est un niveau d’action politique plus que pertinent pour agir sur le quotidien des habitants, dynamiser et assurer l’égalité des territoires.

La Région est utile aux citoyens et elle sert l’intérêt général des habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les élus écologistes en responsabilité le démontrent davantage chaque jour… et à plein temps !

L’intérêt général ! Est-ce vraiment la préoccupation de Monsieur Estrosi et du clan Le Pen ? De toute évidence, non !

Alors, non la Région Provence Alpes Côte d’Azur ne doit pas être gouvernée par eux.

Non la Région Provence Alpes Côte d’Azur n’est pas perdue ! Encore faut-il se donner les moyens de gagner.

Europe Ecologie / Les Verts a la volonté d'explorer toutes les possibilités nous permettant de conserver notre région à gauche autour de propositions fortes et partagées.

Dans le cadre du processus interne à Europe Ecologie / Les Verts, ma collègue Sophie Camard a été désignée tête de liste régionale. Elle a tout mon soutien et elle peut compter sur ma totale implication dans la campagne électorale à venir.

La majorité sortante du Conseil régional, dont fait partie le groupe écologiste, dispose d’un bon bilan auquel nous avons, avec Sophie Camard et l’ensemble des éluEs écologistes, fortement et activement contribué.

Outre notre projet de société, nous portons un très grand nombre de propositions pour la mandature à venir. Il convient donc de se donner les moyens, au quotidien, de poursuivre notre empreinte « sociale-écologique » sur la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

En Provence-Alpes Côte d’Azur, les écologistes ont toute la légitimité et la crédibilité pour être le « moteur » de la constitution d’un rassemblement le plus large possible, dépassant la logique des seuls partis. Les habitantEs ont besoin d’un nouveau souffle accompagné d’un projet porteur d’espoir mais aussi de visibilité et de proximité, notamment pour les territoires qu'ils soient ruraux, alpins ou urbains.

Dans la période à venir, nous allons donc échanger avec tous acteurs, qu’ils soient politiques, associatifs ou responsables de collectifs, sur les stratégies possibles pour atteindre cet objectif.

Durant cette mandature, j’ai assumé des responsabilités importantes dans le cadre de ma vice-présidence en charge des transports et de l’éco-mobilité. J’ai également assuré la présidence de la Régie Régionale des Transports. Régie que nous avons créée conformément à notre volonté d’agir plus directement pour appliquer nos politiques publiques.

Durant ce mandat, j’ai fait en sorte que la priorité soit donnée aux mobilités alternatives à la voiture particulière et aux camions. Le vélo a pris toute sa place y compris dans le contrat de plan Etat/Région 2015/2020.

L’égalité des territoires fut l’une des priorités :

  • Ligne des Alpes
  • Chemins de fer de Provence
  • vallées des Paillons et de la Roya
  • quartiers urbains comme St Antoine à Marseille
  • quartiers de gares
  • Carpentras / Avignon
  • Aix / Etang de Berre
  • Carnoules / Gardanne

La carte ZOU! avec sa gamme tarifaire « socialement adaptée » fut l’une des réussites de ce mandat, facilitant ainsi l’accès aux transports public régional à plus de 160 000 détenteurs.

Je me suis beaucoup impliqué dans la réforme territoriale qui permet de renforcer le rôle des régions, dans l’élaboration du Contrat de Plan Etat/Région ou dans des dossiers sociaux à l’image de Fralib, …

J’ai fait au mieux pour diffuser et banaliser l’information pour tous les projets.

Impliquer les associations, les collectifs et les éluEs fut également notre « marque de fabrique » !

J’ai eu le plaisir d’assurer une présence active et réactive sur tout le territoire régional qui dispose d’un très grand nombre de femmes et d’hommes, éluEs ou pas, pleins d’idées et de volonté d’agir.

J’espère que nous avons contribué, ainsi, à donner du crédit au rôle que peut avoir un élu mais aussià l’écologie politique .

Le débat électoral, lors des régionales, risque de se limiter, comme pour les municipales, aux enjeux nationaux. Le FN et Monsieur Estrosi mèneront leur campagne avec leurs mêmes idées détestables et sans rapport avec la gestion d’une collectivité régionale qui ne les intéresse pas.

Ensemble, nous devons être celles et ceux qui, parce que nous connaissons notre territoire régional, parlerons du concret et évoquerons ce qui a été fait et de ce qu’il convient de faire.

Nous avons aussi encore beaucoup à apporter dans de multiples domaines :

  • la transition écologique et énergétique
  • l’aménagement et le développement des territoires
  • une plus grande justice sociale
  • la mobilité multimodale
  • une Région aux compétences renforcées garantissant une proximité auprès des territoires
  • mais aussi sur les liens de paix nécessaires entre les peuples situés tout autour de la Méditerranée

Comptant sur votre active implication !

Au plaisir de continuer à agir ensemble pour l’intérêt général !

Très amicalement,

Jean Yves Petit

Vice président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Président de la Régie Régionale des Transports

Commenter cet article

LOCCI Riccardo 20/10/2015 03:02

Expéditeur : LOCCI Riccardo

Destinataire : Madame Christine LE COZ, Conseillère Municipale à Saint-Lô

Destinataire pour information : Monsieur Jean Yves PETIT, EELV, PACA, France


Parcines, Italie, le 12 octobre 2015

Objet : un Saint-Lô vraie France

Madame la Conseillère Municipale de Saint-Lô,

Bonjour à vous. Je vous écris encore une fois au sujet de votre ville de Saint-Lô. Je voudrais corriger et compléter mon courriel intitulé « la Vie à Saint-Lô » du 29 septembre 2015. Sur cet actuel courriel seulement une petite partie est identique au texte de « la Vie à Saint-Lô ». Merci de votre compréhension.
En 2013 et 2014, demandeur d’asile en France, j’avais ma domiciliation postale chez France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô, rue Houssin Dumanoir.

Chez cette association, France Terre d’Asile, j’ai fait la connaissance de Mme DANAIS Catherine, la responsable, et de toutes les autres personnes qui y travaillent.
J’ai un souvenir fantastique de tout ce qu’a été fait pour moi du mois d’octobre 2013 jusqu’au mois de octobre 2014 par le personnel de cette association, France Terre d’Asile Manche.

Parmi ces personnes, surtout une employée, Pauline CORNEE, a été envers moi exceptionnelle.
La première fois que je me suis rendu à la plate-forme d’accueil de cette association, rue Houssin Dumanoir, le premier octobre 2013, Pauline CORNEE m’a reçu avec une gentillesse et une courtoisie inoubliables.

Pendant toute la période de sa présence comme employée de France Terre d’Asile Manche, Pauline CORNEE a été exceptionnelle avec moi. Elle ne m’a pas seulement aidé dans mes démarches de demandeur d’asile. En me comprenant et en me conseillant comme si elle avait été depuis toujours ma meilleure amie, elle a été beaucoup plus qu’une employée professionnellement efficace.

Elle m’écoutait attentivement pour me corriger aussi, pour me solliciter à être toujours plus capable d’être autonome et indépendant. Elle voulait un moi-même différent car elle comprenait mes faiblesses, et elle m’incitait, par exemple, à chercher vite un emploi.

Surement, je dois remercier tout le personnel de France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô pour leur professionnalisme : Pauline CORNEE a été en plus une amie inoubliable. Elle me voulait du bien. C’est pour cela que je vous en parle à vous aussi, et j’écris donc à l’égard d’elle, car elle a quitté son poste à un certain moment, et elle a été remplacée par une autre personne.

Celle-ci, la remplaçante, elle a été, elle aussi, professionnellement correcte et efficace. Mais Pauline CORNEE était toutefois très différente, si mystérieuse aussi, si fascinante.
Le premier octobre 2013, au moment de me recevoir pour la première fois à la plate-forme d’accueil de France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô, rue Hussain Dumanoir, Pauline CORNEE a été si gentille, si courtoise, et si contente de me voir que j’ai un souvenir magnifique de ces instants.

Je me présente et je demande de pouvoir présenter ma demande d’asile en France. Elle appelle alors la responsable de France Terre d’Asile Manche, Mme DANAIS Catherine, laquelle m’accepte formellement et me confie tout de suite à Pauline CORNEE.
A partir de ce moment, Pauline CORNEE commence à se conduire envers moi de sa manière, très différente de celle qui sera la façon de se comporter envers moi de la personne qui la remplacera à un moment donné.

Ce que je trouve très importante, ce que je tiens ici à souligner à l’égard de Pauline CORNEE, c’est que celle-ci a voulu toute de suite s’impliquer, de sa propre initiative, dans mon choix de vouloir présenter ma demande d’asile en France, et j’ai alors compris qu’elle était vraiment une personne exceptionnelle qui aimait me vouloir du bien.

Pour s’impliquer, elle rend réelles des situations magnifiques pour moi. Son visage s’illumine devenant inoubliable. Son regard et son sourire expriment la complicité la plus fascinante qu’elle soit. Je dois alors m’ouvrir à elle car j’ai devant moi une personne qui veut me connaître et comprendre parfaitement.
Son visage lumineux veut tout rendre claire entre nous, car elle s’attend de recevoir de ma part ce dont elle a besoin pour être une personne en mesure de me vouloir du bien au plus haut degré possible dans le contexte de notre situation chez France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô.

Dans la lumière, dans la clarté, il y a la connaissance réciproque, car pour se vouloir du bien il faut s’ouvrir réciproquement pour se connaître et se comprendre. Et bien, l’exceptionnelle Pauline CORNEE, dès le premier octobre 2013 a cherché cela avec moi qui, évidemment, j’ai accepté ce qu’elle me proposait.
Jusqu’au mois de mars 2014 elle a été toujours la même, lumineuse, fascinante.

C’est pourquoi, du mois d’octobre 2013 au mois de mars 2014, nous vouloir du bien réciproquement, cela a été possible et cela a été fait d’une façon pratique, la plus facile qu’elle soit, bien contents tous les deux d’être heureux à mourir ensemble dans nos rôles personnels chez France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô.

Heureusement, qu’ils existent des personnes comme Pauline CORNEE dans ce monde. Heureusement, qu’il existe la France et dans cette France des personnes comme Pauline CORNEE.
Dans cette France actuelle où, malheureusement, il n’y a pas seulement que la vraie France des personnes exceptionnelles comme Pauline CORNEE car il est présente aussi la non-France xénophobe, ultranationaliste et fasciste personnifiée par une certaine châtelaine.

Dans cette France composite, Pauline CORNEE a été exceptionnelle, et sans doute, pour ce qui la concerne, elle personnifie la vraie France puissante des personnes anti-xénophobes, antinationalistes et antifascistes.

Pauline CORNEE aimait se considérer une enfant de la République, fière de l’être, et en se conduisant d’une façon exceptionnellement accueillante envers les étrangers chez France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô, et en se conduisant d’une façon exceptionnellement accueillante aussi envers moi, l’étranger que je suis, elle a montré à plusieurs personnes, parmi lesquelles moi aussi, ce que c’est la vraie France. Quand elle a été remplacée par une autre personne, je me suis rendu compte d’avoir vraiment perdu cette vraie France.

Parce que, en effet, la façon de se comporter avec moi de la remplaçante, malheureusement, n’a été jamais comme celle de Pauline CORNEE. Même si professionnellement correcte et efficace, la remplaçante ne m’a jamais montré ce qui est justement l’essentiel de la vraie France.
L’essentiel de la vraie France c’est ce que Pauline CORNEE m’a montré : la volonté constante et même têtue de vouloir s’impliquer en amie dans ma situation personnelle de demandeur d’asile pour chercher toujours à établir entre nous la complicité des amis qui se veulent du bien.

Cette complicité d’amitié qui est, au niveau des caractéristiques de la République française, l’essentiel de la vraie France dans tout contexte de l’existence, car c’est justement la République française ouverte à tous sans distinction, ouverte afin que l’interlocuteur, l’étranger, l’autre s’ouvre à son tour à elle, et que, dans l’ouverture réciproque, la vraie France puisse alors établir entre tous un échange amical visant au bien commun et à l’intérêt général.

Pauline CORNEE a été une véritable enfant de la République, contrairement à sa remplaçante, car elle n’a été pas seulement professionnellement correcte et efficace. Elle a voulu devenir amicalement complice de moi pour découvrir mes capacités personnelles qui auraient pu m’être utiles dans ma situation de demandeur d’asile.

Et en effet, si elle a voulu découvrir mes capacités personnelles c’est pour, après, chercher à me faire avancer par mes moyens. Evidemment, elle croyait en moi. Certainement, elle me voulait du bien car c’était moi celui qu’elle voulait voir capable de réussir. Elle ne voulait pas voir elle-même plus important que moi. Elle ne voulait pas voir ses capacités professionnelles utiles à moi avant que les miennes fussent utilisables en autonomie par moi-même.

La vraie France qu’il faut écouter, encourager, et choisir chaque fois au moment venu, c’est la vraie France ouverte, celle qui accueille comme Pauline CORNEE a fait avec moi, celle qui établit, avec celles et ceux qu’elle accueille, une complicité amicale visant à la connaissance réciproque de tous pour rendre utilisables les capacités de tous avec le souci de rechercher toujours le bien commun, et l’intérêt général. Il ne faut au contraire nullement écouter la non-France personnifiée par une certaine châtelaine, cette non-France xénophobe, ultranationaliste et fasciste.

Pauline CORNEE me voulait du bien, et la vraie France veut du bien au monde entier, car la vraie France est exclusivement internationaliste et elle n’est nullement nationaliste. L’internationalisme de la vraie France c’est la coopération internationale poussée, constante, têtue visant à rendre la planète un ensemble de pays capables d’utiliser leurs capacités respectives pour le bien commun et l’intérêt général de tous les habitants de la planète.

Le centre des attentions de Pauline CORNEE c’était moi, le centre des attentions de la vraie France c’est le bien commun du monde entier, l’intérêt général de tous dans ce monde car le bien commun de tous dans ce monde c’est la condition nécessaire pour avoir le bien le plus poussé qu’il soit de celles et ceux qui vivent même en France. C’est pourquoi, la non-France xénophobe, ultranationaliste et fasciste personnifiée par une certaine châtelaine, c’est l’ennemi du monde entier avant que l’ennemi de tous en France.

Pauline CORNEE cherchait à découvrir mes capacités personnelles pour les comprendre et pour me les rendre utilisables. Elle, dans le souci de l’intérêt générale et du bien commun, voulait avant tout ma réussite par mes moyens, tout comme la vraie France ne veut pas sa réussite nationale mais celle du monde entier.
Ceux qui dans le passé ont cherché la réussite nationaliste, par exemple, d’un Etat, ils ont été la cause des tragédies les plus horrifiants de l’histoire humaine. La honteuse châtelaine de la non-France actuel, on peut sûrement la ranger parmi ces personnages criminels de l’histoire. C’est pour cela qu’il faut absolument éviter de lui prêter attention, de l’écouter, et de la considérer.

L’exceptionnelle Pauline CORNEE, pour ce qu’elle a été envers moi, pour ce qu’elle a fait pour moi, elle mériterait d’être récompensée par la République française comme personne qui a servi parfaitement la cause de la République : une employée comme il faut, bien sûr, une employée de France Terre d’Asile Manche formée pour être efficace professionnellement et laquelle a été sans faute dans ce domaine, mais pendant qu’elle a été une personne qui justement a servi sans faute la cause de la République aussi, et c’est ceci ce qui la rend exceptionnelle.

Elle, en enfant de la République, arrive donc à me rendre autonome, et puis, Pauline CORNEE, elle me lance dans la vie en me disant d’être moi-même en toute liberté pendant qu’elle-même disparaissait de tout lieu, joueuse de ne pas être plus là avec moi. Ceci c’est le côté mystérieux de cette personne qui fait tout ce qu’elle peut faire pour me donner la liberté et l’indépendance personnels, et puis s’écarte joyeuse, vraiment heureuse de me laisser aller loin d’elle. C’est fascinant ce qu’elle faisait en se conduisant comme cela, car moi, autonome et indépendant grâce à elle, je me rendais compte que la complicité d’amitié entre nous ne cessait jamais, même pas quand nous étions loin l’un de l’autre.

Maintenant, en ce moment, en octobre 2015, même sans sa présence réelle où je suis, je vis encore dans ma complicité d’amitié avec cette inoubliable Pauline CORNEE, et je suis certain que même elle peut bien être dans une situation tout à fait réciproque avec moi en ce moment. A partir de notre première rencontre chez France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô, le premier octobre 2013, Pauline CORNEE m’a conçu et elle m’a bâti selon ses conceptions de véritable enfant de la République française pour ma réussite personnelle, et elle m’a donné une vie nouvelle aux possibilités nouvelles qui sont mes capacités personnelles que désormais je suis dans la mesure d’utiliser en autonomie pour m’intégrer dans la collectivité de la société française, soucieux du bien commun et de l’intérêt général.

Quand elle me disait de devoir me quitter ou quand elle me disait que moi j’aurais dû la quitter, elle était magnifique, car elle n’était nullement mécontente de me le dire. Au contraire, au visage lumineux et content, elle m’a toujours fasciné dans ces situations. A sa façon, elle me montrait de croire totalement en moi. C’est certain que si je trouve exceptionnel tout cela, si je trouve Pauline CORNEE une personne inoubliable, si je trouve son comportement envers moi si merveilleux, si encourageant, si puissant, c’est parce qu’elle est réussie à me faire croire en moi-même.

Avant d’être remplacée, Pauline CORNEE est restée six mois à la plate-forme d’accueil de France Terre d’Asile Mance de Saint-Lô. Ces six mois, du premier octobre 2013 au mois de mars 2014, ont été une période de temps suffisante pour elle pour me connaître assez bien, pendant qu’elle-même pour moi est restée dans l’ensemble si mystérieuse.

Si je j’écris à présent au sujet d’elle, c’est parce que le côté mystérieux de cette personne a été aussi son côté fascinant et séduisant à tel point de me faire retourner constamment sur mes souvenirs qui la concernent, pour y réfléchir et découvrir toujours avec plus de compréhension de ma part que cette personne a été réellement une personne si chère pour moi. Ceci c’est indubitablement le résultat qu’elle voulait obtenir, toujours dans le souci de l’intérêt général et du bien commun en véritable enfant de la République française.

Et comme elle vit encore en moi grâce à mes souvenirs qu’ici je vous présente, elle a obtenu sûrement ce qu’elle voulait : ses convictions vivent encore en moi-même, elles sont en train de me changer sans cesse comme elle voulait afin que je puisse m’intégrer parfaitement dans la société française et devenir, comme elle voulait, un véritable enfant de la République tourné toujours vers bien commun et l’intérêt général.
On pourrait exprimer ce qui ce s’est passé entre nous même de la façon suivante : elle ne voulait pas être pour moi, mais elle voulait moi pour elle ; un moi-même toujours nouveau, toujours meilleur selon ses expectatives.

Si moi, comme en réalité j’ai fait, j’ai décidé de ne pas vouloir surtout elle pour ses capacités pour moi, si j’ai effectivement accepté de ne pas vouloir uniquement et principalement des avantages de ses capacités, si je me suis ouvert pour donner à elle moi-même et le reprendre d’elle avec sa volonté qui me faisait croire en ce que je recevais, c’est parce que j’ai accepté de devenir différent pour la rendre contente car c’était exceptionnel la voir heureuse pour moi.

En acceptant d’être comme Pauline CORNEE voulait que je fusse, moi, dans ma situation de demandeur d’asile, je me présentais devant elle toujours sans prétentions. D’autre part, dés le premier octobre 2013, j’ai compris parfaitement que devant à Pauline CORNEE, il ne fallait pas avoir des prétentions. Elle était ferme, inébranlable, sévère là-dessous. Elle n’acceptait pas que je me montrasse prétentieux, car elle voulait entre nous une complicité amicale qui n’admette pas de prétentions.

Différemment de sa remplaçante, Pauline CORNEE n’a été jamais méchante avec moi. La remplaçante de Pauline CORNEE je l’ai trouvée méchante au delà de toute attente de ma part, des fois. Dans les situations de sa méchanceté, la remplaçante, selon moi, elle pouvait se conduire différemment, mais ce dont il s’agit, ce sont des moments isolés, et donc loin de moi de considérer la remplacent de Pauline CORNEE comme une personne méchante. La remplaçante de Pauline CORNEE a été une employée professionnellement efficace et correcte. Si elle m’a surpris des fois, si ses choix ont été des fois incompréhensibles, c’est peut être parce qu’elle remplaçait l’exceptionnelle Pauline CORNEE à laquelle j’étais habitué.

La remplaçante de Pauline CORNEE a été très différente par rapport à comment était Pauline CORNEE. Il est possible que je considère certaines de ses choix comme des méchancetés parce que la façon de se comporter de Pauline CORNEE était exceptionnelle. Pauline CORNEE n’a été jamais méchante dans aucune situation avec moi. Je n’arriverai jamais à écrire tout le bien d’elle comme ce serait nécessaire, mais je cherche ici à l’exprimer par écrit comme je suis capable, dans le souci toujours du bien commun et de l’intérêt général car j’ai envie de m’intégrer parfaitement dans la société française.

Par exemple, pas de méchancetés de la part de Pauline CORNEE envers moi le jour où j’engage avec elle une discussion un petit peu animée. J’insiste en effet pour avoir un service de sa part, car je n’étais pas bien ce jour-là. Je suis prêt alors à lui donner 10 ou même 20 euro pour qu’elle puisse faire, à ma place, un déplacement jusque dans le centre ville de Saint-Lô afin qu’elle puisse puis retirer à ma place du courrier au bureau de poste local, et j’insiste avec un petit peu d'animosité là-dessous avec elle.

Si c’était la remplaçante de Pauline CORNEE à la place de celle-ci, très probablement elle se serait tout de suite agacée et elle aurait appelé sans doute la responsable de France Terre d’Asile Manche, Mme DANAIS, pour me châtier, comme en effet elle a fait une fois dans une situation très semblable. Avec l’exceptionnelle Pauline CORNEE, cela ne pouvait pas se produire car elle n’était nullement attentive à soi-même, mais elle était intéressée seulement à moi. Le centre de toutes ses attentions c’était moi, pas son être à défendre de mon insistance un petit peu animée. C’est pourquoi, ce jour-là elle se ne s’est considérée jamais offensée ou en difficulté avec moi.

Et en effet, elle me dit, d’une façon merveilleuse et inoubliable, en se comportant envers moi d’une façon que j’adore toujours me souvenir, elle me dit, nullement agacée, au visage lumineux, au regard séduisant, au sourire magnifique, elle me dit tout simplement que je n’aurais eu aucune chance d’obtenir ce que je demandais. Sans rien dire de plus. Et sans rien faire de plus. Elle est restée immobile et très sure d’elle-même à sa place, en attendant de moi ce qu’elle voulait dans cette situation si merveilleusement gérée.
Moi, j’ai dû alors m’ouvrir à elle, comme l’on s’ouvre toujours à la personne la plus fascinante qu’elle soit, laquelle, dans le contexte de cette spécifique situation, est la magnifique Pauline CORNEE qui veut tout savoir au sujet des mes jambes.

Eh oui, … mes jambes qui ne sont pas en mesure de me porter au centre ville : je les avais déjà trop utilisées dans les heures précédentes, trop chargés du pois de mon sac à dos, et elles étaient alors un petit peu épuisées pour pouvoir me déplacer aisément jusqu’au centre ville de Saint-Lô, éloigné d’un kilomètre environ du lieu où nous étions, rue Houssin Dumanoir à Saint-Lô. Moi, après toute mon insistance, j’ai dû quand même faire le déplacement, mais dans une souffrance joyeuse, car j’ai marché jusqu’au centre ville de Saint-Lô avec la joie de Pauline CORNEE en moi. Pauline CORNEE a été donc la personne qui a fait ce mi-miracle laïque.

En d’autres occasions, dans les jours suivantes, Pauline CORNEE m’a demandé encore de mes jambes pour savoir si elles allaient bien ou pas, et pour se montrer toujours contente de comment elle s’était comportée ce jour-là de mon insistance un petit peu animée, car elle aimait infiniment rire et être heureuse en ma compagnie dans les moments de ma présence chez France Terre d’Asile Manche de Saint-Lô.

Pauline CORNEE ce jour de mon insistance un petit peu animée, elle n’a donc pas appelé la responsable de France Terre d’Asile Manche. Elle n’a rien fait pour que je fusse châtié par Mme DANAIS Catherine. Et pendant qu’elle me disait, de sa façon si lumineuse, son impossibilité de faire ce que je lui demandais, elle était infiniment contente de répondre non à mes prétentions mais aussi de ne pas être méchante en appelant justement Mme DANAIS, heureuse de savoir maitriser parfaitement toute seule la situation dans le souci du bien commun et de l’intérêt général, car elle me voulait parfaitement intégré dans la société française.

En me montrant sa joie inoubliable de ces instants de maitrise parfaite de la situation, je me suis rendu compte d’avoir devant moi une personne si exceptionnelle, et …enfin… je dois l’admettre : moi aussi je mourais de félicité, heureux d’être en définitive dans sa complicité amicale.

Pauline CORNEE a été une personne exceptionnelle car elle n’était pas seulement une employée de France Terre d’Asile, et moi, grâce à elle, j’ai pu être pas seulement un demandeur d’asile en France, car, bien sûr, j’ai été bien plus que cela. J’ai acquis de la liberté, de l’indépendance, de la capacité à avancer par moi-même.

Certes, à l’égard de Pauline CORNEE, ce qui est absolument inoubliable, c’est la luminosité de son regard et de son sourire, son visage fascinant, si fascinant car, en réalité, c’était le visage d’une personne qui se déchargeait de soi-même, le centre de ses attentions étant son interlocuteur. Pauline CORNEE ouvrait son interlocuteur à soi-même et changeait la donne des situations, mais pas à son avantage, car elle le faisait toujours pour l’intérêt général et le bien commun, en véritable enfant de la République.

J’ai dit de comment elle me se montrait joyeuse au moment où elle me quittait ou moi je devais la quitter. Ces moments de joie ont eu une importance incontestable pour moi, car j’étais fasciné par une personne qui était toujours contente dans tous les instants avec moi, même au moment de nous quitter. Cette joie de dernières instantes était sa façon de me lancer dans ma vie à moi sans elle présente, cette joie c’était sa confiance joyeuse en moi qu’elle voulait me partager.

C’est très rare de trouver des personnes comme Pauline CORNEE : grâce à la vraie France, cela a été possible pour moi. Si jamais Pauline CORNEE arrivera à lire cet écrit, elle comprendra que je n’exalte pas elle, mais que j’exalte uniquement la vraie France, les principes de base de la République française, en disant, certes, qu’elle-même, Pauline CORNEE, a été, selon moi, une véritable enfant de cette République française.

C’est pourquoi, je vous souhaite encore, à vous aussi, Mme LE COZ, de faire sa connaissance, si vous ne la connaissez pas déjà, bien sûr. Si vous en aurez la possibilité, vous le savez ce que je voudrais de votre part. S’il vous plaît, parlez lui de moi en lui disant qu’elle sera à jamais dans mes souvenirs les plus chers que je garderai pour être heureux dans la vie que je vis et pour être un véritable enfant de la République française comme elle voulait.

Vous êtes Conseillère municipal à Saint-Lô. Sachez que si c’était pour moi, Mme LE COZ, vous seriez Maire de cette ville depuis 2014, et je suis certain que cela aurait été une très bonne chose car depuis trop longtemps Saint-Lô est gouverné par des personnes qui ne font pas ce dont cette ville a surtout besoin.
Ce sera probablement la prochaine fois que Saint-Lô pourra enfin avoir, avec vous, une Maire à la hauteur de ses expectatives, pendant plusieurs années. C’est mon souhait de tout mon cœur pour un Saint-Lô plus tourné vers la mise en avant des principes de la République française, c’est-à-dire, bien sûr, le bien commun et l’intérêt général, un Saint-Lô toujours engagé contre la xénophobie, l’ultranationalisme et le fascisme.

La France a besoin de ce Saint-Lô dirigé politiquement par vous, Mme LE COZ.

Vous le savez. Je ne suis pas socialiste car j’ai n’ai pas la Carte de ce Parti. Malgré cela, à Paris, j’ai été reçu deux fois, rue de Solferino, dans le siège du PS, en 2013 et plus récemment en 2015, deux occasions importantes, pour moi, pour remettre des écrits relatifs à ma demande d’asile au personnel de ce parti.

A mon avis, en 2017, François HOLLANDE pourra être réélu, même sans la présence au deuxième tour de celle que moi j’appelle la châtelaine, expression de l’ultranationalisme et du fascisme de la non-France actuelle car, malheureusement, vous le savez, il n’existe pas que la vraie France des personnes comme Pauline CORNEE, dans la composite France actuelle. Sinon, on aura, comme président, peut être l’actuel Maire de Bordeaux, mais, en tous cas, jamais au deuxième tour des fascistes comme déjà cela ce s’est passé il y a une quinzaine d’années.

Si je vous écris encore ce courriel c’est parce que Saint-Lô, c’est une ville que j’aime, et vous êtes saint-loise et dans le Conseil Municipal, et bien sûr parce que tout ce qui ce s’est passé entre moi et Pauline CORNEE, ce s’est passé exclusivement à Saint-Lô.

En vous remerciant encore pour votre attention, je vous prie d’agréer, Madame LE COZ, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

LOCCI Riccardo

Naissance : le 7 mai 1959 à Pistoia, Italie
Adresse : 20, rue Gerold – 39020 – Parcines – Bolzano – Italie
Tel : 00 33 (0)7 86 65 54 05
Courriel : locci.riccardo@outlook.fr ou riccardolocci.france@gmail.com

Parcines, Italie, le 20 octobre 2015

A l’attention de Monsieur Jean Yves PETIT

Monsieur,

En vous remerciant infiniment pour votre attention, je souhaite, à vous aussi, de faire la connaissance de Mme Pauline CORNEE, si vous ne la connaissez pas déjà, bien sûr.

Avec moi elle a été la personnification citoyenne de la vraie France, de la République français que, selon moi, le Président HOLLANDE dirige admirablement avec le Gouvernement VALLS aussi.

Monsieur,

Je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Riccardo LOCCI

Fabrice 14/05/2015 22:48

Les nouveaux horaires TER depuis le 15 décembre sont une catastrophe ..... et pourtant la Région a tant œuvré pour le Train !!!!!
Déçu , je ne prends plus le train du soir ( 17h47 a Fréjus ) ............ avant c'était 17h20 .... mais ça c'était avant !!!!!

jeanyvespetit 23/10/2015 06:44

Je me renseigne. Bien à vous

IRLE Fabrice 21/10/2015 21:37

Bonsoir Mr Petit , c'est le train 881218 qui a 30 minutes de décalage par rapport aux horaires d'avant le 15 décembre 2014.
Ne parlons pas des trains supprimés au départ des Arcs et seule solution le TER 17473 jamais a l'heure ....
Je ne vais tout de même pas prendre le TER 17471 , une heure avant pour être a 9 heures au boulot a St Raphael .... en vélo je vais plus vite !!!
Cordialement
Fabrice Irle

jeanyvespetit 16/05/2015 10:53

Bonjour, pourriez-vous me transmettre plus de précisions concernant ce TER jypetit@regionpaca.fr afin que je puisses voir ce qu'il est possible faire pour le service 2016. Cordialement JYP

chris 14/05/2015 21:57

Bonjour

Ce n'est peut-être pas le bon endroit pour mettre ce post mais je vois sur votre agenda que le comité de la ligne côte bleue à lieu lundi 18 mai. Je ne peux y participer mais je profite de ce blog pour signaler qu'un train serait bien placé à 18h au départ de Miramas (supprimé cette année) en direction de Port de bouc afin de faire la correspondance avec les trains en provenance d'Arles. Il existe actuellement un trou d'une heure de 17h29 à 18h29, soit une attente parfois de 40 minutes en gare de Miramas pour attendre le dernier train de la ligne de la côte bleue à 18h29 au départ de Miramas!!. Je pense que la correspondance Arles- Miramas- port de bouc pourrait être amélioré le soir dans les prochains horaires!
Cordialement
Chris

jeanyvespetit 16/05/2015 10:54

Bonjour, pourriez-vous m'envoyer un message avec les précisions sur adresse Region jypetit@region.fr afin de voir ce que je.il est possible de faire pour le service 2016. Cordialement, JYP

Gilbert SOULET 14/05/2015 18:08

Bonjour cher Jean-Yves,
Je t'ai souvent bousculé ... pour faire avancer le schmilblick; Mais c'était très amicalement car j'ai très rarement connu un élu Transport & PMR aussi efficace !
Et puis, je n'ai pas du tout les mêmes contraintes, ni le tiroir caisse à surveiller ...
Bien à toi,
Gilbert de Pertuis, Porte du Luberon, plein d'espoirs en la Bifur de Cheval-Blanc, le Val de Durance et le GPMM Marseille-Fos pour rejoindre TURIN via le Montgenèvre ... (rien que ça!), via PERTUIS ...